Mon compte
    Babylon Berlin
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,3
    522 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Babylon Berlin ?

    64 critiques spectateurs

    5
    21 critiques
    4
    31 critiques
    3
    11 critiques
    2
    1 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    TheLast
    TheLast

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 4 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 21 novembre 2022
    Série historique passionnante, montée du nazisme, trame policière, acteurs excellents et très belle réalisation, Liv Lisa Fries (Charlotte) future grande, j'ai adoré.
    Pierricdrai
    Pierricdrai

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 72 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 30 octobre 2022
    L’Allemagne de l’entre-deux-guerres

    Non, toutes les séries policières allemandes ne ressemblent pas à « Derrick » ! La preuve en est cette production au coût exorbitant pour un pays jusque là plutôt discret en ce qui concerne l’exportation de ses productions télévisées à l’étranger. Mais depuis 2016 et « Deutschland 83 » qui avait remporté l’International Emmy, les choses bougent outre-Rhin, en témoigne le succès de la série « Dark » sur Netflix. Quoi qu’il en soit, que « Babylon Berlin » ait nécessité un tel budget semble logique quand on sait que la série se veut une peinture fidèle de l’entre-deux-guerres allemand. Cette période s’avère pour le moins complexe, tant sur le plan social que politique. En effet, en 1929, date du début de cette histoire, la république de Weimar, à tendance sociale-démocrate, tente tant bien que mal de gouverner un pays sans repères stables depuis la fin de la Grande Guerre. Parmi les agitateurs, le mouvement communiste est sans conteste le plus bruyant. Très actif quand il s’agit de soutenir la cause des plus démunis, il constitue une menace permanente pour le régime en place qui ne veut pas voir son pays tomber sous l’influence de l’Union Soviétique. Cependant, même les forces rouges en présence sont divisées, les Stalinistes au pouvoir cherchant à annihiler les dissidents Trotskystes. Quant aux royalistes, beaucoup plus discrets, ils usent de leur influence pour, à court terme, restaurer la puissance de l’ancien empire Prussien démantelé après la guerre. Cette fichue guerre responsable pour beaucoup de l’ensemble des maux de leur patrie. Endettée auprès de ses vainqueurs et dans l’impossibilité de créer une armée à son nom, l’Allemagne vit dans le doute et la nostalgie de son aura passée. De Hitler, il est finalement assez peu question. Pendant longtemps, il reste un simple figurant au milieu de ces guerres de pouvoir, même si on pressent déjà (car on connaît la sombre issue de ces jeux de pouvoir) qu’il parviendra à sortir sournoisement son épingle du jeu.

    Destins croisés

    C’est donc dans ce contexte plutôt mouvementé que Gereon Rath, un inspecteur de Cologne, débarque sur Berlin au sein de la brigade de mœurs. Chargé de démanteler un réseau clandestin de films pornographiques, son attention démesurée pour quelques clichés sadomasochistes impliquant des « puissants » nous amène rapidement à penser que son enquête n’est en aucun cas désintéressée. Pour lui venir en aide, il peut heureusement compter sur le soutien de son collègue Bruno Wolter. Un soutien particulièrement bienvenu quand on sait que Gereon est un ancien combattant de la guerre 14 en proie à des conflits intérieurs dévastateurs... En premier lieu, il entretient une liaison avec la femme de son propre frère, ce qui complique un peu la vie. Surtout quand il faut lutter au quotidien contre des traumas qui le forcent à se droguer pour apaiser ses crises d’angoisse. Mais comment pourrait-il en être autrement quand on a assisté à la disparition sous le feu ennemi du frère en question ? Par ailleurs, Gereon va également trouver une aide inattendue en la personne de Charlotte Ritter, une jeune femme sans emploi qui rêve de faire carrière dans la police. En attendant, elle dépend de petits boulots (dont la prostitution occasionnelle fait partie) pour subvenir aux besoins de sa famille. Ainsi, tous trois devront se pencher sur une affaire qui, de fil en aiguille, les conduira à étudier de près le contenu d’un mystérieux convoi ferroviaire empli de gaz toxique à visée militaire… à moins que celui-ci ne cache un trésor propre à attiser une convoitise générale plus que dangereuse.

    Une narration parfois paresseuse

    Pour un spectateur français, se retrouver au sein d’un tel imbroglio politique ne facilite pas la compréhension de l’intrigue tant il est malaisé de percevoir les enjeux auxquels les différentes factions en présence se trouvent confrontées. Et si l’aspect confus du scénario s’avère assez stimulant, l’exigence attentionnelle qui en découle a sa contrepartie. En effet, il arrive que des indices ressortent du placard sans qu’on se souvienne du contexte dans lequel ils nous ont été apportés. Tout cela nuit partiellement à la fluidité de l’ensemble. Il faut attendre le milieu de la seconde saison pour que les pièces du puzzle finissent pas s’assembler. Celle-ci se termine alors de façon séduisante nous laissant apprécier le rythme soutenu de l’ensemble malgré des incohérences parfois gênantes. De plus, la tension dramatique plutôt limitée sur l’ensemble du récit incite le spectateur à modérer son enthousiasme. Lors d’un épisode pourtant, la tournure prise par les événements nous laisse sans voix. Malheureusement, par une pirouette scénaristique des plus improbables, (presque) tout finit par entrer dans l’ordre. La claque espérée ne viendra pas et on comprend alors que la série se contentera de suivre les codes imposés par le genre dans lequel elle s'inscrit. Et même lorsque le drame tant attendu pointe le bout de son nez, il se trouve plombé par une mise en scène assez grossière. Que ce soit par un étirement temporel annihilant le suspense tant désiré ou par le choix répétitif de rendre inaudibles les hurlements de témoins impuissants, les effets mis en œuvre dans ces situations manquent clairement de simplicité. Dommage.

    Mauvaise surprise...

    De plus, à l’entame de la saison 3, on espérait que la problématique des deux premières soit encore approfondie. Et bien non… C’est une nouvelle enquête qui se propose à nous, bien plus classique que la précédente. On retrouve heureusement la plupart des protagonistes mais certains sont (à ce stade du récit) laissés en plan. Tant pis…Nous voilà donc rendus à tenter de démasquer l’identité et les mobiles d’une mystérieux meurtrier masqué qui sévit sur le tournage d’un film… On a déjà connu plus inventif...

    1929 : une année noire...

    Heureusement, « Babylon Berlin » a d’autres atouts à faire valoir que ceux de ses simples intrigues. La principale tient évidemment à la qualité de la retranscription d’une époque. La pauvreté nous apparaît prégnante tout comme le désarroi d’un pays touché profondément dans sa fierté. Et si le premier mai 1929 a réellement été une horreur en Allemagne, il nous est montré sans retenue. Les communistes restent les bouc-émissaires tout désignés quand il s’agit pour le gouvernement de se dédouaner de la violence de sa politique. Les jeunesses hitlériennes commencent à voir le jour sans que cela semble poser de problèmes à une population qui a tout simplement d’autres chats à fouetter. Quant au krach boursier, les images hallucinées, presque dystopiques, auxquelles il donne lieu sont particulièrement efficaces.

    La danse de l’oubli

    Mais là où la série est vraiment formidable, c’est dans le rendu tout simplement exceptionnel des scènes musicales au sein du club « Moka Efti ». Le temps d’un soir, chacun se déleste de sa parure quotidienne pour devenir une Cendrillon que seule la lumière de l’aube ramène à la réalité. D’ici là, les auteurs filment avec brio le lâcher-prise de tout un peuple. Plus question de genre ou de classe sociale, la foule dansante ne fait qu’une, unie dans la transe et la démesure. On replonge avec délice dans les heures les plus folles des Ziegfeld Follies, le sexe et la débauche en plus. Car au Moka Efti, tabous et morale ont aussi été déposés au vestiaire. Pas question ici de juger. On est là pour vivre, intensément, jusqu’à l’oubli de soi... Moments sulfureux, magiques et colorés, en alchimie avec des chansons à la puissance vénéneuse incontestable. De même, certaines scènes de violences sexuelles ritualisées nous apparaissent esthétiquement envoûtantes (sans être « belles » pour autant). Cela reste glauque mais c’est simplement formidablement mis en scène. De même, la photographie se révèle par séquences d’une grande beauté, particulièrement quand une usine désaffectée se nimbe d’une atmosphère que les éclairages nocturnes parsèment d’ombres inquiétantes et de dorures trompeuses.

    Des personnages vivants mais superficiels

    Reste les personnages. Si Gereon ne parvient pas à se délester du visage grave propre aux détectives névrosés maintes fois portés à l’écran, ses prises de décisions non manichéennes ne permettent pas de le classer de facto dans la catégorie des « gentils quoi qu’il en coûte ». Il n’hésite pas par exemple à mentir au détriment de la justice pour ne pas faire ombrage à la déontologie pourtant douteuse de sa corporation. En revanche, toutes les séances d’hypnose qui, à l’instar des scènes musicales, tendent à envelopper la série d’une aura légèrement énigmatique, s’avèrent inutilement pompeuses sur la forme. Elles aboutissent en plus à incorporer dans le récit une problématique familiale difficilement crédible mais aux conséquences non négligeables. En revanche, on peut louer la formidable interprétation de Peter Kurth dans le rôle de Bruno Wolter dont l’attitude ambivalente ne cesse d’osciller entre paternalisme bienveillant et froideur intrigante. Quant à Charlotte Ritter, sa soif de vie liée à une farouche volonté de se sortir de la misère dans laquelle elle et sa famille évoluent, font de ce personnage pétillant le plus sympathique du récit. Elle est également celle qui nous donne accès à la réalité la plus sombre d’un Berlin désenchanté. Pour le reste, il ne semble pas que les auteurs aient fait du traitement des relations entre les personnages et de leur évolution psychologique une priorité tant celles-ci apparaissent superficielles.

    Conclusion

    De tout cela, il ressort de « Babylon Berlin » une série plutôt agréable à suivre. Les auteurs ont délibérément choisi de ne pas se démarquer des romans de Volker Kutscher dont elle est inspirée. Il faut donc accepter que la peinture très aboutie des années 20 en Allemagne ne serve que de toile de fond à des intrigues, certes assez bien ficelées, mais qui suivent les codes stéréotypés du genre policier. On aurait tout de même aimé que les intrications entre les enquêtes menées et le contexte social de l’époque soient plus présentes, ce dernier apparaissant comme un terrain de jeux idéal pour les manigances politiques et autres coups-fourrés. Au travers de personnages engoncés dans des problématiques personnelles plus ou moins intéressantes, on assiste à la description haute en couleurs d’une époque méconnue et troublée. Mais plus encore, il y a ces fabuleux moments, hors temps et même hors récit, où seules ne comptent que la liberté de danser et l’envie farouche de vivre envers et contre tout.

    Disponible sur MyCanal
    Thierry Donnart
    Thierry Donnart

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 2 novembre 2022
    Extraordinaire série qui met en lumière l'évolution de la société berlinoise dans les années 1920/30 mais pas que.
    Les acteurs sont impressionnants de justesse sans parler de la reconstitution historique.
    Laura L
    Laura L

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 46 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 15 mai 2020
    Cette série est un pur CHEF D’ŒUVRE !!!
    On pourrait dire d'elle qu'elle ressemble à un puzzle, ou chaque plan, même les plus infimes s'enclenchent tous entre eux à un moment ou un autre. Rien n'est laissé au hasard, et tout à un sens et une histoire à nous transmettre. A condition de bien se concentrer sur les dialogues, et de garder une vive réflexion des scènes qui sont parfois très complexes. On à là un lot d'acteurs gigantesques, et il faut rester constamment dans une forte concentration.
    Dès la première seconde, on est littéralement projeté dans le Berlin des années 20 où décors, musiques, costumes, ruelles sont vraiment très bien reconstituées.
    Un jeu d'acteur à vous couper le souffle où vengeance, traîtrise, psychologie et amour s'entremêlent. D'une froideur parfois glaçante, tout est magnifiquement bien interprété.
    On assiste également à des enjeux politiques, et notamment à la montée très progressive du IIIème Reich...
    "Volker Bruch" alias Gereon Rath : beau, séduisant, énigmatique dans son rôle... il possède toute les qualités que l'on attend d'un acteur (à voir aussi dans la superbe série "Generation War"). Je suis fan.
    J'ai, à ce jour visionné deux fois cette série que j'ai tant aimé, et à chaque fois, c'était un plaisir inconditionnel.
    Maintenant, j'attend la troisième saison avec une très forte impatience qui, j'en suis sûre sera aussi excellente que les deux premières. Apparemment, la série est partie pour continuer encore bien longtemps, et c'est pour notre plus grand plaisir !!!
    Gaetan G
    Gaetan G

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 54 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 2 septembre 2018
    Une série formidable, visuellement épatante, scenaristiquement impeccable et doté d'acteurs plus que crédibles ! J'adore cette série
    Maurice Colonne
    Maurice Colonne

    Suivre son activité Lire ses 61 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 14 avril 2022
    Série miraculeuse traitant goulument de cette époque exceptionnelle que fut la République de Weimar dans le Berlin de l'entre-deux guerres., servie par une flopée d'acteurs passionnants, une photo impeccable, des costumes somptueux et une musique entêtante (le générique est un petit chef d’œuvre à lui tout seul). Les deux premières saisons sont véritablement haletantes (l'intrigue de la 3eme saison plus attendue à mon avis). Le bonheur également de constater qu'on peut raconter l'histoire, la sexualité, la politique et les rapports de genre autrement que sous l'omniprésent prisme anglo-saxon. Une merveille.
    Jack B.
    Jack B.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 10 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 29 août 2018
    Superbe et inédite, la scène du Berlin à l'aube des années 30, on est époustouflé par la qualité des images, les références au cinéma allemand et russe, bon il ya des paillettes, certes, mais elle sentent la sueur et le stupre. Références également à C Isherwood et Thomas Mann etc, c'est brillant et pour les plus jeunes il ya un vague côté Magical Beasts..Brillant et les acteurs sont géniaux.
    roger j
    roger j

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 8 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 13 septembre 2018
    Bonne découverte et Excellente série Allemande qui nous plonge dans la période de l'entre deux guerres.
    À vrai dire je ne savais pas dans quoi je m'embarquais. Au final, c'est une intrigue politico policière fascinante où l''atmosphère nous baigne dans les années folles. Les décors sont sublimes, la lumière et la couleur se rapproche des films de Jean-Pierre JEUNET, les acteurs sont excellents et la bande son fait office de personnage clé qui donne un très bon rythme à cete série.
    Bref, ça change de DERRICK
    MrJOX2
    MrJOX2

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 28 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 18 juillet 2020
    Un chef d'œuvre ! De la première à la dernière saison, tout est réussi. Bravo ! Attention c'est une série "intellectuelle", on est très loin de la Casa de Papel. Il faut se concentrer un peu et suivre les dialogues ;)
    Manu D
    Manu D

    Suivre son activité Lire ses 60 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 21 septembre 2018
    Babylon Berlin, une plongée dans le Berlin des années folles,des bas fonds ou se côtoient la pauvreté ,les cabossés de la grande guerre ,et l'insouciance des années folles au cœur de ses clubs nocturnes,une enquête policière avec pour toile de fond, enjeux politiques ,crise sociale profonde,affrontements entre les "rouge" et la police,réfugiés politiques ayant fui la Russie de Staline,toute une époque,jusqu'à présent le cinéma s'orientait sur l'Allemagne nazi et la seconde guerre mondiale,cette série explore l'Allemagne de l'entre deux guerre,une Allemagne meurtrie par la guerre ,une Allemagne au bord du gouffre..... des acteurs crédibles ,une bande son de toute beauté,des décors et des costumes époustouflant et bien sur Liv Lisa Fries véritable révélation de cette série,une véritable surprise !
    Christophe L.
    Christophe L.

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 9 juillet 2020
    Excellente série. Il y a bien sûr des anachronismes, quelques facilités de scénario, des personnages plus ou moins réussis... Mais bordel que c'est bon et que c'est beau ! L'intrigue est haletante, on s'attache aux protagonistes, ou on les déteste. On a la boule au ventre tout au long du visionnage de ce petit bijou qui peut se regarder d'une traite.
    Je suis grand fan de la reconstitution des années 20 (qu'on pouvait retrouver dans certains épisodes de "Cold Case" mais ici c'est bien meilleur). Niveau ambiance, c'est un polar : on se croirait dans le jeu vidéo "LA Noire" ou la BD "Blacksad" transposés à Berlin. Niveau scénario, ça rappelle les livres de Pierre Lemaître ou certains de Joseph Kessel : une fresque historique qui mélange la petite et la grande histoire, le tragique et le burlesque.
    La reconstitution des tensions politiques de l'époque est plutôt fine (on ne sait d'ailleurs pas très bien où se situe le héros) et la série peut servir de préambule à quiconque s'intéresse à l'Allemagne de l'entre-deux guerre (c'est mieux qu'un docu d'Arte !)
    Enfin, mention spéciale à Charlotte Ritter qui est le véritable personnage principal de la série. Les scénaristes ne l'épargnent pas, mais elle est formidablement attachante.
    elriad
    elriad

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 1 650 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 14 avril 2020
    Quel plaisir de se plonger dans l'univers de"Babylon Berlin" , une série 5* avec 3 saisons toutes aussi passionnantes les unes que les autres. Gros moyens, fiction intégrée dans un contexte historique, personnages attachants, reconstitution d'époque, tout ici est crédible. Le suspense est passionnant, les rebondissements nombreux, que demander de plus à une série multi-primée à juste titre. On attend une saison 4 pour le début de l'année prochaine, où les années 30 risquent d'être passionnantes. Une pépite !
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 659 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 10 juin 2021
    une enquête de mœurs menée par un couple hétérogène de policiers sert de fil conducteur à une revisite détaillée du Berlin des années folles. Le tout avec des moyens considérables en terme de figurants et de décors. On se croirait presque chez Visconti, tant l'ensemble est soigné. Le scénario est complexe: les enjeux et double-jeu, voire triple avec la princesse russe, autour d'un train russe spoiler: chargé de gaz de combat et d'or
    . Mais l'ensemble est plutôt bien montré, facile à suivre, tout en restant dynamique. Il y a moins de fausses pistes et de chausse-trappes que dans The killing par exemple. Vraiment du travail de toute beauté...vénéneuse. DVD vo juin 21
    Adelme d'Otrante
    Adelme d'Otrante

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 713 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 30 janvier 2021
    Le comparse des sœurs Wachowski pour Cloud Atlas et Sense8 est aux commandes de cette série qui monte en puissance à chaque saison. Elle nous dresse un portrait fascinant de l'Allemagne de l'entre-deux-guerres et depuis la S3 nous voyons arriver à pas de loup le national-socialisme qui pour l'instant ne s'attaque "qu'à la jeunesse". Parfaite par son casting et sa mise en scène Babylon nous plonge dans le Berlin des années folles où la langue de Goethe claque (comme toujours VO obligatoire) que ce soit dans les commissariats, les salles de rédactions, les cafés enfumés, les cabarets ou les bordels.
    Jean Louis L.
    Jean Louis L.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 300 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 17 janvier 2019
    Babylon est une série européenne , allemande , et de plus excellente , une vraie surprise
    On ne peut qu'apprécier le Berlin des années folles , la reconstitution nous plonge dans cet époque , on est réellement transposé et on y croit . L'univers est sombre , mais donne une vision de ces moments et nous fait comprendre la montée des nationalistes.
    Le scénario est plaisant et bien ficelé , les personnages sont bien joués
    Le seul point noir se sont les incohérences , non pas historiques , mais dans les histoires "On sait qui l'a fait mais on ne l'arrête pas , on enquête mais ensuite on perd de vue l'enquête. Tous ces petits accrocs ne m'empêchent pas d'avoir envie de voir la saison 3 , bien au contraire , je vous la conseille.
    Back to Top