Mon compte
    The Manor
    note moyenne
    1,7
    108 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Manor ?

    16 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    0 critique
    3
    6 critiques
    2
    5 critiques
    1
    4 critiques
    0
    0 critique
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 958 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 8 octobre 2021
    Ouf ! Après les très oubliables "Black as Night" et "Bingo Hell", l'anthologie "Welcome to the Blumhouse" de 2021 se ressaisit plutôt de belle manière en deuxième semaine avec ce nouveau long-métrage signée Axelle Carolyn et consacrée de manière plus frontale au triste sort de nos aînés délaissés au crépuscule de leur vie...

    Victime d'un accident vasculaire cérébral qui lui fait prendre conscience de son grand âge, Judith décide d'intégrer un "manoir de retraite" pour ne pas devenir un poids pour sa famille et, plus particulièrement, pour son petit-fils avec qui elle entretient une relation privilégiée.
    Évidemment, vu la surpopulation de corbeaux qui entoure l'établissement, on devine très vite que des choses louches vont s'y dérouler, surtout lorsque Judith se met à voir une étrange silhouette rôder d'un peu trop près autour de sa partenaire de chambrée terrorisée...

    En plus de créer un climat de mystère sur ses finalités, l'argument fantastique de "The Manor" est bien sûr avant tout un prétexte classique pour faire de son héroïne l'incarnation humaine du cri de désespoir d'une personne âgée captive de la solitude et de possibles signes de démence.
    En effet, si, dans un premier temps, Judith choisit volontairement de s'éloigner de sa famille pour vivre ce qui est peut-être le dernier chapitre de son existence dans ce manoir, elle cherche malgré tout à y ressentir le souvenir de ses jeunes et meilleures années, ses premiers jours s'apparentent même à ceux d'une nouvelle élève dans un lycée ou d'une étudiante à l'université avec la découverte de sa chambre en coloc', ses hésitations à choisir une place à la cantine, les nouvelles rencontres et un possible béguin avec le séducteur des lieux. Mais, lorsque elle devient la principale témoin des apparitions d'une créature aux allures de racine vivante et cherche à alerter le personnel et sa famille, tout bascule ! Les événements se jouant contre elle amènent peu à peu cette femme au caractère déterminée à embrasser le rôle d'une "vieille folle" dont les divagations n'appellent plus guère d'attention, changeant le regard des autres sur elle jusqu'à la déconsidérer et la traiter via une infantilisation cette fois extrême et parfois même brutale. Pire encore, même son petit-fils, son pilier extérieur face à une fille dépourvue d'attention à son égard, se met à se détourner d'elle en ne la croyant pas et en cherchant à réduire leurs interactions.

    Cette descente aux enfers de la vieillesse était attendue vu le sujet du film mais "The Manor" la capte brillamment, construisant étape par étape toute la détresse qui se met à aspirer son héroïne jusqu'à la faire douter de sa propre santé mentale, il faut dire que l'ensemble est superbement soutenue par la prestation très émouvante de Barbara Hershey, vétérante du cinéma de genre à laquelle Axelle Carolyn offre un rôle en or, parsemé de clins d'oeil à son amour du fantastique (son petit-fils et elle partagent le même passion pour l'horreur) et épaulé par d'autres têtes bien connues de ses spectateurs les plus fidèles (l'éternel Bruce Davison ou encore Jill Larson de "L'Étrange cas Deborah Logan").

    Cependant, si "The Manor" touche très juste pour nous attacher aux appels au secours de son héroïne, il faut hélas reconnaître que l'intrigue surnaturelle chargée de les véhiculer se montre moins convaincante. Non pas qu'elle soit mauvaise en soi -elle offre même des rebondissements intéressants dans les révélation de son modus operandi- mais son exécution tout au long du film ne suscitera jamais les frissons espérés, la faute à une mise en scène beaucoup trop fade pour donner de l'ampleur, un véritable impact, à des séquences-clés (des manifestations de la créature aux scènes finales, "The Manor" donne le sentiment de passer à côté d'un gros potentiel visuel), et à une dernière partie expédiée, faisant appel à certaines facilités pour précipiter sa conclusion (pourtant bien mieux pensée que la moyenne).
    Et on ne peut que le regretter car ce manque de folie esthétique et la trop courte durée de la proposition paraissent vraiment freiner la possibilité qu'avait "The Manor" pour être un très grand film fantastique sur la vieillesse comme a pu l'être dernièrement "Relic". Toutefois, ne boudons pas notre plaisir, face à la pauvreté des longs-métrages précédents, "The Manor" fait réellement figure de bonne surprise au sein du marasme général dans lequel ces productions Blumhouse/Amazon nous entraînaient.
    2985
    2985

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 588 critiques

    2,5
    Publiée le 11 octobre 2021
    Une petit film à tendance surnaturelle sans prétention qui se laisse relativement bien suivre. L'ambiance est l'atout numéro 1 de ce long métrage, se déroulant dans une maison de retraite, on y suit Judith tout juste arrivé après des problèmes de santé, et bien vite l'endroit et le personnel vont s'avérer suspect. Le côté anxiogène est convaincant, mais le principal défaut du film est son coté fantastique, mal amené, pas très subtile et à la réalisation très monotone, et ce final bien que moins conventionnel que d'ordinaire est très abrupte, correcte pour un film dont on n'attendait pas grand-chose.
    Ann Val
    Ann Val

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 320 critiques

    3,0
    Publiée le 23 octobre 2021
    Une ode à recherche de la jeunesse éternelle plus qu'un véritable film d'horreur, ce film n'est pas exceptionnel mais se laisse regarder car les acteurs sont vraiment bons. La vieillesse, les maisons de retraite et autres traitements, ainsi que le lien à la famille, sont abordés de manière très romancée. J'ai surtout eu plaisir à retrouver des visages connus et âgés d'acteurs qui ont toujours leur place dans le cinéma !
    Frédéric M.
    Frédéric M.

    Suivre son activité 68 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 24 octobre 2021
    Un film sans prétention, peu original, mais qui captive suffisamment pour ne pas s'ennuyer et un certain plaisir à revoir la Barbara de l'emprise dans un film récent. Son personnage détonne. La fin peut surprendre par contre (mais dans le bon sens)
    Bolatin13
    Bolatin13

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 355 critiques

    1,0
    Publiée le 21 octobre 2021
    C'est très rare : ce film m'a mis en colère : colère de m'être fait berner autant.
    La déception est à la hauteur des promesses de début de film : des dialogues ciselés, une maison de retraite apparemment bien normale, de beaux petits vieux, un gentil petit-fils, une ex-danseuse vieille mais charmante, des infirmières prévenantes.
    Mais quelle mascarde finale! Quelle ridicule adhésion finale au machiavélisme tant détesté!
    Ne parlons pas des ridicules créatures qui hantent les cauchemars ou qui hante l'arbre de vie!
    Gentilbordelais
    Gentilbordelais

    Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 14 octobre 2021
    Un canevas de départ guère original sur une mise en scène quelque peu empruntée et à facilités. mais la tournure proposée, bien qu'invraisemblable, surprend, jusqu'au final en contre-pied. Un drame fantastique toutefois dispensable.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 321 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,5
    Publiée le 14 octobre 2021
    On attendait le film qui, tel le Messie, investirait la maison de retraite par le prisme de l’épouvante pour en faire le conservatoire des angoisses, des fictions et de la lente mais certaine dégradation du corps et de l’esprit des personnes qui y sont envoyées ; dans un genre différent, rappelons le fameux I Care a lot (J Blakeson, 2021) et sa dénonciation de la course au profit dans les Ehpad américains, ou le tout aussi récent The Father (Florian Zeller, 2021) qui s’achevait dans une chambre médicalisée. The Manor n’a certes pas la maîtrise et l’inventivité des deux œuvres précédemment citées mais demeure une réflexion pertinente sur la fin de vie assistée que l’on « offre » à ses parents, suivant un double souci de les savoir en sécurité et de ne plus en être responsables – reflet de nos sociétés modernes occidentales, au sein desquelles l’individu se définit par son utilité et sa compétitivité.

    La caméra d’Axelle Carolyn sait jouer avec le manoir qui sert d’asile à Judith, et qui donne son titre au long métrage : elle le présente tantôt comme un petit coin de paradis situé à l’abri des tumultes du monde, tantôt tel un bagne gothique qui retient les pensionnaires prisonniers contre leur volonté. Ce traitement double du lieu peut correspondre à la différence de perception qu’en ont les personnages : la famille juge l’endroit hospitalier et agréable, Judith le regarde avec inquiétude ; ses visions, qui n’en sont pas, font apparaître à l’écran une allégorie de cette peur panique devant la disparition, le monstre incarnant la faucheuse croisée avec des rites celtiques que l’on pratique non loin de là. Que l’irruption de la magie noire s’avère plutôt grossière, voire ridicule, n’empêche pas le film de viser juste lorsqu’il orchestre un ultime retournement de situation, traduction parfaite de la lâcheté de l’humain devant sa condition de mortel.

    Nous regretterons que la mise en scène soit aussi opportuniste et ne cultive guère le mystère : les plans, charcutés par le montage, sont là pour signifier immédiatement ; la réalisatrice aurait gagné à disperser des indices, à faire naître la folie petit à petit et dans l’esprit de Judith et dans celui du spectateur. The Manor manque de subtilité, fonce dans l’épouvante comme un éléphant dans un magasin de porcelaines et perd aussitôt en puissance immersive. Il n’en reste pas moins une déclinaison digne d’intérêt du thème de la vieillesse, dans la continuité d’œuvres comme Relic (Natalie Erika James, 2020).
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 372 abonnés Lire ses 11 critiques

    1,0
    Publiée le 7 janvier 2022
    Certains acteurs réellement talentueux ont profité d'un travail rapide en apparaissant dans ce mauvais film qui ressemble aux nombreux films à thème satanique des années 1970 qui étaient dix fois meilleurs grâce à des scénarios astucieux et à un facteur de peur délicieux. Ce film met en scène Barbara Hershey dans le rôle d'une femme souffrant de la maladie de Parkinson qui se rend dans une maison de repos pour découvrir qu'elle y cache un sombre et profond secret. C'est un film avec une excellente atmosphère et des personnages bien structurés. Tout au long de l'histoire la tension est très bien maintenue mais la fin est vraiment mauvaise qui est inattendue n'a pas le moindre sens et il n'y a de plus rien à dire...
    Muertomega
    Muertomega

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 181 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2021
    Barbara Hershey joue franchement bien et le reste du casting est vraiment bon. Personnages bons même si le film a quelques clichés par-ci par-là . Histoire plutôt bonne et intéressantes avec des sujets originaux mais vraiment bien amené. Le scénario est très bon et tient en haleine d'un manière tellement efficace. L'ambiance marche horriblement bien et combiné avec les affreuses vérités qu'Axelle Carolyn mets en place c'est WAHOO! Effets spéciaux assez moyen mais suffisant. Le film a un penchant incroyablement glauque mais pas non plus anxiogène à fond , jumpscares assez décevants . Mais bon , quelques scènes sont rondement bien menés en plus d'être anxiogènes.
    Sachez qu'à la base je voulais mettre la note de 3/5 à "The Manor" mais la fin en plus de lui donner 3.5/5 l'a placer devant "Bingo Hell" ! Voici mon top "Welcome to the Blumhouse" cuvée 2021 :
    1- The Manor
    2- Bingo Hell
    3- Madres
    4- Black as Night
    OldBoy
    OldBoy

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 464 critiques

    3,0
    Publiée le 18 octobre 2021
    Ancienne compagne et complice de Neil Marshall, Axelle Carolyn volé depuis de ses propres ailes.
    Avec The Manor, la cinéaste réalise un petit film sympathique, visuellement très bien fichus et bien interprété par un solide casting.
    Réflexion sur l'acceptation de la vieillesse et de la mort, le film raconte l'histoire de Judith (Barbara Hershey), une ancienne danseuse septuagénaire qui, pour des raisons médicales, est placée dans une maison spécialisée.
    Prenant peu a peu ses marques dans cet élégant manoir grâce a la compagnie de trois autres résidents (dont l'excellent Bruce Davison), Judith commence tout de même a trouver qu'il se passe des choses étranges et commence a craindre pour sa vie.
    Malgré des qualités évidentes tel que sa photographie, ses acteurs principaux, son ambiance, spoiler: sa fin délicieusement amorale
    et ses effets spéciaux, le film est peut être un peu trop court (remarquez, il va droit a l'essentiel ce qui n'est pas un défaut en soi), manque de tension et l'interprétation n'est pas toujours au top de la part des seconds rôles.
    Une chouette curiosité qui ne réinvente pas la roue mais se laisse voir.
    Merteuil
    Merteuil

    Suivre son activité Lire ses 32 critiques

    2,5
    Publiée le 24 novembre 2021
    Très classique dans le fond : tout ce qu'il propose a été déjà vu ailleurs en mieux. Pas très subtil sur la forme mais correctement joué. Un téléfilm qui se laisse regarder, et qui a au moins le mérite de proposer un fin inattendue pour ce genre d'œuvre.
    David H
    David H

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    3,5
    Publiée le 14 janvier 2022
    Très bien pour l’intelligence du scénario et les acteurs bons. La talentueuse actrice principale a du charme et j’aime le doublage de voix qui lui va à ravir. Dommage la fin est étrange, décevante tout de même … la frontière entre le mal et Faire le bien … je veux une suite car on peut pas avoir une fin comme celle proposée. L’arbre doit brûler ptn! Vite vite je veux une suite !!!
    La même voix que pour jessica lange. Il y’a quelques chose de poétique dans le film, la longévité celtique. Bravo pour avoir proposé un film différent et pas banal !
    McCOY
    McCOY

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2021
    "THE MANOR" : J'ai mis 5 étoiles mais ça n'en vaut que 3. Pourquoi ? Pour réhausser la moyenne du film. Il vaut largement mieux que les pauvres notes qu'on lui attribue. Un climat anxiogène, une réalisation soignée, une déclaration d'amour aux mamies et quelques petits moments de flippe efficaces et bien distillés. La prestation sans fausse note de Barbara Hershey et une jolie photo, complètent le tableau. Pas le film de l'année, loin de là, mais lui faire la peau sous prétexte qu'il n'y a pas d'action ou de Jumps-Scares toutes les deux minutes, ça laisse dubitatif quant aux attentes des spectateurs ainsi que leurs goûts en matière de films de genre. Forcément, quand on mate ça en français sur un portable entre deux stations de métro, bonne chance pour l'immersion.
    Audrey LaMissAudrey
    Audrey LaMissAudrey

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 1 novembre 2021
    Je voulais me faire peur en ce jour d'halloween... Et bien, le début est prometteur : une maison de retraite avec des patients terrifiés quand viens la nuit. Et puis... Le soufflé retombe et pas qu'un peu... Si vous voulez avoir peur, passez votre chemin vers un autre film !
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 27 octobre 2021
    Ce film, réalisé par Axelle Carolyn et sorti tout récemment sur Prime Video, qui est le dernier (pour l'instant du moins) de la série de films "Welcome to Blumhouse", n'est vraiment pas terrible, mais ce n'est en même temps pas très surprenant ! C'est le premier film que je vois de cette série, je n'ai donc pas de point de comparaison, mais en revanche je savais un peu à quoi m'attendre, notamment au vu des notes et critiques de cette série mais également sur le fait qu'ils sont avant tout construits sur le modèle du téléfilm, c'est-à-dire avec le budget le plus économique possible et avec un scénario relativement simpliste et déjà-vu. Et le film ne déroge pas à la règle puisque nous avons tous les ingrédients que nous retrouvons dans un téléfilm. Néanmoins, est-ce mauvais pour autant ? Je dirai que si nous sommes bon public, ça peut clairement passer, il ne faut avoir de grandes exigences ni le comparer aux films de genre de cinéma, le film n'est même dans l'ensemble pas désagréable à regarder, surtout en cette période de fin d'années et Halloween approchant (on est bien dans l'ambiance quoi). Néanmoins, le scénario souffre de beaucoup de longueurs, qui sont un peu là pour un combler une histoire relativement vide et surtout, comme je l'ai mentionné précédemment, déjà vu. C'est donc celle de Judith, une retraitée, qui après une crise cardiaque, est emmenée dans une maison de retraite. Mais très vite, elle va se rendre compte d'évènements étranges. Le fond de l'histoire est très prévisible, une fois qu'on a fait le tour des personnages principaux, on devinne très vite les intentions et les secrets de chacun. En revanche, le film n'est pas forcément prévisible sur sa forme, c'est-à-dire qu'on ne sait pas vraiment comment vont se dérouler la suite des évènements et de quelle manière les antagonistes arrivent à leur fin. Le tout est finalement très exagéré, surjoué et limite nanardesque mais la fin est tout de même très surprenante et nous évite une happy ending des plus niaises. "The Manor" n'est donc clairement pas marquant mais il peut très facilement occuper un après-midi pluvieux.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top