Mon compte
    L'Homme de la rue
    Bande-annonce L'Homme de la rue
    11 juillet 1947 en salle / 2h 02min / Comédie dramatique
    De Frank Capra
    Par Robert Riskin, Richard Connell
    Avec Gary Cooper, Barbara Stanwyck, Edward Arnold
    Titre original Meet John Doe
    Le court métrage VOD
    Spectateurs
    4,1 298 notes dont 36 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Pour retrouver son poste, la journaliste Ann Mitchell invente un personnage nommé John Doe qu'elle fait passer pour réel dans une lettre de suicide dénonçant le malaise social ambiant. Elle engage alors un dénommé John Willoughby pour se faire passer pour ce fameux John Doe. Mais, celui-ci se prend au jeu.

    Regarder ce film

    En VOD
    UniversCiné Location dès 3,99 €
    LaCinetek Location dès 2,00 €
    FilmoTV Achat dès 9,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par

    Interview, making-of et extrait

    L'Homme de la rue (Meet John Doe) - Film en intégralité 3:34
    L'Homme de la rue (Meet John Doe) - Film en intégralité
    1 729 vues

    Acteurs et actrices

    Gary Cooper
    Rôle : John Willoughby / John Doe
    Barbara Stanwyck
    Rôle : Ann Mitchell
    Edward Arnold
    Rôle : D.B. Norton
    Walter Brennan
    Rôle : Le colonel
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 19 septembre 2011
    "Meet John Doe" est un film de Capra passablement oublié, et, il faut bien le reconnaître, d'un niveau inférieur à ses grands films sociaux de la fin des années 30 comme "L'Extravagant Mr Deeds" ou "Mr Smith au Sénat", chefs d'oeuvre du genre. Si ces deux films étaient des comédies, celui-ci se montre rapidement plus grave, non sans un certain optimisme naïf assez mal amené sur la fin. On a l'impression que Capra se répète sans rien ...
    Lire plus
    jeanmariat
    jeanmariat

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 10 mars 2013
    Il y a un génie de la narration, de la mise en scène, dans "L’homme de la rue", qui ravale la plupart des réalisateurs morts ou vivants à leur bac à sable. C’est absolument dingue ! Les personnages, et surtout les relations entre eux, sont d’une complexité folle. D’où vient le salut ? Qui provoquera la perte ? La scène finale, à cet égard, est bouleversante : John Doe veut sauter du toit de l’immeuble, mais trois groupes de ...
    Lire plus
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 204 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,0
    Publiée le 16 septembre 2010
    Ce film souffre d'être trop bavard et d'avoir trop de longueurs pour avoir le rythme léger et puissant d'autres oeuvres du réalisateur comme "New York-Miami" ou "Monsieur Smith au sénat". Et au niveau de l'interprétation, Edward Arnold excellent dans le rôle d'une crapule n'a aucun mal à voler la vedette à Gary Cooper et à Barbara Stanwyck, deux acteurs pourtant pourvus d'un charisme incroyable mais qui n'ont jamais paru aussi ternes et ...
    Lire plus
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 457 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 5 janvier 2012
    C'est par le biais de ce long métrage que j'ai enfin pu découvrir l'univers et le style de Frank Capra et je dois bien avouer que je n'ai pas été déçu. Car entre la très belle partition musicale de Dimitri Tiomkin, une subtile réalisation et une interprétation de grande qualité, je peux même dire que j'ai passer un excellent moment de cinéma. Barbara Stanwyck est radieuse et bien convaincante et Walter Brennan campe avec beaucoup de ...
    Lire plus
    36 Critiques Spectateurs

    Photos

    18 Photos

    Secrets de tournage

    Un cinéaste "à message"

    Depuis 1936, avec L'Extravagant Mr. Deeds, faire passer un discours politique est la préoccupation centrale des films de Frank Capra ( Horizons perdus, Vous ne l'emporterez pas avec vous, Mr. Smith au Senat), qui l'ont établi comme un cinéaste à message.

    Une période bien particulière

    1941 est l'année charnière de la préparation à l'entrée en guerre des Etats-Unis. L'homme de la rue sortie la même année, se distingue des autres films d'intervention parce qu'il désigne le fascisme comme ennemi intérieur, ici incarné par le personnage de D.B Norton joué par Edward Arnold.

    Le thème du suicide

    Après La Grande Muraille et The Way of the strong, L'Homme de la rue est le troisième film de Frank Capra à traiter du suicide. Par ailleurs, un grand nombre de suicides manqués figurent dans les films de Capra comme dans La vie est belle.
    8 Secrets de tournage

    Infos techniques

    Nationalité américain
    Distributeur -
    Récompense 1 nomination
    Année de production 1941
    Date de sortie DVD 20/06/2003
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 13/11/2018
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 8 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1941, Les meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 1941.

    Commentaires

    • michmonde
      Un film de Capra pour le moins ambigüe car, démarrant en trombe dans le registre de la comédie, il se fait peu à peu plus sérieux jusqu'à l'expression même d'une certaine gravité. L'exercice était délicat de continuer dans la légèreté ce scénario qui parle d'une tromperie à but plutôt humaniste, au départ, mais qui récupérée par des politiciens manipulateurs (pléonasme?) vire au cauchemar de l'implantation d'un nouvel ordre majoritaire.Émerge alors le sentiment d'un drame imminent opposant fatalement manipulés et manipulateurs, conscience collective et ambitions personnelles, populisme et élitisme, mensonge et vérité... le tout s'alourdit, donc, et vire à la satire sociale virulente dont certains atermoiements causent un sentiment de perdition après ½ h de film sans toutefois qu'il perde en saveur et fasse perdre l'intérêt d'en connaitre l'issue, aidé, en cela, d'une belle réalisation, de dialogues spirituels et des excellentes prestations de Gary Cooper et Barbara Stanwick entourés de second rôles sympathiques.
    Voir les commentaires
    Back to Top