Notez des films
Mon AlloCiné
    Nashville
    note moyenne
    4,0
    115 notes dont 18 critiques
    répartition des 18 critiques par note
    4 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    1 critique
    Votre avis sur Nashville ?

    18 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6185 abonnés Lire ses 10 694 critiques

    4,0
    Publiée le 7 octobre 2016
    Un film phare des annèes 70, vèritable somme sur le show business amèricain! Une oeuvre sur la capitale du Tennessee et la musique folklorique où le rèalisateur Robert Altman tente de dèmystifier une certaine Amèrique et de changer la manière de voir jusqu'alors utilisèe dans les films musicaux. "Nashville" est sans doute le film qui nous montre le mieux la dèmarche crèatrice du grand Altman! Pendant près de 2h40, nous suivons vingt-quatre personnages dans une ville devenue capitale provisoire de la musique (la country music et western music). Nous finissons par connaître la psychologie de chacun de ces personnages, leurs drames et leurs angoisses. "Nashville" est en quelque sorte un microcosme de la sociètè amèricaine, qui nous est prèsentèe dans son essence même, par delà ses apparences (depuis le mythique "Easy Rider", tout le monde conduit par exemple des motos longues et basses, avec la roue vers l'avant). Cette èvocation dètruit de façon dèfinitive les structures narratives classiques et rejoint ainsi les recherches les plus fècondes du cinèma international! Keith Carradine, Gèraldine Chaplin, Julie Christie et Elliott Gould sont les anti-vedettes de ce film culte entre mègalomanes et dèlires verbaux! Mais aussi Ned Beatty, Karen Black, Shelley Duvall ou Gwen Welles
    spoiler:
    dont il est difficile d'oublier son striptease proche de l'humiliation et du malaise!

    Quelle fournaise...et quelle B.O aussi, avec le gratin du country folk de base! Grand succès public à l'arrivèe...
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    2,5
    Publiée le 17 décembre 2012
    Ma méconnaissance d'Altman m'a poussé à en connaître un peu plus, après l'excellent "Mash" pourquoi ne pas continuer? Et bien en partie peut-être parce que ses films durent presque tous 3 heures... mais bon je décidais enfin de prendre mon courage à deux mains et d'approfondir ma culture, cela ne pouvait pas être pire que Melancholya (ah mon dieu non pas Melancholya !!! je dirai tout, je vais parler! Pitié mais pas ça!!), enfin bref "Nashville" était cité comme un de ses films majeurs dans "le nouvel Hollywood" (livre de Peter Biskind urgent à lire pour tout cinéphile). Ma première impression n'a pas vraiment été très bonne, déjà je déteste la musique Country ce qui fait tâche dans un film de 2H40 qui rend hommage au berceau de la country et toute cette culture. Bon ça m'a pas vraiment emballé des masses mais j'avoue que ma 2ème impression m'oblige à vanter le travail de montage hallucinant et ce style très particulier qu'Altman donne à sa narration et ses personnages. Je n'ai pas aimé, mais le travail du réalisateur est considérable et je comprends les louanges.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 3 524 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juin 2016
    En 1974 six films sont à l'actif du réalisateur du tonitruant et irrévérencieux "M.A.S. H" dont la sortie en 1970 fit l'effet d'une bombe qui prit son envol au Festival de Cannes où il fut accueilli en triomphe. La critique a encensé certains de ses films devenus depuis des classiques comme "John McCabe" ou "Le Privé" mais Altman n'a pas retrouvé le chemin du public. Pire, des films exigeants comme "Images" ou décalés comme "Brewster McCloud" sont restés incompris. Alors en plein tournage de "Nous sommes tous des voleurs", exercice de style plus conventionnel pour le libertaire qu'est Altman, il demande à sa scénariste Joan Tewkesbury de partir pour Nashville la capitale de la country music qu'il ne connait pas afin de s'imprégner de l'ambiance locale en notant tout ce qu'elle voit pour fournir matière à un film. Comme pour "M.A.S.H" ou "John Mc Cabe", Altman a décidé de revenir à ce qu'il appréhende le mieux, la description des mœurs d'une communauté. Ce ne seront pas moins de 24 personnages que la caméra du réalisateur suivra au cours des 2h30 du métrage ! Le retour sur ses terres d'une idole de la country, Barbara Jean (Ronee Blakley) après un épisode dépressif pour la célébration du bicentenaire de l'indépendance des Etats-Unis concomitant avec l'organisation du meeting d'un candidat à la Présidence servira de toile de fond à Altman pour exposer la jonction permanente entre le monde politique et celui du spectacle. Caractéristique à l'époque assez spécifique des Etats-Unis, devenue depuis règle mondiale. Selon sa méthode préférée, Altman a organisé en amont du tournage la cohabitation des acteurs (hormis Karen Black) à qui il demande ensuite une large part d'improvisation que son œil gourmand et acéré se chargera de saisir au vol. Semblant tout d'abord pris à son propre piège, le réalisateur donne le tournis au spectateur dans un préambule foutraque mais heureusement assez réjouissant. On se demande tout de même à voir la caméra passer à toute vitesse d'un groupe à l'autre si Altman à quelque chose à nous dire. Mais comme avec les grands peintres chez qui ce qui parait informe quand on à le regard au plus près de la toile prend toute sa signification quand la vision d'ensemble se précise avec le recul, le propos chez Altman trouve sa cohérence derrière la profusion des images et des dialogues. C'est l'Amérique mélange baroque des illusions perdues avec une éternelle croyance en l'avenir qu'il observe à travers la migration vers la Mecque de la musique country de tous ces assoiffés de gloire qui en dépit de leur individualisme forcené parviennent à former une communauté de destins comme les pionniers avant eux. Car ne nous y trompons pas, sous la bonne humeur qui ressort du film ce sont des tragédies petites ou grandes que nous raconte Altman, du
    spoiler:
    striptease pathétique de la pauvre Sueleen Gay (Gwenn Welles) refusant d'admettre qu'elle chante faux à Mr Green (Keenan Wynn) l'homme âgé qui tente en vain d'amener sa nièce, L.A Joan (Shelley Duvall), au chevet de sa femme mourante en passant par la mort tragique de la star locale Barbara Jean tombant sous les balles d'un admirateur psychopathe lors du meeting final. Cette fin tragique qui sera contestée par certains admirateurs du film refusant son versant sombre

    , montre la sensibilité prémonitoire d'Altman qui a compris avant beaucoup d'autres les dérives de la société du spectacle qui conduiront six ans plus tard à l'assassinat de John Lennon au pied du Dakota Building à New York. Keith Carradine présent dans le film et acteur récurrent des films d'Altman dira de lui : "Les grands artistes sont ceux qui voient qui nous sommes en train de devenir, plutôt que ceux qui perçoivent qui nous sommes". Cette capacité du réalisateur à marier la dérision au tragique rapproche sans aucun doute Altman des réalisateurs de la grande comédie italienne dont l'amour pour leur pays et leurs compatriotes s'accompagnait tout comme pour Altman d'un regard sans pitié pour les travers quotidiens de la condition humaine pouvant amener les plus grandes tragédies. "Nashville" aujourd'hui réputé axe central de la filmographie du grand Altman est un peu oublié en Europe sans doute trop ancré dans l'inconscient collectif américain pour être vu autrement que comme un témoignage socio-historique.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 1 448 critiques

    3,0
    Publiée le 16 février 2018
    Capitale du Tennessee et de la country-music, Nashville est prise d’assaut par Robert Altman et ses comédiens pour un film-choral qui fait moins dans l'hommage que dans la critique. Le cinéaste est avant tout soucieux de prendre le pouls d'une ville qui danse, chante, vote républicain et qui baigne encore dans le racisme; il le fait en utilisant le procédé du film-choral, lequel sert à la représentation d'une diversité de personnages (les artistes - les hommes politiques; les natifs de Nashville - les autres; les célébrités - les citoyens lambda) qui se mêlent et s'affrontent. Altman joint aussi à la fiction une part documentaire minime mais non négligeable, si l'on prend en compte les apparitions d'Elliott Gould et de Julie Christie dans leur propre rôle et une scène finale magistrale qui s'attarde longuement sur la foule locale après un événement qui n'est pas sans rappeler l'assassinat de Kennedy une décennie plus tôt. Malgré un montage et une écriture virtuoses, le film repose sur un paradoxe problématique : il est en effet étonnant de voir Altman faire un cinéma de personnages alors qu'il entretient un rapport extrêmement distant avec eux – on pourrait même jusqu'à dire qu'il ne les aime pas. Le regard presque condescendant que le cinéaste porte sur certains pose par conséquent la question de l'implication du spectateur : s'il n'y a pas d'empathie derrière la caméra, il ne peut y avoir d'identification de l'autre côté de l'écran. Étrange position que de se retrouver devant "Nashville" puisque l'on est à la fois admiratif devant une construction scénaristique aussi complexe et libre et en même temps frustré de ne pas être véritablement touché par les trajectoires de personnages qui ont pourtant tous quelque chose à dire.
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 254 critiques

    5,0
    Publiée le 12 mars 2019
    En 1975, Robert Altman posait sa caméra à Nashville, capitale du Tennessee mais surtout capitale de la musique country, et réalisait cet incroyable film-choral de 2h35 qui nous faisait suivre les pérégrinations de plus d’une vingtaine de personnages échoués pour une raison ou pour une autre dans cette ville. Ce semblant d’hommage à la country – les chansons, composées par les acteurs eux-mêmes, sont omniprésentes – se mue rapidement en une satire acerbe d’un petit milieu composé d’anonymes frustrés et de célébrités tout aussi frustrées, puis en une critique au vitriol des États-Unis d’Amérique dans son ensemble. Tout y passe : les méthodes amorales des hommes politiques, le dictat de la publicité, l’individualisme forcené, l’humiliation des minorités, l’hypocrisie généralisée des gens biens sous tous rapports,... Cette sorte de cacophonie organisée constitue le tableau follement ambitieux d’une multitude de personnages névrosés, évoluant dans un microcosme vicié dont ils sont à la fois victimes et responsables. Un pari réussi haut la main par un Robert Altman au sommet de son art.
    DarioFulci
    DarioFulci

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 408 critiques

    0,5
    Publiée le 9 octobre 2011
    Une campagne présidentielle, des stars de la musique country, des aspirants à la célébrité, des déçus etc... Comme toujours chez Robert Altman, une multitude de personnages que l'on suit au compte goûte dans diverses situations. Et comme toujours chez lui, on a des difficultés à identifier clairement où il veut en venir au juste. Des scènes interminables où les dialogues fusent à tout va mais pourquoi ? Déjà à l'époque, Altman n'aimait pas ses personnages. Ils sont tous plus ou moins ridicules, avec des travers plus ou moins écrasant. En plus d'une 'intrigue' hautement ennuyeuse, on se coltine des personnages aussi insupportables pour le réalisateur que pour le spectateur. 2h40 éprouvantes, même sur un écran géant.
    greenberg
    greenberg

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 24 décembre 2009
    Une narration parfaitement dominée et des séquences musicales extraordinairement menées, à commencer par celle de la fin. Un film qui n'a pas pris une ride, l'Amérique d'il y a 35 ans, déjà désuète à l'époque puisque c'est celle de la Country Music, demeure une entrée extraordinaire pour décrire les contradictions du monde actuel, entre tradition et modernité, art et commerce, rêve individuel et pesanteurs économiques et sociales, puissance charismatique et fragilité personnelle. A noter la présence un peu ridicule de la vieille Europe dans le personnage nterprété avec esprit par Geraldine Chaplin, partiellement un cliché. L'un des plus grands films du XXe siècle, et certainement le plus grand film de Robert Altman, auquel ce dernier a rendu hommage avant de mourir dans son ultime réalisation, qui est la version mélancolique de "Nashville" : mourir dans une ambiance de Country Music finissante, c'était une belle sortie. Une dernière remarque: Altman tire ici le maximum de ses acteurs, dont la plupart n'ont jamais été aussi bons que dans ce film. C'est déjà un compliment. Quand, en plus, le film sonne juste de bout en bout, sur les plans esthétique, psychologique, social, politique, on ne peut plus dire que : chef-d'oeuvre! Pour s'opposer à deux idées fausses concernant Altman: ce film reste une déclaration d'amour à l'Amérique et communique une vision plutôt positive de l'humanité... notamment des femmes!
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1954 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 10 juillet 2014
    Un film choral, comme Robert Altman en a réalisé souvent, autour de 24 personnages dans la ville de la country, Nashville, où le cinéaste oppose la plouquerie des habitants à l'arrogance des artistes, tout en égratignant sans y avoir l'air un racisme toujours présent même si beaucoup plus dissimulé, une politique de cirque et un militarisme forcené, sur cinq jours, le tout avec chevauchements de dialogues et détails dans l'image assez révélateurs.
    Comme pour "Un Mariage" ou même "Gosford Park", "Nashvillle" souffre d'avoir un trop grand nombre de personnages ce qui fait qu'à part quatre ou cinq d'entre eux aucun n'est véritablement approfondi tout comme certaines situations d'ailleurs. On retient surtout ceux de Geraldine Chaplin, dans le rôle d'une soi-disant journaliste de la BBC hippie et profondément conne, de Lily Tomlin, en chanteuse de gospel mère dévouée de deux enfants sourds, Ronee Blakley, en chanteuse vedette, ou encore Barbara Harris, en aspirante chanteuse qui va avoir sa chance d'une manière inattendue.
    Même si parfois manquant de consistance, le film réussit à donner quelques séquences fortes à l'instar de celle finale. L'acuité du regard du cinéaste est bien présent et c'est ce qui fait l'intérêt de l'oeuvre.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1763 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2012
    Impossible à se procurer en version française,"Nashville"(1975)est pourtant une œuvre indispensable pour qui veut comprendre l'ambivalence de l'Amerique.Robert Altman y inventait pour ainsi dire le film-choral.24 personnages que l'on suit dans Nashville,capitale de la musique country,lors d'un festival étalé sur 5 jours.A premier vie,la narration semble relâchée,et pourtant Altman à l'oeil sur tout,du personnage au coin de l'écran,aux dialogues qui se chevauchent,en passant par la signification des paroles chantées.Car dans ce film-fleuve(2h40),on chante beaucoup,des artistes qui d'ailleurs se produisent en live,pour plus de réalisme.Du chaos apparent,Altman tire une cohérence thématique qui force l'admiration.Il établit un parallèle entre les montes impitoyables du show-business et de la politique.Il dévoile une cohorte de personnages hantés par la défaillance de leur pays,et qui en conséquence ont perdus toute confiance.Loin d'être cynique,le film est d'un humanisme confondant,met la complexité des femmes en valeur et la couardise des hommes.Avec tout l'attirail de l'Amerique profonde disparue des années 70,le film à de quoi interpeller.Finalement,on finit par être entraîne dans la folie éphémère de cette réunion musicale,entre mélancolie,relents d'échecs et espoir d'un avenir meilleur.L'histoire n'est qu'un éternel recommencement...
    Myene
    Myene

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 373 critiques

    3,5
    Publiée le 26 août 2013
    Quelle maîtrise dans des premières impressions de foutoir, quelle rouerie cet Altmann ! mais certainement moins caricatural que dans Mash : la participation des chanteurs doit y aider J"ai bien retrouvé ce que je connaissais de l'Amérique populaire de la fin des seventies.
    Flying_Dutch
    Flying_Dutch

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 770 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2012
    5 ans après M.A.S.H. qui lança la carrière cinématographique d'Altman, Nashville popularise ce style si spécifique qui fera la marque de fabrique du génie réalisateur. Nashville est un de ces récits croisés que seul Altman a su faire, qui mélange naturalisme, humour, et musique country. Porté par une troupe d'acteurs dont certains ont tourné plusieurs fois pour Altman (Eliott Gould, Keith Carradine, Shelley Duvall...) et une bande-son envoûtante, Nashville se distingue par la densité du récit et le réalisme accordé aux fragments attribués à chaque personnage. Il y a de tout dans Nashville: ironie, amour, tromperie, intrigue, chaos... et c'est ce qui fait qu'Altman a toujours su nous transporter dans des mondes si fascinants.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 806 critiques

    4,5
    Publiée le 10 juin 2019
    Formidable film d'Altman, mosaïque lucide de l'Amérique profonde, celle de la musique country, sur fond de campagne politique. Une des grandes réussites du cinéaste, qui s'appuie sur un casting monumental.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 407 critiques

    3,5
    Publiée le 31 octobre 2011
    Robert Altman est pour ainsi dire l'inventeur du film-choral. Nashville est un récit complexe. Structuré mais complexe. Il se déroule juste après que les dernières troupes américaines ont quitté le Vietnam. Il présente la culture américaine, satire du show-biz et de la politique de cirque mais aussi affirmation des grandes valeurs du pays de l'oncle Sam. Déroutant parce qu'on ne sait pas réellement ce qu'a voulu dire Robert Altman, Nashville est à l'image du nouvel Hollywood des années 70.
    gemini-hell
    gemini-hell

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 395 critiques

    3,5
    Publiée le 21 juillet 2011
    Au-delà du microcosme de la ville de Nashville, c’est la société américaine des années ’70 qui s’inscrit en toile de fond de ce film du grand Altman. Précurseur du récit à multiples personnages, « Nashville » présente les qualités et les défauts de ce type de narration où certaines situations auraient mérité d’être davantage développées en opposition à d’autres qui semblent faire office de remplissage. Néanmoins, dès les premières minutes de projection, on reconnaît facilement la patte et l’œil de Robert Altman et ce jeu de massacre, non dénué d’émotion, servi par un casting impeccable, nous fait passer un bon moment de cinéma.
    Snakeplissken
    Snakeplissken

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 17 juin 2011
    Le meilleur film de Robert Altman avec SHORT CUTS. Un film rare depuis plusieurs décennies à voir d'urgence pour tous les fans du cinéma américain des années 70's.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top