Mon compte
    Le Grand Retournement
    Bande-annonce Le Grand Retournement
    23 janvier 2013 en salle | 1h 17min | Comédie dramatique
    De Gérard Mordillat
    |
    Par Gérard Mordillat
    Avec Jacques Weber, François Morel, Edouard Baer
    Presse
    3,2 14 critiques
    Spectateurs
    2,9 108 notes, 28 critiques
    Voir sur Prime Video VOD
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    C’est la crise, la bourse dégringole, les banques sont au bord de la faillite, le crédit est mort, l’économie se meurt… Pour sauver leurs mises les banquiers font appel à l’État. L’État haï est soudain le sauveur ! Les citoyens paieront pour que le système perdure, que les riches restent riches, les pauvres pauvres. Adapté de la pièce de Frédéric Lordon cette histoire d’aujourd’hui se raconte en alexandrins classiques. C’est tragique comme du Racine, comique comme du Molière…

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming par abonnement
    Amazon Prime Video
    Amazon Prime Video
    Par abonnement
    Regarder
    En VOD
    Cinémutins
    Cinémutins
    Disponible en HD
    Location dès 4,00 €
    Regarder
    UniversCiné
    UniversCiné
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Service proposé par Service proposé par le CNC Service proposé par le ministère de la culture
    En DVD BLU-RAY
    Le Grand Retournement DVD
    neuf à partir de 19,00 €
    Acheter

    Bande-annonce

    Le Grand Retournement Bande-annonce VF 1:03
    Le Grand Retournement Bande-annonce VF
    63 871 vues

    Acteurs et actrices

    Jacques Weber
    Rôle : Le banquier Weber
    François Morel
    Rôle : Le Premier Conseiller
    Edouard Baer
    Rôle : Trader
    Franck de La Personne
    Rôle : Le Banquier Franck

    Critiques Presse

    • Le Parisien
    • aVoir-aLire.com
    • L'Humanité
    • Les Fiches du Cinéma
    • Marianne
    • TéléCinéObs
    • L'Express
    • Le Monde
    • Les Inrockuptibles
    • Studio Ciné Live
    • Transfuge
    • Positif
    • Première
    • Télérama

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    lugini
    lugini

    16 abonnés 245 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 10 juin 2013
    Hélas, le constat d'une triste réalité. Je ne me lasse jamais d'écouter Frédéric Lordon qui utilise toujours un vocabulaire et un langage accessible à tous sur des sujets bien techniques.
    Cinephille
    Cinephille

    132 abonnés 627 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 24 janvier 2013
    Un texte vraiment bien fichu - en alexandrins-, une mise en scène théatrale mais juste ce qu'il faut, d'excellents acteurs avec une mention spéciale pour Jacques Weber, une excellente analyse du pouvoir de la finance, une personnalisation de Nicolas Sarkozy suffisamment light pour être transposable à d'autres, hélas. Tout cela donne un film original et pertinent.
    Patrick Braganti
    Patrick Braganti

    82 abonnés 375 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 30 janvier 2013
    On connaissait l'économiste Frédéric Lordon pour ses prises de positions à la fois radicales et novatrices, hélas peu relayées par les médias, à part les alternatifs. A ce talent, il faut désormais ajouter celui d'homme de théâtre. En effet, le nouveau film de Gérard Mordillat, lui aussi écrivain engagé, est l'adaptation de la pièce de théâtre écrite en alexandrins par l'économiste. Hormis sa dimension pédagogique (expliquer ...
    Lire plus
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 29 janvier 2013
    "Le grand Retournement" aborde d'une manière très originale la crise économique qui secoue notre hémisphère depuis quelques années. En adaptant la pièce de théâtre de Frédéric Lordon, pièce écrite en alexandrins qui plus est (oui, messire), Gérard Mordillat donne un éclairage ludique sur une série d'évènements (crise des subprimes, sauvetage des banques, explosion de la dette...) qui ont fait les choux gras des JT. C'est grave ...
    Lire plus

    Photos

    Secrets de tournage

    Adaptation

    Le Grand Retournement est une adaptation de la pièce de Frédéric Lordon intitulée "D’un retournement l’autre - Comédie sérieuse sur la crise financière", publiée en 2011. Dès sa sortie en librairie, le réalisateur Gérard Mordillat a appelé l’auteur pour qu’il ne cède ses droits à personne d’autre que lui.

    La Troupe

    Gérard Mordillat s’est entouré d’acteurs ayant déjà tourné dans ses précédents films, à l’instar de Franck De La Personne, François Morel ou encore Jacques Pater.

    Anonymes

    Dans Le Grand Retournement, les personnages ne portent pas de nom. Frédéric Lordon, l'auteur de la pièce dont est tiré le film, explique : "Je voulais faire un théâtre d’archétypes, sans profondeur, sans psychologie ni états d’âme, avec des personnages réduits à l’état de simples supports des forces sociales qui s’emparent d’eux et qui parlent pour eux."

    Infos techniques

    Nationalité France
    Distributeur Solaris Distribution
    Récompense 1 nomination
    Année de production 2013
    Date de sortie DVD 16/09/2019
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 02/06/2021
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 9 anecdotes
    Box Office France 17 778 entrées
    Budget -
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 133017

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Pour découvrir d'autres films : Meilleurs films de l'année 2013, Meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 2013.

    Commentaires

    • Yann F.
      Comme sait les faire Gérard MORDILLAT, voici un film ambitieux au très bon casting! Si les alexandrins n'en sont pas toujours (il arrive que le mètre soit bafoué, les hémistiches non respectés et que les rimes ne soient pas toujours au top des règles de la versification classique), l'idée d'imposer cette forme littéraire archaïque à une oeuvre cinématographique moderne et au sujet on ne peut plus actuel est très intéressante. A l'heure où la société souffre d'une crise financière historique et où les politiciens doivent répondre de cela tant bien que mal et parfois à la place des barons de la finance (qui ne sont pas forcément politiciens de profession), mener une telle entreprise est un réel engagement. C'est dire sans vergogne que les dirigeants et les classes inférieures ne parlent pas le même langage et par conséquent, ne se comprennent pas. Une effronterie artistique très réfléchie. Par ailleurs, il faut avouer que l'alexandrin n'est pas une forme d'expression naturelle et que la syntaxe s'en fait ressentir en se compliquant. Autrement-dit, même si le vocabulaire reste assez facile d'accès et pas excessivement technique, il n'est pas évident de suivre le film jusqu'au bout. On est aisément amené à penser qu'il est un peu long parce que rythmé de façon haletante. Il ne faut vraiment pas être fatigué pour visionner "Le grand retournement". Décors à l'expression abstraite. L'Elysée et les banques sont remplacées par des usines désaffectées et des entrepôts industriels dont les ruines représentent celles, sociétales, que piétinent les banquiers. En intérieur donc, un jeu d'acteur manifestement euphorique (équipe qui se connait et a plaisir à jouer ensemble, euphorie de retourner à la scansion d'un texte spécialement étudié pour le jeu d'acteur, liberté de mouvement dans un espace vaste dont le dénuement cède à la la liberté d'expression...) Les quelques extérieurs sont des images qui permettent l'encrage dans ce qu'on appelle la "référence absolue" en littérature puisqu'il s'agit des archives. La critique n'en devient que plus acerbe. Il faut oublier l'idée de la dénonciation politique. Si certains pensent que le "petit" président est descendu plus bas que terre, c'est qu'ils n'ont pas compris qu'il est surtout présenté comme un personnage ambivalent entre puérilité et extrême lucidité. On ne sait jamais s'il est le couillon de la farce ou au contraire, le plus intelligent de tous. Le rire comme adjuvant d'une critique violente mais aussi, le rire comme relativisation d'une situation déplorable. Un film savoureux et efficace.
    Back to Top