Mon compte
    Thelma
    note moyenne
    3,5
    1023 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Thelma ?

    117 critiques spectateurs

    5
    9 critiques
    4
    39 critiques
    3
    42 critiques
    2
    19 critiques
    1
    2 critiques
    0
    6 critiques
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 701 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    4,5
    Publiée le 24 novembre 2017
    spoiler: Le résumé fait par Allociné décrit tout à fait le film.

    Une jeune fille norvégienne vient d'intégrer une université pour faire ses études.
    Elle est timide, solitaire et très proche de ses parents.
    Elle va subir spoiler: des crises inquiétantes et spectaculaires et tomber amoureuse d'une autre étudiante.

    C'est un thriller fantastique sur cette jeune fille qui va trouver des réponses à ses crises spoiler: dans son passé et surtout dans un phénomène paranormal qu'elle possède.

    C'est un film captivant, inquiétant, avec une atmosphère chic et froide.
    Le Chat du Cinéphile
    Le Chat du Cinéphile

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 19 critiques

    4,0
    Publiée le 23 novembre 2017
    Une menace irrationnelle et inquiétante rôde dans les méandres psychiques de la jeune Thelma, n'ayant nul par pour se réfugier. Pire encore, sa première année à l'Université la débride tranquillement de son éducation religieuse, quitte à (r)éveiller en elle quelques démons insoupçonnés... Campé par la magnifique Eili Harboe, ce film intrigue, nous perd faussement dans les idées reçues, en révèle notre peur à les déconstruire et nos besoins de les fantasmer, quelque part entre la science et son besoin de corps (disséqué), la religion et son envie de chair (délivrée). Car ici tout n'est qu'instropection de soi et recherche de l'autre, dans une société où les frontières entre la vie sociale et l'intimité sont de plus en plus poreuses, voire absentes. Joachim Trier signe un film a la personnalité brillante malgré un essoufflement de quelques étincelles en seconde partie. La bande originale, composée par Ola Flottum, y est également excellente et imbibe le long métrage d'une atmosphère tragique, en témoigne les premières notes du générique.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 239 abonnés Lire ses 701 critiques

    2,5
    Publiée le 23 novembre 2017
    La première moitié de ce film suscite beaucoup d’intérêt et laisse augurer d’une œuvre marquante. On y découvre Thelma, une étudiante qui, alors qu’elle est en cours, est subitement prise de convulsions tandis que des oiseaux viennent heurter les vitres de la salle où elle se trouve. Un climat de mystère s’instaure donc dès ce moment. Bientôt, Thelma fait la connaissance d’Anja, une autre étudiante avec qui se noue une relation trouble faite de d’attirance et de désir en même temps que de répulsion. Il faut préciser que Thelma reste sous influence de ses parents, des chrétiens rigoristes qui lui ont légué un héritage de piété et de culpabilité. La relation teintée d’homosexualité qu’elle entretient avec Anja ne peut donc que profondément la déranger. Ses parents sont filmés comme des sortes de géants qui la tiennent sous une emprise malsaine et son père est présenté comme le confesseur à qui elle doit avouer tous ses péchés. On devine sans peine que les convulsions qui jettent à terre Thelma de temps à autre sont l’expression d’une blessure des plus intimes. Joachim Trier filme et met en scène toute cette première moitié du film avec grand talent : il sait parfaitement créer un climat étrange, inquiétant et perturbant qui trouve son apogée au cours d’une séquence se déroulant à l’opéra où se fait entendre une somptueuse musique (que j’ai cru reconnaître comme étant de John Adams…).
    Malheureusement, toutes ces belles promesses de grand film ne sont pas tenues. La deuxième moitié s’enlise dans du symbolisme creux et lourdingue (la peau des personnages devenant transparente et laissant apparaître du feu lors d’une scène de défonce ou la survenue d’un inévitable serpent à une autre occasion) et des scènes explicatives se succédant pour, en fin de compte, nous perdre davantage. Le film devient pesant, sans grâce, au point qu’il perd son intérêt. Et le réalisateur s’emmêle les pinceaux dans des développements psychologisants totalement insipides. Il y avait moyen de proposer une critique intéressante du christianisme rigide et rétrograde qui a le vent en poupe chez une frange des chrétiens d’aujourd’hui, mais même cette promesse-là n’est pas vraiment tenue. Dommage.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 881 abonnés Lire ses 1 721 critiques

    3,5
    Publiée le 23 novembre 2017
    Dès ses premières secondes, un plan en contre-plongée qui donne le vertige sur une cour d’université, Joachim Trier donne le la et nous hypnotise avec « Thelma ». Un film dont l’esthétique, soignée voire léchée, frôle la perfection sans que cela ne soit jamais prétentieux mais au contraire en totale symbiose avec le propos. Le cinéaste norvégien nous caresse le regard et il est indiscutable que de visionner une œuvre à la beauté plastique si aboutie est un pur plaisir. C’est l’un des principaux atouts du long-métrage. Sa mise en scène nous oppresse petit à petit et parvient à nous faire ressentir que quelque chose cloche, elle pèse sur nos esprits et sème le doute sur la teneur de ce qui se passe à l’écran. Certaines séquences sont glaçantes de beauté mais aussi très anxiogènes, elles mettent légèrement mal à l’aise. On est face à une œuvre qui inscrit le fantastique dans la réalité mais loin de tout naturalisme.

    Après deux drames réussis et assez lourds psychologiquement, le cinéaste étonne en investissant le terrain du film fantastique, sans pour autant oublier de soigner ses personnages et de leur sculpter des caractères fouillés qui permettent l’identification. Mais on est très loin du fantastique hollywoodien, abêtissant, tel qu’on a pu le voir par centaines dans des films sans âme destinés à effrayer les adolescents ou les ménagères avec des effets spéciaux numériques et des sursauts de bas étage. On est plutôt dans l’essence même du genre, un fantastique pur et dur, à l’ancienne, comme on n’en voit plus beaucoup au cinéma mais qui refait une percée depuis quelques années avec des films indépendants comme « The Witch » ou It follows ». Du fantastique qui laisse place à l’imagination, laisse des questions en suspens et recouvre plusieurs interprétations possibles. Dans la tonalité, on peut voir des similitudes avec son comparse scandinave de « Morse », Tomas Alfredson.

    Dans « Thelma », la religion occupe une place prépondérante avec la notion de Mal, de Foi et la bigoterie et le puritanisme en toile de fond. Dommage qu’on ait du mal à cerner le point de vue du réalisateur à ce sujet et qu’il n’utilise cela qu’en des termes contextuels. A y regarder de plus près, l’histoire est très réduite. Peu d’informations nouvelles ou de rebondissements viennent égrainer le film. Tout est question de perception. Le peu d’informations importantes est distillé au compte-gouttes ce qui leur donne davantage de poids mais rendent le rythme parfois languissant. Il est vrai que le long-métrage prend peut-être un peu trop son temps et qu’un quart d’heure de moins n’aurait peut-être pas été préjudiciable. L’histoire d’amour lesbienne donne quant à elle un atout supplémentaire et accouche de la scène la plus mémorable et diablement belle de ce film éthéré, celle de l’opéra. Le fait de clôturer l’œuvre en laissant pas mal de choses en suspens, réduisant le spectateur à se faire sa propre interprétation peut tout autant frustrer que séduire, un peu à la manière d’un épisode de « X-Files ». Envoûtant, captivant et parfaitement maîtrisé dans la narration comme dans sa mise en place visuelle, « Thelma » n’est pas un chef-d’oeuvre mais une très intéressante surprise où l’effroi se fait discret et par petites touches.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 23 novembre 2017
    Belle surprise que ce film de genre et d'auteur à la fois. La mise en scène, malgré un rythme assez lent, maintient la tension de bout en bout. Certaines images resteront dans la tête du spectateur longtemps après la séance.
    Dommage que la bande annonce dévoile trop les images les plus marquantes...
    Jean-Claude L
    Jean-Claude L

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 289 critiques

    4,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Un très beau film sur une recontre au campus de Thelma et Anja qui vont tomber amoureuses mais la famille de Thelma est très dévote et à beaucoup de mal à assumer et de plus Thelma va devoir gérer ses crises d'épilepsie particulières. Une longue histoire à dérouler et comment va t elle s'y prendre à vous de voir c'est excellent
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1 703 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Après le drame familial de "Back Home", Joachim Trier se tourne vers le film de genre avec son approche bien à lui, tout à fait particulière. A mi-chemin entre "Carrie" et le cinéma d'auteur, "Thelma" est une œuvre troublante qui se découvre avec un intérêt certain. On y suit Thelma, jeune femme norvégienne en proie à ce qui ressemble à des crises d'épilepsie. Mais à chacune de ses crises, quelque chose d'étrange arrive. Thelma se retrouve à faire face à ses crises tout en découvrant le désir avec Anja, une autre étudiante du campus... Mettant en place une atmosphère mystérieuse et angoissante à l'aide d'une mise en scène à la précision chirurgicale, Joachim Trier sème le trouble dans toute la première partie du film. La seconde partie, plus faible, vient contrebalancer la sensation troublante des débuts du récit, se perdant dans quelques longueurs mais malgré tout "Thelma" exerce un véritable de fascination. Trier, particulièrement doué pour créer des plans symboliques marquants (un serpent dans une bouche, du sang dans un verre de lait) donne à son film une sacrée consistance, lui donnant plusieurs degrés de lecture. Bien évidemment, le film doit beaucoup à Eili Harboe dont la prestation fébrile vient donner du corps à un film qui manque un peu d'âme mais pas de talent.
    Barnabé Jarrot
    Barnabé Jarrot

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 62 critiques

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Un thriller fantastique brillant, à la fois sensible et intense. L'incursion de Joachim Trier dans le film de genre est une vraie réussite. Le tout est porté par une actrice principale incroyable ! Un film singulier à ne pas manquer !!
    Alice L
    Alice L

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 189 critiques

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Quelle bonne surprise!!
    Un thriller surnaturel d'une beauté à couper le souffle, des actrices sublimes, une mise en scène brillante.
    Je recommande vivement , un chef d'oeuvre!
    jean l.
    jean l.

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 192 critiques

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Thelma est un magnifique film fantastique, superbement interprété
    Apres Oslo 31, c'est un bonheur de retrouvé Joachim Trier !
    BF2070
    BF2070

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 198 critiques

    2,5
    Publiée le 22 novembre 2017
    Thelma est une jeune étudiante qui va se découvrir des pouvoirs (un peu de tout, allant de la télékinésie, pyrokinésie, téléportation, etc.) qu’elle ne parvient pas à contrôler. Thelma est aussi une histoire d’amour saphique entre deux très belles actrices, Thelma, une jeune femme coincée dans un environnement familial très religieux, et Anja, une jeune femme assez libérée. La première scène est intense, seulement la suite va connaître un rythme très lent, souvent il ne se passe pas grand-chose à l’écran jusqu’à quelques scènes chocs. Les dialogues sont assez faibles. Il ne reste que l’originalité du sujet, encore qu’on n’est pas loin de Carrie.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 22 novembre 2017
    Avec Thelma, Joachim Trier réussi le pari du thriller fantastique, qu'il n'avait jamais osé avant dans sa filmographie. Un film audacieux, très beau, avec des acteurs tous plus incroyables les uns des autres. Un film venu du froid qui m'a conquis : je recommande chaudement !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top