Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Visage
    note moyenne
    3,7
    65 notes dont 16 critiques
    répartition des 16 critiques par note
    3 critiques
    8 critiques
    2 critiques
    3 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Le Visage ?

    16 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 3 février 2018
    Ingmar Bergman s’est introduit dans le monde du cinéma aux guides du chariot de Thespis. C’est-à-dire avec sa troupe d’acteurs et une approche théâtrale de la mise en scène. Ses films en sont toujours imprégnés et à chaque fois les sujets abordés prennent une dimension intéressante. Le visage met l’illusionnisme sur la sellette ; Amusant pour le public, menaçant pour les scientifiques, difficile pour ceux qui doivent gagner leur vie à trimballer leur attirail de ville en ville avec le sentiment de leurrer les gens en retour de leur adulation. Par le biais d’une requête venant de sa majesté le roi désirant recevoir le Théâtre Magnétique, l’auteur ne fait pas que mettre fin à la mise sous arrêt temporaire de la troupe du docteur Vogler par les autorités, il lance le message aux spectateurs que le besoin d’être mystifier est nécessaire si l’on veut donner du goût à l’existence. En trame secondaire, l’excitation débordante de la femme du consul et des servantes pour les membres de la troupe démontre qu’une libido insatisfaite peut devenir volcanique ! Les comédiens à bord à ce moment-là: Von Sydow, Thulin et Björnstrand prouvent une fois de plus leur immense talent et l’importance de la direction d’acteurs dans l’achèvement d’une œuvre. Au niveau de la mise en scène, le réalisateur atteint la perfection avec la séquence du médecin terrifié par les trucages du prestidigitateur alors qu’il croit procéder à son autopsie.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1773 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 12 janvier 2011
    Le grand mérite de ce film est d'avoir réussi à imposer dès la première scène une atmosphère gothique, un brin sinistre et légèrement enchanteur avec des paysages volontiers isolés et hivernaux, et même le corbeau qui croasse c'est dire. Le noir et blanc sombre et l'étrangeté des personnages donnent la touche finale. On a tout Bergman dans ce film, l'illusion, la croyance, l'art au service du mensonge, etc... . Après une scène en extérieurs encourageante, le film part un peu trop hélàs dans une première heure un peu trop théâtre filmé inégal. Mais passée la dernière heure et avec la scène angoissante du grenier avec le médecin (bien fait pour sa gueule à celui-là!), on retrouve du très grand Bergman qu'un final totalement innatendu vient conclure assez magistralement. Max Von Sydow qui ne parle pas pendant les deux tiers est fascinant dans un personnage ambigu mais émouvant, Ingrid Thulin travestie en garçon et Gunnar Björnstrand en médecin arrogant qui refuse l'irrationnel prouvent à travers des grandes interprétations la maîtrise particulière de la direction d'acteurs chez Bergman. Dans le genre ambiance enchanteresse tour à tour grave ou légère sur un fond sombre et légèrement sinistre, j'ai une large préfèrence pour "Le Septième Sceau" mais "Le Visage" a une certaine efficacité indéniable.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 694 critiques

    2,5
    Publiée le 6 juin 2007
    Ingmar Bergman est un cinéaste des plus fascinants et ce n'est pas "La Visage" qu'il réalisa en 1958 qui dérogera à la règle. On retrouve dans chacun des films de cet auteur des thèmes communs, traités de façon différente selon ses oeuvres mais s'inscrivant dans une logique de création implacable. Véritable mise à nu de l'être humain, ce film exploite donc l'amour, la séduction, la manipulation, l'illusion, le sexe, la domination, la soumission ou encore la croyance en des forces supérieures. Tout cela est complexe mais très intelligent comme profond. Bergman puise au fond des âmes, remet en question absolument tous les comportements qu'il expose et s'interroge sur les actes de ses protagonistes, les analyse, les creuse : il met tout à plat, ce qui rend son regard encore plus passionnant. De plus, son intrigue est remarquablement construite, en lien direct avec ce qui est traité, métaphore de la société du spectacle et plus étroitement du septième art. La mise en scène est magistrale au sens visuel : il faut dire qu'avec une telle photographie, l'esthétique trouve déjà une base solide. Construite sur des jeux d'ombres et lumières, celle-ci émerveille et donne une dimension supérieure aux mouvements des protagonistes. Angles choisis impeccables, pas impossibles mais servant avec grâce le montage retranscrivant à merveille les fiévreuses montées de tension. Une chose me gêne pourtant et ce n'est pas la première fois chez Bergman : les caractères des personnages sont à mon sens trop littéraires et carrés d'avance afin de transmettre l'émotion à travers le cadre tel qu'ils le devraient. A vouloir trop les fouiller, le cinéaste se perd lui et son spectateur puis en vient à lâcher la fluidité de son récit, si bien que la narration se voit séparée de la réalisation en terme plus général. Alors, la diiéfrence marquée entre les deux irrite puisqu'elle ne satisfera que partiellement chacun selon ses attentes. Le reste est superbe.
    Starwealther
    Starwealther

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 621 critiques

    2,5
    Publiée le 11 avril 2007
    Etant pour moi un premier visionnage d’une oeuvre de Ingmar Bergman, j’ai été assez stupéfait de la complexité de sa narration. Adulé par un grand nombre de cinéastes et de cinéphiles, Bergman a réussi à marquer son empreinte par un cinéma suggestif, opaque, philosophique et psychologique. Il faut le dire ce film est assez difficile d’accès pour le commun des mortels tellement il est déroutant. « Le visage » n’est pas un divertissement, loin de là ! Celui-ci relate l’histoire de pseudos-illusionistes, magiciens et médiums se rendant chez un noble, certain de la capacité de ceux-ci, à pouvoir lui expliquer les raisons de la mort de sa fille. A partir de ce moment, le film se divisera en 2 parties. L’une où sera narrée les aventures dans les cuisines entre les membres de la troupe et les serveuses ayant bu une potion d’amour. Je n’ai d’ailleurs pas compris ce que ce passage voulait faire comprendre. L’autre partie se basera plus sur le jeu des visages, leurs côtés mystérieux et étranges. La fin du film est très étonnante, on ne sait plus vraiment quoi penser. Max von Sydow est-il magicien ? Est-il un charlatan ? On ne sait pas vraiment aussi pourquoi un homme sera mort à sa place. La place des visages, montré par de nombreux plans, a peut-être voulu montrer la peur de la mort. Un film intellectuel auquel j’ai malgré tout accroché grâce aux nombreux mystères que j’essayais d’élucider et de d’éclaircir. En vain ! Je comprends maintenant pourquoi David Lynch aime le cinéma de Bergman, il est bien aussi barré et mystérieux que le sien, peut être même davantage. Mais j’ai l’impression que Bergman se soucie surtout de la mort, la « peur »de la mort. D’ailleurs, dans le film un homme meurt dans un carrosse puis résucitera pour dire son malheur pour finalement mourir une nouvelle fois. Un passage intrigant et inquiétant. La toute fin se passant dans le grenier est terrifiante, encore une histoire de résurrection qui n’en est en faite pas une. Un cinéma unique et spécial.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 427 critiques

    4,0
    Publiée le 29 janvier 2019
    En situant son récit au XIXème siècle, Ingmar Bergman se nourrit de croyances ancestrales qui permettent l'instauration d'un fantastique trouble, dont l’ambiguïté n'est levée que dans une dernière partie remarquable. "Le visage" met en scène une opposition entre la science et la magie et discute de l'authenticité de cette dernière : le spectacle de la troupe de théâtre dirigée par le mystérieux docteur Vogler est-il magique ou relève-t-il de la simple escroquerie ? Avant que le film ne donne une réponse très claire – une transparence que l'on regrette en partie tant l'ensemble aura magistralement brouillé les pistes –, c'est toute la mise en scène de Bergman qui crée une atmosphère à la fois étrange et oppressante, employant à l'instar d'un magicien tous les artifices rendant concrète l’apparition du fantastique, du maquillage des acteurs au noir et blanc qui tend vers l'obscurité en passant par des trucages archaïques et ludiques. Et si la révélation finale peut décevoir dans la mesure où elle n'est pas loin d'annuler le vertige espéré, elle déplace in extremis l'enjeu central en allant sur un terrain social qui dit beaucoup de l'amour du cinéaste pour la marginalité et libère une émotion inhérente à la vie de Bergman.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 19 juillet 2010
    Le film peut se lire comme un hommage paradoxale à l’illusionnisme comme instrument d’initiation. Les charlatans saltimbanques sont un peu comme le personnage de « Théorème » de Pasolini. Le génie de Bergman est de raconter des fables humanistes qui n’ont rien de démonstratives et qui savent user des ressources de l’art cinématographique (la fin du film est à la hauteur du meilleur cinéma fantastique). Sa sympathie pour les faibles, les marginaux, sont mépris de la suffisance bourgeoise, sont terriblement attachants. Avec quelque chose de la morale médiévale.
    AlexTorrance
    AlexTorrance

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 486 critiques

    4,0
    Publiée le 27 février 2012
    Avec Le Visage, Ingmar Bergman se présente à nous comme étant l'un des réalisateurs pré-curseurs du cinéma d'horreur actuel (repensez à cette scène du grenier !) à travers un film très obscur à côté de ce qu'on connaît de lui. En effet, il y a cette ambiance très particulière qui s'installe dès les premières minutes à l'arrivée d'une troupe d'illusionnistes à l'allure assez inquiétante. La même ambiance qu'on retrouvera plus tard chez Woody Allen dans son Ombres et brouillard. Cependant, le style visuel propre à Bergman est intact, pour une esthétique toujours parfaite. Côté casting, c'est les acteurs habituels autrement dit, la valeur sûre : Max von Sydow, excellent en magicien rancunier quasi-muet, et la belle Ingrid Thulin, dans le rôle d'une femme discrète mais malgré tout très présent. Le Visage est, sans aucun doute, un excellent film de Bergman et s'il est assez lent pendant une certaine partie, qu'importe : la dernière demie-heure est tout à fait palpitante.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juin 2007
    Réalisé entre le "Septième sceau" et "la Source", le "Visage" aborde toujours les mêmes thèmes, la mort, l'existence de Dieu, le doute et l'absolu, thèmes qu'il réussit à magnifier comme jamais dans cette oeuvre aussi déroutante qu'étonnante. Entre mysticisme, fantastique, fanfaronnade et philosophie, ce "Visage" échappe à toute règle de l'art. Ingmar Bergman fait ici feu de tous bois et démontre qu'au-delà du simple magicien cinématographique qu'il est (ses cadres et ses lumières sont des chef-d'oeuvres du genre !), il demeure aussi un conteur d'histoire extraordinaire. Pétri de symbolisme, ce "Visage" donne ses lettres de noblesse au "7e art". Porté à bout de bras par des acteurs fabuleux, (Max Von Sydow réalise encore une performance hors du commun), cette oeuvre a une place de choix dans l'histoire du cinéma.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 13 septembre 2011
    Magicien de l'image Bergman use ici de ses meilleurs tours pour un très beau résultat. Il s'est entouré d'acteurs excellents et le scénario malgré quelques faiblesses gardent des surprises jusqu'à la fin.
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 022 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mars 2013
    Ce film est une métaphore du cinéma (l'illusion en est le thème central) et sur les croyances (amour, mort, sorcellerie...). Mais au delà de ça c'est aussi une photographie remarquable, des scènes superbes (le comédien qui raconte sa mort certaine, la scène dans le grenier) et une galerie de personnages au caractère théâtral cher à Bergman. Mais ce qui est fort c'est qu'à la fin la médecine gagne mais on comprend que le docteur refuse de croire à ce qu'il croit au point qu'il en est à demander au charlatan de remettre son masque. Brillant.
    Eowyn Cwper
    Eowyn Cwper

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 711 critiques

    2,5
    Publiée le 19 juillet 2018
    Pour la première fois (dans l'ordre chronologique de visionnage de ses films), Bergman ne me convainc pas. Pourtant il parvient à m'immerger en deux images et trois mouvements, par son grand travail sur la lumière et... les visages. Mais sa maîtrise de l'une est déjà assise, et ne se démarque ici que par son emprise comme sur un fluide éclaboussant les plans sans s'expliquer. Les contrastes sont magnifiques, mais perdent leur souffle quand ils sont manipulés. Il faudra surtout en retenir la marque de respect dont ils dotent pour une fois le cinéma envers les orages : les lueurs des éclairs sont réalistes, et tiennent le tonnerre en respect d'une manière enfin cohérente avec les lois acoustiques les plus élémentaires. Quant au thème du visage, il ponctue le scénario d'une façon qui n'est pas digne des métaphores les plus habiles, que Max von Sydow ne semble pas être en mesure de porter seul sur les épaules. À trop tapisser son film d'inexplicable – puisqu'il confronte l'art d'un magnétiseur à l'esprit scientifique, pragmatique et administratif d'une bourgade –, c'est le film qui devient inexplicable. Les caprices des personnages – le faux muet, le faux assistant dont il est toujours évident que c'est une femme même si l'on ne reconnaît pas Ingrid Thulin – n'apportent rien, et débouchent sur un all-in sans conviction. Le scénario n'est pas désagréable en soi, et l'on pourra s'accrocher sans trop de difficultés à l'aisance avec laquelle Bergman détaille l'esprit scientifique (même s'il n'apporte pas son corollaire religieux dont il est un friand manipulateur dans ses précédentes œuvres), mais le film témoigne d'une certaine fatigue ou d'une idée en laquelle il a eu trop confiance. septiemeartetdemi.com
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 916 critiques

    3,0
    Publiée le 2 juin 2011
    Lorsque Bergman oppose l'art et la magie à la respectabilité bourgeoise, il n'a pas le mordant d'un Bunuel ou même d'un Chabrol. Par contre, son art de disséquer les âmes et son brio dans la direction d'acteurs fait encore une fois merveille dans ce film.
    beni
    beni

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 233 critiques

    4,0
    Publiée le 30 août 2011
    Peut-être pas aussi intense que les sommets des années 1960, "Le Visage" demeure néanmoins un véritable tour de force, un huis clos étouffant où science et artifice s'opposent dans un ballet lancinant. Tout en retenu, Von Sydow fait passer toute la misère du monde dans son regard, quand le médecin, le policier et le propriétaire, piliers conservateurs, sont d'une réjouissante mesquinerie. Un autre grand Bergman.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 171 abonnés Lire ses 2 566 critiques

    4,0
    Publiée le 16 octobre 2008
    Excellent, ce film est proche de l'indicible sinon bien sûr de la vraie performance : A voir...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top