Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Secret derrière la porte
    note moyenne
    3,8
    326 notes dont 53 critiques
    répartition des 53 critiques par note
    9 critiques
    12 critiques
    19 critiques
    10 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Le Secret derrière la porte ?

    53 critiques spectateurs

    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3462 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    2,0
    Publiée le 4 octobre 2010
    Un film fort décevant, surtout de a part de Fritz Lang. Autant la première partie est bonne et l'atmosphère bien rendue, autant la seconde partie, sans jamais tomber dans le grand guignol, est assez faible et peu convaincante. Le thème de la psychanalyse est vraiment un thème difficile à aborder au cinéma. Vraiment dommage, car l'interprétation était correcte et Lang gardait tout de même un certain talent pour entretenie le mstère. Toutefois, on lui pardonnera largement ce petit manqué.
    Tendax_montpel
    Tendax_montpel

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 631 critiques

    3,0
    Publiée le 16 février 2010
    Pas le meilleur Fritz Lang, ce film vaut tout de même le coup d'oeil pour sa mise en scène toujours originale ainsi que son scénario fouillé. On a toutefois quelques difficultés à être vraiment pris par l'histoire, le film souffre peut-être de l'exclusivité du point de vue de l'héroïne, ce qui réduit un peu sa dramaturgie.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2434 abonnés Lire ses 5 727 critiques

    2,5
    Publiée le 23 mai 2013
    Le Secret derrière la porte me laisse une impression mitigée car si l'on ressent un talent certain dans la mise en scène ce n'est cependant pas le plus réussi des films du génie du cinéma Fritz Lang. Le film est inégal car par moment le suspense est présent puis aussitôt retombe, il revient et il repart etc... Dommage car le mystère était là.
    Daniel C.
    Daniel C.

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 707 critiques

    5,0
    Publiée le 17 septembre 2014
    C'est un monument que le cinéma Le Champo vient de déterrer ! C'est un événement cinématographique exceptionnel que ce polar psychanalytique, qu'a réalisé Fritz Lang!! Avant la séance, j'achète quelques livres chez Gibert, la caissière m'annonce le prix "42,20",je fais de l'esprit et lui dis que "ça en fait beaucoup... de devins". Devant son air perplexe, je lui redis ce qu'elle vient d'énoncer. Bref, je suis très lacanien à manier allègrement le signifiant. Fritz Lang m'a ramené à la théorie freudienne du traumatisme. L'inconscient, s'il est structuré comme un langage, se lit de manière plus événementielle. On piste la scène traumatique. Hitchcock avait fait cela dans l'un de ces films, où une mère se prostituait et sa fille devenue adulte souffrait de l'incompréhension dans laquelle elle s'était trouvée petite fille, voyant des hommes passer et sa mère commercer étrangement avec eux. Le point commun des deux films, c'est que le transfert est soutenu par le partenaire amoureux. des phrases chocs sont prononcées dans le film de Fritz Lang : "On ne peut être accusé de son inconscient, on ne peut en être tenu pour responsable ou coupable". C'est une vraie question. Dans ce film, on voit combien l'entreprise psychanalytique est une aventure, qui nécessite du courage, dont la traversée est parfois ombrageuse, mais dont l'issue peut être libératrice. Il n'y a aucune raison de rester prisonnier de son passé. Voilà le postulat psychanalytique, qui échappe souvent dans la représentation que l'on se fait d'une analyse ou d'une psychothérapie. Ce n'est pas remuer le passé douloureux, mais l'interroger pour qu'il cesse d'être un geôlier tyrannique. Se dégager du passé, c'est ouvrir du possible dans le présent et préparer un avenir non mû par la seule compulsion de répétition. Bravo le Champo ! Bravo monsieur Lang!! Psychanalystes et cinéphiles, ruez vous au Champo !!!
    Chris Art
    Chris Art

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 398 critiques

    3,0
    Publiée le 25 octobre 2014
    (...) Secret derrière la porte, (fut) réalisé en 1948, soit près de quinze ans après que Lang ait choisi de refuser l'offre de Goebbels de travailler pour le régime nazi. Les années 40 voient la diffusion et la popularisation des idées de Freud, et la psychanalyse est à l'époque très en vogue. Le cinéma est le reflet de cette mode, à laquelle des auteurs comme Hitchcock ou Walsh ont cédé dans des films comme La Maison du Docteur Edwards ou La Vallée de la peur. Fritz Lang ne fait pas autrement, et tartine généreusement sa pellicule de références plus ou moins subtiles à l'exploration de l'inconscient (...) la patte du réalisateur et sa mise en scène inventive et étouffante sauvent le film. Puisant ses inspirations dans l’expressionnisme Allemand dont il est l'un des pères fondateurs avec Friedrich Murnau, il insuffle un souffle gothique dans ses décors, et parvient sans peine à insuffler un sentiment d'étouffement au spectateur. La maison et ses secrets deviennent progressivement le personnage principal, et on sent que Lang prend plus de plaisir à filmer son décor que son héroïne. Grâce à des cadres travaillés et improbables, il suscite angoisse et malaise à travers un simple plan de porte fermée (...) À voir pour les passionnés du genre, un parfait exemple de comment un bon réalisateur peut tirer le meilleur d'une histoire faiblarde.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 410 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    4,5
    Publiée le 7 janvier 2013
    Pas le plus connu de la filmographie de Fritz Lang, pourtant "le Secret derrière la porte" est vraiment une réussite majeure du cinéma des années 40. L'histoire, qui ressemble beaucoup il est vrai au Rebecca d'Hitchcock, est vraiment prenante du début à la fin, la mise en scène est très agréable à suivre et les décors (notamment celles des fameuses chambres) sont d'une totale réussite. Au niveau de l'interprétation, le duo Joan Bennett - Michael Redgrave s'avère touchant et particulièrement inspiré sur les scènes clés du film. Il s'agit d'une œuvre profondément dramatique dans son style et qui possède en plus, une photographie baroque et magnifique de la part de Stanley Cortez et une partition musicale de Miklos Rosza en parfaite harmonie avec son sujet. En somme, il s'agit donc pour moi d'un chef-d'œuvre de plus à mettre à l'effigie du réalisateur de Metropolis, et qui se doit d'être découvert par un large public.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 340 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mars 2018
    Trois étoiles, c’est un maximum, uniquement pour la mise en scène impeccable, la photographie soignée, les décors somptueux, les tenues vestimentaires et physiques des acteurs, la qualité rare de la voix off et le procès imaginaire de l’homme à lui-même. Pour le reste, c’est d’un ennui extravagant car la teneur métaphysique (sujet du film) est d’un vide abyssal. C’est prétentieux au possible et indéfendable sur le plan moral. C’est sans doute un des films qui montre parfaitement la différence intellectuelle entre une histoire qui peut être intéressante à la lecture mais totalement inintéressante au cinéma. La meilleure des preuves étant cet échec public de Fritz Lang. Il aurait du mettre son immense talent au service d’une meilleure cause. On ne fait pas un film pour un si petit nombre de spectateurs qui l’aimeront sans doute profondément alors que tant d’autres s’ennuieront. C’est du cinéma sans âme, mais Lang ne devait pas beaucoup croire en cette valeur.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 2 914 critiques

    3,0
    Publiée le 29 juillet 2013
    Un film noir étrange qui lorgne sur le fantastique, qui vaut le détour rien que pour la superbe photographie de clairs obscurs.
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 1 022 critiques

    3,0
    Publiée le 3 décembre 2012
    Fritz Lang ne s'est pas foulé pour ce film, reprenant Rebecca et La maison du docteur edwardes d'Hitchcock. La voix off n'apporte pas grand chose et le final est expéditif pour ne pas dire un peu bâclé. Il manque vraiment le suspense d'un classique d'Hitchcock. Pour autant Le Secret derrière la porte contient des moments intéressants : le fait de reprendre l'idée du conte de Barbe Bleue, les chambres construites où des meurtres se sont produits et la scène (la meilleure du film) où Joan Bennet se rend compte qu'elle sera la prochaine victime en voyant sa chambre en copie. Aussi la musique et la photographie sont très bien. Mais vraiment le film est long à se mettre en place.
    Clingo
    Clingo

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 128 critiques

    4,5
    Publiée le 7 mars 2010
    Un grand auteur se reconnaît, entre autres, à la constance thématique de son oeuvre. Voir Le Secret derrière la porte sans savoir qu'il est signé Fritz Lang, et ne pas s'en rendre compte, est proprement impossible quand on connaît un peu le réalisateur allemand. Le film se rapproche autant de M le Maudit que de La Rue Rouge dans son évocation d'une nature criminelle inévitable chez l'être humain, ou bien quand il aborde la question du déterminisme. Pour autant, et c'est là aussi qu'on constate la patte d'un grand auteur, Fritz Lang sait évoluer. Là où La Rue Rouge enfermait son personnage principal dans une mécanique de chute inexorable, Le Secret offre une possibilité de rédemption au criminel. Cette option inédite est la conséquence de la nature même du personnage féminin, admirablement interprété par Joan Bennett. C'est que Le Secret est aussi un film sur le couple, à la fois sur les secrets que chacun de ses deux membres doit garder pour assurer un équilibre à ce même couple, et à la fois sur la confiance que l'un et l'autre doit placer chez son partenaire. Le couple, nous dit Fritz Lang, n'est pas qu'affaire de passion et de romance pure ( les deux tombent amoureux instantanément, c'est plutôt physique ), mais aussi une histoire adulte, où chacun doit rattraper l'autre si ce dernier sombre. Et malgré les épreuves terribles qu'elle endure, Celia sera toujours là pour son époux. Elle fait fi du pire pour espérer le meilleur, et accède ainsi à une sorte de statut romantique d'autant plus intéressant qu'ici c'est une figure féminine qui l'expérimente.

    Un grand auteur, c'est aussi quelqu'un qui sait s'entourer des meilleurs. Ici, Stanley Cortez, futur directeur de la photo de La Nuit du Chasseur. Assurément, Laughton s'inspirera de quelques plans du film de Lang lorsqu'il réalisera son unique film. On retrouve dans les deux oeuvres une atmosphère singulière ( très rare dans le Lang, mais importante et impressionnante néanmoins ), quelques scènes totalement détachées de la réalité, baignant dans un onirisme d'une beauté plastique hallucinante. De manière générale, Lang sait comme peu de monde créer une ambiance ambigue, malsaine, propice à la paranoïa du spectateur. L'attachement au personnage de Bennett ne fait en effet que renforcer l'immersion du spectateur, lequel éprouve lui aussi un sentiment de perte et de peur face à l'inconnu. Lang sait très bien susciter l'intérêt, piquer la curiosité de son public, lui faire sans cesse se poser des questions sur la nature des individus et ce qui les anime.

    Le Secret derrière la porte est un film maîtrisé d'un bout à l'autre, terriblement prenant et doté d'une atmosphère d'horreur à la fois suggérée comme stylisée, et très cinématographique dans son côté spectaculaire. Film vraiment réussi, même si on peut lui reprocher quelques longueurs et un manque de subtilité par moments.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1395 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 26 mai 2011
    Les États-Unis réussissent vraiment bien à Fritz Lang qui signe ici un film rempli de suspense et de rebondissements notamment dans l'excellente deuxième partie. L'ensemble est rythmé, avec de superbes décors et le tout est admirablement mis en scène avec une certaine inventivité (la scène de procès imaginée par Michael Redgrave). Les acteurs sont excellents avec un Michael Redgrave très troublant et une Joan Bennett toujours aussi belle.
    Jean-françois Passé
    Jean-françois Passé

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 231 critiques

    4,0
    Publiée le 12 décembre 2012
    un Fritz Lang peu connu , et pourtant un petit bijou de suspense , qui n'a rien à envier à Hitchcock, tant la tension monte petit à petit pour nous étourdir presque , dans cette variation de Barbe bleue .tout y est parfait , les mouvements ingénieux de caméra , la mise en scène , les dialogues la lumière et le jeu des comédiens . Encore une belle leçon de cinéma !
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 173 critiques

    3,5
    Publiée le 4 avril 2014
    En sortant de ses sentiers battus, Fritz Lang réussit à nous imposer une patte à la Hitchcock, en y mettant son grain de sel particulier : tous les composants tragiques de l’obscur destin qu’il réserve à son héros, en appelle autant à Freud qu’à l’auteur de « Barbe bleue ». Dans le clair-obscur d’un décor trompeur, la dramaturgie se résume principalement à l’affrontement entre les deux époux. Mais insidieusement, Lang donne à son environnement une importance qui par la suite, par les indices déposés, deviendra capitale. On pense bien à sir Alfred…

    Avis bonus La carrière de Joan Bennet et le discours du maître sur la fascination du meurtre, ce n'est pas déplaisant
    Pour en savoir plus
    Gody G.
    Gody G.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 310 critiques

    3,5
    Publiée le 21 juin 2013
    Bon drame psychologique ! c'est le premier de Fritz Lang que j'apprécie vraiment. Une très belle réalisation, belle photo pour un budget presque minable. Chapeau ! Il y a juste la séquence dans la chambre 7 entre Celia et Mark au moment des révélations qui semble un peu tiré par les cheveux.
    lauracooper
    lauracooper

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 70 critiques

    1,0
    Publiée le 15 novembre 2006
    Des images sublimes dans un Noir&Blanc parfait. Une mise en scène hyper maîtrisée. Mais: une histoire assez lourdinque (je préfère, dans le même genre, "la maison du Dr. Edwardes" de Hitchcock), une voix-off omniprésente obligeant la comédienne à mimer ce qu'elle dit et une musique assez insupportable. Pas le plus grand film de Lang, assurément.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top