Notez des films
Mon AlloCiné
    Moonlight
    Bande-annonce Moonlight
    1 février 2017 / 1h 51min / Drame
    De Barry Jenkins
    Avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes
    Nationalité américain
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    4,2 38 critiques
    Spectateurs
    4,0 7217 notes dont 550 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Après avoir grandi dans un quartier difficile de Miami, Chiron, un jeune homme tente de trouver sa place dans le monde. Moonlight évoque son parcours, de l’enfance à l’âge adulte.
    Distributeur Mars Films
    Récompenses 12 prix et 19 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2016
    Date de sortie DVD 06/06/2017
    Date de sortie Blu-ray 06/06/2017
    Date de sortie VOD 01/06/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 10 anecdotes
    Box Office France 558 129 entrées
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 145952

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming
    • Netflix Abonnement
    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    Orange Location dès 2,99 €
    FilmoTV Location dès 2,99 € HD
    UniversCiné Location dès 2,99 €
    Canal VOD Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 19.99 €
    neuf à partir de 7.99 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Moonlight Bande-annonce VO 1:53
    Moonlight Bande-annonce VO
    785485 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Moonlight BONUS VO "We are family" 2:18
    Moonlight BONUS VO "We are family"
    1866 vues
    Moonlight BONUS VO "Le tournage" 2:25
    Moonlight BONUS VO "Le tournage"
    1037 vues
    Moonlight BONUS VO "Qui es-tu Chiron ?" 2:34
    Moonlight BONUS VO "Qui es-tu Chiron ?"
    1348 vues
    7 vidéos

    Acteurs et actrices

    Alex R. Hibbert
    Rôle : Little
    Ashton Sanders
    Rôle : Chiron
    Trevante Rhodes
    Rôle : Black
    Mahershala Ali
    Rôle : Juan
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • CinemaTeaser
    • Critikat.com
    • Elle
    • L'Humanité
    • Le Monde
    • Le Parisien
    • Le Point
    • Les Inrockuptibles
    • Libération
    • Marianne
    • Marie Claire
    • Studio Ciné Live
    • Télé 7 Jours
    • VSD
    • Voici
    • 20 Minutes
    • CNews
    • Culturebox - France Télévisions
    • Ecran Large
    • La Croix
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Figaro
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Nouvel Observateur
    • Les Fiches du Cinéma
    • Les Inrockuptibles
    • Ouest France
    • Paris Match
    • Sud Ouest
    • Transfuge
    • aVoir-aLire.com
    • L'Express
    • Positif
    • Première
    • Télérama
    • Cahiers du Cinéma
    • Chronic'art.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    38 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    Requiemovies
    Requiemovies

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 153 critiques

    4,0
    Publiée le 13 janvier 2017
    Au festival de l’indépendance, tout le monde monte maintenant son stand un peu de la même manière. (...) qu’il revient avec « Moonlight », film dont la rudesse n’a d’égal que la tendresse de son récit ; fort, très fort dans la manière. Pourtant, en toute fin, un sentiment mesuré demeure quant à la réelle portée du film tant il est subtil et doté de finesse aussi bien dans son traitement que dans son récit, mais qui parfois, ...
    Lire plus
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 439 abonnés Lire ses 298 critiques

    5,0
    Publiée le 2 février 2017
    Moonlight de Barry Jenkins est un film qui a fait sensation partout où il a été présenté, et récolte les meilleures notes de la critique depuis bien longtemps. C'était donc avec une grande impatience que j'attendais de voir ce futur bijou (ou pas) donc qu'en est-il réellement ? Une histoire qui se déroule à 3 périodes distinctes de la vie de Chiron, un jeune qui vit dans un environnement défavorisé, le Miami en proie à la pauvreté ...
    Lire plus
    FreeTHK
    FreeTHK

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 43 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mars 2017
    Découvrir son homosexualité dans une banlieue noire de Miami, où règnent violence, drogues et homophobie. Un thème osé et assez inédit pour "Moonlight", un film beau et poétique qui suit l'enfance, l'adolescence et la vie adulte de Chiron, un garçon mis à l'écart dès son plus jeune âge qui va peu à peu tomber amoureux de son meilleur ami, Kevin. Les scènes sont éthérées et délicates, pudiques et la musique colle bien avec cette ...
    Lire plus
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 226 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mars 2017
    « Je n’avoue pas que je suis homosexuel parce que je n’en ai pas honte. Je ne proclame pas que je suis homosexuel parce que je n’en suis pas fier. Je dis que je suis homosexuel parce que cela est » Jean Louis Bory. Comme nous le savons tous, l’homosexualité est une question qui est depuis des années et encore aujourd’hui l’une des préoccupations morales les plus importante. Au cinéma également, cette thématique anime depuis ...
    Lire plus
    550 Critiques Spectateurs

    Photos

    29 Photos

    Secrets de tournage

    Idée de départ

    Le projet Moonlight est né dans le cadre d’une école d’art dramatique. C’est le dramaturge Tarell Alvin McCraney, membre de la troupe théâtrale Steppenwolf, qui en a eu l’idée. Grâce à sa trilogie «Brother/Sister» qui se déroule dans une cité de la Louisiane, il s’est imposé comme un auteur majeur de la communauté noire.En 2013, la productrice Adele Romanski était à la recherche d’un nouveau projet de long métrage pour Barry Jenkins apr... Lire plus

    Grandir dans la violence

    Le réalisateur Barry Jenkins a grandi dans la même cité violente de Liberty City (Miami) que Tarell Alvin McCraney, où se déroule l’essentiel du film. Jenkins et McCraney ne se connaissaient pas quand ils étaient enfants mais ont vécu une adolescence comparable. Ils ont fréquenté la même école etle même collège – bien qu’ils n’aient pas le même âge – et sont devenus tous les deux artistes, abordant des thèmes voisins qui s’inspirent de leur... Lire plus

    De 12 Years a Slave à Moonlight

    Les producteurs Jeremy Kleiner et Dede Gardner se sont rapprochés de Barry Jenkins peu de tempsaprès la sortie de Medicine for Melancholy mais c’est au festival de Telluride, en 2013, que leur collaboration sur Moonlight s’est concrétisée. Plan B présentait 12 Years a Slave au festival et il se trouve que Jenkins animait un débat avec Steve McQueen après la projection. Kleiner et Dede Gardner ont été profondément ému... Lire plus
    10 Secrets de tournage

    Dernières news

    OCS: Quels sont les films et séries à voir cette semaine (du 30 mai au 5 juin) ?
    NEWS - Séries à la TV
    samedi 30 mai 2020
    L'Oscarisé Moonlight, la comédie Made in China, le documentaire Marley, les nouveaux épisodes de Betty, I know this much...
    Programme TV dimanche 17 mai : Hostiles et Ted
    NEWS - Films à la TV
    dimanche 17 mai 2020
    Chaque jour, retrouvez le programme des films et séries à voir à la télé. Aujourd'hui : l'Oscar du meilleur film 2017, le...
    60 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2016, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2016.

    Commentaires

    • Caroline Q.
      J’ai tellement aimé votre commentaire et votre style d’écriture que je me demande si à tout hasard vous n’auriez pas un blog où on pourrait voir d’autres critiques ? 😅🙏
    • Xavier B.
      Si je devais résumer en un mot : BrokeBlackmoutain
    • Jeckxdeel
      Si tu comptes la durée de chaque scène où Anthony Hopkins apparaît et qu'ensuite tu additionnes le tout, ça doit faire + ou - 1/2 heure.
    • Naughty Dog
      bein Anthony Hopkins dans Le Silence des Agneaux apparait encore moins de temps ^^
    • felson
      Ben justement ça s'appelle un second rôle (en anglais, 'supporting role', rôle de soutien).
    • MAJUROL G.
      Une musique Des plans Une ambiance Éblouissante !!Du pur cinéma qui marquera une évolution cinématographique importante des années 2010 : Le blaxploitation
    • RONICK
      J'aime beaucoup Mahershala Ali mais je ne comprend pas comment c'est possible d'obtenir un Oscar du meilleur 2nd rôle pour un film dans lequel on apparaît seulement 15 minutes. D'après mon souvenir de la promo du film je pensais qu'il avait un rôle bien plus conséquent.
    • fc b
      beaucoup d'attentes autour de moonlight, un drame qui évoque la différence et la difficulté de se construire une identité dans un environnement (familial, sociétal etc.) plutôt hostile. le récit, en trois étapes de la vie de Chiron, se déroule sur un rythme quelque peu apathique et les aspects importants peuvent paraître survolés. mais l'intensité et l'émotion sont alors palpables dans les silences, les non dits, les regards. en outre, les acteurs (d'enfant à adulte) et la manière de filmer très collée au personnage permettent de l'approcher et de le comprendre au plus près. une œuvre touchante.
    • StarkMil
      Poétique, sensible, contemplatif, mais malheureusement tellement ennuyeux qu'il en devient très frustrant. J'ai eu cette impression de voir un film inachevé... Incompréhension totale quant à son succès, 2/5.
    • Jeff R.
      Esthétisme, raffiner, dramatique, émotif, amour sont les qualificatifs pour décrire ce film, malgré les qualités que l'ont peut lui trouvé j'en ressors mitigé, il y a ce je ne sais quoi qui manque pour ça ne devienne un Master Piece comme dise les anglophones !!!La qualité est bien là notamment dans la façon de filmer, le sujet traité est difficile à maîtriser néanmoins les scénaristes s'en sortent bien, les acteurs ne sont pas en reste, ils sont bons voir très bons mention spéciale aux 3 acteurs qui jouent le rôle de Chiron, il n'empêche je me suis royalement ennuyé de certains passages ou dialogues certainement la lenteur de l'intrigue y a joué un grand rôle...Somme toute du bon cinéma avec un p'tit arrière goût d'inabouti.
    • Numéro 8
      Moonlight est un très beau film où l'on suit Chiron, lors de trois moments de sa vie. Donc, le film a droit à trois acteurs, tous très bons qui apportent, chacun, leur vision du personnage. Le scénario est intéressant à suivre et les dialogues sont bien écrits. Les acteurs secondaires sont impeccables et, que dire de Mahershala Ali, qui est EXCELLENT. On s'attache facilement à son personnage et c'est limite le personnage qui a le plus d'importance dans ce film. La scène où il apprend à nager à Chiron, accompagnée par une musique extra, est juste magnifique.SPOIL!Le personnage de Juan est si bien, que quand il meurt, selon moi, ça enlève quelque chose au film.FIN DU SPOIL.Vers la fin du film, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs, mais ça n'enlève en rien sa qualité. 4/5.
    • Lewis M.
      Vraiment décevant pour un film à Oscar, à oublier...
    • HodOor
      D'autres se demandent comment les comédies musicales peuvent exister, chacun son truc :p
    • Naughty Dog
      en étant unique tout simplement :)
    • axou69
      Je me demande comment ce film a pu piquer l’oscar à La La Land ( reste des acteurs remarquables )
    • AleXX46
      Scénar simple, dialogue simple, idée simple , mais acteurs supers efficaces et vraiment touchants..mais ca reste simple
    • Fred Arctor
      Les personnages sont simples et justes. C'est réaliste, ça marche.Je conseille.
    • moi!
      Parfait pour s'endormir, la première demi-heure on est pas loin du film muet...
    • Henri Mesquida
      Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le paraître, au clair de lune ou n’importe où, partout, ailleurs. Dans celui que l’on donne à voir, dans celui que l’on se donne à être. Qui est Chiron ? Un enfant, Little, se cachant des autres, et préférant la danse au football… Un adolescent, Chiron, subissant des brimades parce qu’il est différent, et fuyant cette mère toxicomane qui l’aime à sa façon… Un homme, Black, devenu gangsta viril, en lutte contre ses démons…Barry Jenkins, adaptant une pièce de théâtre de jeunesse de Tarell Alvin McCraney, retrace trois instants, observe trois mouvements de la vie de Chiron et les événements qui participeront à la construction d’un autre Chiron, d’une façade, d’une armure, un bloc. Si les mots de Juan, son père de substitution (quand le vrai n’est qu’un abîme, une absence), résonnent d’abord comme un lieu commun (Un jour, tu devras choisir qui tu as envie d’être), ce sont pourtant ces mots qui prendront tout leur sens (et leur nécessité) quand Chiron devra admettre qui il est vraiment (la scène finale dans la cuisine, bouleversante).Qui est Chiron ? Dans ce quartier difficile de Liberty City, à Miami, dans lequel il vit entre trafics de drogue et violence du quotidien, chez lui, à l'école, dans la rue, et là, au milieu du chaos, Chiron a grandi sans être à sa place ni totalement lui-même (être noir et gay dans une société qui rejette, volontiers, ces deux identités), sinon avec la seule éventualité de devenir un autre, mais dans cette éventualité subsisterait cet instant avec Kevin, unique au milieu du chaos, quand ils échangèrent caresses et baiser… Cet instant qui va rester, le hanter, le travailler en secret malgré les années, la prison et la transformation physique. Et qu’une simple chanson, passée un soir sur un jukebox, suffira à raviver, pour tous les deux.Vibrant toujours, palpitant aussi, d’une pudeur et d’une justesse rares (et si, parfois, le film s’oublie dans un côté un peu tire-larmes, principalement dans les scènes avec la mère, alors ce n’est pas très grave), osant quelques ferveurs oniriques que renforcent les superbes musique de Nicholas Britell et photographie de James Laxton, Moonlight frémit d’une sensibilité à fleur de peau portée par trois comédiens remarquables (Alex R. Hibbert, Ashton Sanders et Trevante Rhodes) magnifiant chacun, à leur façon, mutisme et souffrances de Chiron. Dans un enfant au visage triste. Dans cet adolescent au regard fermé. Dans cet homme au corps changé, ultra masculinisé, coulé dans les canons du ghetto, l’archétype du dealer.Le film, s’il se base sur l’homosexualité de Chiron (signifiée sans être appuyée ou directement évoquée), est d’abord un film sur la construction de soi par le déni, par la colère, par l’artifice, et ce jusqu’à la rupture. Et parce que derrière les muscles, derrière la chaîne et les dents en or qui brillent, derrière cet air dur qu’il s’est forgé à force d’abnégation de sa propre nature, Chiron est resté ce petit garçon qui voudrait comprendre ce que veut dire faggot, ce garçon qui croit savoir ce qu'il est et qui en a peur, et puis cet homme qui pleure encore devant sa mère, cet homme genre transi quand son premier amour l’appelle, dix ans après, et ce garçon encore quand, face à la mer, il se retourne et nous regarde soudain. Chiron est ce garçon. Ce garçon bleu au clair de lune.
    • L'irrationnel
      J'ai bien aimé même si ce film ne servait qu'à faire passer des messages démagogiques bonnes interprétations et belles couleurs utilisés 2/5
    Voir les commentaires
    Back to Top