Mon AlloCiné
    Palme d'or, polémique... Brahim Chioua, DG de Wild Bunch, évoque l'avenir de "La Vie d'Adèle"
    29 mai 2013 à 16:03
    facebook Tweet

    AlloCiné s'est entretenu avec Brahim Chioua, Directeur général de Wild Bunch, la société qui produit, distribue et vend à l'international "La Vie d'Adèle", pour tirer un bilan du Festival de Cannes et en savoir plus sur la sortie en salles de la très attendue "Vie d'Adèle" ! L'occasion également de faire le point sur la polémique initiée par un syndicat de techniciens.

    La Vie d'Adèle - Affiche

    AlloCiné : Quel bilan tirez-vous de cette édition du Festival ?

    Brahim Chioua : Nous sommes comblés avec la Palme d’or de La Vie d'Adèle et le Prix du jury pour le film de Koreeda, Tel père, tel fils, en tant que vendeur étranger. Nous avions un certain nombre de films, notamment en sélection officielle, comme le film de James Gray (The Immigrant), le film d'Arnaud Desplechin (Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines)), le film de François Ozon (Jeune & jolie), Guillaume Canet hors compétition (Blood Ties), et j’en oublie, donc on est plutôt très content.

    Concernant le Marché de Cannes et les ventes sur les films qui ont été réalisées, ça s’est plutôt bien passé, mais la crise est toujours là. Nous avons toujours des difficultés avec certains pays comme l’Italie, l’Espagne et quelques autres en Europe où le marché est toujours en crise. La Vie d'Adèle est vendu aujourd’hui partout dans le monde. C’est également le cas pour le film de François Ozon.

    "La Vie d'Adèle" est évidemment très attendu. Le film est n°1 des attentes sur AlloCiné. Envisagez-vous éventuellement d'avancer sa sortie ?

    Brahim Chioua : Non. La date qui a été choisie est le 9 octobre. Nous l’avons choisie quelques semaines avant la sélection au Festival de Cannes, sans savoir encore qu’il serait sélectionné, mais en espérant qu’il le serait. Elle a été décidée en fonction, d’une part, de ce qu’on savait de l’achèvement du film à ce moment-là, et d’autre part, en fonction des autres films que nous sortons et de la concurrence.

    C’est la meilleure date que nous ayons trouvée. Au moment où je vous parle, il n’est pas question de la bouger. Le film ne pouvait pas sortir en même temps que sa présentation à Cannes. Il n’était techniquement pas prêt. Si on avait voulu le sortir plus tôt, ça aurait été en septembre, mais avancer aujourd’hui d’un mois, et faire bouger d’autres films, c’est trop compliqué, et ça n’est pas sûr que cela en vaille la chandelle. Très souvent, les Palmes de Cannes sortent dans ces périodes-là.

    La Vie d'Adèle - Photo

    Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux


    Quelle sera la durée définitive du film ? Pourrait-t-il sortir en deux parties comme cela a été évoqué ici et là ?

    Brahim Chioua : Cela n’a jamais été réellement envisagé. Ca ne l’a plus du tout été dès lors qu’on a vu le film, non pas terminé, mais quasi terminé, dès lors qu’on a vu la structure du film. A ce moment là, on a tout de suite pensé deux choses : que la durée réelle du film n’était pas ressentie, par nous, et ça été le cas également pour les spectateurs. Par ailleurs, le couper en deux n’avait pas beaucoup de sens. Ca restera un seul film.

    Il va y avoir quelques petites modifications, non pas à notre demande, mais parce que le réalisateur lui-même a ressenti, en revoyant le film à Cannes, quelques petits aménagements à faire. Ca ne va pas fondamentalement modifier la durée du film. Il n’y avait pas de générique en plus à Cannes, ce qui va rallonger de 2 ou 3 minutes le film. A l’arrivée, on aura un film qui fera autour de 2h50, 2h55.

    Et qu'en est-il des chapitres 3 et 4 ? Y aura-t-il une suite avec les images déjà tournées ?

    Brahim Chioua : Je crois qu’en conférence de presse Adèle Exarchopoulos a répondu à cette question, quand on lui a demandé si elle était prête à tourner les chapitres 3 et 4. Elle a dit : « je les ai déjà tourné, ils existent ! ». Et c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses qui ne figurent pas dans le film, donc nous réfléchissons à une façon de les montrer, de les exploiter, qui serait plus de l’exploitation en télé, vidéo ou VOD, plutôt qu’une exploitation en salles. Pour l’instant, Abdel n’a pas travaillé dessus ; ce sont des questions que l’on se pose. Mais ce serait bête de se passer d’un certain nombre de choses qu’il a tourné, notamment des scènes de classe au début du film; il y a également des scène de classe à la fin quand Adèle est institutrice, et beaucoup d’autres encore. Peut être qu’on arrivera à en faire quelque chose, mais ça n’est vraiment pas décidé.

    Pensez-vous que le film pourrait être interdit aux moins de 16 ans à sa sortie ?

    Brahim Chioua : J’ose espérer que non. Une interdiction aux moins de 12 ans me semble inévitable. Abdel va d’ailleurs faire quelques petites retouches par rapport à ça pour justement éviter que la question ne se pose. Ce seront de toutes petite choses. Les gens qui auront vu le film à Cannes ne s’en rendront certainement pas compte en revoyant le film à la sortie.

    Dès lors qu’on touche au sexe ou à la violence, on sait qu’il y a possibilité d’interdiction. Il y a des scènes de sexe dans ce film. A mon humble avis, elles ne méritent pas l’interdiction aux moins de 16 ans. Maintenant la commission en jugera peut être différemment.

    Et à l’étranger, le film sera-t-il censuré ?

    Brahim Chioua : Aucun des distributeurs qui a acheté le film n’a mis comme condition qu’il y ait des coupes. Ils vont tous prendre le temps de le montrer, et peut être que dans certains pays, j’en suis même quasiment sûr, on nous demandera de faire quelques coupes. On verra lesquelles. Ce ne sont pas toujours les mêmes raisons qui font que la commission demande des coupes. Là-dessus, Abdellatif s’est montré extrêmement ouvert. Il a déjà dit qu’il procèderait à certaines coupes pour que le film puisse être exploité.

    La Vie d'Adèle - Photo


    Abordons à présent la polémique lancée par un syndicat de techniciens pendant le Festival. Nous souhaitions vous donner la parole sur ce sujet...

    Brahim Chioua : C’est vraiment une très mauvaise polémique, parce que le film est juste utilisé pour des raisons qui lui sont totalement étrangères. Il y a ces discussions sur la Convention collective, qui durent depuis quelques années, et de façon encore plus poussées depuis quelques mois. Avec la médiatisation du Festival de Cannes, puis de la Palme, un syndicat s’en est emparé pour mettre en avant ses revendications par rapport à la Convention collective et utilise le film à cette fin là.

    De notre côté, nous n’avons pas d’exemple concret. Est-ce que ce sont des salariés qui n’ont pas été payés ? J’ai lu des choses totalement aberrantes… Le réalisateur qui mangeait du caviar pendant que les techniciens regardaient, qu’il buvait du Champagne, sur les pulls qui ont été utilisés, sur des gens qui roulaient à 180 km/h ou je ne sais quoi... Mais qui n’ont rien à voir avec les faits qui semblent être reprochés, qui seraient que le droit du travail n’a pas été respecté.

    Si le droit du travail n’a pas été respecté, nous attendons qu’on nous dise par qui il n’a pas été respecté, au détriment de qui et qu’est ce qui n’a pas été respecté. Or, pour l’instant, nous n’avons vraiment aucun exemple concret sur lesquels on pourrait dire qu'effectivement il y a eu manquement, il y a eu problème. Je ne dis pas que ça n’existe pas, mais simplement, on ne peut pas en juger si on ne nous dit pas concrètement ce qu’il s’est passé. Il n’y a pas de salariés cités. C’est un salarié ? Deux ? Toute l’équipe ? Il y a une partie de l’équipe de techniciens qui était à Cannes, qui était contente d’être là, de pouvoir participer à ce film. Je n’ai pas entendu de leur part quelconque récrimination.

    Quelle va être la suite  ?

    Brahim Chioua : Il y a une aide de la Région Nord sur le film. Comme le rappelle le syndicat, cette aide n’est définitivement acquise que si le droit du travail a été respecté, donc l’organisme en charge de ces aides est en train d’interroger tous les techniciens de la région qui ont été employés pour le film, et vérifier s’il y a des choses qui ne se sont pas passées correctement ou qui sont condamnables.

    Une fois que l’on aura les résultats de cette enquête, on pourra discuter sérieusement de ce qui est reproché au film. Mais encore une fois, je crois que, la façon dont cela s’est déroulé sur le film intéresse très peu le syndicat en question, et c’est juste une opportunité pour dénoncer, remettre en cause la nomination d’un médiateur auquel ils ne reconnaissent aucune représentativité, etc, etc. Tout ça n’est pas très sérieux.

    Un dernier mot, à propos d'un autre film que vous vendiez cette année au Marché du film à Cannes et qui a fait le buzz, "Welcome to New York" d'Abel Ferrara. Avez-vous appris comment ces images sont apparues sur Internet ?

    Brahim Chioua : On a eu une explication. Il s’est avéré que c’est le chef opérateur du film, qui a mis cette bande-annonce, qui n’était pas le « promo reel » définitif. C’était une bande-annonce de travail, qu’il a mise sur Internet. On lui a fait retirer. La seule explication qu’il nous ait donnée, c’est qu’il était désolé et qu’il ne savait pas qu’il n’avait pas le droit. Voilà ce qu’il s’est passé réellement. Ca a créé le buzz mais ce n’était pas certainement pas du marketing organisé par nous. Le film ne va pas être prêt avant quelques mois, donc on ne voulait pas déflorer comme ça ces images là. C’était contre notre gré et à notre détriment.

    Un extrait de "La Vie d'Adèle" :

    Propos recueills par Brigitte Baronnet, le 29 mai 2013.

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Clingo
      Je suis d'accord avec toi Marie, même si t'es un peu trop virulente à mon goût :) Après, on a beaucoup trop parlé de cette affaire, sans avoir de réelles preuves. Peut-être faudrait-il attendre d'en avoir ? Que les principaux intéressés se " révoltent " et fassent valoir leurs droits, s'ils ont été bafoués, rien de plus normal. L'art et les plus grands films ne doivent pas être l'excuse à des comportements déplacés, même si travailler dans le cinéma ( au théâtre, dans la musique, j'en passe ) est un acte exceptionnel qui demande un certain sens du " sacrifice ", disons plutôt du compromis. Pour que les films se fassent, surtout les plus petits, il faut aller au-delà de certaines règles, mais dans la limite du raisonnable. Si les attaques envers Kechiche sont fondées, c'est grave, surtout qu'il ne s'agit quand même pas d'un réalisateur qui galère pour monter un projet. Il a une certaine aura. Mais ça ne m'empêchera pas d'apprécier Lavidadèle à sa juste valeur et indépendamment de ce fait.
    • Marie C.
      Avoir un droit de réponse et prendre les gens pour des demeurés?Bien tenté de noyer le poisson Monsieur Chioua. Sur n’importe quel autre lieu de travail, ces abus serait punis, jugés, indemnisés.AUCUN génie ni talent artistique ne JUSTIFIE de maltraiter des gens.Un film est un objet d’art. La vie humaine est plus importante. Et c'est emmerdant pour vous, que les techniciens fassent craquer le vernis des paillettes, gâche votre Palme pour parler, pour dénoncer, POUR UNE FOIS.Vous le sentez que vous avez dépassé la ligne rouge, là?Que d'habitude les gens se taisent mais que là c'est TROP?Vous mettez cela sur le dos des syndicats, c'est BIEEEEN pratique hein? J'avoue, vous êtes presque convaincant, je vous assure, on y croit presque au coup du producteur-victime-qui-ne-sait-pas-du-tout-mais-alors-du-tout-ce-qui-se-passe-sur-son-plateau... Mais c'est oublier le dernier paragraphe. Le fait de vouloir nous faire croire que le teaser d'un film polémique sur DSK a était lâché par mégarde par un chef op sur internet, la semaine de Cannes comme par hasard?????Ah oui, autant pour moi, c'est VRAIMENT du foutage de gueule!Et la partie "qui sont les techniciens, on a pas de noms" se révèle:Vous êtes malin. Vous vous dites personne n'osera. Ils seraient blacklisté les loulous imprudents qui oseraient parler. Ben vous savez quoi?Moi je pense qu'ils vont le faire. Pour de VRAI.Et que dans 6 mois, vous allez aligner un mega-chèque aux Prudhomme.60 personnes de l'équipe... X 3 (oui je compte toute les personnes virées et remplacées)...+ les stagiaires... le préjudice moral...De l'argent mérité, que j'espère que vous allez cracher,parce que l'argent, c'est la seule chose qui vous importe, la seule chose que vous compreniez.Et aucune entrées de ce film maudit ne vous le rembourseront.
    • Clingo
      Pourriez-vous prévenir des spoilers la prochaine fois ? Merci :)
    • kingbee49
      Franchement, j'ai du mal à croire qu'ils ont laissé le chef opérateur de "Welcome to New York" faire une bande annonce comme çà, dans son coin...Le buzz, c'est évident, ils avaient envie de le faire... Concernant le tournage "la vie d'Adèle", là, je suis d'accord, on ne peut que rester perplexe devant cette polémique: d'abord parce que que la plupart des témoignages sont anonymes (comme par hasard), ensuite, en admettant que le tournage fut un enfer pourquoi les gens qui se plaignent ne sont-ils allez aux Prud'hommes ou plus directement n'ont pas portés plaintes pour harcèlement moral ? Tout cela est grotesque.
    • pybe
      Le "film le plus attendu" n'est pas un point de vue du journaliste il me semble, mais le résultat d'un classement qui prend en compte le nombre de "visite" sur la page du film en question. Alors certes, le fait de la médiatisation (et des polémiques) autour de "la vie d’Adèle" ne doit pas être étranger au résultat du classement, mais la critique sur la partialité du/des journaliste d'allociné ne peu pas aller bien plus loin que ça.
    • Outburst
      Bah écoute si ça te plais pas, personne t'oblige à rester
    • Mirou Rotunno
      Le film le plus attendu sur allo-ciné, ouai c'est ça on y croit, arrêtez d'essayer de nous vendre cette merde... c'est de pire en pire ce site, entre les pseudo journalistes qui savent pas écrire correctement sur des sujets soit moisis, soit de plus en plus people, et les conneries que vous essayez de nous faire gober, ça tombe bien bas... Il faudrait vraiment renouveler ce staff, par de vrais passionnés de cinéma, comme a vos débuts... Moi perso, le vieux allo-ciné me manque...
    • John Pitakai
      Le bleu est une couleur chaude car il possède une "température de couleur" supérieur aux autres couleurs. Allez voir "température de couleur" sur wiki pour en savoir plus. ET NON, le bleu n'est pas un couleur froide ! (au sens physique)
    • cestmoioki
      Hey ! Les gars dans les commentaires, la BD s'appelle "le bleu est une couleur chaude". Il est chaud le bleu, en référence à la chaleur de l'amour qu'elle a pour la fille aux cheveux bleu, et pour choquer avec la vrai nature de la couleur froide qu'est le bleu.
    • Hirokane
      Ca s'appelle 'Le Bleu est une couleur froide' en français? Parce que c'est totalement l'inverse en anglais : 'Blue is the warmest color', la couleur la pus chaude...
    • Malplaquet
      Bref, les esclavagistes noient le poisson. On peut difficilement trouver moins convaincant que cette pathétique tentative de justification.
    • Alexe C.
      Jamais vous lui demandez pourquoi ils ne font pas allusion à l'auteure véritable de cette histoire ? "Le Bleu est une couleur froide" de Julie Maroh ? Vous avez pourtant fait un article à ce sujet hier, par contre aucune question aujourd'hui sur ce même sujet....
    • Ilwan
      Il va falloir faire une petite relecture... Que d'erreurs d'accord du participe passé ! La vache ! "La date qui a été choisie est le 9 octobre. Nous l’avons choisiE quelques semaines avant la sélection au Festival de Cannes, sans savoir encore qu’il serait sélectionné, mais en espérant qu’il le serait. Elle a été décidéE en fonction, d’une part, de ce qu’on savait de l’achèvement du film à ce moment là, et d’autre part, en fonction des autres films que nous sortons et de la concurrence." "C’est la meilleure date que nous ayons trouvéE." "C’était une bande-annonce de travail, qu’il a misE sur Internet. On lui a fait retirer. La seule explication qu’il nous ait donnéE,"
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Le Dindon Bande-annonce VF
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Downton Abbey Bande-annonce VO
    Ne croyez surtout pas que je hurle Bande-annonce VF
    Bacurau Bande-annonce VO
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Woody Allen : pourquoi il a fait tourner Timothée Chalamet
    NEWS - Interviews
    jeudi 19 septembre 2019
    Woody Allen sur Un Jour de pluie à New York : "Je ne suis pas iconique, je fais ce que je peux !"
    NEWS - Interviews
    mercredi 18 septembre 2019
    Woody Allen sur Un Jour de pluie à New York : "Je ne suis pas iconique, je fais ce que je peux !"
    James Gray : "Ad Astra est mon film le plus difficile !"
    NEWS - Interviews
    mercredi 18 septembre 2019
    James Gray : "Ad Astra est mon film le plus difficile !"
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 18 sept. 2019
    Ad Astra
    Ad Astra
    De James Gray
    Avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga
    Bande-annonce
    Un jour de pluie à New York
    Un jour de pluie à New York
    De Woody Allen
    Avec Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez
    Bande-annonce
    Le Chardonneret
    Le Chardonneret
    De John Crowley
    Avec Ansel Elgort, Oakes Fegley, Nicole Kidman
    Bande-annonce
    Portrait de la jeune fille en feu
    Portrait de la jeune fille en feu
    De Céline Sciamma
    Avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami
    Bande-annonce
    Trois jours et une vie
    Trois jours et une vie
    De Nicolas Boukhrief
    Avec Sandrine Bonnaire, Pablo Pauly, Charles Berling
    Bande-annonce
    Interview avec Dieu
    Interview avec Dieu
    De Perry Lang
    Avec David Strathairn, Brenton Thwaites, Yael Grobglas
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Abominable
      Abominable

      de Jill Culton, Todd Wilderman

      Film - Animation

      Bande-annonce
    • Au nom de la terre
    • Joker
    • Bacurau
    • Rambo: Last Blood
    • Downton Abbey
    • Chambre 212
    • Les Misérables
    • Le Dindon
    • Hors Normes
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top