Mon compte
    Le Charme discret de la bourgeoisie
    Bande-annonce Le Charme discret de la bourgeoisie
    15 septembre 1972 en salle | 1h 42min | Comédie dramatique, Fantastique
    Date de reprise 29 juin 2022
    De Luis Buñuel
    |
    Par Luis Buñuel, Jean-Claude Carrière
    Avec Fernando Rey, Paul Frankeur, Delphine Seyrig
    Presse
    5,0 1 critique
    Spectateurs
    3,7 936 notes, 87 critiques
    Séances (1) Voir sur Arte VOD
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Don Rafael Acosta et ses amis M. et Mme Thévenot, accompagnés de Florence, la sœur de madame, se rendent à dîner chez M. et Mme Sénéchal. À leur arrivée, ils s’étonnent de l’absence de feu dans la cheminée et constatent que la table n’est pas mise. C’est que les Sénéchal n’avaient pas noté la bonne date sur leur agenda. Ils décident quand même de se rendre dans un restaurant du coin mais son propriétaire vient de passer l’arme à gauche et repose dans la pièce d’à côté. Chaque fois que les six amis décident de se retrouver, une circonstance imprévue va interrompre leur repas...

    Regarder ce film

    En replay / streaming gratuit
    Arte
    Arte
    Par abonnement
    Regarder
    En VOD
    Canal VOD
    Canal VOD
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    LaCinetek
    LaCinetek
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Service proposé par Service proposé par le CNC Service proposé par le ministère de la culture
    En DVD BLU-RAY

    Séances

    Chercher une séance

    Voir plus de villes

    Interviews, making-of et extraits

    Le Charme discret de la bourgeoisie / Journal d'une femme de chambre Bande-annonce VF 1:25
    Le Charme discret de la bourgeoisie / Journal d'une femme de chambre Bande-annonce VF
    112 622 vues
    Rétrospective Luis Buñuel Bande-annonce VF 1:48
    Rétrospective Luis Buñuel Bande-annonce VF
    14 280 vues

    Dernières news

    Mort de Jean-Claude Carrière, écrivain et auteur césarisé pour Le Retour de Martin Guerre
    News - Stars
    L'écrivain Jean-Claude Carrière est mort. Auteur des chefs-d'œuvre de Luis Buñuel, il est également à l'origine de nombreux…
    mardi 9 février 2021
    Programme TV vendredi 3 juillet : Snatch et Les Chroniques de Riddick
    News - Films à la TV
    Chaque jour, retrouvez le programme des films et séries à voir à la télé. Ce soir : Brad Pitt en boxeur survolté, un classique…
    vendredi 3 juillet 2020
    Ce soir à la télé : on mate "Le Charme discret de la bourgeoisie" et "Braveheart"
    News - Films à la TV
    Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? La Rédaction d'AlloCiné vous indique les films et séries à voir à la télé. Au…
    jeudi 28 juin 2018
    Mater / Zapper : votre soirée TV du lundi 15 juillet 2013
    News - Séries à la TV
    Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? Les membres de notre rédaction vous indiquent les films à voir ou ne pas voir.…
    lundi 15 juillet 2013

    Acteurs et actrices

    Fernando Rey
    Rôle : Don Rafael
    Paul Frankeur
    Rôle : M. Thevenot
    Delphine Seyrig
    Rôle : Mme Thevenot
    Bulle Ogier
    Rôle : Florence

    Critique Presse

    • Critikat.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    135 abonnés 694 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 20 mars 2009
    Venu dans l'Hexagone finir sa filmographie (après un retour d'exil du Mexique et alors que Franco, dirigeant de sa patrie, était à l'agonie), Luis Bunuel réalisa en 1972 "Le charme discret de la bourgeoisie", satire décapante des moeurs de personnages hautement placés dans la société, le tout teinté d'un surréalisme inspiré. Tout commence comme une comédie noire et grinçante un peu théâtrale où les dialogues remarquablement ...
    Lire plus
    Grouchy
    Grouchy

    102 abonnés 1 033 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 1 mai 2013
    Inspiré du surréalisme et du culte de l'absurde, Bunuel réalise un film choral nettement supérieur aux semblables du genre, qui plus est dans un huit clos constant ( dans plusieurs salles à manger ) ; il dresse une moquerie des classes bourgeoises, reprochant l'hypocrisie ( la dispute entre Piéplu et Ray ), le mauvais goût ( le chapeau de Napoléon ). Il brise les séparations entre le réel et le rêve, où finalement, à la fin, nous ne ...
    Lire plus
    max6m
    max6m

    60 abonnés 180 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2009
    Certes, "Le charme discret de la bourgeoisie" est une caricature de la bourgeoisie, de l’armée et de l’église. A cet égard, le film est moins réussi que ne pouvait l’être "L’ange exterminateur": la caricature y est souvent simpliste et l’on y retrouve pas la finesse de ton et d’esprit du film mexicain. On sent bien que c’est autre chose, au-delà de la satire, que veut exprimer le cinéaste. Malgré que les personnages soient ...
    Lire plus
    Tanezir
    Tanezir

    24 abonnés 583 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 7 février 2010
    Buñuel présente ici avec cynisme et non sans succès les derrières de la bourgeoisie. Il manie très bien le comique de situation en créant une histoire sans queue ni tête qui réussi plus ou moins à faire perdre pied au spectateur. Les tréfonds des âmes de ces bourgeois coincés, révélé par leur rêve le plus fou. On sourit de nombreuses fois. Le film est plaisant et passe comme une lettre à la poste. Ni plus ni moins.

    Photo

    Secrets de tournage

    Un titre empreint de surréalisme

    A l'instar d'Un Chien andalou (1928) et de L'Âge d'or (1930), le titre du Charme discret de la bourgeoisie se construit sur une improbable association de mots discordants. Cela participe, selon les termes de Luis Buñuel, d'une démarche surréaliste.

    Carrière le fidèle

    Ce n'est pas la première ni la dernière fois que Luis Buñuel écrit un scénario conjointement avec Jean-Claude Carrière. Au moment de plancher sur celui du Charme Discret de la Bourgeoisie, les deux hommes se connaissent depuis de longues années. Le Journal d'une femme de chambre (1964) marque leur première association, suivie de Belle de Jour (1966) et La Voie lactée (1969). Après Le Charme discret..., ils retravailleront ensemble sur le scénario Lire plus

    Cinq scenarii pour un repas

    Le scénario du film a nécessité une longue préparation pour Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière. Pas moins de cinq versions différentes ont même été écrites.

    Infos techniques

    Nationalités France, Espagne, Italie
    Distributeur Carlotta Films
    Récompenses 2 prix et 4 nominations
    Année de production 1972
    Date de sortie DVD 05/12/2000
    Date de sortie Blu-ray 01/01/2021
    Date de sortie VOD 15/01/1973
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 12 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 29/06/2022
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 39910

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Pour découvrir d'autres films : Meilleurs films de l'année 1972, Meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 1972.

    Commentaires

    • laurent c.
      Dans sa dernière période, Buñuel s'est quelquefois essayé à une forme d'expression cinématographique proche du film “à sketches” : on pense à La voie lactée ou au fantôme de la Liberté. Les thèmes chers à leur auteur - l’anticonformisme bourgeois et cléricale - y sont abordés, la plupart du temps, sur un mode allégorique “potache” peu nuancé, qui a aujourd'hui beaucoup perdu de son caractère subversif. Même Le charme discret de la bourgeoisie, autre film “à sketches”, a lui aussi perdu de sa superbe. Malgré le respect que l'on peut avoir pour ce film qui a marqué toute une génération de cinéphiles, force est de constater qu'il a, rétrospectivement, bien mal vieilli. Et puis..., Cet obscure objet du désir. Buñuel, dans une forme de lucidité, abandonne la pseudo-modernité de ses dernières tentatives pour proposer, in fine, une sorte de synthèse alliant, histoires courtes et cinéma classique en déconstruction, tel qu'il était dans Tristana, ou Belle de jour, son plus grand chef-d’oeuvre.Cet obscure objet du désir, signe le retour du maître du cinéma surréaliste, à une forme d'expression plus complexe et plus aboutie, dans une veine que l’on aurait aimé le voir poursuivre. Le destin en aura décidé autrement. Malheureusement.   
    • carminda
      Mais qu'est ce que c'est bien!je ne me suis pas ennuyée une seconde. Magistal!acteurs,situations.On se croit dans la réalité et hop c'est reparti dans l'absurde!à voir absolument.
    • RICHIE30
      Je ne dirai qu'un mot: chiant !
    • superboubouge
      ma critique: http://blogaudessusducinema.ov...
    Back to Top