Mon AlloCiné
El Topo
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,6
470 notes dont 86 critiques
35% 30 critiques
16% 14 critiques
23% 20 critiques
5% 4 critiques
8% 7 critiques
13% 11 critiques

86 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Le Grand Silence

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 136 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 26/01/2017

Un western curieux psychédélique à la fois violent et très humain. Il y en a eu quelques uns dans les années 70, je ne suis pas surpris, car le western était en pleine mutation avec le western "spaghetti" et ceux de Sam Peckinpah. Je pense que c'est une période où l'on osait beaucoup de choses que aujourd'hui. Alejandro Jodorowsky a vraiment créer et apporter quelque chose de nouveau dans le cinéma. Ce film montre que l'on doit traiter les gens avec plus d'humanité quelque soit leur différence, je pense que beaucoup devraient le voir ou revoir.

7eme critique

Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 2 192 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 06/01/2017

Bienvenue dans le western des barjos ! Au premier abord (et peut-être même jusqu'au dernier, à vous de voir si l'envers du décor va vous surprendre), "El Topo" fait très amateur avec des scènes dignes d'un vrai nanar collector ; on se croirait dans "Turkish Rambo" par moment. On se demande si l'on est pas en train d'assister à la caricature d'un mauvais western. Coupures, enchaînements, dialogues (pour le peu qu'il y en ait), effets spéciaux, beaucoup d'aspects de ce "El Topo" seront d'une laideur sans nom, de quoi partager le ressenti des spectateurs à l'époque de la sortie du film. Mais, ce film est également un sacré ovni, cherchant la spiritualité avant tout, de quoi remettre en cause notre jugement quant à ce long-métrage. Bien qu'"El Topo" ressemble physiquement à un sacré nanar, s'assimilant à une espèce de western brouillon au réalisme zéro non loin de côtoyer la comédie ringarde et absurde, il n'en demeure pas moins un film, certes ambitieux (tout comme l'est son metteur en scène), mais clairement original et unique. Le nombre de scènes haut-perchées ne se comptent même plus, il en sera même impossible de cerner la symbolique qui se cache derrière chacune d'entre elles (si symbolique il y a), car tellement tirée par les cheveux qu'on en viendra à douter fortement. Si l'on suit le scénario bêtement sans la moindre réflexion, l'histoire se résume à celle d'un jeu vidéo le plus basique qui soit, à savoir vaincre 4 boss à la suite avec une technique propre à chacun. Jodorowsky cherche à proposer un style nouveau, il cherche à donner une richesse supplémentaire au cinéma (comme a pu le faire Stanley Kubrick avant lui). Ici, c'est bien celle de la spiritualité qui est recherchée ; mais le résultat n'en sera pas forcément concluant. Était-ce dû à ses idées trop complexes à mettre en scène ? Sûrement, car il faut bien l'avouer, le spectateur aura extrêmement de mal à se projeter dans cet ovni. Jodorowsky pense avoir fait de l'art avec ce film, libre à lui de le voir sous cet angle, mais le spectateur, lui, ne pourra voir autre chose qu'un projet délirant ou le non-sens prendra le dessus ; le délire imaginatif du cinéaste étant poussé à son paroxysme, le film en deviendra purement incompréhensible par moment. Dans ce long-métrage, la folie est présente, mais clairement mal exploitée, mal mise en scène, et le résultat en sera loin de l'objectif escompté. On peut comprendre que certains spectateurs soient captiver par le cinéma de Jodorowsky, car tellement barré, absurde et original qu'il apporte quelque chose de nouveau au cinéma. Par son style unique, nous pourrions le qualifier de cinéma expérimental oui, mais il sera difficile de le qualifier de spirituel tant il n'apporte rien sur ce plan. Également, nous ne pourrions pas le qualifier de remarquable cinématographiquement parlant, c'est pourquoi il faudra s'intéresser en priorité à l'aspect mystérieux qui réside derrière ces images plutôt qu'à son esthétique et sa technique. Durant deux heures, "El Topo" est une succession d'idées déjantées sans réel contexte, composé de deux parties bien distinctes, avec un rendu davantage saccadé que fluide. Mais voilà, plus le temps passe, plus on se laisse prendre au jeu, et même si totalement réfractaire au nanar présenté dans les premières minutes, on se laisse diriger par notre curiosité, à la découverte de la prochaine scène absurde que le cinéaste souhaite nous faire partager, que par le scénario en lui-même dont on se cognera éperdument. Au final on ne sait pas si l'on doit apprécier ou non ce film de Jodorowsky, c'est laid mais c'est original, c'est très perché mais pas assez réfléchi, c'est un pot-pourri d'idées absurdes, un film très personnel, trop même, où règne avant tout la provocation (à base de sang et de sexe). Alejandro Jodorowsky a les yeux plus gros que le ventre, et l'ambition plus grosse que ses capacités, en tout cas en matière de cinéma. Et c'est donc pour palier à ce problème qu'il souhaitait s'entourer de tous les plus grands dans chaque catégorie pour son projet inabouti "Dune".

MissLyzzie

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 21/12/2016

El Topo : J’ai vraiment bien aimé ce film car c’est un film puissant avec des moments assez forts et chargés en émotion. L'histoire et les acteurs sont grandioses. Spoiler: Non mais vous pensez qu'on vous voit pas là 2 Heures de Perdues ? C'est quand que vous allez faire El Topo hein ? Vous l'avez tiré au chapeau le 2 novembre va falloir s'y faire et arrêter de se moquer des gentils auditeurs un jour ? Bon j'ai l'air de vous en vouloir comme ça mais en fait je vous aime bien hein :) C'est juste qu'à cause de vous je me suis tapée le film et j'aurais préféré éviter et que maintenant vous le faites même pas dans votre émission je suis bien dégoûtée : J'espère que vous le ferez un jour (et que vous me rajouterez un accent rigolo). En attendant et pour la forme : 5 étoiles.

SergeGorgeSèche

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 10/12/2016

Nous adorons ce film depuis 3 générations. Personnellement pour nous "El Topo" nous l'appelons "La Taupe". Nous adorons faire des soirées "Taupe" en le regardant plusieurs fois. Nous trouvons qu'il n'est pas assez long, il manquerai 30min de plus pour bien comprendre le sens de la perforation de l'esprit, rien que d'y pensai ça nous donne froid dans le dos. Le scénario est vraiment génial, avec plein de rebondissement qui nous prennent au dépourvu et qui nous font comprendre pourquoi nous existons et pourquoi nous vivons sur cette terre en tant qu'animal. Notre péché mignon et de le regarder en buvant du jus de goyave avec des knacki. Que dire sinon 5 étoiles ! Anecdote, son blouson de cuir est fait avec des buffalones de Naples ( nous avons le même à la maison )

dagrey1

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 506 critiques

3,5Bien
• Publiée le 26/09/2016

El Topo, un "hors la loi" qui déambule à cheval avec un petit garçon nu sur son destrier, défit pour l'amour d'une femme, les Quatre Maîtres du Désert. Les ayant vaincus, cette femme le trahit et il connait une profonde métamorphose ... "El topo" est un film d'Alexandro Jodorowsky de 1970. Comme les autres films du réalisateur, "El topo" est extrêmement original et provocateur. Le film se nourrit des influences débridées du cinéma des années 701 (Pasolini, Leone..) mais également du cinéma de Tod Browning (Freaks). Le film contient quelques passages érotiques, violents et gore qui en font au final un long métrage assez original. La première partie orientée western dans le désert est un film d'action où El Topo fait le ménage pour les yeux de sa belle. La seconde partie voit le personnage principal transfiguré, chauve et rasé totalement impliqué pour sauver une communauté de gens fragiles et difformes mis à l'index de la cruauté des habitants de la ville voisine. A défaut de tout comprendre, le film m'a beaucoup intrigué. Il est probable que l'évolution du personnage central du film (de l'ombre à la lumière) est incarné par son changement radical vestimentaire (un hors la loi violent et fourbe habillé de noir qui se transforme en illuminé en toge pétri de bons sentiments et philanthrope). Pour tourner son long métrage, le réalisateur a parcouru le Mexique à la recherche de nains ou de personnes handicapées car il déteste tourner avec des acteurs professionnels renommés. Il est clair que son casting n'est pas sans rappeler celui de "Freaks" de Tod Browning. Les symboles du film sont nombreux et on peut les interpréter de la façon suivante: l'enfant nu qui accompagne El topo sur son cheval est nu parce que pur, par opposition à El topo. Mara dont il tombe amoureux se comporte comme Judas. Une fois abandonné et transfiguré, il devient une figure christique et trouve refuge dans une caverne. Il en sort avec la mission qu'il s'est assigné de creuser un tunnel pour libérer les habitants de la caverne. La description du monde filmée par le réalisateur est cruelle, violente et sexuée. Si le film est hermétique, je l'ai trouvé assez captivant et extrêmement original.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 949 critiques

2,0Pas terrible
• Publiée le 22/04/2016

Film culte du fou furieux Alejandro Jodorowsky, "El Topo" est confus, du moins dans sa première heure et demie, qui enchaîne les images déroutantes et surréalistes sans véritable fil conducteur. Le soi-disant intérêt du film serait donc cette mise en scène du bizarre, celui que l'on ne voit jamais sur les écrans, et qui peut prendre une pluralité de formes. Sauf que le bizarre atteint ici une forme de gratuité aberrante, rattaché à aucune pensée, et provoque à la fois l'ennui et l'irritation d'un spectateur lassé et irrité devant cet invraisemblable fourre-tout et l'auto-satisfaction d'un cinéaste qui se croit génial, dénonciateur du perfectionnisme, comme si l'absence de rigueur était forcément synonyme de geste créateur. On voit donc tout et n'importe quoi dans "El Topo", film rythmé par les chapitres religieux qui disent l'élévation (quoi d'autre ?) spirituelle du protagoniste, une idée qui a au moins le mérite d'être écrite et qui se trouve incarnée dans un dernier tiers assez convaincant, qui donne plus de relief aux visions hallucinées du cinéaste chilien. Assommant de prétention, le film se sauve donc in extremis dans un final qui met enfin un peu d'ordre au milieu de cet univers affreusement déstructuré.

Redzing

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 2 925 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 22/12/2015

"El Topo" est le genre de film très difficile à décrire, à voir pour le croire. On y suit un pistolero qui parcourt le désert pour affronter différents maîtres des armes, avant d'entamer une quête pour sa rédemption. Très loin des westerns spaghetti façon Sergio Leone, "El Topo" est un récit métaphysique, filmé de manière expérimentale. Alejandro Jodorowsky, par ailleurs impérial dans le rôle principal du pistolero ambigu, nous livre une quantité d'idées délirantes et surréalistes, d'images très violentes, de beaux décors naturels, et de dialogues philosophiques, le tout avec une touche de poésie baroque qui ne laisse pas indifférent (on adhère ou on déteste). Sans compter les nombreuses références aux différentes religions, et une vision très sombre de l'humanité. Ainsi, "El Topo" est une œuvre singulière, à expérimenter.

Sinefil44

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 984 critiques

0,5Nul
• Publiée le 26/08/2015

Bien que la toute première scène me suffise à juger ce film, j'ai quand même pris la peine de regarder cette pellicule insupportable, inqualifiable, infâme jusqu'au bout. Comment peut-on réaliser de tels navets aussi ravageurs et stupides ? Et dire que certains ont le culot de désigner comme "film culte"une telle abomination. Ah oui, c'est donc cela, le film culte, un film porteur de messages ? Mais quels messages ? Un film symbole annonciateur de paraboles ? Un film parodique sans aucun doute mais aussi un film qui vous dégoûte rapidement de rentrer dans une salle obscure pour subir autant d'inepties à la seconde. D'un non-sens total, inutile de considérer cette vilénie comme un western, ce serait lui faire beaucoup trop d'honneur. Jodorowsky est un réalisateur occultiste attiré par les arts divinatoires, on aime ou on déteste. A jeter et à oublier très vite si l'on veut encore avoir le plaisir du vrai cinéma.

Hasta_Luego

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 67 critiques

0,5Nul
• Publiée le 13/07/2015

Film ridicule, dans son budget comme dans son scénario, d'une prétention aux paraboles dont on n'a rien à fiche, aux effets spéciaux trop probablement meurtriers (animaux) et d'un sexisme certain. Je ne trouve pas de poésie dans cette crasse.

L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 449 critiques

3,5Bien
• Publiée le 23/05/2015

Ecrire la critique d'un Jodorowski est une tâche difficile. C'est pour cela que je vais éviter de me lancer dans l'intellectualisation d'El Topo. Déjà, parce que le film est tellement riche en symboles et en mythologie qu'il faudrait écrire un mémoire pour être complet. Et ensuite parce que se serait mentir que de dire que j'ai saisi toute l'essence du message qu'à voulu faire passer Jodo. Je laisse la tâche a des gens plus intelligents. Le film se divise en deux parties, à l'ambiance très différentes. A telle point que l'on dirait deux films différents réuni dans un seul. Dans la première, on assiste à des duels entre El Topo et quatre types, tous plus étranges, les uns que les autres. A chaque fois, El Topo s'en sortira. Pas toujours de la manière la plus honorable qui soit. La seconde partie suit la mort puis la résurection d'El Topo au milieu d'un parterre de Freaks. Un jodorowski sans cul-de-jatte, est un jodorowski raté. Un peuple de monstres mis à l'écart d'une petite ville qui transpire de tous les vices de l'humanité. Violente, perverse, intolerante. Comme souvent dans les trois Jodorowski que j'ai vu jusqu'ici (Santa Sangre et la Montagne Sacré), je me suis posé beaucoup de questions, mais n'ai eu que très peu de réponse... Pourquoi le gamin est -il tout nu ? Pourquoi l'erzatz de ce Frank Zappa en string a-t-il une voix de femme ? Pourquoi ce mec vit entouré de dizaines de lapins ? Pourquoi El Topo se met-il à manger une ruche ? Pourquoi ressuscite-t-il en ayant changé de couleur de cheveux ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Vous l'aurez compris, une bonne partie de ce film reste pour moi un mystère. Le visionnage du film a-t-il pour autant été désagréable ? Non. J'éprouve pour les films de Jodorowski une sorte de fascination inexplicable face à l'ambiance surréaliste qui se dégage de ses scènes. C'est un peu comme lire une BD sans savoir lire. Ou admirer un tableau de Dali, sans en décrypter les symboles. On ne comprend pas tout, mais regarder les images nous suffit.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top