Mon AlloCiné
    La tourneuse de pages
    note moyenne
    2,9
    1591 notes dont 235 critiques
    17% (41 critiques)
    40% (93 critiques)
    9% (22 critiques)
    19% (45 critiques)
    9% (22 critiques)
    5% (12 critiques)
    Votre avis sur La tourneuse de pages ?

    235 critiques spectateurs

    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 131 critiques

    5,0
    Publiée le 2 juillet 2014
    Denis Dercourt marque l’émergence sur la scène internationale ,celle d' un réalisateur subtil et profondément original." La tourneuse de pages" offre de multiples visages sous l’apparente simplicité de son intrigue , "Une histoire de vengeance." Sur ce thème classique ,l 'immense talent du réalisateur compose un scénario de une rigueur millimétrée dans un environnement que il connaît parfaitement, celui des musiciens....Une petite fille de une dizaine d’années, enfant de bouchers et férue de piano, abandonne son instrument après avoir échoué à son examen d’entrée au Conservatoire par la faute d’un membre du jury,une concertiste célèbre (excellente Catherine Frot).. Dix ans plus tard, l’enfant devenue jeune fille ( Magnifique Déborah François) s’infiltre dans la famille pour en exploser le noyau ..Mais une étrange attraction particulière se noue entre les deux femmes...Ce face-à-face au féminin baigne dans un climat de menace inquiétante, faisant la part belle à l’univers musical ,grâce à une exploration très réaliste, quasi documentaire mais splendidement restituée dans sa dimension de fiction cinématographique, du quotidien des artistes (répétitions, auditions, concerts). Un ensemble qui fait de "La tourneuse de pages" un bijoux cinématographiques véritables ..Déborah François ,actrice incroyablement douée parvient à propulser l 'oeuvre à son firmament ...Le César du meilleur espoir féminin attribué à celle-ci est amplement mérité à l 'instar de Catherine Frot également remarquable ..Une oeuvre ambitieuse ..
    Cluny
    Cluny

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 593 critiques

    3,5
    Publiée le 14 octobre 2012
    Denis Dercourt a une formation de musicien, et cela se voit dans l’écriture de ce film, composé comme une œuvre musicale. Il a notamment un sens du tempo, alternant de longs passages adagio avec quelques coups de cymbales, et un goût de l’ornementation qui se manifeste par une image soignée (lumière contrastée, jeux sur la profondeur de champ) et des décors qui sont parties prenantes de l’histoire. Mais ces qualités formelles sont à l’image du personnage de Mélanie, jouée par une Déborah François très hichcockienne (plus Kim Novak que Grace Kelly) : un peu froide et distante. On est ici dans une ambiance à la Chabrol : grande bourgeoisie, château à la campagne, musique accompagnant de longs travellings à travers les pièces dudit château… On pense au manoir de « La Fleur du Mal » ou à celui de « Masques », et aux rapports de domination entre maîtres et serviteurs de « La Cérémonie ». Comme chez le dinosaure de la Nouvelle Vague, on retrouve la description presque clinique des personnages, particulièrement celui de Mélanie, en s’attachant à des détails : enfant, après son échec au conservatoire, elle referme son piano comme on cloue un cercueil, adulte, elle découpe la volaille avec une brutalité toute masculine ; d’ailleurs, est-ce encore par hommage à Chabrol que son père est boucher ? Si ce lent crescendo de la vengeance de Mélanie est assez réussi, ainsi que la description de l’évolution des rapports entre Ariane et sa tourneuse de pages qui sait créer chez sa maîtresse le besoin qui se transformera en manque, on reste sur notre faim, un peu déçu du résultat : tout ça pour ça ? La faiblesse scénaristique du dénouement provient peut-être de la nature du sentiment que Mélanie suscite chez Ariane. Denis Dercourt a choisi qu'il s'agisse d'un sentiment amoureux ; s'il avait d'avantage creusé l'ambiguïté de la fascination mutuelle, le besoin d'étayer ses propres faiblesses sur les forces de l'autre sans y introduire explicitement le désir si prévisible, il aurait évité cette impression de gêne devant un final boulevardier et un tantinet ridicule. http://www.critiquesclunysiennes.com/
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 781 abonnés Lire ses 4 995 critiques

    3,0
    Publiée le 4 octobre 2010
    Voila un film dont on ne sait pas vraiment quoi penser. Jusqu'a environ dix minutes de la fin, on ne peut que reconnaitre l'impeccable qualité de la mise en scène de Denis Dercourt, qui semble particulièrement doué pour installer une atmosphère tendue, troublante, qui nous laisse même assez perplexe par moment. De plus, le scénario est intelligent et les dialogues tranchants? De plus, le duel ambigu entre les deux femmes révélant une homosexualité pls que latente est plutot bien décrite. Hélas, la fin est à laisser perplexe, bien que pourtant assez logique et bien faite. Mais on s'attendait complètement à autre chose, et le malaise est devenu tellement grand que l'on ne sait même plus ou se mettre. Ce film, sorte de double négatif de "Que la bête meure", nous gêne par rapport aux renversement de valeur un peu trop appuyés, ou on ne sait plus ou est la victimeet le bourreau. C'est néanmoins un film des plus honorables, plutot supérieur à ce que fait le cinéma francais d'habitude. A noter la bonne interprétation de Catherine Frot et surtout celle de Déborah Francosi, ravissante, au jeu et a la présence particulièrement intense. Pas mal tout de même.
    Mayra H.
    Mayra H.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 17 août 2013
    Je suis un étudiante de la langue française et j'essaye de regarder des films en français, pas de sous-titres comme un exercice d'audition... J'ai aimé l'intrigue, la langue est facile à comprendre. Mais je pense que la fin était très simple, manquait une explication des raisons pour le protagoniste sur sa conduite.
    carbone144
    carbone144

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 393 critiques

    4,0
    Publiée le 21 août 2012
    J'ai adoré ce film ! Il est probable que ce film ait fait velcro avec ma personnalité et mes passions qui s'accordent parfaitement. Du coup j'ai été fasciné par ce film, son histoire, et ses personnages. Certainement même bien plus fasciné que je n'aurait du l'être.
    Broyax
    Broyax

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 48 critiques

    2,0
    Publiée le 22 janvier 2017
    Une vengeance dont le motif nous échappe dès le premier quart d'heure et dont on cherche encore à la fin sa légitimité : ça équivaut à se venger d'un prof parce qu'on a été recalé à l'oral au bac ! ou raté son BEPC... c'est grotesque et débile ! d'autant que le machiavélisme dont elle fait preuve est déplacé et peu crédible. Peu crédibles également les réactions et le comportement de la victime. Qui a écrit des trucs pareils en fait ? Cela n'empêche pas le film de se laisser regarder, son côté grotesque involontaire et maladroit y contribue beaucoup et à défaut d'y croire, on en rigole de temps en temps de ce navet qui voudrait être citrouille (le carrosse est hors d'atteinte, aucune chance). Et on a tout de même l'inquiétante et ravissante Déborah François en névropathe obsessionnelle qui tient dans ses fils la toujours convaincante Catherine Frot, et cela malgré un rythme apathique sur de la musique de chambre qui vrille les nerfs. Pas très sérieux tout ça quand même.
    pascal-
    pascal-

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 10 avril 2009
    Un petit chef d'oeuvre. Le scénario diablement bien écrit préserve tout suspense, on ne sait jamais vraiment ce qu'il va se passer, plusieurs issues semblant possibles au différents moments du film. Je le conseille fortement aux apprentis scénaristes (comme moi, et oui ça m'intéresse) Enfin l'interprète principale est tout simplement magistrale et parfaite, le film plein de silences et d'intensité, le jeu parfaitement vrai, on ne s'ennuie pas une seconde et reste absorbé du début à la fin. Je devais faire autre chose après mon dîner mais le film m'a tant et si bien accroché que je l'ai regardé en entier. Donc pour résumer une leçon de cinéma : scénario, interprétation, mise en scène au diapason. Hallucinant de voir combien une histoire aussi simple lorsqu'elle est aussi bien écrite/structurée et interprétée/filmée peut prendre une telle intensité.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 555 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    2,5
    Publiée le 5 décembre 2012
    Un thriller feutré qui captive avec trois fois rien."La tourneuse de pages"(2006)fut une jolie surprise en son temps.Anxiogène,élégant,symbolique;le film de Denis Dercourt illustre avec bonheur le trouble féminin et générationnel,la concurrence et le sadisme saphique.En marâtre subtile,Catherine Frot impressionne.En jeune pianiste complexé,Déborah François rayonne.Lorsqu'elles se retrouvrent autour du piano,la musique pure s'élève,et les personnalités se confrontent.Quel dommage par contre que le mystère relationnel soit assez rapidement évacué au profit d'un jeu de séduction plus commun.Un peu théorique,mais à la discrétion virtuose.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    3,0
    Publiée le 11 août 2010
    Il y a tous les ingrédients pour faire une grande ballade désenchantée ou alors, à défaut, un super thriller à l'américaine. Mais, pour des raisons mystérieuses, on glisse insensiblement vers la psychologie de bazar et la fin est désespérante alors même qu’elle devrait être désespérée... Dommage car tout le reste (scénario, mise en scène, choix des comédiens) est prometteur. Denis Dercourt est certainement à suivre sur son prochain film...
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 452 abonnés Lire ses 3 532 critiques

    2,5
    Publiée le 24 septembre 2007
    Un sous-chabrol qui a surtout un mérite celui de nous montrer une vengeance autre que celle dont on a généralement l'habitude. Cependant on a du bien du mal à croire à une vengeance aussi longtemps installé dans la tête d'une gamine... La mise en scène tout en lenteur presque contemplative est très bien tournée et le jeu des actrices ratrappe un peu les dialogues sans intérêts.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 108 critiques

    3,5
    Publiée le 8 septembre 2017
    "La tourneuse de pages" a le mérite de m’avoir fait passer d’un avis très négatif à un autre plus positif. En effet, j’ai d’abord cru à un film pompeux, lent, lourd de dramaturgie, avec des comédiens évoluant avec un bâton coincé dans le derche sans qu’ils aient véritablement la possibilité (ou le droit) de sourire. Le mauvais sentiment commence très tôt, dès le générique de début. Pourquoi ? Ce n’est pas parce qu’on nous montre par petites séquences tour à tour un boucher s’affairer et une jeune fille s’exercer sur un piano, non. C’est le fait que le morceau de piano que nous entendons ne soit pas synchronisé avec ce que joue l’enfant. Etonnant de la part d’un cinéaste qui a baigné depuis toujours dans la musique !... Heureusement, ce défaut ne dure que le temps du générique. Pas parce que la musique disparait. Au contraire, elle devient à la fois le support et l'élément principal d’une intrigue qui laisse entrevoir la dégringolade et/ou la reconstruction psychologique(s) d’une jeune fille qui a vu son rêve s’écrouler, le quel tourne à une énorme et douloureuse désillusion illustrée par une claquante fermeture d’un piano duquel sortaient des notes qu’elle ne voulait alors plus entendre. Un état d’esprit que l’on peut comprendre, tant la déception devait être grande…. Ce n’est pas tout à fait cette orientation qu’a choisi le cinéaste. Au prix d’une ellipse nous faisant retrouver comme par le plus grand des hasards une bonne dizaine d’années plus tard cette jeune artiste déchue, Denis Dercourt (scénariste et réalisateur) ne révèle rien sur la suite des événements. Ainsi, grâce à une mise en images quelque peu contemplative, il laisse le spectateur suivre l’évolution des personnages dans une ambiance anxiogène, limite étouffante. Cette ambiance est servie par des visages fermés, les comportements un tantinet cérémonieux des personnages souvent droits comme des "i", un rythme lent plus aussi dérangeant qu’au début, et un éclairage on ne peut plus réaliste car jamais surfait. A croire que le cinéaste s’est passé des services des éclairagistes tant la lumière parait naturelle. Mais le plus remarquable est qu’il réussit à faire basculer doucement son film du mélodrame vers une sorte de thriller. Où veut en venir cette Mélanie ? Vient-elle chercher un moyen de se remettre au piano ? Vient-elle seulement chercher des réponses quant à ce qu’elle considère comme la raison de son échec ? Ou est-il possible qu’elle vienne chercher vengeance ? Suspense ! Eh bien oui, il s’instaure une espèce de suspense, mais un suspense qui met mal à l’aise, car il est mis en place par des silences intenses, des phrases percutantes à double sens et qui sont perçues alors par le spectateur comme de dangereuses menaces, ou des situations inquiétantes voire dérangeantes spoiler: (scène de la piscine avec le Tristan) . Et c’est là que le jeu de Déborah François est intéressant : elle ne laisse rien paraître, elle inspire une véritable fascination à travers son regard d’une rare intensité et son côté mystérieux. Le spectateur a du mal à voir où elle veut en venir, car les pistes sont démultipliées. Une belle manière d’accrocher le spectateur jusqu’à l’épilogue. Car tout peut arriver ! Mon dieu ! Se pourrait-il qu’elle puisse passer à l’acte ? Se pourrait-il qu’elle tienne pour seule et unique responsable cette pianiste en quête de reconnaissance ? Alors que la vraie raison de son échec repose sur le manque de concentration de la jeune artiste, le fait qu’elle soit incapable de vivre la musique qu’elle interprète, et de ce fait sur le manque d’imperméabilité de sa bulle !!! Le fait est que oui, les pistes se multiplient au point que le spectateur devient immanquablement un peu paranoïaque sur les bords, au point d’occulter presque la curieuse relation fusionnelle qui s’installe entre les deux femmes. La fascination que dégage Mélanie n’opère pas qu’auprès du spectateur : elle touche de plein fouet Ariane ! Je parlais de Déborah François pour la qualité de son jeu, mais on peut en dire autant de Catherine Frot dans la peau de cette pianiste à l’aube du crépuscule de sa carrière, interprétant à merveille le trac viscéral qui lui noue le corps spoiler: et les tourments d'un amour naissant mais néanmoins interdit . Dans tous les cas, impossible de voir la chute de son histoire. Mais une question me taraude : la haute société est-elle vraiment aussi coincée, aussi froide et désincarnée, encombrée de bonnes manières ? Quoiqu’il en soit, "La tourneuse de pages" vaut le coup d’œil pour la qualité de la mise en scène, le jeu des deux actrices principales et son intrigue suscitant un certain effarement menée avec beaucoup de maestria par Denis Dercourt, un jeune réalisateur qu’il va falloir suivre avec beaucoup d’intérêt.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 2 108 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juillet 2014
    Petit thriller très joliment construit et réalisé qui en 1h20 nous emmène dans une ambiance ouatée au possible. Catherine Frot en pianiste fragilisée suite à un accident nous montre qu’elle devenue l’égale des plus grandes. Quant à la petite Françoise Deborah elle est parfaite dans ce rôle complexe d’une adolescente déterminée à se venger de celle dont elle croit qu’elle lui a volé sa carrière de soliste. Le film est très ambigu et l’on se demande à tout instant si la jeune fille a vraiment envie de mettre son plan à exécution. Pour un premier essai il s’agit d’une vraie réussite. Dans les bonus du DVD Denis Dercourt nous montre qu’il a une vision très précise du cinéma qu’il veut mettre en scène.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 730 critiques

    2,0
    Publiée le 7 juillet 2012
    Interprétation de qualité mais l'ensemble reste froid et etriqué. Ce film manque selon moi de souffle et d'oxygène, ils semble engoncé dans un corset qui l'empêche de donner sa pleine mesure. Frustrant.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juin 2011
    Une satire sociale qui prend rapidement l'aspect d'un thriller, et qui finit même par se mâtiner de sensualité. Le mélange s'avère fort agréable. La prestance de Catherine Frot et le charme de Déborah François y contribuent très largement, de même que la classe de Pascal Greggory. La BOF, forcément 100% piano, ne gâche pas le plaisir, bien au contraire. Ce n'est certes pas du niveau de "La leçon de piano" et du "Pianiste", les morceaux étant parfois difficile d'écoute, mais cela permet de créer une atmosphère particulière. Si tous les feux sont donc au vert, on peut toutefois regretter la fin du film. Elle déçoit par son manque d'originalité, et laissera moult spectateurs sur leur faim. Par ailleurs, les dialogues n'ont rien d'inoubliable. C'est dommage, car l'intrigue se prêtait bien à des répliques cinglantes.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 4 juin 2012
    Comme beaucoup de films , La Tourneuse de pages réalisé par Denis Dercourt intègre la catégorie de longs-métrages qui la première fois me plaisent mais que peu de temps après , me lassent ou m'énervent . C'est le cas de films tels que Crime d'amour d'Alain Corneau .En effet , par exemple , si on m'aurait demandé il y a deux ou trois ans ce que je pense de la Tourneuse de pages , j'aurai dit que c'est un film intéressant et énigmatique original et que c'est une véritable découverte dans le cinéma qu'il faut véritablement voir . Mais le temps change et même si je dois quand même reconnaître que cette Tourneuse de pages reste tout de même mieux que Crime d'amour , il ne reste pas pour autant un bon film . Là aussi , il y a malheureusement un manque d'idée et de mise en scène , le film est assez vague , on ne sait pas toujours où le réalisateur veut nous emmener dans cette histoire de violence ne comportant aucune tension et aucune passion . Le début du film par exemple dans la boucherie des parents de la protagoniste est totalement incongru voire laid et hideux . On reste ici dans un cinéma en recherche de quelque chose mais qui se révèle vite vain et à la mise en scène trop vaine et peu maîtrisée pour convaincre .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top