Notez des films
Mon AlloCiné
    Ange
    note moyenne
    3,9
    112 notes dont 21 critiques
    répartition des 21 critiques par note
    9 critiques
    4 critiques
    7 critiques
    1 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Ange ?

    21 critiques spectateurs

    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 647 abonnés Lire ses 3 738 critiques

    4,5
    Publiée le 18 novembre 2014
    C'est remarquablement filmé avec des trouvailles géniales spoiler: (le travelling devant les fenêtres du "314", les yeux étonnées de la marchande de violettes…) La direction d'acteur est remarquable dominée par une Marlène Dietrich époustouflante. Le film est d'une finesse et d'une intelligence remarquable, c'est aussi une leçon de vie et de réalisme. La jalousie ne sert à rien et on ne sait vraiment si la fin spoiler: est un choix amoureux ou un gentleman agrément. (Quand Marlène expose à expose à Herbert Marshall les raisons qui font qu'elle n'a aucune raison de le quitter, c'est d'abord des raisons matérielles qu'elle invoque). Quelques défauts, il faut vraiment avoir fini de voir le film pour comprendre ce que Marlène spoiler: venait fabriquer au 314 de la Rue de la Tour, c'est évidemment parfaitement volontaire de la part de Lubitsch mais même rétrospectivement la scène d'entrée manque de clarté, ça gêne un peu. Par ailleurs la première partie aurait pu être abrégée d'une dizaine de minutes. Nous étions vraiment très près du chef d'œuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 7 mars 2013
    Trop classique, tout tourne autour de Marlène évidemment enfin tourne n'est pas le mot car voilà une réalisation vraiment statique. Le film compte quelques allusions à la guerre qui se prépare avec désinvolture et résignation.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    3,5
    Publiée le 5 février 2012
    Un beau film, surtout caractérisé par un scénario intelligent et original malgré les apparences. La manière dont Lubitsch construit son image situation est très pertinente : les indices sont présents du début à la fin mais leur ampleur est de plus en plus grande.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 262 critiques

    5,0
    Publiée le 15 décembre 2008
    "Angel" est une fascinante curiosité, qui nous offre la "Lubitsch's touch" dans toute sa magnifique intelligence, mais une "Lubitsch touch" à l'oeuvre sur un territoire plus indécis, voire théorique, à l'intersection exacte entre comédie (quelques dialogues brillants), mélodrame (Marlene resplendit, divisée - plus que déchirée, quand même, entre deux hommes également séduisants et aimés), et réflexion sur le conflit entre mariage et désir. Loin des lieux communs du genre - on peut toujours compter sur le génie aigu de Lubitsch pour rendre nouvelle, pertinente, voire acérée, la moindre scène - à moins qu'il ne l'escamote, tout simplement, dans l'une de ces stupéfiantes ellipses dont il a le secret -, Lubitsch nous livre un chef d'oeuvre inconfortable, qui voit peu à peu le chaos des sentiments s'éteindre sous le glacis de la raison (on a le droit de conclure que Lubitsch pense que, pour être heureuse, toute femme se doit d'avoir et mari et amant...). Voici donc un film moderne, impressionnant de richesse et de complexité.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 362 critiques

    3,5
    Publiée le 10 septembre 2013
    Le début du film est assez délicieux : quiproquos, mots d'esprit, séduction... La suite est toujours subtile, mais plus convenue : une histoire de femme un peu délaissée, tiraillée entre raison et sentiments, stabilité et esprit d'aventure. La fin est intéressante, avec un noeud cornélien du drame amoureux, lorsque le mari jaloux doit franchir une porte pour connaître la vérité sur la fidélité de sa femme. Savoir au risque de tout perdre ? Douter pour que tout reste possible ? Se mentir à soi-même et garder l'illusion des apparences ? Le plus délectable, cependant, reste la façon de filmer de Lubitsch. Il joue habilement de l'ellipse et laisse souvent l'essentiel de l'action hors champ. Un art de l'évocation indirecte : filmer le visage surpris d'une fleuriste pour évoquer la disparition de la belle inconnue et le désarroi de son soupirant ; s'attarder en cuisine, écouter les réactions des valets, observer le retour des plats pour traduire la gêne éprouvée lors d'un déjeuner rassemblant le mari, sa femme et son amant ; ou encore focaliser sur un téléphone décroché et laisser entendre quelques notes de piano pour suggérer que le mari a découvert le pot aux roses. Le réalisateur ne filme jamais l'évidence, mais les signes de l'évidence. Et c'est de ce "décalage" que naît la délicatesse, le charme, l'humour.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1215 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2017
    Connu pour ses comédies raffinées, Ernst Lubitsch signe avec "Ange" un film étonnant. On y reconnaît sa patte avec ses personnages mondains et élégants, son triangle amoureux et ses désirs non avoués mais ici le ton est plus grave. Pas totalement bien sûr car il subsiste çà et là quelques beaux traits d'humour. Mais l'essentiel du film, centré sur une femme s'ennuyant dans son mariage et vivant une brève aventure à Paris avec un homme s'avérant être une vieille connaissance de son mari, est ailleurs. Avec "Ange", Lubitsch va vers quelque chose de plus grave et de plus mélancolique, s'interrogeant sur le couple, ses non-dits, ses forces et ses faiblesses. Si l'ensemble reste léger, la mélancolie, les regrets et les possibilités d'avenir sont très prégnants dans ce beau film où le hors-champ est maîtrisé comme jamais par un cinéaste décidément délicat. Il faut voir la façon dont Herbert Marshall, touchant comme jamais en mari bafoué, apprend la tromperie de la belle Marlene Dietrich (envoûtante quoiqu'il arrive) pour se rendre compte de la violence des sentiments que Lubitsch sait décidément dépeindre mieux que quiconque...
    Nelly M.
    Nelly M.

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 525 critiques

    5,0
    Publiée le 10 janvier 2012
    Marlene Dietrich aux sourcils peints, bouclée, avec des lèvres assez pulpeuses, fatale quand elle ondule dans ses robes fourreaux ou qu'elle ronronne au lit entre veille et sommeil. Les deux hommes quoique différents apparaissent de charmes équivalents, l'un clair, l'autre obscur. Pour pouvoir faire ces déductions, on dispose de sauts entre Londres et Paris et d'aperçus de la vie de couple. Les diversions qu'apportent les personnages secondaires aident à déduire. C'est plus un déballage de doux pièges subtils que de franche hilarité. L'arrêt de la caméra sur la marchande de violettes et l'intrusion auprès du personnel de la cuisine précisent la tendance mais jusqu'à la dernière image, on ne sait trop... C'est comme souvent jalonné de portes immenses ouvertes, fermées, d'allusions aux péchés mignons d'une nationalité à l'autre et d'ellipses innombrables. On est baladé en dernière partie, peut-être dix minutes de trop à cause de l'effort d'observation qu'il faut fournir. Un petit défaut fort heureusement balayé par ce mouvement de dernière seconde autour de la dernière porte, incroyable de vertige et d'élégance.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    3,0
    Publiée le 16 octobre 2011
    Bon, personnellement je préfère Lubitsch dans des films qui sont plus axés sur le côté comédie pure et moi sur le côté romance. Je pense par exemple à Jeux dangereux (To be or not to be) ou à Le ciel peut attendre, même si chacun de ces deux films ne se limite pas à être des simples comédies. Cette romance est bien mais pas non plus inoubliable. On passe un bon moment, le sujet est sérieux mais ça reste léger, frais et agréable à regarder. Et puis Marlène Dietrich dégage un charisme fou. Bref, un bon petit moment mais c'est vraiment pas mon Lubitsch préféré.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    5,0
    Publiée le 31 mai 2011
    Un poil moins réussi que "Sérénade à trois" ou que l'incontournable "Le ciel peut attendre", cet "Ange" est pourtant une démonstration de tout l'art de Lubitsch fait de légèreté, d'humour, de sentiments et de complexité. Lubitsch porte ici à son paroxysme l'art de ne pas vraiment raconter une histoire, mais de raconter les hommes et les femmes qui la font. Une pure merveille de finesse portée par l'immense Marlène Dietrich.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 579 critiques

    3,5
    Publiée le 8 octobre 2011
    Le deuxième Lubitsch que je vois après Haute Pègre et une petite déception tant Ange ne m’a pas marqué du tout malgré son lot de qualités. Sans surprises la forme est très soignée avec de beaux plan-séquences balayant l’espace avec brio, le tout sublimé par une photographie très agréable à la rétine. Les acteurs sont également très bons, Marlène Dietrich offre une performance des plus intéressantes, j’aime aussi la présence d’Herbert Marshall et Melvyn Douglas est également très convaincant. Ce triangle amoureux est le sujet d’une intrigue intéressante et subtile mais que j’ai trouvé mollassonne, ça décollait bien mais ça patinait un peu trop à mon sens vers le milieu du film avec ce jeu de « Je t’aime moi non plus » plutôt lassant à la longue. Vers la fin le film regagnait en punch et en fraîcheur mais honnêtement Ange ne m’a vraiment pas marqué malgré le fait que j’ai passé un bon moment devant. Sympa sans plus.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 2 524 critiques

    5,0
    Publiée le 17 novembre 2013
    . Un film brillantissime qui vous laisse K.O. par son intelligence et sa mise en scène ou les hors champs sollicitent en permanence la compréhension du spectateur. Nul drame, nulle comédie, tout est fait pour que l'on voit en faisant travailler notre imagination. Cela régale notre esprit mais risque de laisser notre cœur indifférent. Rien n'est démontré, tout est légèreté, finesse, subtilité, élégance même dans la maison de rendez vous. Tout est feutré au point d'en être hermétique pour ceux que ce « cinéma des sommets » déroute. Marlène est éblouissante et Herbert Marshall absolument parfait en mari qui respecte son épouse jusqu'à l'abandonner...Elle réclamera même des cris et des coups. C'est un film irréprochable que l'on ne peut que admirer...Tout est réfléchi à l'extrême,au minuscule détail près comme le numéro 314 (pi) avec l'arc de triomphe en vue. La scène que chacun imagine à travers le regard de la marchande de violettes est tout à fait représentative de la fameuse « Lubitsh touch » qui n'est pas de vains mots. Il y a quelques films comme celui-ci qu'il est impossible de critiquer tant ils sont parfaits. Je les admire mais ils ne m'enthousiasment pas car les personnages qui sont représentés sont trop loin de moi,de mes origines,de mon éducation,de mes envies. C’est le plus réussi de tous les Lubitsh, une semaine d’action amoureuse sans aucun passage au lit (vu ou suggéré), du veau refroidi abandonné par les amoureux, des dialogues savoureux dans la bouche des serviteurs, une petite modiste qui rapproche les hommes, une grande dame qui les éloigne. Que des belles histoires! Les 5 étoiles ne peuvent se discuter mais je garde la sixième pour mes coups de cœur.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 440 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 16 avril 2015
    Alors qu'elle arrive anonymement à Paris Anna, jeune femme dont l'époux est souvent en voyage diplomatique, va peu à peu rencontrer Tony, un américain qui va très vite tomber amoureux d'elle... À l'image de "Sérénade à trois", Ernst Lubitsch met en scène un triangle amoureux mais ici traité avec plus de retenue et moins de légèreté. Il braque sa caméra sur Anna, ses hésitations, sa fragilité, sa relation distante avec son mari et surtout sa rencontre avec Tony, américain qui ne compte pas la lâcher. Un triangle amoureux traité avec mélancolie, romantisme et finesse, même si c'est dommage qu'on ne sente pas aussi proche d'Anna que ne l'aurait voulu Lubitsch. Mais à travers cette histoire, il met en avant la constante fragilité d'un couple, les doutes, l'illusion et les apparences. S'il réserve peu de surprises et que sa seconde partie est assez convenue, le scénario reste d'une intelligence et d'une finesse rare, notamment dans la première partie qui ne manque pas de magie, avec plusieurs bonnes idées bien exploitées par Lubitsch qui fait preuve d'une grande subtilité dans son traitement des personnages. Mais la qualité d'écriture tient aussi dans ses dialogues où entre quiproquos, jeux de mots et divers démarches de séduction, c'est bien souvent irrésistible, Lubitsch trouvant souvent le ton juste. S'il commet certains choix douteux dans sa réalisation, notamment vis-à-vis des gros plans, il arrive tout de même à capter les enjeux de ses personnages, leurs doutes et fragilités. Une fragilité que l'on ressent chez Marlene Dietrich qui, comme à son habitude, livre une excellente prestation et dévoile peu à peu les doutes et les dilemmes d'Anna. "Angel", qui fut un échec à sa sortie, marqua d'ailleurs un tournant dans sa carrière et une rupture de contrat avec Paramount. Face à elle, Herbert Marshall et Melvyn Douglas sont tous deux impeccables. Si Lubitsch a déjà réalisé des oeuvres plus marquantes que celle-ci, ce serait néanmoins dommage de passer à côté. Bénéficiant d'une belle qualité d'écriture, il met en scène un mélancolique et subtil triangle amoureux, ne manquant ni de charme, ni de romantisme.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1675 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 25 octobre 2009
    Une comédie sophistiquée, étonnamment teintée de mélodrame, mais qui se laisse voir avec énormément de plaisir comme tous les films de l'excellent Ernst Lubitsch. Comme toutes les oeuvres de ce dernier, "Ange" est un film d'une subtilité incroyable non seulement dans le déroulement du récit mais aussi dans les sentiments qui lient des personnages forts consistants. Melvyn Douglas est excellent mais il apparaît quelque peu en retrait pour laisser place à la lumineuse Marlène Dietrich, dont la fragilité n'a jamais été aussi bien montré à l'écran, et à Herbert Marshall, brillant comme à son habitude. Encore un film plein de richesses et de subtilités que l'on doit au grand maître de la comédie.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 475 abonnés Lire ses 3 445 critiques

    4,5
    Publiée le 7 août 2012
    Quand on voit les comédies romantiques d’aujourd’hui, on se dit que le temps des Lubitsch ; Cukor et consort était une époque bénie. Quel plaisir de voir Marlène jouer de son charme entre ses deux amoureux. Ses clignements d’yeux sont un délice et ses tenues vestimentaires sont à elle seules un ravissement pour le spectateur. Tout est raffinement et bonnes manières ce qui n’empêche pas les sentiments les plus forts de s’exprimer. Que dire de plus que ce cinéma nous manque terriblement. Lubitsch était si talentueux que son film n’a pris une ride. C’est sans doute la marque de la « Lubtisch touch ».
    caroleparis
    caroleparis

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 361 critiques

    5,0
    Publiée le 28 octobre 2007
    Un vaudeville avec la femme, l'amant...et le mari trompé qui se prend d'amitié pour l'amant. Du grand Lubitsch. Un chef d'oeuvre méconnu à découvrir absolument.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top