Cosmopolis
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   1,8 pour 4 811 notes dont 1 078 critiques  | 
  • 69 critiques     6%
  • 114 critiques     11%
  • 112 critiques     10%
  • 150 critiques     14%
  • 219 critiques     20%
  • 414 critiques     38%

1078 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Tiger V.

11 abonnés | Lire ses 926 critiques |

   1 - Très mauvais

Un film très décevant. Non seulement le scénario n'est pas terrible mais en plus il est un peu dur à le comprendre, surtout des faits et des gestes du personnage principal. Robert Pattinson ne se montre pas à la hauteur pour me satisfaire et je me suis même pas rentré dans la peau du personnage à aucun moment du film, le casting n'est pas mieux. Le film se résumé qu'à une longue série de scènes de dialogues longues entre le sexe, le pouvoir et l'argent sans montrer la réalité ce qui se passe à l’extérieur de la limousine. Pourtant l'ambiance se monstre assez suspect qu'on attends quelque chose mais il ne se passe rien. Des décors et des costumes à l'américaine. Un film que je regrette de l'avoir vu et il a fallu que je lutte contre le sommeil.

Estonius

31 abonnés | Lire ses 1120 critiques |

   1 - Très mauvais

Si Cronenberg se met à être bavard, où va-t-on ? Et ce ne sont pas des petits bavardages, il n'y a pratiquement que cela, et ils n'ont pratiquement aucun intérêt, ça nous parle de spéculation boursière, d'art moderne (Radkho, cet imposteur), du nombrilisme des puissants et d'autres sujets tout aussi soporifiques. Quelques scènes de culs ainsi que quelques débilités viennent ponctuer tout ça Spoiler : (l'entartage, les toilettes dans la limousine) avant une scène finale, laide, grotesque et interminable (vision en accéléré recommandée). Quant au jeu de Pattinson c'est une catastrophe. A sauver éventuellement de ce naufrage, quelques visages féminins (Sarah Gadon, Juliette Binoche). Une nouvelle preuve que même les meilleurs se plantent parfois.


K s.

0 abonné | Lire sa critique |

   3 - Pas mal

Je n'ai pas très bien saisi de quoi parle vraiment ce film, je veux dire, si il me faudrait le résumer je pense juste pouvoir dire " c'est un homme qui travaille en permanence dans sa limousine, mais je ne sais pas en quoi consiste réellement son job, et voilà..." Je vais quand même mettre 3 étoiles... pour le jolie corps de Robert Pattinson qui nous est montré.

Luigi A.

0 abonné | Lire ses 16 critiques |

   3 - Pas mal

Sans être le meilleur film de Cronenberg, le film est assez fort et déroutant, bien fait et cynique sur le rôle du pouvoir et de l'argent dans notre société. De très bons dialogues et d'autres moins intéressants dans un univers très construit. Pattinson colle plutôt bien au rôle à ma surprise et le film est moins ennuyeux que ce que j'ai pu lire. Un film qui ne laisse pas indifférent.

https://www.facebook.com/CinemaTchiTcha

Kloden

20 abonnés | Lire ses 658 critiques |

   1.5 - Mauvais

Malheureusement, je crois que ma fatigue physique et psychologique était la dernière des conditions à recommander pour qui veut s'essayer à Cosmopolis. Certes d'un côté, mon cerveau engourdi aura sans nul doute été d'autant plus marqué de l'empreinte de ce thriller financier (l’appellation est grandement imprécise) abscons mais également terriblement impactant par son cynisme sans borne, le vertige qu'il met en scène et ses vraies capacités à se projeter dans l'esprit de qui le regarde avec les yeux adéquats. Certes, ce prêchi-prêcha anti-capitaliste (déroulé le long de la chute d'un golden-boy new-yorkais inconséquent et quasi-aliéné qui voit son empire s'écrouler) est verbeux, pratiquement opaque, mais aucun doute quant à la réelle aura qu'il dégage. Cronenberg, de retour à un cinéma plus proche de ses obsessions après trois films consensuels (A History Of Violence, Eastern Promises, A Dangerous Method) séduit par une photo métallique et des cadres froids, presque hiératiques. La mise en scène est d'une force vertigineuse, retranscrit l'aliénation sans le moindre effet superflu, bien aidée par les dialogues purement textuels, souvent dépourvus de sens au premier degré et au dérangement du spectateur pour seule raison d'être. Vidé de sa substance, le scénario fantôme ne peut alors plus parer les coups d'un monde déliquescent, dont les affres et les ponts avec le nôtre frappent d'autant plus fort. Cosmopolis, très sensoriel, n'est sans doute pas un film que j'oublierai de sitôt. Mais son sacrifice perpétuel à des métaphores complètement amphigouriques, loin de tout affect ou de tout sens commun, le réduit à une conversation avec le subconscient, quand dans sa dimension palpable il apparaît trop vide et faussement complexe. A noter quand même la prestation intéressante de Robert Pattinson, nonchalant à souhait. L'après-Twilight commence bien pour l'acteur qui aura prêté ses traits au bellâtre Edward Cullen - il était temps de cesser les rôles purement alimentaires malgré tout, après les 5 volets de la saga pour adolescents et un rapide passage dans la série Harry Potter. Bref, si je n'ai a priori rien contre ce genre de fable philosophico-ésotérique, ni même le traitement froid et glaçant qui est réservé à celle-ci, cette petite manipulation made in Cronenberg peut quand même s'apparenter à un tour de passe-passe agaçant. Même s'il est également probable que, complètement crevé, je sois tout simplement un peu passé à côté.

Allocritik

24 abonnés | Lire ses 28 critiques |

   4.5 - Excellent

Cronenberg étonne, Cronenberg fascine, Cronenberg passionne. Au fils de ses différents films, le réalisateur canadien s’est créé un style à part et dissociable de celui de ses pairs en tous points. Singularité, noirceur et surtout magnétisme sont les maîtres mots de ses films, et encore plus de Cosmopolis. Adapté du célèbre roman de Don DeLillo, le long métrage est tout d’abord une vigoureuse critique du capitalisme, le présage d’un cauchemar où l’argent sera maître, où la crise économique sera le quotidien d’un monde en perdition. Le film évolue dans un univers sombre et dérangeant, les citoyens de New York sont sauvages, se sentent délaissés, un sentiment d’étrangeté nous envahit. Et c’est bien sur ce point que Cosmopolis divise, désarçonne et laisse perplexe : c’est un objet étrange, un OVNI inclassable. Le fond du film est complexe : l’économie, la crise, la remise en cause de son existence par le personnage principal, un voyage initiatique et psychologique. Nous suivons les péripéties de Robert Pattinson interprétant un jeune milliardaire déconnecté de la réalité, une âme qui va tout le long du film s’enfoncer de plus en plus dans les ténèbres pour ne plus en sortir. C’est un parcours sombre, cruel, dérangeant, mais surtout passionnant, dans une société qu’il nous plait de ne comprendre que par bribes d’informations, desservi par un scénario auquel il faut totalement adhérer pour se perdre dans les limbes d’une terre inconnue et d’un esprit tordu. Cronenberg nous raconte la déchéance du protagoniste à travers une mise en scène au cordeau, qui enlève tout risque de monotonie malgré le fait que le film se passe la plupart du temps dans une limousine, et très opaque, mais qui ne fait qu’accentuer la fascination du spectateur. Le réalisateur ne laisse aucun temps mort dans des dialogues qui sont d’une grande qualité et maintiennent durablement notre attention. On se pose des questions, on admire la virtuosité de la mise en scène de Cronenberg et on ne lâche pas des yeux Robert Pattinson qui nous livre une interprétation sans faille, toute en retenue et avec un flegme imparable. Il est omniprésent tout le long du film, pas un seul plan n'épargne sa présence. Nous avons une véritable révélation du talent de l’acteur, dont le nom était jusqu'à présent associé à celui d’une saga peu flatteuse. Le reste du casting charme lui aussi, en particulier Juliette Binoche en amie racoleuse et Paul Giamatti en individu lambda qui n’en peut plus de vivre dans un tel monde. La longue scène en huis clos qui clôture le film est à l’image de l’œuvre : une atmosphère inimitable. La psychologie des deux protagonistes principaux prend le pas sur les multiples interrogations laissées par le long métrage, donnant lieu à un subtil questionnement sur la futilité d’une telle civilisation. Cosmopolis c’est un questionnement perpétuel sur une humanité en perdition, un film prémonitoire aussi fascinant qu’austère, aussi attirant que révulsant, mais tentez le voyage, il en vaut la peine.

http://allocritik.blogspot.fr/2014/05/cosmopoli...

KENTU

0 abonné | Lire ses 44 critiques |

   1.5 - Mauvais

Une limousine noire. Robert Pattinson. Un homme parcourt la ville et sa vie à la fois, rencontrant des personnages scabreux et dérangés et difficilement crédibles. Sortis tous droit du réel - un réel pernicieux et délétère, les figures interprétées par Robert Pattinson et Juliette Binoche transpirent le sadisme. On retrouve par ailleurs cette même verve hystérique que dans la dernière tentative de film de David Cronemberg, "A dangerous Method", campé notamment par Keira Knightley et Michael Fassbender. Elle, est totalement asthénique et maniaque, lui, mou et inexistant. Pour Cosmopolis, d'aucuns parleront de la mise en scène ciselée et de la froideur des acteurs. Ils emploieront de grands mots et se gausseront. En ce qui me concerne, je vais être simple : ce film est une bouse intellectuelle ; fruit d'une imagination masturbatoire et verbeuse . Autrement dit, les dialogues n'ont aucun lien et on se fait grave chier... Le virage de Cronemberg est manifeste. Il n'est plus.

Tristan C.

15 abonnés | Lire ses 82 critiques |

   4 - Très bien

Film il faut le dire assez particulier, personnages complexes, dialogues étranges, histoire irréelles, mais tellement profonde. Il est vrai que si ce film est regardé au premier degré, le spectateur sort en disant "j'ai rien compris, c'est vraiment nul...", mais c'est la la force de Cronenberg! Le film est tout en subtilité, il faut analyser chaque scènes, des trésors se révèlent dans chacune d'elles. Une critique parfaite et juste de ce monde capitaliste extreme dans lequel nous vivons. Et il faut aussi saluer la performance de Robert Pattinson qui nous en mets plein la vue et réussi un virage parfait du cinéma pour ado à cinéma adulte. Film complexe mais film complet et abouti.

Blog Be French

2 abonnés | Lire ses 125 critiques |

   4 - Très bien

Film incompris à mon sens... Une leçon de cinéma, très bien construite.

olivier J.

2 abonnés | Lire ses 132 critiques |

   0.5 - Nul

Cosmopolis est d'une nullité rarement atteinte. on comprend bien la tentative du réalisateur de faire dans le beau mais si c'est ennuyeux ... Un défi lancé aux insomniaques.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Cosmopolis Bande-annonce VF
2 180 368 vues
Cosmopolis Bande-annonce VO
533 952 vues
Cosmopolis Teaser VO
260 672 vues
8 vidéos liées à ce film
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #17 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #16 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #15 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné