Notez des films
Mon AlloCiné
    Ludwig - Le crépuscule des Dieux
    15 mars 1973 / 3h 57min / Drame, Historique, Biopic
    De Luchino Visconti
    Avec Helmut Berger, Romy Schneider, Silvana Mangano
    Nationalités italien, français, ouest-allemand
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    5,0 1 critique
    Spectateurs
    4,0 492 notes dont 45 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Évocation du règne de Louis II de Bavière, protecteur des arts (et en particulier mécène de Richard Wagner qui lui dut son salut et la possibilité de réaliser ses plus belles œuvres) et de la complicité presque amoureuse qui le lie avec sa cousine Sissi.
    Titre original

    Ludwig

    Distributeur Tamasa Distribution
    Voir les infos techniques
    Année de production 1972
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray 27/03/2017
    Date de sortie VOD 29/04/2016
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 2 anecdotes
    Box Office France 0 entrées
    Budget -
    Langues Italien
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 39028

    Regarder ce film

    En VOD
    LaCinetek Location dès 2,00 € HD
    UniversCiné Location dès 2,99 €
    ARTE Boutique Location dès 3,99 € HD
    Orange Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Ludwig - Le crépuscule des Dieux Bande-annonce VF 1:33
    Ludwig - Le crépuscule des Dieux Bande-annonce VF
    14844 vues

    Acteurs et actrices

    Helmut Berger
    Rôle : Ludwig II de Bavière
    Romy Schneider
    Rôle : Elisabeth d'Autriche
    Silvana Mangano
    Rôle : Cosima Von Buelow
    Gert Fröbe
    Rôle : le révérend-père Hoffmann
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2012
    Après avoir visionné un tel film, on en sort ébloui à la fois fasciné par la réalisation de Luchino Visconti et l'interprétation d'Helmut Berger dans la peau de Louis II de Bavière. Le spectateur assiste à un destin hors du commun, celui d'un homme qui commence son règne à l'âge de dix-neuf ans et qui le termine de façon dramatique. Luchino Visconti nous montre un homme sincère, rêveur, franc, sensible à la beauté des arts et ...
    Lire plus
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 454 abonnés Lire ses 3 425 critiques

    5,0
    Publiée le 26 juin 2017
    "Ludwig ou le crépuscule des dieux" s'inscrit dans la tétralogie allemande que Luchino Visconti n'aura pu mener à son terme. Jugé bien trop long par certains critiques; le film aura connu plusieurs versions au fil des ans. Noble lui-même, Visconti était sans doute le seul capable de rendre le faste de la cour de Bavière au temps de Louis II, son dernier roi, incapable de comprendre les mutations induites par la Révolution Industrielle et ...
    Lire plus
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1601 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    5,0
    Publiée le 21 septembre 2012
    Enfin j'ai réussi à mettre la main sur la version allemande de près de quatre heures que j'avais vu il y a des années de ce chef d’œuvre. La seule facilement disponible jusqu'ici était l'italienne mais franchement quelle aberration d'entendre Louis II de Bavière et Élisabeth de Wittelsbach parler la langue de Dante entre eux. Aberration d'autant plus grande que mise à part Silvana Mangano aucun italien n'a un rôle important dans ce ...
    Lire plus
    Baron Jack - Le Scarifié - L'Explorateur
    Baron Jack - Le Scarifié - L'Explorateur

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 31 critiques

    5,0
    Publiée le 13 avril 2016
    Derrière ses décors fastes et superbes ils se dissimule quelque-chose à l'intérieur de Ludwig, comme extirpé du cœur de Visconti et placé là-dedans. Écartelé jusqu'à être déchiré par ce que lui demande un tel pouvoir, Ludwig ne fera que dissimuler sa nature. Il doit être comme il le dit si bien un mystère pour les autres et pour lui-même. Le sang à l'intérieur de son corps et qui le fait vivre ne sera perçu d'aucune personne ...
    Lire plus
    45 Critiques Spectateurs

    Photos

    12 Photos

    Secret de tournage

    Une tétralogie avortée

    Ludwig est précédé de deux autres films s'inspirant de Richard Wagner et Thomas Mann, Les Damnés et Mort à Venise. Alors que cette tétralogie aurait du se conclure avec l'adaptation de La Montagne Magique de Thomas Mann, Luchino Visconti fut victime d'une crise cardiaque lors du tournage de Ludwig qui lui laissa des séquelles trop importantes pour faire ce dernier film.

    Le retour de Sissi

    Romy Schneider a accepté de reprendre le rôle de l'impératrice Sissi dans Ludwig uniquement pour rendre service à Luchino Visconti, alors qu'elle ne voulait plus entendre parler de ce rôle qu'elle avait tenu pour la trilogie de Ernst Marischka et qui l'avait par la suite cantonné aux rôles romantiques.

    Dernières news

    Ressortie Ludwig - Le Crépuscule des dieux : comment Romy Schneider a pris sa revanche sur Sissi ?
    NEWS - Sorties Ciné
    jeudi 19 octobre 2017
    A l'occasion de la ressortie en salles de "Ludwig - Le Crépuscule des dieux" de Luchino Visconti, retour sur le rôle de Sissi...
    Isabelle Carré guide de luxe de l'expo Romy Schneider [VIDEO]
    NEWS - Interviews
    mardi 27 décembre 2011
    Jusqu’au 22 février, l’Espace Landowski consacre une exposition à Romy Schneider. Rencontre avec la comédienne mythique en...

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1972, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1972.

    Commentaires

    • Newstrum
      Bien entendu concernant Le Guépard, c'est le thème principal du film (voir ma critique du Guépard sur mon blog) mais on peut néanmoins tisser des liens intéressants entre les deux films.
    • riqueuniee
      Le Guépard (à mon avis, ça n'engage que moi) explorait surtout un autre thème : la fin d'un monde (celui représenté par Salina) et la naissance d'un nouveau, qu'il s'agisse de la naissance de l'Italie en tant qu'état indépendant, du déclin de l'aristocratie et de l'émergence de la grande bourgeoisie, etc...Ludwig (chez Visconti) est un être sensible et perturbé, qui serait de toute façon déphasé où qu'il soit. Le jeune frère de Ludwig (Otto) est d'ailleurs lui aussi un être psychologiquement instable. Le film , lors d'une réplique, fait d'ailleurs allusion au fait que les familles Wittelsbach ou Hohenzollern présentaient quelques cas pathologiques (physiquement ou psychiquement) sans doute à cause de trop de consanguinité (mariages entre cousins dont les parents étaient eux-mêmes cousins).
    • riqueuniee
      Je réponds très en retard, ayant vu le film hier sur CinéPlus Classic. La version originale (le film était proposé en version multilingue) était une version italienne où tous les acteurs étaient doublés. Je ne la qualifierais pas de pitoyable mais c'était tout de même décevant.Difficile, avec ce casting cosmopolite, et des acteurs pas forcément polyglottes, d'avoir une vraie version originale.NB Dans les années 50:60 (et sans doute après), les films italiens étaient pratiquement tous post-synchronisés (sauf peut-être les productions de type néo-réaliste), ce qui explique en partie (outre des conditions avantageuses pour les artistes concernés) les castings cosmopolites de nombre de films italiens de l'époque .NB Bis En ce qui concerne le Guépard, une particularité : à ses débuts, Claudia Cardinale était quasi systématiquement doublée, à cause de sa voix rauque, et aussi de son accent en italien (née en Tunisie dans une famille sicilienne, l'italien n'était pas vraiment sa première langue).
    • Newstrum
      Dans ce film étonnant, Visconti explore, derrière le faste des costumes et des chateaux, un sujet qui l'a beaucoup occupé à la fin de sa vie : la place de l'artiste dans la société. Ludwig est un artiste, au sens du terme que lui donnait Thomas Mann dans ses oeuvres de jeunesse, c’est à dire un homme complètement submergé par son extrême sensibilité au monde. Déphasé, il ne veut pas vivre avec son temps, ce qui inscrit le film dans une certaine filiation avec Le Guépard (à ceci près que le Prince Salina du Guépard était lucide et maitre de lui-même ce qui n'est pas le cas de Ludwig). Voir ma critique complète sur mon blog : https://newstrum.wordpress....
    • Yauthin Keo
      A voir
    • Blor
      Je n’ajouterai rien aux commentaires des autres spectateurs. Le film est splendide.Mais quelque chose me chiffonne, la langue du film. D’après ce que j’ai appris sur les forums des passionnés de cinéma, Visconti a tourné en allemand quand il n’y avait que des acteurs allemands en scène, en anglais lorsqu’il y avait Trevor Howard (Wagner qui parle anglais !!), probablement en italien pour d’autres.Le film que j’ai vu à sa sortie en salle était en anglais. Etait-ce le projet de Visconti, était-ce une version imposée par la production, je ne sais pas mais ça passait à peu près.Je me suis jeté sur le DVD sorti récemment en France (20 octobre 2009). Quelle déception ! On n’y propose que la VF pour francophones analphabètes ou le doublage en italien (pitoyable) que des amis de Visconti ont fait réaliser après avoir racheté le film après la mort du Maître. C’est nul. Je hais les doublages.Le même problème existe pour d’autres films : Le guépard du même Visconti, Aguirre et Fitzcarraldo de Herzog par exemple. Restent la puissance de l’image et de la mise en scène. Alors je regarde le film quand même …
    Voir les commentaires
    Back to Top