Mon compte
    The Manor
    note moyenne
    1,7
    120 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Manor ?

    18 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    1 critique
    3
    7 critiques
    2
    5 critiques
    1
    4 critiques
    0
    0 critique
    2985
    2985

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 653 critiques

    2,5
    Publiée le 11 octobre 2021
    Une petit film à tendance surnaturelle sans prétention qui se laisse relativement bien suivre. L'ambiance est l'atout numéro 1 de ce long métrage, se déroulant dans une maison de retraite, on y suit Judith tout juste arrivé après des problèmes de santé, et bien vite l'endroit et le personnel vont s'avérer suspect. Le côté anxiogène est convaincant, mais le principal défaut du film est son coté fantastique, mal amené, pas très subtile et à la réalisation très monotone, et ce final bien que moins conventionnel que d'ordinaire est très abrupte, correcte pour un film dont on n'attendait pas grand-chose.
    Muertomega
    Muertomega

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 182 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2021
    Barbara Hershey joue franchement bien et le reste du casting est vraiment bon. Personnages bons même si le film a quelques clichés par-ci par-là . Histoire plutôt bonne et intéressantes avec des sujets originaux mais vraiment bien amené. Le scénario est très bon et tient en haleine d'un manière tellement efficace. L'ambiance marche horriblement bien et combiné avec les affreuses vérités qu'Axelle Carolyn mets en place c'est WAHOO! Effets spéciaux assez moyen mais suffisant. Le film a un penchant incroyablement glauque mais pas non plus anxiogène à fond , jumpscares assez décevants . Mais bon , quelques scènes sont rondement bien menés en plus d'être anxiogènes.
    Sachez qu'à la base je voulais mettre la note de 3/5 à "The Manor" mais la fin en plus de lui donner 3.5/5 l'a placer devant "Bingo Hell" ! Voici mon top "Welcome to the Blumhouse" cuvée 2021 :
    1- The Manor
    2- Bingo Hell
    3- Madres
    4- Black as Night
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 1 034 abonnés Lire ses 1 324 critiques

    3,0
    Publiée le 8 octobre 2021
    Ouf ! Après les très oubliables "Black as Night" et "Bingo Hell", l'anthologie "Welcome to the Blumhouse" de 2021 se ressaisit plutôt de belle manière en deuxième semaine avec ce nouveau long-métrage signée Axelle Carolyn et consacrée de manière plus frontale au triste sort de nos aînés délaissés au crépuscule de leur vie...

    Victime d'un accident vasculaire cérébral qui lui fait prendre conscience de son grand âge, Judith décide d'intégrer un "manoir de retraite" pour ne pas devenir un poids pour sa famille et, plus particulièrement, pour son petit-fils avec qui elle entretient une relation privilégiée.
    Évidemment, vu la surpopulation de corbeaux qui entoure l'établissement, on devine très vite que des choses louches vont s'y dérouler, surtout lorsque Judith se met à voir une étrange silhouette rôder d'un peu trop près autour de sa partenaire de chambrée terrorisée...

    En plus de créer un climat de mystère sur ses finalités, l'argument fantastique de "The Manor" est bien sûr avant tout un prétexte classique pour faire de son héroïne l'incarnation humaine du cri de désespoir d'une personne âgée captive de la solitude et de possibles signes de démence.
    En effet, si, dans un premier temps, Judith choisit volontairement de s'éloigner de sa famille pour vivre ce qui est peut-être le dernier chapitre de son existence dans ce manoir, elle cherche malgré tout à y ressentir le souvenir de ses jeunes et meilleures années, ses premiers jours s'apparentent même à ceux d'une nouvelle élève dans un lycée ou d'une étudiante à l'université avec la découverte de sa chambre en coloc', ses hésitations à choisir une place à la cantine, les nouvelles rencontres et un possible béguin avec le séducteur des lieux. Mais, lorsque elle devient la principale témoin des apparitions d'une créature aux allures de racine vivante et cherche à alerter le personnel et sa famille, tout bascule ! Les événements se jouant contre elle amènent peu à peu cette femme au caractère déterminée à embrasser le rôle d'une "vieille folle" dont les divagations n'appellent plus guère d'attention, changeant le regard des autres sur elle jusqu'à la déconsidérer et la traiter via une infantilisation cette fois extrême et parfois même brutale. Pire encore, même son petit-fils, son pilier extérieur face à une fille dépourvue d'attention à son égard, se met à se détourner d'elle en ne la croyant pas et en cherchant à réduire leurs interactions.

    Cette descente aux enfers de la vieillesse était attendue vu le sujet du film mais "The Manor" la capte brillamment, construisant étape par étape toute la détresse qui se met à aspirer son héroïne jusqu'à la faire douter de sa propre santé mentale, il faut dire que l'ensemble est superbement soutenue par la prestation très émouvante de Barbara Hershey, vétérante du cinéma de genre à laquelle Axelle Carolyn offre un rôle en or, parsemé de clins d'oeil à son amour du fantastique (son petit-fils et elle partagent le même passion pour l'horreur) et épaulé par d'autres têtes bien connues de ses spectateurs les plus fidèles (l'éternel Bruce Davison ou encore Jill Larson de "L'Étrange cas Deborah Logan").

    Cependant, si "The Manor" touche très juste pour nous attacher aux appels au secours de son héroïne, il faut hélas reconnaître que l'intrigue surnaturelle chargée de les véhiculer se montre moins convaincante. Non pas qu'elle soit mauvaise en soi -elle offre même des rebondissements intéressants dans les révélation de son modus operandi- mais son exécution tout au long du film ne suscitera jamais les frissons espérés, la faute à une mise en scène beaucoup trop fade pour donner de l'ampleur, un véritable impact, à des séquences-clés (des manifestations de la créature aux scènes finales, "The Manor" donne le sentiment de passer à côté d'un gros potentiel visuel), et à une dernière partie expédiée, faisant appel à certaines facilités pour précipiter sa conclusion (pourtant bien mieux pensée que la moyenne).
    Et on ne peut que le regretter car ce manque de folie esthétique et la trop courte durée de la proposition paraissent vraiment freiner la possibilité qu'avait "The Manor" pour être un très grand film fantastique sur la vieillesse comme a pu l'être dernièrement "Relic". Toutefois, ne boudons pas notre plaisir, face à la pauvreté des longs-métrages précédents, "The Manor" fait réellement figure de bonne surprise au sein du marasme général dans lequel ces productions Blumhouse/Amazon nous entraînaient.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top