Notez des films
Mon AlloCiné
    Waiting For The Barbarians
    note moyenne
    2,8
    180 notes dont 31 critiques
    répartition des 31 critiques par note
    2 critiques
    6 critiques
    12 critiques
    4 critiques
    6 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Waiting For The Barbarians ?

    31 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1232 abonnés Lire ses 3 484 critiques

    4,0
    Publiée le 17 août 2020
    Aux portes du désert, le magistrat d’une petite ville frontière, reçoit un colonel, envoyé par le pouvoir central pour enquêter sur une possible invasion barbare. A part Les voyages du vent, son magnifique deuxième long-métrage (aussi peu connu, hélas, que son premier, L'ombre de Bogota), tous les films de Ciro Guerra ont eu droit à une sortie dans les salles françaises. Ce ne sera pas le cas de En attendant les barbares, adapté du roman de Coetzee, qui est sa première incursion en langue anglaise et hors de la Colombie. Par son thème, le film rappelle de loin Le désert des tartares de Buzzati. Ici aussi, l'ennemi est invisible et peut-être imaginaire pour un empire colonial, peu ou prou inspiré par l'histoire Britannique. Contemplatif, En attendant les barbares est hautement symbolique de l'oppression d'une civilisation paranoïaque sur les peuples autochtones, considérés comme méprisables et sauvages. Une thématique commune à Coetzee et à Guerra qui donne un film peut-être trop manichéen mais fascinant par son élégance et sa lenteur narratives ainsi que par sa splendeur visuelle. L'interprétation, de premier ordre (Depp, Pattinson, Bayarskaikhan, Scacchi), est dominée par l'extraordinaire Mark Rylance.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 511 abonnés Lire ses 2 324 critiques

    5,0
    Publiée le 2 septembre 2020
    5ème long métrage du réalisateur colombien Ciro Guerra, "Waiting for the Barbarians" est le 2ème à ne pas avoir droit à une sortie en salles dans notre pays. Manque de chance, il s’agit de ses 2 meilleurs films ! Toutefois, alors que "Les voyages du vent", présenté dans la sélection Un Certain Regard de Cannes 2009, n’a même pas eu droit à une sortie VOD ou DVD, les cinéphiles français vont avoir la possibilité d’accéder à "Waiting for the Barbarians" grâce à sa sortie simultanée en VOD, DVD et Blu-ray. Heureusement, car il s’agit tout simplement d’un des 2 ou 3 plus beaux films de ces dix dernières années ! On s’en félicite donc, tout en regrettant amèrement qu’un tel chef d’œuvre n’ait pas eu droit à une sortie en salles et en espérant que de telles « erreurs » ne se reproduisent pas. A noter que ce film avait été présenté en septembre 2019 à la Mostra de Venise et au Festival de Deauville. Pour beaucoup de réalisateurs du monde entier, la consécration consiste à être adoubé par le cinéma américain. Nombreux sont ceux qui arrivent à obtenir leur ticket, moins nombreux sont ceux pour qui la réussite est au rendez-vous. Pour sa première réalisation en langue anglaise sous pavillon US, la réussite de Ciro Guerra est totale. Servi par des moyens manifestement plus importants que ceux dont il disposait pour ses films colombiens, il a su éviter le piège de la grandiloquence pour continuer à creuser le sillon qui lui est cher, la confrontation entre des peuples autochtones et ce qu’on appelle, bien souvent à tort, la civilisation. Un seul regret, donc : qu’il n’ait pas été possible de voir ce film magnifique sur un grand écran de cinéma.
    Alexandre N.
    Alexandre N.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 89 critiques

    3,0
    Publiée le 8 août 2020
    Film très manichéen où d'un côté on a le bon, le juste, l'empathique, l'humain et de l'autre tout le contraire, la bêtise crasse, la cruauté. D'un côté l'expérience de l'âge qui apporte la sagesse et de l'autre, l'arrogance de la jeunesse qui ne ne fait qu'accumuler les erreurs jusqu'à l'inévitable. Ce film manque cruellement de nuances et nous balance sans beaucoup de finesse ses principes moraux. On y trouve un mélange de "danse avec les loups" avec Kevin Costner dans la rancontre ambivalente des colonisateurs avec les populations locales et apocalypto avec Mel Gibson, où les exactions sont annonciatrices d'une fin proche de l'empire (même s'il n'est pas mentionné, tout le monde reconnaîtra l'empire Britannique lors de son passage en Afghanistan). Reste des belles images, de bons acteurs et une histoire qui au finale se laisse voir.
    S5Clem
    S5Clem

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 354 critiques

    1,5
    Publiée le 11 septembre 2020
    Non, franchement c'est non.. C'est tellement mou, tellement long, tellement laborieux, c'est d'une chiantitude sans nom. On comprend dès la 15ème minute qu'on a affaire à une "guerre idéologique" entre dictature droite, violente et sévère face à humanisme, partage et anarchie. Les deux sont présentés de manière tellement caricaturale que la critique perd tout son essence. On passe 2 (longues) heures sur ce constat basique, cette fatalité, appuyé encore et encore. La réalisation est impeccable, juste, mais il n'y a absolument rien d'autre à se mettre sous la dent. Juste le combat idéologique d'un homme face à ses supérieurs et au système au place (comme souvent), sans nuance ni réelle profondeur. Le casting aussi bon soit-il ne rayonne clairement pas dans ce film aux maigres apparitions. Un message politique unilatéral qui ne cherche qu'à montrer encore et encore pendant ces 2 heures que les vrais barbares de ces époques colonisatrices n'étaient pas ceux qu'on nommait ainsi. Malgré l'excellente interprétation de Mark Rylance, seul intérêt du film, je me suis franchement ennuyé
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2464 abonnés Lire ses 5 161 critiques

    3,0
    Publiée le 17 septembre 2020
    D'emblée on n'est pas séduit par ce manichéïsme primaire et cette mascarade sans finesse dans son propos. Les méchants sont vêtus de noir, leur chef porte même des lunettes spécifiques, ils sont tous sans nuances, monolithiques, les gentils sont vêtus de façon plus désordonnés forcément, ils sont plus humains car moins psycho-rigides, plus compréhensifs les uns avec les autres. Certe on comprend le but, dénoncer tout régime totalitaire empreint d'une paranoïa certaine et d'une xénophobie latente. Malheureusement, on aura déjà vu sur le sujet des tonnes de films en premier lieu desquels le magnifique "Le Désert des Tartares" ... Le côté contemplatif est alors primordial, et sur ce point on est plutôt ébloui par les paysages, les décors merveilleusement photographiés. En tous cas Ciro Guerra manque clairement d'inspiration sur ce film, de trop gros sabots... Site : Selenie
    Gentilbordelais
    Gentilbordelais

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 894 critiques

    1,0
    Publiée le 12 septembre 2020
    Une évocation du colonialisme fort peu subtile par son message. Entre et le bon et la brute (conflit de vision politique), une image passive, des dialogues sous anesthésie, le temps paraît si long! Un somnifère idéal en somme, où le propos est noyé et auquel le casting ne survit.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 170 critiques

    4,0
    Publiée le 8 septembre 2020
    Ce film fait évidemment penser à celui de Valerio Zurlini ( « Le désert des Tartares » ) mais s’en distingue très vite sur la personnalité de son héros : un « magistrat » bon enfant chargé de surveiller un peu de la frontière, quelque part dans le désert, depuis un fort où il gère son petit monde tout aussi tranquillement. Jusqu’au jour où l’Empire assure vouloir se protéger des « barbares » en envoyant l’armée contrôler le secteur. Le début d’une répression aussi aveugle que sanguinaire dont le magistrat sera la grande victime. Ce combat inégal, si souvent relayé encore de nos jours, révèle la stupidité abyssale des puissants dans leur vision paranoïaque du pouvoir et de ses servants. Une forteresse, une frontière et un ennemi que l’on ne voit jamais mais qui un jour viendra. Disent-ils pour mieux asseoir leur autorité aveugle et malfaisante. L'affiche est plus que jolie : Depp, Pattinson, Bayarskaikhan ... autour du remarquable Mark Rylance. A l'écoute d'un cinéaste remarquable ( " L'étreinte du serpent" ,"Les oiseaux de passage"...) Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    Vador Mir
    Vador Mir

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 304 critiques

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2020
    Il y a de bonnes surprises dans ce "Waiting for barbarians": le casting est costaud, les dialogues sont plutôt corrects et quelques scènes sont intéressantes Mike Rylance porte le film avec brio, c'est vraiment un excellent acteur.
    Chaîne 42
    Chaîne 42

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 786 critiques

    1,5
    Publiée le 25 novembre 2020
    Là où dans le désert des tartares le sujet était une forme d'allégorie poétique, ici ce sont un paroxysme de bienveillance et de malveillance qui se croisent et aboutissent à un vide de sens. Le film lui même est pas trop mal réalisé mais bien trop sordide par sa thématique. La malveillance peut être à sa place pour une forme de démonstration, mais l'extrême malveillance qui s'apparente à la folie s'auto détruit aussi et détruit beaucoup comme une chose horrifique. Le film est bien d'un pessimisme outrancièrement palpable et en cela il est mauvais. Que peut on retirer d'une telle monstration ? la fin bien convenue et obscure en même temps aussi conforte à ne rien garder de bon dans tout ce prétentieux mélange d'horreur et de bonté.
    Carole Laure C.
    Carole Laure C.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 12 critiques

    2,5
    Publiée le 9 septembre 2019
    Coetzee est resté à la manœuvre pour écrire le scénario. Est-ce une bonne idée ? Si l’écriture se prête à de longues descriptions, le cinéma les absorbe et la restitution à l’image peut être fastidieuse. A trop vouloir nous montrer les « nouveaux » barbares, le film se perd. Au final, chacun est le barbare de l’autre ... on le comprend très vite et la mise en scène ne nous éclaire plus. Encore une fois, tout ça manque de subtilité.
    Georges P.
    Georges P.

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 656 critiques

    3,5
    Publiée le 18 septembre 2020
    L'ambiance de bout du monde est là, les acteurs très crédibles, les paysages somptueux, mais il manque le souffle épique que l'on découvrait dans le roman de Coetzee. Et puis la proximité du désert des Tartares est trop grande pour vraiment s'en détacher. Mais cela reste un très bon film.
    cinono1
    cinono1

    Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 1 614 critiques

    3,0
    Publiée le 5 septembre 2020
    Sentiments un peu mitigé pour le nouveau film de Ciro Guerra, dont le précedent film, les Oiseaux de Passage, est une de meilleure chose que j'ai vu ces dernières années. D'un coté, la mise en scène est impériale, d'une puissance et d'une lenteur contemplative impressionnante. L'histoire avance avec force, précision et Mark Rylance dans le rôle d'un homme de loi apporte toute son humanité, le peuple "barbare" est lui aussi montré avec sensibilité. D'un autre coté, sans bien sur nier les actes commis par les soldats de l'empire Anglais et la barbarie qui vit en chacun, on peut regretter un manichéisme trop présent qui enlève de la subtilité à l'ensemble.
    pfloyd1
    pfloyd1

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 679 critiques

    2,5
    Publiée le 30 septembre 2020
    Un film avec Johnny Depp est toujours un événement, il est grand acteur, couplé à Robert Pattinson, le duo devait crever l’écran. Seulement, le résultat n'est pas à la hauteur du casting, la faute à un déroulement lent, long, en manque d'action et laissant le spectateur sur sa faim. Dans ce morceau d'Histoire, mettant en avant la cruauté et les sous hommes que sont les barbares, on attend le moment venu où la bataille tant attendu arrivera, où la justice et les grands discours sous forme de leçon de morale interviendront, à juste titre, à la fin de cette histoire. Que nenni, malgré l’excellente prestation des 2 acteurs sus nommés, on s’ennuie ferme, il ne se passe pratiquement rien dans cette histoire aux décors et paysages pourtant superbes, qui n'en finit pas et, sachez le, la grande bataille vengeresse tant attendue n'arrivera pas...tout ça pour ça...
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 200 abonnés Lire ses 1 995 critiques

    3,5
    Publiée le 9 septembre 2020
    Il y a assurément du Julien Gracq dans Waiting for the Barbarians, depuis son héros solitaire jusqu’à cette forteresse perdue dans les sables et située à la frontière d’un ailleurs qu’il faut combattre au nom de la civilisation, du sempiternel combat que livre la civilisation à la barbarie. Et l’intelligence du long métrage consiste à mettre en scène un manichéisme affiché pour mieux le ternir, l’endommager à mesure que les protagonistes perçoivent leurs actions et leurs désirs depuis une focalisation tout autre, à l’instar de ce martyr d’une cause et d’un peuple qui apprend, alors qu’une femme le rase, que celle qu’il a aimée et chérie ne lui portait qu’une affection mêlée de crainte et de souffrance. Un plan, d’ailleurs, insiste sur la proximité momentanée du magistrat avec le colonel Joli : aveuglé par le soleil, il place la main devant le front pour reposer ses yeux, rejouant sans le savoir les lunettes d’un Johnny Depp glaçant et monstrueux. Le film cultive les phénomènes d’échos, de rectification, de compréhension tardive parce qu’il est avant tout un film sur le point de vue et sur l’aveuglement de l’homme devant son action. Il ne saurait y avoir de héros dans le désert, là où rien ni personne ne fait l’histoire, là où même l’histoire ne se fait pas. Le désert, c’est la métaphore de l’action humaine ; l’histoire, un mirage fort d’images héroïques qui poussent les individus à se dépasser, à marcher dans les pas de Celui qui s’est sacrifié pour ses semblables. Dans cette relecture cynique et désabusée de la Passion du Christ, Ciro Guerra injecte également la beauté du démon : l’iris noir de Depp, la coupe de cheveux impeccable de Pattinson, des beautés figées dans des costumes impeccables, voilà un personnel autant monstrueux que séduisant qui finit décoiffé, maladif, contraint de prendre la fuite sous les projectiles de la foule. Waiting for the Barbarians travaille au corps la relativité de la notion de barbare et de barbarie, filme l’horizon au-delà du camp comme un immense point d’interrogation depuis lequel semble gronder un orage qui jamais n’éclate. Guerra signe un film intéressant sur l’incapacité de l’homme à sortir de son aveuglement et ses dogmes, sur son incapacité à saisir la réversibilité des signes que lui renvoient le monde et ses semblables, à l’instar de cette inscription gravée sur du bois et qui, selon le contexte et l’orientation de la planche, peut dire « guerre, vengeance, justice ».
    FLØRENS 1821/2021
    FLØRENS 1821/2021

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 532 critiques

    1,0
    Publiée le 12 avril 2021
    Du gentil colonisateur qui s'intéresse aux barbares en passant par le méchant colonisateur qui torture les barbares, on ne peut pas dire que la subtilité est le point fort du scénario. A noter la réutilisation d'un décor naturel déjà vu dans "The Mummy" (Hamunaptra).
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top