Notez des films
Mon AlloCiné
    8 femmes
    note moyenne
    3,3
    14458 notes dont 725 critiques
    répartition des 725 critiques par note
    203 critiques
    227 critiques
    57 critiques
    136 critiques
    70 critiques
    32 critiques
    Votre avis sur 8 femmes ?

    725 critiques spectateurs

    fresh-BUZZ
    fresh-BUZZ

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 707 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2013
    8 Femmes c'est du cinéma à l'état brut, un film de femme fait par homme, ça donne une enquête policière dont au fond on se fout totalement, car ce qui compte dans le film de François Ozon, c'est la mise en scène, les actrices, les dialogues, le cinéma quoi! D'une grande intelligence, 8 Femmes est accrocheur et inventif, parfois drôle, parfois touchant et toujours juste, du cinéma français comme on l'aime, innovant et plaisant. Le scénario est très bon, même si on se fiche de l'ensemble, c'est un vrai plaisir de découvrir les différents rebondissement (François Ozon et Marina De Van reçurent d'ailleurs le César du Meilleur scénario original ou adaptation), les personnages sont bien écrits, profond et attachant, les actrices sont très bonnes, Catherine Deneuve et Virginie Ledoyen sont parfaites, Isabelle Huppert et Ludivine Sagnier sont très bonnes (Huppert fut nominé au César de la Meilleure actrice et Sagnier fut nominé au César du Meilleur jeune espoir féminin), Fanny Ardant et Danielle Darrieux sont bonnes (Ardant fut nominé au César de la Meilleure actrice et Darrieux fut nominé au César de la Meilleure actrice dans un second rôle), Emmanuelle Béart est mauvaise, Firmine Richard est toujours juste, elles reçurent un Ours d'argent, les dialogues sont malins, finement écrit et formidablemnt bien construit, la mise en scène est maîtrisé et inventive, un enchantement visuel, la photographie de Jeanne Lapoirie est magnifique (elle fut nominé au César de la Meilleure photographie), Krishna Levy signe une bien jolie B.O. (elle fut nominé au César de la Meilleure musique écrite pour un film ), les costumes de Pascaline Chavanne sont superbes et aurait mérité une récompense (elle ne fut que nominé au César des Meilleurs costumes), les décors de Arnaud De Moléron sont très beau (il fut nominé au César des Meilleurs décors). 8 Femmes, c'est du grand cinéma d'auteur, toujours précis et intelligent, François Ozon (nominé au César du Meilleur réalisateur) et son film (qui fut nominé à l'Ours d'or du meilleur film et au César du Meilleur film français de l'année) nous offre un très beau spectacle, visuellement sublime et fin dans sa narration, 8 Femmes est un véritable plaisir d'1H51. François Ozon signe un petit bijou, son film est beau, maîtrisé, fin, drôle, touchant, juste, plaisant et surtout intelligent. À voir et à revoir de toutes urgences.
    NoSerious M
    NoSerious M

    Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 178 critiques

    5,0
    Publiée le 14 janvier 2018
    Un régal ! François Ozon est l'un des réalisateurs français les plus distingués de notre siècle, nous ayant offert des films tantôt bizarres voire WTF ("Ricky" en 2009, "L'amant double" en 2017), et tantôt des films plus légers ("Potiche" en 2011), d'autres un peu plus graves ("Dans la maison" en 2012, le très bon "Frantz en 2016), tous mettant le personnage de la Femme plus ou moins en valeur, à croire que le thème féministe lui tient beaucoup à coeur. Adapté d'une pièce de théâtre écrite par Robert Thomas en 1958 et représentée pour la première fois en 1961, "Huit femmes", sorti en 2002, est le mariage de la comédie, du polar et de la comédie musicale. L'histoire prend place dans une grande demeure bourgeoise durant les années 1950, dans laquelle huit femmes liées de famille se réunissent pour passer les fêtes de Noël. Hélas, les joies des fêtes sont de courte durée puisque Marcel, le maître de maison est retrouvé mort dans son lit, poignardé dans le dos. Sachant que personne d'autre n'est entré par effraction dans la maison, solidement protégée, le meurtrier est forcément l'une des huit femmes... mais laquelle? Le film suit donc la résolution de ce véritable Cluedo filmique dans lequel se rencontrent quiproquos, révélations, fausses pistes et chansons aux valeurs symboliques sur les personnages. Verdict: perso, je n'ai jamais jusqu'à présent lu la pièce originale, alors je ne pourrais pas juger sur la fidélité avec l'oeuvre papier. Néanmoins, le film ne me paraît pas trahir le support original. Trois visionnages permettent de confirmer mon ressenti: si ce film divise pas mal le public (6,3/10 sur SC, ou encore l'injuste moyenne de 3,1/5 sur Allociné), il est pour moi l'un des plus beaux et l'un des films français les plus subtils que j'ai vus ! Une pure réussite qui prouve que le cinéma français vaut largement le cinéma américain, et les autres cinémas internationaux (la preuve, le film obtient une note de 79% de critiques positives sur Rotten Tomatoes). Mon 10/10 va être largement justifié par ces huit raisons pour lesquelles "8 femmes" est un chef d'oeuvre : 1) Un casting exquis: tout d'abord, la première chose qui interpèle, à première vue de l'affiche, c'est la distribution. Quelle surprise ! De tous les âges, le film présente des personnages très vivants, par le biais de huit icônes du cinéma français: Catherine Deneuve ("Les parapluies de Cherbourg", "Belle de jour", "Indochine"), Isabelle Huppert ("La pianiste", "Une affaire de femmes", "Elle") interprétant ici une lady orgueilleuse et égoïste spoiler: mais ayant en réalité une passion secrète pour les histoires romantiques, ce qui n'est pas conforme à sa nature ; Danièle Darrieux ("Marie-Octobre", "Madame de...", "Les demoiselles de Rochefort"), grand mère lunatique, Firmine Richard ("La première étoile", "Romuald et Juliette", "Bowling"), Emmanuelle Béart ("Manon des Sources", "Nelly et Monsieur Arnaud", "Mes stars et moi"), Virginie Ledoyen ("La plage", "La doublure"), Fanny Ardant ("Ridicule", "Pédale douce"), spoiler: lesbienne, et secrètement en couple avec Madame Chanel (Firmine Richard) et très douteuse dans ses paroles ; et surtout, celle qui reste pour moi LA petite révélation du film: Ludivine Sagnier ! âgée de 22 ans lors du tournage du film mais interprétant un personnage de 16-17 ans tellement la jeunesse lui a collé à la peau, elle fait preuve d'une grande spontanéité dans son interprétation, et sans surjouer ni donner au spectateur l'illusion spoiler: qu'il s'agit en réalité de la "coupable", alors que de tout le film, elle est le personnage le moins suspect des huit. Tous les personnages ont leur petit plus, leur petite spécificité, qui fait tout le charme du film, et évite ainsi ce dernier à trop se répéter. 2) Une comédie musicale inattendue: l'enquête est entrecoupée de huit morceaux, huit reprises pour les huit femmes. Ceux-ci tentent de refléter la personnalité des personnages et révéler certains secrets (notamment Isabelle Huppert, froide et détestable, spoiler: mais qui en réalité est une femme malheureuse recherchant désespérément le confort à travers les romans "à l'eau de rose", Firmine Richard spoiler: avouant son lesbiannisme, lui permettant une plus grande ouverture aux autres, d'ou le titre du morceau: "Pour ne pas vivre seul", ou même Virginie Ledoyen avec "Mon amour, mon ami", gaie et mignonne comme tout, révélant par la suite spoiler: sa grossesse et son véritable lien avec son prétendu père biologique, à savoir la victime). La chose inattendue, c'est que, si le premier morceau est bon enfant à la limite du comique, les autres ne plombent à aucun moment l'intrigue du film, arrivant toujours au bon moment, ce qui fait que l'ennui ne pointe jamais son nez. 3) Une musique bien mise en valeur: cette idée rejoint la précédente ; la musique du film signée Krishna Levy, caractérisée par une orchestration proche du classique, accompagne le suspense du film sans être trop pompeuse même si je trouve qu'elle est un peu trop linéaire par moment... ce qui ne l'empêche d'être par moment très belle voire presque émouvante. 4) Un film musical, mais: une comédie avant tout: ensuite, le film est porté par de très bons gags, souvent par le biais du comique de situation basé sur les mystères que tiennent les héroïnes en elles. Mention spéciale à Firmine Richard et Fanny Ardant, toutes les deux à mourir de rire spoiler: parce qu'au final Richard est la seule à comprendre réellement la supercherie au bout d'un moment mais ne trouve pas le moment de le déclarer, tandis qu'Ardant pose beaucoup de doutes au spectateur, semblant elle-même se désigner comme la dealeuse par moment, alors qu'il n'en est rien. Le film est rempli d'autodérision, et au bout du compte, la Mort n'est presque plus prise au sérieux par ces huit étoiles qui semblent toutes beaucoup s'amuser dans leurs interprétations. 5) Mais aussi, un thriller efficace: sous ses apparences de "film pour filles" teintées de roses, celles-ci se fanent bien vite (je reprends Behind the Mask pour le coup) pour laisser place au suspense, à travers un huis-clos digne des "Huit salopards" (2016) de Quentin Tarantino. On ne peut à vrai dire pas vraiment parler de réelle tension, mais le thriller réussit à se frayer une place entre le comique et la musique de manière jubilatoire: rire de la situation improbable? la prendre au sérieux? De multiples interprétations peuvent être effectuées, je rejoindrais personnellement celle du rire dans la situation initiale, tragique, rejoignant une thèse qui divise: peut-on rire de tout? Parce qu'en effet, les personnages par moment ne prennent plus du tout au sérieux l'intrigue initiale, c'est à dire l'enquête sur la mort de Marcel, maître de maison mari de Gabrielle dite Gaby (Catherine Deneuve) et père de Catherine (Ludivine Sagnier). A tout moment, l'intrigue est poussée au second plan pour laisser place à d'autres sous-intrigues pas forcément liées à l'enquête, notamment les nombreuses scènes de dispute entre Gaby et Augustine (Isabelle Huppert), soeurs ennemies, ou encore les dialogues entre Catherine et Suzon (Virginie Ledoyen), deux personnages encore pratiquement enfants. 6) Un mariage d'amour, celui de ces trois genres: lier ces trois genres bien différents, je crie au génie. Quel défi! Qui, à part François Ozon, a déjà songé à cela pour la réalisation d'un film? Les trois genres sont très bien reliés et aucun d'entre eux n'est délaissé afin de mieux laisser place à un genre en particulier. 7) Un retournement final étonnant: ah,...... Nombreux sont les films à twist final dont j'ai été spoilé... "Seven", "Usual Suspects", "Le Prestige" et j'en passe! Tous ces films m'ont déçu à cause d'un petit hic, celui de ne pas avoir été surpris. Et pourtant malgré son statut assez culte, "Huit femmes" comporte un retournement final totalement inattendu (et pour une fois, je ne connaissais rien de lui), voire presque oublié (la preuve, il n'est quasi jamais mentionné dans la liste des films à retournement de situation), dégageant une morale très juste sur les conditions de vies et les relations entre l'Homme et la Femme: spoiler: à la fin du film, il est révélé que Catherine, qui est comme déjà dit le personnage semblant être le plus innocent du film, a comploté contre sa famille pour qu'elles se rendent compte de leur comportement vis à vis de Marcel, la victime, unique personnage masculin du film. Cette fin désigne tout le contraire des clichés habituelles des hommes machos et misogynes qui délaissent leurs femmes, ou les laissant effectuer les tâches les plus désagréables, un peu à la manière de "Gone Girl" (2014) de David Fincher. Puis, c'est bien connu, on se rend réellement compte de la valeur d'une personne uniquement lors de son absence. Grosso modo, l'idée ici est de mettre l'Homme et la Femme sur un même pied d'égalité, donc aucun cliché misogyne, contrairement à ce que j'ai pu lire. 8) Des décors charmants: enfin, une partie de la beauté du film réside dans les décors et les costumes. Les paysages enneigés qui entourent la demeure me font une nouvelle fois penser aux "Huit Salopards" de Tarantino (serait-ce un remake caché? ^^), même s'ils ne sont pas énormément montrés pour être inoubliables. Bon, je crois que j'en ai suffisamment dit... Pour conclure, "Huit femmes" est pour moi un grand classique du cinéma français, injustement sous-estimé, un polar comico-romantique que je ne peux m'empêcher de défendre pour les nombreuses qualités inaperçues par tous ; dans tous les cas, il ne vous laissera pas indifférents !
    Dead-for-Someone
    Dead-for-Someone

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 694 critiques

    4,0
    Publiée le 27 septembre 2016
    Curieux film, mais très bon film ! Même si son scénario est simple, reste le travail artistique et technique qui est de qualité. Dans une maison isolée, le propriétaire est retrouvé assassiné. Seulement, le tueur n'a pas pu venir de l’extérieur. Seule une personne dans la maison a pu commettre le crime. Et dans ce cas-là, il ne faut pas parler de meurtrier, mais de meurtrière car 8 femmes se trouvaient dans la maison au moment du meurtre... La réalisation de Ozon est simple mais efficace. Les prises de vues sont bonnes, le cadrage et la profondeur de champ soignés. Le scénario est une adaptation de la pièce de Robert Thomas. L'histoire se suit avec beaucoup d’intérêt, avec ses révélations, ses trahisons... J'ai eu beaucoup plus de mal avec les passages chantés. Le jeu d'acteur est très théâtre de boulevard, ce qui crée quelque chose de raffiné et de bizarre: si le jeu de certaines actrices est excellent (Emmanuelle Béart, Danielle Darrieux, Ludivine Sagnier) d'autres sont assez faiblardes (Catherine Deneuve, Isabelle Huppert [par moments], Firmine Richard). L'écriture des personnages est admirable. Les dialogues sont très bons. La photographie est très bonne, avec un habile mélange d'ombre et de lumière et des couleurs magnifiques. On peut regretter un montage trop simpliste, sans véritable prise de risques. Les décors sont superbes, les costumes très réussis et comme dit précédemment, si les scènes chantées ne m'ont pas forcément plu, cela ne veut pas dire que la musique est mauvaise. 8 femmes est un film tout à fait singulier mais très plaisant.
    WalkthisWay
    WalkthisWay

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 670 critiques

    4,5
    Publiée le 1 juillet 2017
    François Ozon donne ici une leçon de mise en scène, de direction d'acteur, d'écriture. Ce huis clos plongé dans une esthétique kitsch s'impose instantanément comme un classique du cinéma français, pour son casting cinq étoiles, oui, mais pas seulement.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    1,5
    Publiée le 7 février 2012
    Un film en forme de pièce de théatre qui sent la naphtaline. Tout fait vieillot dans ce film d'une autre époque. Même toute l'énergie et le talent de ses interprètes, ne peuvent empêcher ce film de n'être autre chose qu'un empilement de stars, tant son intrigue est insipide.
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 549 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    4,0
    Publiée le 29 mars 2014
    Fort de ses succès avec Les Amants criminels et Sous le sable, François Ozon ré-adapte la pièce de Robert Thomas quarante ans après 8 Femmes en noir de Víctor Merenda. Une maison coupée du monde par la neige, une famille à la limite de l'explosion, un meurtre sordide, huit suspectes. Un Cluedo grandeur nature bien français, ça mérite le détour ! Surtout avec un tel casting : Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart, Fanny Ardant, Virginie Ledoyen, Danielle Darrieux, Ludivine Sagnier et la Guadeloupéene Firmine Richard... Huit femmes vivant pour le plus part au sein de la même maison, toutes liées à ce mari assassiné et toutes cachant un lourd secret qui ne demande qu'à être mis à jour : l'épouse Deneuve obsédée par l'argent, la belle-sœur Huppert est une névrosée caractérielle, la fille aînée Ledoyen une fausse-prude en cloque, la fille cadette Sagnier une dévergondée qui a soif d'aventures, Ardant, la sœur de la victime, débarque sans crier gare après des années sans voir son frère, Mamy Darrieux a un pied dans la tombe et l'autre dans la bouteille, la bonne Béart trimballe une réputation de salope et la gouvernante Richard est une joueuse invétérée. Et plus le film avance, plus l'intrigue se resserre, le passé se dévoile, les motivation se font évidentes. Mais n'y a-t-il qu'une seule coupable ? Conservant la mise en scène théâtrale de la pièce éponyme, Ozon conserve un suspense haletant tout en colorant son métrage et lui attribuant une touche comique revigorante appuyée par des dialogues aux petits oignons et même des chansons tour à tour interprétées par nos actrices envolées. "Mon amour, mon ami" de Marie Laforet, "Pour ne pas vivre seul" de Dalida, "Message personnel" de Françoise Hardy ou encore "Papa t'es plus dans l'coup" de Sheila siéront à merveille aux situations mélo-dramatiques mais le plus souvent cocasses. On rit, on frissonne, on se questionne et on savoure enfin cette comédie policière intégralement féminine fraîche et rare où les zygomatiques coïncident brillamment avec les neurones. Une perle rare !
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    4,0
    Publiée le 9 janvier 2018
    Un Cluedo exclusivement féminin ! Ce "8 femmes" de François Ozon bénéficie d'un aspect théâtral prononcé et d'une touche de comédie musicale loin d'être désagréable, même pour les réfractaires du genre (ces passages s'encreront d'ailleurs parfaitement bien dans le contexte, et donneront encore plus de singularité et de charme au film). L'unique homme de la famille s'est fait assassiner dans cette maison dorénavant strictement féminine ; l'heure est donc à l'enquête afin de démasquer la coupable. Les nombreuses versions des personnages vont alors se succéder, et même si certaines auront du mal à être crédibles, la nuit du meurtre s'avèrera être riche en péripéties, rebondissements, et autres coïncidences en tout genre. Les actrices sont impeccables (à noter que c'est quand même la classe de réunir un casting aussi grandiose, allant même jusqu'à y glisser une photographie de Romy Schneider histoire d'agrandir cette palette de faciès prestigieux), la mise en scène est très jolie, le concept est bon, mais l'écriture pourra paraître quelque peu too much (voire facile en ce qui concerne certaines révélations), et ne bluffera pas vraiment au final. "8 femmes" est donc un Cluedo très esthétique, au style unique, et qui aurait pu s'apparenter à un chef d’œuvre si son écriture (entre personnages clichés et rebondissements hasardeux) avait été mieux ficelée et moins "grotesque"
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1966 abonnés Lire ses 5 059 critiques

    4,0
    Publiée le 2 décembre 2014
    Dans ce huis clos on se trouve vite dans un Cluedo familial où toutes sont suspectes à un moment donné. Il y a un réel plaisir coupable à regarder ce film à la fois très référencé et assez unique en son genre. Ozon signe un film qui ne manque pas de qualités, avec un côté récré plutôt fun mais il y a aussi des défauts, notamment et aussi cette fin un peu brusque et mal amenée. Original, sorte de champagne mais de moyenne gamme.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 361 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,0
    Publiée le 4 décembre 2011
    Tout commence comme un merveilleux conte de fées: il neige, une biche appparaît, la musique est radieuse... Puis le cauchemar commence: un homme vient d'être assassiné dans sa vaste maison, et les huit femmes le côtoyant deviennent toutes suspectes. L'une d'entre elles est coupable... Oui, mais laquelle ? Qui de l'épouse, de la belle mère, des deux filles, de la belle soeur, de la soeur, de la servante et de la gouvernante à commit ce terrible crime ? Huit femmes est un petit bijou qui mêle avec habileté différents genres : à la fois comédie musicale , huis clos et film policier, ce film de François Ozon se rapproche énormément d'un vaudeville, et donc du théâtre, mais cela ne brise en rien l'efficacité du film, bien au contraire! Les intermèdes musicaux sont parfois drôles, parfois emplis d'une profonde tristesse ( je pense notamment à la dernière chanson chantée par Danielle Darrieux ). Quant aux actrices, elles sont toutes les huit sublimes ( Isabelle Huppert est magistrale, Fanny Ardant est brillante, même Firmine Richard tire son épingle du jeu.. ). Un petit chef d'oeuvre d'humour grinçant, qui explore surtout le thème des secrets de famille. A découvrir absolument !
    The Claw
    The Claw

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 727 critiques

    4,0
    Publiée le 29 décembre 2014
    François Ozon porte vraiment bien son nom, parce que ça, il fallait vraiment oser : faire un film qui ressemble à une pièce de théâtre complètement kitsch, avec des actrices qui surjouent et des morceaux chantés! Il est peut-être dingue ce gars, mais moi j'ai aimé son concept, avec cette "intrigue policière" en ligne rouge qui est vraiment très bien ficelée : la preuve en est que je n'aurais pu deviner la fin. Ce film est une réussite.
    Travis.B33
    Travis.B33

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 724 critiques

    1,0
    Publiée le 19 février 2009
    Cette sorte de cluedo en film gâche toute sa beauté à cause des actrices et de chants musicaux ennuyant que chaque femmes chante pendant le film.Du gâchi!
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 2 052 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2014
    Avec une mise en scène et une interprétation très proches d'une pièce de théâtre, parsemée de quelques chansons rigolotes, touchantes ou décalées, un film policier qui vaut le détour, piquant, où les actrices s'avèrent truculentes, aux révélations bien amenées. Une œuvre qui m'a aussi fait penser aux romans d'Agatha Christie ou au film de Robert Altman "Gosford Park". Sympa même si je ne suis pas totalement fan de ce genre d'exercice de style.
    ER  9395
    ER 9395

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 336 critiques

    3,5
    Publiée le 21 décembre 2012
    François Ozon nous offre un bel hommage au femmes et à ces huit actrices .
    Carlos Stins
    Carlos Stins

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 657 critiques

    3,5
    Publiée le 3 septembre 2017
    Une chose est sure avec ce film, c'est ce que François Ozon nous amène là où on ne l'attends pas. En grand amoureux des femmes, François Ozon nous propose un huit clos mettant en scène huit femmes dont ni plus ni moins que Catherine Deneuve, Isabelle Hupert, Fanny Ardant... Et c'est bien ce casting de luxe qui permet au film de fonctionner. Partant d'une intrigue digne d'une partie de cluedo, François Ozon délaisse totalement son intrigue et abandonne toute volonté de suspense et de tension. Cela permet au réalisateur de se focaliser uniquement sur ces actrices à qui il offre des prestations sur mesure. La forme est clairement privilégiée au détriment du fond et le film brille par certaines séquences surréalistes très drôles. On peut tout de meme regretter ce choix car le film repose un peu trop sur ces actrices ce qui donne évidement un film doté de séquences inégales par leur qualité, certaines beaucoup moins inspirées que d'autres. Meme si le film ne brille que par moments, c'est suffisant pour proposer un ensemble convaincant à défaut d’être transcendant.
    Anya-Christina-Emanuella
    Anya-Christina-Emanuella

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 535 critiques

    5,0
    Publiée le 24 septembre 2009
    Un film que l'on regarde plus pour son casting que pour l'enquete policière . Mais le casting est parfait ! Que demander de plus ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top