Mon compte
    Dédée d'Anvers
    note moyenne
    3,6
    80 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Dédée d'Anvers ?

    15 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    8 critiques
    3
    3 critiques
    2
    2 critiques
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1 340 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,5
    Publiée le 20 juin 2016
    Dédée d’Anvers est un film qui séduit, à mon sens, par sa modernité. Pas imperfectible, c’est cependant un film fort, maitrisé, qui séduit aussi par son interprétation, et son refus des personnages stéréotypés.
    L’interprétation est très bonne. Signoret trouve clairement un bon rôle, et elle apporte son charme froid, son jeu séducteur et glacial, à ce personnage plus trouble qu’on ne pense. Deux acteurs principaux finissent le trio : Bernard Blier, qui trouve un rôle dans ses cordes, et qu’il campe avec sobriété, sachant que ce rôle ambigu est sûrement le plus intéressant du trio mais pas forcément le mieux exploité. Marcel Dalio hérite lui d’un personnage plus classique, mais l’acteur est talentueux.
    Cette belle interprétation est appuyée par une histoire de qualité. Le film séduit par sa froideur, son refus total d’humour, ses situations graves, et sa fin parfaitement rodée. Sûrement que le métrage est un peu court pour amener un peu de subtilité supplémentaire, ou davantage mettre en perspective la relation parfois ambiguë entre les personnages, mais d’un autre côté la durée restreinte du film l’oblige à être dynamique et à vider les scènes en surplus. En tout cas on assiste à une tragédie de premier ordre, sans concession, et souvent surprenante.
    Les qualités de fond du film se retrouvent aussi dans la dimension formelle. Porté par une mise en scène audacieuse (le plan en vue subjective par exemple), Dédée d’Anvers bénéficie de l’appuie non négligeable des décors et de la photographie, pour restituer une ambiance sombre et parfois onirique (le brouillard) qui saura ravir les amateurs de films noirs. Le tout accompagné par une bande son au diapason, un peu trop discrète à mon gout mais comme beaucoup de films de cette époque.
    Dédée d’Anvers est un film de très belle facture, que je n’attendais pas vraiment à ce niveau, mais qui séduit des plus agréablement. Certes réservé aux amateurs de drame sombre, voilà un film précieux, qui marque, comme je le disais, beaucoup par sa modernité. On ne se sent pas dans les années 40. 4.5
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 463 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mars 2011
    Dédée est entraîneuse dans un bar d'Anvers. L'arrivée d'un beau capitaine de cargo va bouleverser sa vie... C'est par le biais de ce long métrage que j'ai pu découvrir la flimographie de Yves Allégret, et je dois avouer que son style de mise en scène m'a bien convaincu sur pas mal de séquences. Ce film noir à la française peut se vanter de possèder une histoire certes bien triste dans son style, mais qui se révèle très vite bien passionnante à suivre, grâce aussi et surtout à l'excellente tenue de son casting. En tête d'affiche, justement, on retrouve une Simone Signoret parfaite dans le rôle d'une prostituée qui finira par découvrir le grand amour aux côtés de Marcel Pagliero, qui joue le rôle d'un capitaine de cargo italien, sans oublier également la très bonne performance de Bernard Blier dans celui d'un patron du bar rugueux, et aussi de Marcel Dalio à travers le personnage de Marco qui se révèlera être un élément très important à la fin du récit. Tout est donc réunis pour passer un excellent moment de cinéma, d'autant que la photographie en noir et blanc à bien supporter l'âge du temps.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 173 abonnés Lire sa critique

    2,5
    Publiée le 29 novembre 2009
    Cosette devenue fille de joie à Anvers. Elle s'en prend tellement dans la tronche la pauvre Dédée. Le Marco est un magnifique salaud, couard et perfide à souhait. Le personnage campé par Blier est lui-aussi très fort, viril et sûr de lui. Pourtant, l'histoire m'a moyennement plu. Sûrement ce côté "Misérables" et cette espèce de fatalité qui caractérise bon nombre de films noirs de l'époque. La petite qualité des dialogues, du moins quand on parvient à les comprendre, joue aussi beaucoup.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 30 août 2008
    A voir surtout pour la prestation de Simone Signoret, Blier prend aussi une certaine épaisseur.
    Le scénario est moyen car il cale un peu sur la fin mais le film montre la misère et la prostitution de manière assez réaliste, ce qui sera rarement le cas dans les films de cette époque et bien après.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 995 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,5
    Publiée le 7 février 2017
    Un film noir à la française, on pourrait même dire un film brumeux. L'intrigue est simple, d'ailleurs on croit en deviner l'issue mais on se trompe, c'est aussi un film d'ambiance, ça parle de prostitution et ça a le mérite de ne tomber ni dans le misérabilisme, ni dans l'angélisme. Blier à un rôle très complexe, spoiler: il trafique, il est le patron et veut que ça se sache mais il est humain, un rôle difficile mais parfaitement assumé, pour Dalio c'est plus simple, c'est le vilain maquereau mais il fallait qu'il le soit ainsi pour l'intrigu
    e, quant à Signoret, elle crève l'écran. spoiler: Les trafics dont il est questions restent évasifs, on ne saura jamais de quoi il est question, parce que le savoir n'aurait rien apporté au film, Signoret l'ignore donc nous aussi. La scène finale
    tire le film vers le chef d'œuvre, ça nous cloue sur place, on savait grosso modo ce qui allait arriver, mais on ne pouvait pas deviner cette fin qui a quelque chose de grandiose dans sa futilité macabre. Quasi chef d'œuvre, quasi parce que on ne comprend pas grand-chose de ce que raconte Pagliero qu'on aurait sans doute mieux fait de post synchroniser. Un très très grand film
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 124 abonnés Lire ses 10 critiques

    4,0
    Publiée le 12 avril 2011
    Dans des dècors superbes de Wakhèvitch plus rèalistes que nature, èvolue Dèdèe, une prostituèe habituèe des boîtes à matelots qui, entrainèe dans une sordide histoire de vengeance, voit s'abattre sur elle bien des malheurs! Le film d'Yves Allègret est en fait le premier film-mythe dans la carrière de Simone Signoret, peut-être parce que la comèdienne a pris les mesures exactes de son personnage pour le maîtriser de bout en bout! Bien qu'il ait commencè sa carrière de rèalisateur avant la seconde guerre mondiale, Allègret ne s'est imposè rèellement qu'à partir de ce film! Pessimiste à souhait avec de très grands seconds rôles (Bernard Blier et les clins d'oeil appuyès de Marcel Dalio), un classique du drame noir français qui prolonge le goût des ambiances sordides et des atmosphères troublantes...
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 87 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 14 octobre 2006
    Un grand classique du cinéma français. La réalisation d'Yves Allégret est sobre, parfois trop. L'interprétation des acteurs est parfaite. Bernard Blier en tenancier de bar à putes est tout bonnement génial, démontrant à ceux qui l'ignorent qu'il était aussi un excellent acteur dramatique. Simone Signoret signe là l'un de ses plus beaux rôles. La scène finale fait partie de l'histoire du cinéma. Mention spéciale pour la lumière. Toutefois, il manque un petit quelque chose à ce film pour en faire un chef d'oeuvre, un peu de vie, de fluidité dans la mise en scène sans doute.
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 75 abonnés Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 28 avril 2011
    LA CHAIR DU CHRISANTHEME. Marcello Pagliero est difficilement comprehensif et le film d'Yves Allegret à pris un serieux coup de vieux.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2 949 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,0
    Publiée le 24 février 2011
    Un film de Yves Allégret qu'on pourrait croire de Marcel Carné, un film poético-réaliste sur une prostituée qui tombe amoureuse d'un capitaine... Malgré de bons acteurs dont le génialissime Bernard Blier on est déçu par le choix peu judicieux de Marcello Pagliero en Francesco, il fait un amant peu crédible vis à vis de la jeune Simone Signoret. Ca reste un drame dans la pure tradition du genre mais il manque à cette histoire d'amour la tragique passion à la façon d'un Carné ou d'un Renoir.
    halou
    halou

    Suivre son activité 78 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 15 mars 2011
    Éblouissante Signoret, Blier toujours au sommet. Une réalisation et une atmosphère classiques de cette fin 50, empruntant au Quai des Brumes de Carné.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 775 critiques

    4,0
    Publiée le 16 avril 2019
    « Dédée d’Anvers » offre son premier grand rôle dramatique à Simone Signoret. Elle entre dans le monde sombre d’Yves Allégret qui avec une sobriété et une rigueur exemplaire met en scène l’univers sordide de la prostitution dans le port d’Anvers. Le réalisateur évite tous les écueils : pas de voyeurisme, ni de complaisance. De même, lorsqu’il s’attache à l’aspect humain incarné par les filles et leur patron, il ne tombe jamais dans le larmoyant, y compris dans une fin qui s’y serait fort bien prêté. Cette retenue permet au trio central d’exprimer tout leur talent. Marcel Dalio joue de manière convaincante un minable souteneur, lâche, veule et stupide, face à un Bertrand Blier épatant de naturel et d’équilibre, entre humanité et autorité, désintéressement et gestion de son business. Mais c’est surtout Simone Signoret qui monopolise (magnétise) l’attention. Belle comme jamais, elle arrive à atténuer sa classe naturelle par une démarche de godiche, ce qui la rend encore plus touchante, malgré sa froideur apparente. Au crédit également une direction d’acteur qui ne néglige aucun second rôle. Enfin, grâce à des décors très réalistes de Georges Wakhévitch et une photographie bien dépressive de Jean Bourgoin le cinéaste réalise un de ses grands films, avec une ambiance qui oscille entre morne et morose. Par contre, compte tenu de l’incapacité à scripter correctement la violence, la suggestion dans ces scènes aurait avantageusement remplacé leur côté explicite mais raté. Clairement, Allégret n’est pas William Welleman ou Fritz Lang.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 372 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,5
    Publiée le 31 août 2021
    L'histoire du film est assez simple il y a un bar dans le port sinistre et brumeux d'Anvers tenu par M. René (Bernard Blier). Une prostituée nommée Dédée ( Simone Signoret) et son souteneur Marco (Dalio) y travaillent elle comme danseuse et lui comme portier. Un soir un capitaine de navire italien entre dans la vie de Dédée qui commence à échafauder des plans pour le sortir de sa vie. Marco ne peut pas supporter l'idée de perdre la face un proxénète il doit protéger son territoire et il s'en prend à Francesco avec une arme. Il y a une facilité à raconter des histoires et à travailler avec de si bons acteurs qui ne doit pas nous faire oublier qu'Allegret travaille dans un genre le réalisme poétique qui est utilisé à la fin des années 40. Le décor portuaire et la distribution de rêveurs désespérés avaient déjà été utilisés dans Quai des brumes de Carné à l'exception de la vie louche du personnage de Signoret ce qui nous change de la pureté de Michèle Morgan...
    Djam A
    Djam A

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 65 critiques

    4,0
    Publiée le 25 novembre 2017
    très bon film avec son ambiance bien brumeuse,la scène de bagarre est magnifique ,et bernard blier magistral ,la photo est superbe avec ses éclairages , il y a un coté le jour se lève; un film dramatique et sombre mais un très beau film .
    Sonia K.
    Sonia K.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 157 critiques

    2,5
    Publiée le 27 avril 2017
    Le film vaut surtout par sa distribution: B. Blier, S. Signoret, Dalio (tous les trois sauvent pour ainsi dire le film) ; et bien entendu par ses images superbes qui créent l' atmosphère propre à ce genre d' oeuvre. L' histoire est noire mais sans grand intérêt: on imagine dès le début qu' elle finira mal. Le rythme est parfois trop lent; les dialogues plutôt pauvres et la diction de Pagliero (l' amant italien de Signoret) nuit à l' ensemble. A voir toutefois sans hésitation.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 22 décembre 2006
    L'archétype du film noir français d'après-guerre.
    Yves Allégret signe une peinture féroce des faubourgs nocturnes, peuplée de personnages insaisissables.
    Tous les comédiens sont extraordinaires, dominés par la magique Simone Signoret dans son premier grand rôle.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top