El Topo
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,6 pour 360 notes dont 71 critiques  | 
  • 28 critiques     39%
  • 10 critiques     14%
  • 14 critiques     20%
  • 3 critiques     4%
  • 7 critiques     10%
  • 9 critiques     13%

71 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
JimBo Lebowski

74 abonnés | Lire ses 297 critiques |

   3.5 - Bien

Conte mystique, western burlesque, tableau surréaliste ... on peut décrire ce film de bien des façons, mais une chose est sûre, Jodorowsky est un grand malade. Sorte de pierre angulaire des Midnight Movies "El Topo" a été le fer de lance de cette génération 70s avide de liberté créative et spirituelle, il est resté mythique dans l'histoire du cinéma underground donnant au réalisateur une reconnaissance mondiale. Il place son récit en plein désert mexicain et dresse le parcours initiatique d'un pistolero repenti qui par sa lâcheté s'efforce de trouver la foi, s'en suis une allégorie christique de la résurrection de l'homme pur qui par la "crucifixion" (par balle) renaît sous la forme d'une sorte de bouddha désireux de libérer les opprimés. Un film vraiment singulier, "El Topo" est en marge du courant traditionaliste et propose un point de vue quasi métaphysique de l'objet cinématographique, une œuvre autant fascinante que dérangeante, certaines scènes sont totalement barrées forçant à pousser le spectateur dans ses retranchements, il est même parfois délicieusement subversif. Jodorowsky se contre-fout de la technique (c'est blindé de faux raccords), là n'est pas son intention, plus celle de nous faire voyager dans cet univers lubrique, à poser une réflexion morale et existentialiste, à nous libérer de nos esprits codifiés en somme, je comprend tout à fait son succès de l'époque, le cinéma avait besoin de franchir une barrière. Pas mal de déballage de violence sanglante ou de sexe suggéré (comme le fameux cunilingo-cactus), des moments choc, des images me reviennent comme cette roulette russe ou cette immolation finale, Jodo n'y va pas par quatre chemins et ne compte pas prendre des pincettes pour nous guider dans son récit, et je dois dire que ça marche, montrer l'horrible et le glauque en gardant un certain brio dans sa réflexion sous-jacente, ça démontre une certaine classe et c'est la preuve d'un réalisateur qui n'a pas peur de bousculer les consciences, peut importe que ça fasse mal, Jodo est une sorte de violeur sympa et excentrique. Cependant c'est tellement volontairement décalé et surréaliste qu'il en devient un peu excluant, on tombe parfois dans l'absurde et le risible, moi qui accorde beaucoup d'importance à la mise en scène j'ai pas franchement été gâté, il faut obligatoirement faire un effort pour passer à côté de ces défauts et ainsi apprécier le film à sa juste valeur, se laisser porter en gardant une certaine clairvoyance. J'imagine que fumer un gros bédo doit bien aider à comprendre toutes les petites subtilités et symboliques de "El Topo", pas de bol j'ai arrêté il y a un bon moment cette cochonnerie, mais avec du recul je me dis que pour ce film en particulier ça aurait presque valu le coup de s'y remettre juste pour cette petite séance, enfin bon ... "El Topo" mérite son statut d'OVNI culte du cinéma underground, une œuvre en tout point unique qui même à travers son aspect "sale" et difficilement introspectif parvient à charmer et fasciner, une véritable bonne expérience.

garf25

2 abonnés | Lire ses 131 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Western philosophique et mystique qui offre au spectateur une vraie expérience transcendantale. C'est à cela que devrait ressembler le cinéma.


soulman

0 abonné | Lire ses 83 critiques |

   3 - Pas mal

Une oeuvre unique, surréaliste toujours, poétique parfois, malsaine souvent... La violence est omniprésente dans ce film contemporain de "La Cicatrice intérieure", autre opus difficile de Garrel avec qui il partage le goût des déserts. Cela a pour moi beaucoup vieilli, l'utilisation de la musique, composée par le maître lui-même, envahissante et trop hétérogène, n'aidant pas à l'adhésion du spectateur. Nonobstant, nous sommes en présence d'un film à ranger sans hésitation dans le 7ème Art, loin des Lelouch et autres Besson, un cinéma où on prend des risques, visuels, narratifs, existentialistes. A voir.

Plume231

398 abonnés | Lire ses 4105 critiques |

   3 - Pas mal

Jusqu'ici je n'ai pas vu la moindre oeuvre, de près ou de loin, d'Alexandro Jodorowsky donc je m'attendais à une oeuvre totalement bizarroïde mais uniquement en écoutant les on-dits. Donc totale découverte pour ce qui est en effet une oeuvre bizarroïde. Bon ça commence comme un Sergio Leone avec l'inconnu venu de nulle part (pas seul puisqu'il est avec son môme à poil !!!) qui se pointe au milieu d'un carnage gratuit, qui venge vite fait bien fait les victimes... Mais très vite, on laisse de côté Sergio Leone, on pouvait penser qu'il y aurait une pointe de Peckinpah c'est pas le cas sauf peut-être pour les massacres, et comme influences c'est plutôt Tod Browning, Luis Buñuel et Federico Fellini avec beaucoup de références bibliques, dont pas mal me sont passées au-dessus de la tête je le dis franchement, et bouddhiques. Mais disons surtout qu'on a affaire à un style personnel, bien personnel, qui raconte bien quelque chose mais difficile voir impossible de dire quoi, on a l'impression que le réalisateur, et aussi acteur principal, a réalisé son film sous acide. Parfois c'est un peu trop long, j'ai décroché à certains moments, il y en a d'autres où j'étais fasciné. Bref je me suis sentis comme une poule se regardant dans le reflet de la lame d'un couteau. Bon, je sais je dois absolument voir "La Montagne sacrée".

Vinceralmetaladicted

26 abonnés | Lire ses 82 critiques |

   3.5 - Bien

Malgré un montage assez spécial voir saccadé - ce qui a une répercutions sur l'aspect général de l'oeuvre - on appréciera grandement le côté quête philosophique par rapport à soi-même qu'entreprend Jodorowski à travers son "el topo". De plus on sera charmé par cet univers de "western carnavalesque" de par toutes ces couleurs et ces personnages atypiques. Enfin, même si on parvient à comprendre ce qu'a voulu nous transmettre le réalisateur, on pourra peut-être reprocher à ce film d'être peu parlant, ce qui à mon avis, aurait apporté un grand plus. Donc bon film qui a de la gueule malgré ses quelques défauts de surface 15/20.

Cliff554

41 abonnés | Lire ses 696 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

A force d'entendre parler d'Alejandro Jodorowski, il fallait bien que je commence à regarder l'oeuvre de ce cinéaste particulier. Et quoi de mieux que de débuter par "El Topo", western métaphysique et mystique, film complètement barge aussi. "El Topo" est considéré comme étant l'un des films phares des "midnight movies", ces films diffusés à minuits qui, le plus souvent, était très subversif. Et, effectivement, "El Topo" est un film subversif, mêlant violence, amour, sexe, immondicité et beauté. Comme le disait Jodorowski, la laideur va de pair avec la beauté. Et avec "El Topo", il insiste énormément sur cette laideur et cette beauté. Comme un film hybride, "El Topo" n'hésite pas à montrer l'horreur au sens propre du terme, et la beauté la plus belle. Plus qu'une simple histoire à suivre comme un enfant sage, "El Topo" est surtout un film expérimental, une expérience à vivre du début à la fin. Jodorowski parvient à captiver son spectateur avec une aisance particulière. A force d'être plongé dans un monde étrange et sensoriel, on se retrouve avec l'envie de connaître la suite des aventures du pistolero solitaire El Topo. Il est clair que "El Topo" est un film qui divise. Soit on adhère à l'univers de maître Jodo, soit on trouve le tout grotesque. Toutefois, on aurait tort de cracher sur le film tant on atteint des sommets concernant la profondeur envers des questions mystiques et métaphysiques. "El Topo" est un film d'une grande cohérence, un film qui ose, qui n'hésite pas à aller au bout de ses idées, tout en passionnant son spectateur. Rien à redire, "El Topo" est un chef d'oeuvre cinématographique, un vrai!

Jibay56

0 abonné | Lire ses 2 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Ce film est un pur chef d'oeuvre. Un seul mot : extraordinaire !

douggystyle

197 abonnés | Lire ses 3190 critiques |

   3.5 - Bien

Que l’on soit ou non réticent à l’idée que l’on ne saura pas saisir pleinement où a voulu en venir Alejandro Jodorowsky en mettant au point ce scénario complétement décousu, on ne peut rester de marbre devant l’audace de cette entreprise visant à faire d’un western un trip psychédélique et le support d’une quête de rédemption mystique. A travers le voyage et les différentes rencontres du pistoléro El Topo, séparés en quatre chapitres aux noms très bibliques, le film brasse, dans un langage surréaliste où chaque image est une métaphore spirituelle, de nombreuses thématiques telles que la violence humaine ou le poids des religieux sur l’émancipation des civilisations. Donc oui, le récit est opaque et foutraque mais surtout source de scènes inoubliables qui participeront à la légende du grand Jodo.

S M.

3 abonnés | Lire ses 509 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Western complètement trippé et surréaliste signé du grand Alejandro Jodorowsky. Véritable fresque mystique, étrange et culte qu'il faut absolument voir au moins une fois dans sa vie. Génial.

Adrien D.

7 abonnés | Lire ses 74 critiques |

   3 - Pas mal

Le film suit comme trame scénaristique le parcours d’El Topo, un cavalier solitaire interprété par Jodorowsky en personne. Pourquoi El Topo ? Parce que comme la taupe, cette homme marche aveuglement, suivant le chemin qu’il juge bon jusqu’à atteindre la lumière, à prendre bien entendu du coté du mystique. Il y a donc, dans un premier temps, l’homme aveugle, celui qui impose sa justice, qui erre suivant son désir de dieu vengeur. Autour de lui on trouve l’enfant nu (Brontis Jodorowsky), symbole de l’innocence pure, dans un monde ou les hommes ne régissent qu’en fonction de leurs pulsions sexuelles. L’image la plus marquante car violente est celle de trois hommes voulant expier leurs désirs, l’un en voulant faire disparaître les femmes, un autre en voulant abattre ses propres pulsions et un dernier en voulant coucher avec une représentation féminine. C’est au milieu de ses hommes qu’El Topo, vengeur aveugle, conduit cet enfant qu’il essaie tant bien que mal d’éduquer, de confronter à la réalité. Mais la tache est trop dure et lorsque El Topo bat le Colonel sadique (David Silva), il préfère suivre ses désirs, abandonner l’enfant aux moines et partir avec une femme, Mara (Mara Lorienzo). Commence alors un voyage initiatique pour notre héros qui devra battre les 4 maîtres du désert. Chaque maître étant plus sage que le précédent et, bien évidemment, plus sage qu’El Toopo qui, au fil de ces combats, acquerra une sagesse plus grande. La suite ici:

http://lecinemadughetto.wordpress.com/2013/08/0...

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
El Topo Bande-annonce VO
29 103 vues
El Topo Extrait vidéo VO
2 940 vues
El Topo Extrait vidéo (2) VO
1 779 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #17 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #16 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #15 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné