Mon compte
    Desierto
    Bande-annonce Desierto
    13 avril 2016 en salle | 1h 28min | Thriller
    De Jonás Cuarón
    |
    Par Jonás Cuarón, Mateo García
    Avec Gael García Bernal, Jeffrey Dean Morgan, Alondra Hidalgo
    Presse
    3,1 24 critiques
    Spectateurs
    3,1 1948 notes, 215 critiques
    VOD
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Interdit aux moins de 12 ans

    Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l'immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

    Regarder ce film

    En VOD
    Canal VOD
    Canal VOD
    Achat dès 7,99 €
    Regarder
    Orange
    Orange
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Service proposé par Service proposé par le CNC Service proposé par le ministère de la culture
    En DVD BLU-RAY
    Desierto
    neuf à partir de 11,90 €
    Acheter
    Desierto Bande-annonce VO 1:19
    Desierto Bande-annonce VO
    217 288 vues
    Desierto Bande-annonce VF 1:19
    Desierto Teaser VO 0:58
    116 900 vues

    Dernières news

    Ce soir à la télé : on mate "Le Ciel attendra" et "Le Monde de Dory"
    News - Films à la TV
    Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? La Rédaction d'AlloCiné vous indique les films et séries à voir à la télé. Au…
    mercredi 30 août 2017
    Sorties cinéma : Le Livre de la jungle règne sur Paris
    News - Box Office
    La nouvelle adaptation du "Livre de la jungle" de Jon Favreau arrive en tête des premières séances parisiennes, devant "Desierto"…
    mercredi 13 avril 2016
    Desierto : plongée dans le désert mexicain avec Jonás Cuarón
    News - Interviews
    Durant le festival de Beaune où le film était présenté en compétition, AlloCiné a pu s'entretenir avec Jonás Cuarón, à propos…
    mercredi 13 avril 2016
    Festival de Beaune 2016 - le palmarès : le thriller transgenre Man on High Heels honoré
    News - Festivals
    Le 8e festival international du cinéma policier de Beaune a récompensé le thriller sud-coréen Man on High Heels, ainsi que…
    samedi 2 avril 2016

    Acteurs et actrices

    Gael García Bernal
    Rôle : Moises
    Jeffrey Dean Morgan
    Rôle : Sam
    Alondra Hidalgo
    Rôle : Adela
    Diego Cataño
    Rôle : Mechas

    Critiques Presse

    • 20 Minutes
    • CinemaTeaser
    • Franceinfo Culture
    • L'Ecran Fantastique
    • La Voix du Nord
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Parisien
    • Les Fiches du Cinéma
    • Metro
    • Ouest France
    • Première
    • Télérama
    • Culturopoing.com
    • Le Figaroscope
    • Le Journal du Dimanche
    • Studio Ciné Live
    • Télé 7 Jours
    • VSD
    • Les Inrockuptibles
    • Paris Match
    • Positif
    • Critikat.com
    • Le Monde
    • aVoir-aLire.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    benoitG80
    benoitG80

    3 284 abonnés 1 464 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 15 avril 2016
    "Desierto" est à ranger dans la catégorie des films inclassables, tant par le mélange des genres, thème de la frontière et de la folie humaine, que par ce qui émane brillamment de cette traque démoniaque aux clandestins dans le désert de Sonora ! Jonás Cuarón avant même son travail impeccable au service de cette histoire démentielle, accomplit à mon avis un défi encore plus grand et remarquable dans ce qu'il apporte au niveau du ...
    Lire plus
    RedArrow
    RedArrow

    1 482 abonnés 1 475 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 14 avril 2016
    Le désert californien. Des clandestins mexicains égarés après avoir passé la frontière américaine. Un homme accompagné de son chien et prêt à tout pour se débarrasser de ce qu'il considère être des envahisseurs de son pays. Cet homme, c'est le symbole de tout ce qui cloche dans cette Amérique oubliée et quelque part sûrement hélas majoritaire (la folie "trumpienne" actuelle en témoigne tristement). Cela se traduit à l'écran ...
    Lire plus
    Mapofparis
    Mapofparis

    22 abonnés 351 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 29 avril 2016
    Traque palpitante dans le désert de la frontière américano-mexicaine et tension qui ne s'atténue pas jusqu'à son aboutissement, on a là un vrai film sauvage, brut et incroyablement réaliste qui dope le spectateur et le maintient en haleine. Des clandestins et leurs passeurs, un chasseur et son chien qui les pistent sans relâche, des roches à perte de vue. Eprouvant.
    Sébastien A.
    Sébastien A.

    12 abonnés 162 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 13 avril 2016
    Un groupe de mexicain fuyant leur pays pour rejoindre les États Unis, se retrouvent au milieu d'une partie de chasse dans laquelle ils sont le gibier.
    L'histoire est simple, mais le film est efficace, on assiste à ce huit clos en plein désert, on est plongé dans cette chasse a l'homme, on stresse, on flippe, ...

    Photos

    Secrets de tournage

    Au nom du père

    Le réalisateur Jonás Cuarón n'est autre le fils que l'illustre Alfonso Cuarón, cinéaste oscarisé pour Gravity en 2014, film d'ailleurs co-écrit par Jonas et Alfonso. Desierto est le second long-métrage du fils Cuarón après Año uña en 2007. Alfonso est également l'un des producteurs du film.

    Gael de père en fils

    Après avoir tourné sous la houlette d'Alfonso Cuarón en 2001 pour Y tu mama tambien, Gael Garcia Bernal est cette fois dirigé dans ce Desierto par le fils, Jonás Cuarón, dans lequel il interprète le rôle de Moïse, un clandestin mexicain.

    Conditions extrêmes

    Les conditions de tournage de Desierto étaient tellement éprouvantes pour les acteurs que deux d'entre eux se sont évanouis pendant les premiers jours de tournage. Avant chaque journée de tournage, ils s'entraînaient à la course à pied afin de gagner en endurance et arriver prêts sur le plateau.

    Infos techniques

    Nationalités Mexique, France
    Distributeur Condor Distribution
    Récompense # prix
    Année de production 2015
    Date de sortie DVD 07/11/2016
    Date de sortie Blu-ray 07/11/2016
    Date de sortie VOD 03/11/2016
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 10 anecdotes
    Box Office France 97 110 entrées
    Budget US$ 3 000 000
    Langues Espagnol, Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 139791

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Pour découvrir d'autres films : Meilleurs films de l'année 2015, Meilleurs films Thriller, Meilleurs films Thriller en 2015.

    Commentaires

    • No Identity
      Film sans grand intérêt. Décors sympatoches mais c'est le seul bon point du film, tout le reste est à jeter. 1/5
    • Victornoir V
      Navet sanglant.
    • Ray H
      Sacré Donald même déguisé en cowboy on le reconnait.
    • Aurelien P.
      Sympa, jolis décors, mais ca ne casse pas 3 pattes à un canard.Fin très mauvaise, aucune originalité. Scène du chien très dispensable elle aussi.
    • AleXX46
      film sans intérêt
    • Henri Mesquida
      Le désert, des migrants mexicains, un texan psychopathe bien décidé à régler le problème de la porosité des frontières à sa manière : le scénario de Desierto tient sur l’épine d’un cactus.Difficile, en effet, d’envisager une intrigue plus linéaire : point de twists, de complexité ou de réflexion ici-bas : le film est un survival basique, dans lequel on reconnait la patte de Jonás Cuarón, fils de son père pour lequel il avait déjà écrit Gravity.Peu de clichés seront évités, au point que ceux-ci semblent totalement assumés : du tueur bien américain (Jeffrey Dean Morgan, rescapé de son rôle bien plus complexe dans Watchmen) aux victimes à la coloration familiale (la jeune fille, le vieux, le gros, le jeune père…) en passant par les cactus, le chien, les serpents et la canicule, tous les ingrédients inhérents au genre sont ventilés comme il se doit.On pourrait donc facilement se désintéresser de ce manque flagrant d’originalité, à moins de se tourner vers les moyens déployés pour tenter de donner une réelle saveur à l’ensemble, à savoir la mise en scène.La maigreur volontaire du film qui dure moins d’une heure vingt et se dispense presque de dialogues, invite fortement le spectateur à se concentrer sur ce qui reste : l’image. Et, de ce point de vue, force est de constater que les partis pris sont plutôt efficaces.La musique, assez minimaliste, accompagne cette traque qui met aux prises des individus le plus souvent réduits à leur animalité : c’est la raison pour laquelle le chien tient un rôle aussi important, véritable allégorie de ces instincts primaires du prédateur face à ses proies.Mais c’est surtout dans son exploitation de l’espace et du décor que le film trouve de l’intérêt. Comme son titre l’indique, il s’agit de placer des pions au sein d’un lieu de transition, ce désert, no man’s land entre le pays fuit et la terre promise.De ce point de vue, Desierto est un film sur le plan d’ensemble : à travers les promontoires, les belvédères et l’exploitation minutieuse des reliefs naturels, le cinéaste ménage des filatures souvent tendues : non seulement, les personnages semblent dominés par ce décor à la fois sublime et hostile (qui rappelle les plans contemplatifs et eu peu anxiogènes de Zabriskie Point ou Gerry), mais le spectateur, en position privilégiée, les situe souvent au sein d’un même plan alors que ceux-ci ne peuvent pas se voir, voire s’atteindre. Ce jeu sur les proportions, la lenteur accordée à ces périples, le décapage progressif pour aboutir à un corps à corps donnent donc une réelle saveur à l’œuvre.Et le fait de voir les grands espaces résoudre l’intrigue (le premier, comme condamnation de l’un, le second comme horizon en promesse à l’autre) confirme l’ambition du cinéaste qui sait, sur un terrain formaté au possible, ménager quelques pistes esthétiques tout à fait louables.
    • felson
      Un modèle de survivor dans la lignée de Duel et de Hitcher. Un Texan raciste et détraqué s'est trouvé une spécialité, tirer des jeunes Mexicains illégaux comme des lapins. Comment ne pas y croire, surtout aujourd'hui avec Trump et son projet de mur de la honte? Un tel sujet devrait avoir besoin de 'développement'? Pourquoi un personnage de psychopathe raciste qui vit seul dans le désert, qui n'a aucune raison de tuer mais qui le fait quand même, qui ne vit que pour tuer tous ceux qui passent sur son 'territoire', devrait être 'développé'?? Même si ça traite d'un brûlant sujet de société, ça reste d'abord de la fiction, pas un documentaire.Les Cuaron sont mexicains, donc forcément ils se retrouvent dans cette histoire qu'ils ont bâtie. S'ils décidaient de passer la frontière mexicaine comme clandestins, comment les choses tourneraient-elles? La tension extrême présente dans leur film est à la mesure de leur engagement contre l'inhumanité des Américains à l'égard de leurs compatriotes démunis. Le thriller fonctionne. Pas besoin de tout savoir de personnages dont on sait qu'ils vont mourir ou très mal finir! On a une histoire de folie d'un côté, de survie de l'autre, point. Pourquoi vouloir la lune? C'est un slasher doublé d'une magistrale course-poursuite et d'un drame social évident et prenant. Le désert est magnifiquement filmé, les scènes d'ascension qui incluent une traque impitoyable, prennent à la gorge. Les acteurs sont tous très bons, en particulier Jeffrey Dean Morgan, la photographie et la réalisation sont très soignées. La fin est superbe. C'est du grand art.
    • Geeko Guizmo
      En vérité la photographie du désert et les décors sont les seuls attraits véritables du film !Le reste tourne à vide. Vide de sens, vide de cohérence, vide d'émotion (que connaît-on vraiment des personnages à part la scènette post carnage à la carabine tellement ridicule et pathos ? Si on ne connaît rien des personnages comment s'attacher à eux ? Comment éprouver de la peur ?).Il y a bien quelques moments de tensions mais le meilleur reste dans la première partie...Puis la course poursuite en faisant le tour du rocher ça m'a fait tellement penser à du Benny Hill (la musique et le rythme accéléré en moins !) ...Ridicule !Autre chose: très clairement quand je suis un chasseur super badass et intelligent et que j'ai 2 gars dans le viseur dont un des deux qui tente d'aider l'autre à crapahuter le rocher car il est en mauvaise posture je vise qui ? Le gars qui aide forcément car comme ça l'autre tombe et une pierre deux coups comme ça ! Bah non ...Puis le mega sniper qui au final n'arrive plus à tirer à 10 m... voilà quoi !A éviter ! Clairement !
    • robin L.
      Info: la musique du film est composée par Woodkid!
    Back to Top