Mon compte
    La Gueule Ouverte
    Bande-annonce La Gueule Ouverte
    8 mai 1974 en salle | 1h 22min | Drame
    Date de reprise 7 juillet 2021
    De Maurice Pialat
    |
    Par Maurice Pialat
    Avec Nathalie Baye, Philippe Léotard, Hubert Deschamps
    Spectateurs
    3,4 153 notes, 21 critiques
    Voir sur Mubi VOD
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    La lente agonie d'une femme atteinte d'un cancer, assistée de son mari et de son fils.

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming par abonnement
    MUBI
    MUBI
    Par abonnement
    Regarder
    En VOD
    Canal VOD
    Canal VOD
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    PremiereMax
    PremiereMax
    Location dès 2,99 €
    Regarder
    Service proposé par Service proposé par le CNC Service proposé par le ministère de la culture
    En DVD BLU-RAY
    La Gueule ouverte
    neuf à partir de 14,15 €
    Acheter

    Bande-annonce

    Dernières news

    Décès du réalisateur Maurice Pialat
    News - Stars
    samedi 11 janvier 2003

    Acteurs et actrices

    Nathalie Baye
    Rôle : Nathalie
    Philippe Léotard
    Rôle : Philippe
    Hubert Deschamps
    Rôle : Roger

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    Maqroll
    Maqroll

    124 abonnés 1 123 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 7 juin 2009
    Tout simplement le plus grand film sur la mort à ma connaissance. Philippe Léotard et Nathalie Baye forment un couple déchiré et déchirant face à cette grande énigme, terreur de l’être humain depuis la nuit des temps. Comme toujours chez Pialat, ce qui domine est la maîtrise de la caméra, toujours placée où elle doit l’être. Elle montre tout mais avec une pudeur infinie, comme dans cette scène de la toilette funéraire du corps ...
    Lire plus
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    206 abonnés 1 588 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 13 avril 2023
    C’est un film douloureux et difficile, centré sur une agonie montrée sans détour, autour de laquelle se révèlent, à l’inverse, les détours conscients et inconscients de ceux qui se préparent au deuil. Principal dérivatif : la séduction ou la quête de plaisirs sexuels. Le mari de Monique continue de faire de l’œil à tout ce qui porte un jupon, le fils redouble d’ardeur auprès de sa femme, de filles de passage ou de joie. Pour ...
    Lire plus
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 24 février 2008
    La gueule ouverte est un somptueux film sur la mort et la parole. Une parole souvent en décalage avec la vérité nue des images. Maurice Pialat est un génie du cinéma qui use de très peu d'artifices pour laisser place à la salissure et donc à la vérité.
    chrischambers86
    chrischambers86

    11 472 abonnés 12 067 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 23 janvier 2021
    Il ne faut pas broyer du noir pour se lancer dans "La gueule ouverte" de Maurice Pialat qui reste à ce jour le film le plus abouti sur la mort en rèsistant de façon admirable à l'èpreuve du temps! Nulle complaisance, à la limite du supportable! Pialat restera l'un des rares cinèastes à trouver une mise en scène qui permet formellement de reconstituer sa façon d'être dans un plan de cinèma! Personne n'oubliera la toilette funèraire de ...
    Lire plus

    Photo

    Infos techniques

    Nationalité France
    Distributeur Capricci Films
    Année de production 1974
    Date de sortie DVD 16/04/2014
    Date de sortie Blu-ray 07/10/2020
    Date de sortie VOD 01/04/2014
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Date de reprise 07/07/2021
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 41613

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Pour découvrir d'autres films : Meilleurs films de l'année 1974, Meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1974.

    Commentaires

    • Bloub19
      La gueule ouverte, film mélancolique mais distant, ne parvient jamais vraiment à impliquer le spectateur dans les derniers instant de la malade. Pourtant, ce n'est pas un mal. Au contraire même, cela accentue un malaise ambiant mise en place rapidement par l'absence totale de musique, le jeu très terre à terre des comédiens et le point de vue dans la mise en scène (très sobre soit dit en passant) nous laissant une place dans chaque plan comme observateur passif (la caméra accepte totalement sa portée subjective, elle est notre regard. En ce sens, il n'y a presque exclusivement que des plans moyens et des gros plans, la caméra se plaçant souvent à auteur d'homme, en témoigne la scène de départ du village à la fin. Au lieu de filmer la voiture partir, on voit le village s'éloigner par la vitre arrière de la voiture, comme si nous y partions nous aussi). Mais quelque chose manque... Pialat préfère montrer des scènes de vie ordinaires que de s'attarder sur la mère, ce qui, si ça montre à quel point la maladie est un élément de vif comme un autre, on est obligé d'assister aux pérégrinations d'un vieux père pervers et de son fils, pas mieux... Un truc d'auteurs visiblement. En ce sens, le film aurait peut être gagné à montrer davantage l'évolution de la maladie.
    Back to Top