Mon compte
    Thelma
    note moyenne
    3,5
    1023 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Thelma ?

    117 critiques spectateurs

    5
    9 critiques
    4
    39 critiques
    3
    42 critiques
    2
    19 critiques
    1
    2 critiques
    0
    6 critiques
    Clément P.
    Clément P.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 233 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juillet 2018
    Très belle histoire , pleine de douceur et d'amour.. Thelma qui cherche l'émancipation vis à vis de ses croyances trop exigeantes et de ses parents extrêmement protecteur, cache en elle de lourd secrets et capacités.. Magnifiquement interprétée par Eili Harboe que je découvre dans ce long métrage Norvégien, encore une fois maîtrisé d'une main soignée jusqu'au moindre plans en contre plonger et ponctué d'une bande son juste . Certaines scènes amènent le spectateur dans un état d'angoisse et de malaise comme le fait le grand cinéma . Le final est intelligent et laisse de belles perspectives au spectateur .. Thelma rentre dans la liste de films que je conseille vivement.
    orlandolove
    orlandolove

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 712 critiques

    3,0
    Publiée le 6 juin 2018
    Sur le fond, un croisement entre du fantastique (l'héroïne a des super-pouvoirs), un drame teen et une introspection dans une cellule familiale toxique. Et sur la forme, une mise en scène très soignée bien qu'un peu froide. Le résultat est original et plutôt intéressant.
    Anna_
    Anna_

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 589 critiques

    3,0
    Publiée le 1 juin 2018
    Thelma est une jeune fille qui reçu une éducation religieuse très conservatrice. Lorsqu'elle arrive à l'université, elles voit autour d'elle des jeunes qui fument des joints, boivent, ... cet univers de liberté lui est étranger. Elle va peu à peu succomber à la tentation en craquant pour Anja.

    La deuxième partie du film est complètement différente : spoiler: on apprend que Thelma est la dernière héritière d'une malédiction et que pour masquer les effets, elle a reçu toute son enfance des puissants neuroleptiques.


    Au final le film aborde les thèmes de la religion, l'éducation, les névroses et les secrets de familles.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 366 abonnés Lire ses 2 397 critiques

    4,5
    Publiée le 2 mai 2018
    Fascinante Thelma dont l’éveil des sens provoque une fracture intérieure, déchaîne un peuple aviaire comme extirpé de son être, ouvre son corps à l’altérité par un léger mouvement manuel. Tentatrice Thelma tel le serpent originel qui se dresse contre une doctrine trop longtemps supportée et rendue obsolète par l’amour le plus pur comme main tendue, gifle rendue à son créateur. Pure Thelma nageant dans les eaux troubles existentielles où, noyée, elle fera l’expérience de l’inframonde renversé en terre d’accueil, en asile conciliateur. Joachim Trier nous embarque dans une expérience sensitive et sensorielle d’une remarquable beauté, maîtrisée de bout en bout par sa réalisation glaciale où évoluent des sources incandescentes peu à peu révélées à elles-mêmes. La composition musicale d’Ola Fløttum fait flotter le film en l’imprégnant d’une atmosphère à la fois pesante et poétique, source d’élévation. Superbe.
    Shelby77
    Shelby77

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 449 critiques

    2,0
    Publiée le 1 mai 2018
    Je me suis ennuyé devant ce thriller qui oscille entre fantastique et drame. C'est un véritable gâchis, tout est trop vite expédié, rien n'est approfondi. Long à démarrer, on s’ennuie beaucoup malgré un bon jeu de rôles des actrices. J'ai pas saisi le message véhiculé. Au final près de deux heures pour pas grand-chose.
    Vinz1
    Vinz1

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 750 critiques

    3,5
    Publiée le 22 avril 2018
    Ce film scandinave explore diverses expériences, les interrogations quant à la sexualité, puis l’éveil de celle-ci à travers le personnage de Thelma qui a suivi une éducation religieuse rigoureuse mais qui manifeste d’étranges comportements lors de crises proches de l’épilepsie. Est-elle une vraie malade ou réellement folle ? Prenant pour thème principal la foi, le metteur en scène pointe efficacement ce que l’enseignement religieux par des parents certes aimants pourrait avoir comme conséquences sur la santé mentale de sa descendance et de nous laisser interdits quant à la véritable personnalité de Thelma : sorcière moderne ou véritablement atteinte psychologiquement ? Servi par d’excellents acteurs, ce drame intimiste est très convaincant mais aussi anxiogène car on sent depuis la scène d’introduction que la jeune fille a vécu ou a été témoin d’un traumatisme d’enfance qui va déterminer tous ses agissements à venir. Les forces qui habitent Thelma paraissent alors dangereuses et ses rapports avec ses parents laisseront planer un doute jusqu’à la fin alors que les décors austères, ses visions parfois cauchemardesques donnent à l'ensemble une ambiance hypnotique bienvenue. Un long-métrage norvégien original à découvrir.
    Apanage
    Apanage

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 38 critiques

    5,0
    Publiée le 15 avril 2018
    On nous raconte l’histoire de Thelma qui provient d’une famille à la morale traditionnelle, quitte le nid familial pour aller à la fac, connaît un coup de foudre pour une fille dénommée Ajna. La contradiction entre ses valeurs et cette attirance provoque une crise de tremblement, au cours de laquelle on lui découvre des pouvoirs paranormaux.
    Ce film est très bon mais contrairement au référencement, il n’appartient à la science-fiction, ni de près, ni de loin. Il serait plus exact de le catégoriser comme un thriller fantastique.

    C’est une œuvre à double lecture : littérale et métaphorique. Sur le plan littéral, c’est un thriller dévoilant les pouvoirs de Thelma et ses implications.
    Sur le plan métaphorique, c’est la découverte et la gestion d’une sexualité refoulée. Les manifestations surnaturelles étant utilisées pour expliciter la psychologie de l’héroïne.
    Le film maintient régulièrement l’attention avec un rythme correct. Il instille une certaine ambiance et il m’a délivré des moments intenses. La réalisation n’est ni trop sobre, ni trop grandiloquente et apporte un traitement fin et élégant au sujet.

    Dans cet opus, le symbolisme mobilise des concepts Freudiens très courants : à cause de de l’interdit social, Thelma refoule le désir lesbien dans la partie inconsciente de son esprit. La rencontre d’Ajna réveille le désir amoureux de Thelma qui entre en contradiction avec le refoulement. Il en résulte une mise en scène de l’auto-répression du désir par une crise de spasme. Par extension, on nous montre le caractère erratique des pulsions, envies ou besoins de l’individu de manière générale par opposition à la conscience ou raison. Thelma a donc des difficultés à appréhender sa nature autant que ses pouvoirs. A propos de désir amoureux, les scènes intimes sont très pudiques.

    A l’origine des difficultés de Thelma, il y a la culture de son milieu familial. Plus particulièrement, c’est sa relation avec son père qui est privilégiée par le récit. L’écriture de ce personnage évite la caricature du bigot pétri de certitude, ainsi, le paternel y gagne en humanité. En fait, c’est un homme indécis et perclus de contradiction. A priori il est bien intentionné mais joue un rôle négatif de par l’éducation transmise et la dépendance que cela induit.

    Avant de poursuivre je précise que l’interprétation de cette œuvre est simple dans les grandes lignes, mais elle peut-être subjective dans les détails.

    Le serpent est utilisé dans une symbolique du désir, de la tentation. Une tentation rendue possible par la liberté récente de Thelma. Le motif de la peau de crotale me semble être employé dans le film pour signifier la tentation. A moins qu’il ne s’agisse d’une coïncidence. spoiler: Exemple : dans la piscine, le motif tacheté du revêtement des gradins derrière Ajna


    Les valeurs traditionnelles et la contrainte se traduisent par les corbeaux, une métaphore filée au moment du ballet, par les hommes en noirs qui font obstacles à une personne dénudée, représentant nécessairement la chair.
    spoiler: Au cours du film, elle recrachait le serpent (désir), à la fin elle recrache le volatile (la tradition oppressante).


    Plusieurs scènes montrent la difficulté à céder au désir. Dans l’opéra, le risque de chute du lustre matérialise la peur de Thelma de s’abandonner aux sensations physiques. Elle craint de se lâcher.
    Afin de montrer que le désir est une pulsion qui se heurte à un obstacle psychologique, on nous montre une scène surréaliste : spoiler: Thelma est aspirée au fond d’une piscine, comme si la gravité était inversé, la paroi du fond semblant être en haut, elle semble vouloir passer au travers et s’agite en vain contre la paroi
    , ce qui semble illustrer l’impossibilité pour le désir à émerger et sortir de l’inconscient. Par voie de conséquence, la nage dans les profondeurs obscures représenterait l’exploration de l’inconscient. De pars ailleurs, de nombreuses scènes du film nous montrent des faits se produisant sous l’eau, réitérant la notion d’inconscient ou concourant à l’unité de style du film. Les interprétations sont libres…

    spoiler: Au cours de la dernière partie du film, dans un lac, Thelma replonge au fond de l’eau, dans des profondeurs obscur, mais cette fois elle « atteint la lumière », puis elle résout son problème. Les deux scènes au fond de l’eau se font écho ; elle réussit ce qu’elle avait échoué précédemment et parvient à la libération.


    Pour en revenir aux généralités, le réalisateur concède une inspiration tirée de romans de Stephen King, notamment Carrie, on retrouve effectivement des thèmes communs dans Thelma. Pour ceux qui ont vu le film « Carrie le bal du diable », Thelma apporte un traitement, un récit, un environnement et une ambiance fortement distincte. Ce fut un réel dépaysement en somme.
    Sophie A.
    Sophie A.

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 9 avril 2018
    Pour moi la note élevée de ce film n'est pas justifiée. Le film est très long a démarrer, il y a des longueurs et des silences vraiment inutiles. Quand enfin, l'histoire commence un petit peu a démarrer (à presque la moitié du film), l'intrigue est à peine développée, on reste en surface, il n'y a pas vraiment d'explication. Il y a une sorte de fin, mais beaucoup trop de questions restent en suspens, d'où une certaine frustration.
    Ce film aurait pu être bien...........mais il ne l'est pas.
    Bryan V.
    Bryan V.

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 920 critiques

    4,5
    Publiée le 7 avril 2018
    🎬🎥 THELMA _ [2017] 🎥🎬

    _Avis Bref ;
    Une jeune Femme et actrice (Eili Harboe) douce et mignonne joueront le rôle principal, Thelma une jeune demoiselle sensible et réceptive. Nous avons là un drame fantastique avec une histoire qui nous prend dès les premières minutes. Notre personnage vivra d'étranges événements. Le métrage traitera diverses sujet avec souvent des interrogations provenant de notre personne que cela soi sur l'amour, le sexe, la vie familial ou encore la religion. Expériences, désirs et paranormal sont au coeur de ce métrage qui nous offre de magnifique scène touchante et d'une beauté parfois même osé sans pour autant être vulgaire ! Une sensibilité se dégage même de ce film grâce à son personnage qui se retrouve en pleine découverte et recherche de soi avec souffrance. D'ailleur ce film m'a légèrement fait penser à "Grave" de Julia Ducoumau... 
    Enfin bref, J'ai adoré ce film touchant, troublant et fantastique.

    _Synopsis ;
    Thelma est une jeune étudiante norvégienne issue d'une famille très religieuse qui va à Oslo pour ses études. Elle tombe amoureuse de sa belle camarade Anja et découvre qu'elle a des pouvoirs surnaturels.

    _Appréciation ; 🔵🔵🔵 (8,5/10)
    Gentilbordelais
    Gentilbordelais

    Suivre son activité 153 abonnés Lire ses 2 295 critiques

    2,0
    Publiée le 4 avril 2018
    un film norvégien, plutôt bien filmé qui intrigue par ce personnage énigmatique et ces évènements surnaturels. dommage que les scènes s'enchaînent si lentement, avec assez peu d'intensité et que le spectateur n'obtient pas toutes les clés pour mieux appréhender ce drame psychologique.
    Lionel R.
    Lionel R.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 1 avril 2018
    J'ai vu l'enfer pendant la durée de ce film...
    l'idée de départ peut paraitre bonne mais alors comme c'est lent !!!
    Bien trop lent pour que les spectateurs se trouvent obligés de regarder l'horloge régulièrement pour se rendre compte que le temps ne passe pas.
    Le début est lent...le milieu on se dit que cela va enfin avancer...et au final on en conclut que l'on a attendu pour rien car plus rien ne va faire avancer l'intrigue.
    Bref encore une fois un visionnage moyen!
    CaMéo Gironde
    CaMéo Gironde

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 74 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2018
    Ce thriller inquiétant, teinté de fantastique, dresse un portrait familial toxique où l’épanouissement d’une jeune fille est entravé par des parents très religieux. Thelma, l’héroïne du long métrage interprétée avec finesse par Eili Harboe, tombe amoureuse et ne comprend pas ce qui lui arrive. Parce que l’objet de son amour est une fille d’abord, mais aussi parce que cet amour naissant libère en elle un pouvoir surnaturel. Cette allégorie fait de Thelma une héroïne sortie du grand manteau de Carrie personnage de Stephen King adaptée au cinéma par Brian De Palma, mais avec sa propre originalité.

    A travers une mise en scène très subtile et maitrisée, le film parvient avec élégance à installer un climat étrange, en un lent mouvement de caméra, en une nuée de corbeaux dans le ciel. La découverte sensuelle est ici filmée à fleur de peau, littéralement, avec la joue ou la nuque qui rougeoient sous le feu des sentiments. Le fantastique n’intervient que par touches subtiles lors des crises psychogènes de l’héroïne.

    Ce film dévoile le parcours initiatique d’une jeune femme, personnage ambivalent en quête de son identité sexuelle, dans un mélange des genre originale, à ne pas manquer de découvrir!
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 540 abonnés Lire ses 1 922 critiques

    4,0
    Publiée le 18 février 2018
    S'ouvrant sur une glaçante séquence, puis un vertigineux plan en contre-plongée mettant en avant une cour d'université, Thelma impose de suite le ton imposé par Joachim Trier, une ambiance hypnotique, voire froide et surtout envoûtante.

    Le réalisateur Norvégien mise avant tout sur l'ambiance, joue avec des éléments connus du genre, sans jamais être dans l'excès, et il parvient à créer un climat d'abord intriguant, puis peu à peu angoissant, avec toujours un parfum mystérieux planant sur les enjeux et personnages. C'est par le prisme de son héroïne qu'il va créer une atmosphère, il ne la dissèque pas, mais laisse venir les événements, on s'attache à elle, et on découvre en même temps sa vie nouvelle puis son passé, le tout avec une certaine subtilité, chaque péripétie étant bien amenée.

    Le metteur en scène d'Oslo 31 Août utilise le fantastique voire l'horreur pour étudier des thématiques comme l'étouffement provoqué par une certaine éducation religieuse, l'homosexualité, la découverte de la chair et ses plaisirs ou encore la famille avec les secrets enfouis allant avec. La force de Thelma, c'est de mêler tout cela avec une vraie alchimie, que la réflexion ne prenne jamais le pas sur l'ambiance, et vice-versa, et surtout, il y a une vraie finesse dans la mise en scène, une sobriété à quelques rares exceptions formelles près, rendant l'oeuvre vivante et immersive, ainsi que prenante de bout en bout.

    Joachim Trier démontre ici une maîtrise des codes du genre ainsi que de la mise en scène, construisant remarquablement son récit, notamment dans la frontière entre le vrai et le faux, sachant aussi soigner les personnages secondaires, notamment la camarade de classe. Il donne une intensité à son récit, limite claustrophobe tant on ressent l'étouffement de l'héroïne, brillamment interprétée par une aussi jolie que troublante Eili Harboe, alors que la bande originale, assez sobre, participe à une ambiance tragique prenant aux tripes dans les moments adéquats, tout en glaçant le sang.

    C'est par le prisme d'un portrait de femme teinté de fantastique que Joachim Trier va étudier plusieurs thématiques comme la découverte de la chair, proposant une ambiance froide, angoissante ou encore étouffante mais fascinante, et faisant de Thelma un objet unique, capable de glacer le sang.
    Free Spirit
    Free Spirit

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 68 critiques

    5,0
    Publiée le 5 février 2018
    C'est la première fois que j'attribue un 5 étoiles à un film et franchement je suis ravi que "Thelma" soit mon premier chef-d'oeuvre coup de coeur. "Thelma" est bien plus qu'un simple drame de fiction. Il est pour moi un subtil et raffiné mélange de science, de religion, de questionnement psychique et métaphysique, de "surnaturel" (si on l'associe à tous les phénomènes physiques qui échappent à la raison et à une théorie scientifique), du cheminement, parfois salvateur parfois décadent, d'un être solitaire en proie à ses propres démons (Thelma), qui doit par le truchement de ses expériences continues, faire le trait d'union entre sa solitude et son intégration dans le moule social, sans perdre sa singularité et son authenticité. Que la rédemption est ardue quand vous menez un combat contre vous-même juste pour être et paraître normal aux yeux de tous! Pour reprendre les mots de Victor Hugo, c'est une véritable "tempête sous un crâne" que les gens "normaux" et "socialisés" ont beaucoup de mal à ressentir (cette incompréhension se traduit souvent en indifférence, en moquerie collective mais parfois aussi heureusement en empathie constructive qui aboutit à une solidarité humaine). Et tout le long du film ces deux antagonismes: empathie ou indifférence sont traités avec beaucoup de maestria. L'amour et l'empathie de Anja et des parents de Thelma, l'indifférence voire les moqueries des garçons de la fête... C'est ce que j'ai aimé dans ce film, on ne vire jamais dans le pathos sans raison apparente. C'est une longue construction parfaitement harmonisée où les sentiments humains se jalonnent et s'entrecroisent sans virer dans un dualisme ou un manichéisme navrant. L'état psychique de Thelma (et des événements phénoménologiques qu'il suscite) est-elle une névrose que la médecine ou la psychologie peut diagnostiquer et soigner ou est-il le point de départ d'un mécanisme surnaturel qui échappe à tout axiome ou théorie scientifique? Thelma refoule-t-elle de manière machinale ou refoule-t-elle d'abord ce dont son cerveau ne veut plus et ne parvient pas à évacuer? Ce que Thelma semble provoquer par refoulement cognitif a-t-il lieu? A-t-il jamais ou parfois ou toujours lieu? Je suis ressorti de la séance avec plein de questionnement non résolu et c'est ça que j'aime. Les sentiments de Thelma deviennent une subtile confusion d'amour (pour Anja), de rejet ou de jalousie (pour son petit frère ou sa petite soeur), de refoulement, de recherche de son identité, de sa foi, de sa solitude, de son élan vital vers la vie... Je terminerai en tirant mon coup de chapeau à l'actrice principale: Quelle grâce, quelle simplicité d'esprit faut-il avoir pour incarner un personnage aussi complexe et quel sourire et quel charme! Retenez son nom! Bravo aussi à l'ensemble des acteurs: l'émotion prend crescendo et nous lâche jamais. Je ne saurais mettre autre chose que 5 étoiles à un film aussi subtil qui sublime les sentiments humains sans jamais les compromettre. la névrose de Thelma est aussi la mienne et celle de certains d'entre nous à bien des égards. A mon humble avis: Chef-d'œuvre mémorable et intemporel.
    mat niro
    mat niro

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    3,0
    Publiée le 8 février 2018
    "Thelma" est de ce genre de film intrigant dont on peut sortir légèrement frustré. En effet, l'histoire de cette adolescente qui découvre le monde adulte et sa sexualité en entrant en fac est pour le moins attrayante. Ses crises d'épilepsie qui s'avéreront être psychogènes ainsi que son pouvoir sur les autres est pour le moins surprenant. Malheureusement, la suite est ratée su fait d'une trop grande confusion dans ces histoires entremêlées. Le résultat est quand même intéressant et le style du réalisateur, Joachim Trier, est pour le moins audacieux. Quant à la performance d'Eili Harboe dans le rôle de Thelma, elle est exceptionnelle.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top