Notez des films
Mon AlloCiné
    Pardonnez-moi
    note moyenne
    3,1
    869 notes dont 156 critiques
    répartition des 156 critiques par note
    43 critiques
    41 critiques
    17 critiques
    18 critiques
    13 critiques
    24 critiques
    Votre avis sur Pardonnez-moi ?

    156 critiques spectateurs

    hyrule
    hyrule

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 480 critiques

    0,5
    Publiée le 16 juin 2011
    Dans le genre "Regardez-moi", ce film est là ! Et Maïwenn surtout... C'est débile et c'est d'une lenteur...
    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein
    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 543 critiques

    3,0
    Publiée le 28 mai 2014
    Pour premier film, première grande espérance. Maïwenn déploie une énergie folle pour s'emparer d'un sujet grave mais tabou : la violence physique et mentale que lui à fait subir son père. Quelques-uns ont critiqué son film en définissant celui-ci de pur égocentrisme, mais elle ne parle pas QUE d'elle! Elle montre justement les retours haineux mais vrais qu'un parent peut recevoir d'un proche! C'est filmé au mieux possible (même si certains plans sont énervants car... trop complexes?) et les scènes sublimants l'aspect cruel du dialecte sont saisissantes. Mais à quoi bon accentuer la gravité du problème, surtout lorsque celui-ci est résolu? Maïwenn s'éternise bêtement jusqu'à pousser inutilement son casting à bout. Mais cela reste un très bon début.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 9 février 2012
    Pardonnez-moi , premier long-métrage de Maiwenn est malheureusement une catastrophe totale . Et cela en est véritablement dommage car cette jeune réalisatrice aime la caméra ( il faut dire tout de même qu'elle en tient une durant la quasi-totalité de Pardonnez-moi ) . Hélas , en rien , cela ne camoufle l'immense et l'interminable ratage de ce film qui est au final extrêmement prétentieux et totalement et inutilement vain . Du début à la fin du long-métrage , on a droit à une surcharge de pathos avec des personnages qui hurlent ou qui pleurent quasiment toutes les secondes ( record pour la scène du face à face entre Maiwenn et Pascal Greggory ) , le propos du film est absolument manichéen , le regard de la cinéaste est en aucun cas neutre : il y a les gentils et les méchants ( on vous laisse deviner qui ils sont ) et que c'est nombriliste . C'est du "moi , moi , moi" durant ces quatre-vingt six minutes d'ennui . Même les jeux d'acteurs et d'actrices déçoivent : Mélanie Thierry semble un peu perdue dans cette histoire familiale , Maiwenn et Hélène de Fourgerolles surjouent comme pas possible et en permanence . Seule , Pisier semble tirer l'épingle du jeu mais c'est trop peu suffisant à en faire un film . En gros , Pardonnez-moi n'est rien d'autre qu'une accumulation de tire-larmes vains et lassants , de discours insupportables même pas dignes d'une séance de psychanalyse et la mise en scène est inexistante .
    btravis1
    btravis1

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 519 critiques

    2,5
    Publiée le 26 novembre 2006
    Ce n'est pas un bon film (on est très loin de festen) mais il marque le spectateur, c'est déjà un bon point. Faire un film dans le film, utiliser de vraies images d'archive mais jouer d'autres scènes avec des comédiens rendent le tout un peu bancal. Le talent d'actrice de maiwenn est indéniable, celui de réalisatrice reste encore à prouver. Mais le film a des scènes poignantes et très bien tournées, notamment l'affrontement avec le père (très bonne interprétation de Pascal Gregory), d'autres complétement irréelles (le repas de famille qui tourne au règlement de comptes ne fait pas réaliste du tout et les comédiens sont à la peine). Avis mitigé, en attendant une prochaine réalisation sur un thème un peu moins personnel.
    bebopalula60
    bebopalula60

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 70 critiques

    0,5
    Publiée le 13 mai 2011
    Nombriliste, creux, antispectacle total, français en gros. Foutez-moi ces cancres dehors. Les salles de cinéma ne sont pas des cabinets de psychiatrie.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 812 critiques

    4,5
    Publiée le 8 mars 2013
    Un thérapie familiale coup de poing. C'est dur et éprouvant mais sincère et humain.
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 648 critiques

    3,5
    Publiée le 16 novembre 2011
    MAIWENN PLEINE DE GRACE. Un Festen à la Française, choquant, épatant et epoustouflant. Libre cours aux comediens dans 2 scenes grandioses. Merci Maiwenn.
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 513 critiques

    0,5
    Publiée le 25 janvier 2009
    C'est très précisément le genre de "film" que j'exècre. Le fond est nombriliste, lâche, obscène : une pauvre petite fille riche dotée de parents névrosés qui règle ses comptes par caméra interposée et en profite pour balancer à sa famille ce qu'elle n'a jamais eu le courage de leur dire en face. La forme est laide, hysterique : une DV trimbalée et agitée comme le fait n'importe quel débutant à un repas de famille. Oui mais voilà... Maiwen doit avoir de bons (...) arguments pour convaincre producteurs et distributeurs....hélas.
    stefler3
    stefler3

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 23 critiques

    5,0
    Publiée le 31 octobre 2011
    Un film bouleversant qui remue jusqu'au fond de soi. Enfin ,quand on sait , s'intéresse et comprend les vrais secrets de famille...
    Lucille T.
    Lucille T.

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 375 critiques

    5,0
    Publiée le 22 octobre 2010
    Pardon, n. m. : action de tenir une action ou une parole comme nulle, non avenue, renoncer à une quelconque forme de vengeance. Parce que Maïwenne, définitivement.
    peter W.
    peter W.

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 1 137 critiques

    1,5
    Publiée le 13 avril 2017
    La réalisation reste assez expérimentale, il y a quelques passages qui était susceptibles d' être intéressants seulement c'est noyé dans le fatras et puis on a du mal à ce coltiner les problèmes de l'actrice. Sinon il y avait un choix intéressant au niveau du casting.
    p.chaplot
    p.chaplot

    Suivre son activité Lire ses 72 critiques

    0,5
    Publiée le 5 décembre 2006
    Qui a osé évoquer Festen pour parler de ce film aux situations improbables, à la mise en scène absente et dans lequel les comédiens sont abandonnés à eux-mêmes ? Il ne suffit pas de crier et pleurer pour émouvoir. Entre téléréalité et racolage, un pitoyable moment.
    styloabille
    styloabille

    Suivre son activité Lire ses 14 critiques

    0,5
    Publiée le 14 décembre 2006
    Non non et non ! Ce n'est pas du cinéma ce truc. Aucune finesse, aucune inteligence de scenario. Des comédiens en roue libre et pas capable de l'être. (ils sont pourtant tous bons quand ils sont dirigés)
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    3,5
    Publiée le 16 janvier 2012
    Pour son premier film derrière la caméra, l’actrice Maiwenn confirme son beau retour sur le devant de la scène, après son one one-woman show "Le Pois chiche", en reprenant plus ou moins les mêmes ficelles, adaptées pour le grand écran. Pour ceux qui en doutaient encore, Maiwenn est une écorchée vive ayant un besoin viscérale de régler ses comptes avec son passé, et plus précisément ses blessures d’enfance. Battue par son père, poussée dans le show-biz par une mère actrice n’ayant jamais percée et projetant son ambition sur sa fille, il faut dire que l’enfance de la néo-réalisatrice n’a pas été des plus roses. La scène lui avait permis d’exprimer ce mal-être au public. "Pardonnez-moi" (qui débute par une représentation du spectacle) lui permet de passer la vitesse supérieure. Rien ne laisser cependant présager un talent de mise en scène particulier chez Maiwenn et qui pouvait laisser craindre un film sous forme de captation de spectacle. Et c’est sans doute la plus belle surprise du film ! Car Maiwenn ne se contente pas de laisser tourner sa caméra et impose un style tout à fait à part s’inspirant tant des productions tournés façon faux documentaire (voir "Le Projet Blair Witch") que du fameux dogme scandinave si cher à Lars Von Trier, le rythme et la musique en plus. C’est néanmoins plutôt du côté de Thomas Vinterberg et de son "Festen" qu’il faut chercher si l’on tient à faire un parallèle fidèle avec ce "Pardonnez-moi". On retrouve dans ces 2 films le thème central des secrets de familles et des sujets tabous (ici l’enfance maltraité, l’infidélité, l’avortement…) ainsi que le refus de toute concessions, les scènes étant abordées de façon très frontale. Le sujet hautement autobiographique permet également à Maiwenn de brouiller comme jamais la frontière entre réalité et fiction (les origines bretonnes du père et magrébines de la mère, l’utilisation d’images d’archives personnelles…), accentuant ainsi le malaise du spectateur et la réussite du film. Elle est d’ailleurs au centre de l’intrigue et se livre à corps perdu face aux fantômes de son passé (la terrible scène de la poupée face à son père est remuante tout comme les confidences de Violette à sa psy). Le reste du casting est tout aussi époustouflant, Maiwenn révélant également un autre talent : celui de pousser ses acteurs de leurs retranchements tout en leur laissant une belle marge d’improvisation. Et il faut dire qu’on n’a jamais vu Pascal Greggory aussi éblouissant dans ce rôle de père handicapé des sentiments, qu’on devine (qu’on espère ?) rongé par la culpabilité, Marie-France Pisier aussi pathétique en mère indigne, Aurélien Recoing aussi touchant en père de substitution, Hélène de Fougerolles aussi fragile ou encore Mélanie Thierry aussi mignonne. Je reprocherai néanmoins au film de parfois trop sublimer l’obsession de son héroïne (et donc de sa réalisatrice) en se souciant assez peu des victimes collatérales de son règlement de comptes (à savoir ses 2 sœurs qui ne semblent jamais lui tenir rigueur de quoi que ce soit bien longtemps) et en dressant un portrait assez peu flatteur de son compagnon (qui n’a jamais un geste tendre envers elle et doute même de la réalité de ses blessures). Peut-être aurait-il fallu, par souci d’objectivité (et surtout pour éviter la critique du manichéisme ou de la vengeance) que Maiwenn remette davantage son personnage en cause ou qu’elle lui adjoigne un compagnon attentionné. Pour le reste, la réalisatrice a néanmoins l’intelligence de ne pas condamner définitivement ses personnages et de garder la famille soudée. Un film perturbant au final étonnement optimiste qui marque la naissance d’une réalisatrice prometteuse et qui aurait largement mérité le César du meilleur premier film (surtout à la place de "Je vous trouve très beau").
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2312 abonnés Lire ses 6 878 critiques

    3,0
    Publiée le 20 avril 2015
    Première réalisation de Maïwenn qui, sans être un grand coup de maître, s'avérait déjà prometteuse. La caméra à l'épaule est à la fois la force et la faiblesse du film : d'un côté elle donne beaucoup de tension, de force et de vérité aux scènes qu'elles filment, et de l'autre elle empêche logiquement un réel déploiement en matière technique qui aurait pu apporter d'autres qualités à l'œuvre. Sinon, cela a beau être légèrement narcissique, il faut tout de même du courage pour signer une quasi-autobiographie avec autant de tripes, certaines scènes vous restant longtemps en mémoire par leur crudité, sans oublier les dialogues incisifs et une excellente interprétation générale. La cinéaste n'épargne ni elle ni (presque) personne, sans oublier pour autant de nous raconter une histoire, probablement avec un certain manque de recul, mais tellement de cœur et d'énergie que cela passe sans mal. Douloureux, mais intense.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top