Mon AlloCiné
    Une Famille allemande
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Une Famille allemande" et de son tournage !

    Les influences d'Oskar Roehler

    Avant de réaliser Une famille allemande, Oskar Roehler avoue avoir été marqué par un courant de films américains comme The Ice storm de Ang Lee, American beauty de Sam Mendes, Magnolia de Paul Thomas Anderson ou encore Happiness de Todd Solondz, qui abordent les névroses familiales. Ces longs métrages et de nombreuses lectures, comme Les Corrections de Jonathan Franzen, l'ont poussé à réfléchir sur cette thématique et à traiter du même sujet, mais dans le contexte de la société allemande d'aujourd'hui.

    Une métaphore de la société allemande

    Oskar Roehler souhaitait montrer, au début du film, que les personnages sont prisonniers de leurs contraintes sociales ou psychologiques et qu'ils n'ont aucune liberté. C'est ainsi que Werner se sent à l'étroit dans son petit jardin et dans sa maison, au moins dix fois plus modeste que celle de son père : "nous avons fait en sorte, avec mon cadreur, de filmer chaque pièce de la maison comme si les personnages y étouffaient et comme si les plafonds les écrasaient au sol, explique le réalisateur. C'est pour moi une métaphore de la société allemande : nous avons tout misé sur le pragmatisme et le matérialisme en oubliant la beauté et la poésie."

    Du Fassbinder derrière Agnes

    Le personnage d'Agnes s'inspire du protagoniste de L'Année des treize lunes que Rainer Werner Fassbinder tourna en 1978 après le suicide de son amant : "c'est une histoire très sombre où le malheureux héros décide de changer de sexe par amour pour un homme qui finit par l'abandonner", explique le cinéaste.

    Une ressemblance avec le ministre allemand de l'Environnement

    Pour le personnage de Werner, le réalisateur souhaitait le faire ressembler à l'actuel ministre allemand de l'Environnement Jürgen Trittin : de la moustache à la coupe de cheveux jusqu'au costume, avec ce côté "homme d'appareil" d'un parti politique.

    Choix de mise en scène

    Oskar Roehler a privilégié des mouvements d'appareil et des angles de caméra capables d'épouser le point de vue des personnages - et notamment ceux de Werner et de Hans-Jörge qui ont un comportement de voyeurs. Le réalisateur explique sa démarche : "Je voulais vraiment qu'on ait le sentiment d'être à leur place et que les personnages soient définis davantage par ce qu'ils voient et observent que par leurs actes."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Conjuring 3 : sous l'emprise du diable (2021)
    • The Father (2020)
    • Le Discours (2020)
    • Adieu Les Cons (2020)
    • Nomadland (2020)
    • Un homme en colère (2021)
    • Drunk (2020)
    • Chacun chez soi (2019)
    • Villa Caprice (2020)
    • Promising Young Woman (2020)
    • Sans un bruit 2 (2020)
    • Demon Slayer - Kimetsu no Yaiba - Le film : Le train de l'infini (2020)
    • Les 2 Alfred (2020)
    • Cruella (2021)
    • L' Oubli que nous serons (2020)
    • Mandibules (2020)
    • Nobody (2021)
    • Des hommes (2020)
    • Billie Holiday, une affaire d'état (2020)
    • Méandre (2020)
    Back to Top