Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
A armes égales
note moyenne
2,5
2180 notes dont 162 critiques
15% (25 critiques)
22% (36 critiques)
15% (24 critiques)
18% (29 critiques)
20% (33 critiques)
9% (15 critiques)
Votre avis sur A armes égales ?

162 critiques spectateurs

Ano N
Ano N

Suivre son activité Lire ses 59 critiques

0,5
Le thème abordé présente un certain intérêt, chacun aura sa propre opinion sur lui ce qui aura le mérite de capter l'attention du spectateur. Mais suivant votre opinion personnelle vous aimerez ou n'aimerez pas ce film. Il ne s'agit pas ici de goût mais de valeurs morales personnelles. D'un point de vue purement cinématographique le film reste potable sauf pour les deux seules scènes d'actions affreusement réalisées dignes des plus gros navets ! Les explosions, les bruitages, les effets de caméras ridicules ! Une purge !
Lebruitdupopcornmerendfou
Lebruitdupopcornmerendfou

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 155 critiques

0,5
Le film le plus vulgaire, sexiste, violent, bête et sans intérêt sur l'armée. Je ne l'avais jamais vu et bien, j'aurais vraiment dû continuer à l'ignorer. Et dire que c'est Ridley Scott qui a réalisé cette magistrale et indigeste daube. A vomir.
Stephenballade
Stephenballade

Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 157 critiques

3,5
Alors voici donc le fameux film par lequel… Demi Moore a défrayé la chronique en se rasant le crâne ! C’est vrai, c’est choquant. Une si belle femme, avec une chevelure aussi superbe… C’est un crime ! Eh oui, cette femme ne recule devant rien pour réussir, que ce soit dans sa vie d’actrice, ou que ce soit à travers ses personnages souvent dotés d’un caractère doué d’une force hors du commun. On a pu le voir à travers la très bonne comédie chargée d’humour tout en finesse "Nous ne sommes pas des anges" (bien que la comédienne y frise quand même la caricature), ou encore à travers "Harcèlement" et dans une mesure un peu plus nuancée "Des hommes d’honneur". Mais j’ai envie de dire qu’elle a repris les ingrédients des deux derniers films cités pour en faire un savant mélange et donner corps au lieutenant Jordan O’Neil. On avait vu à quel point elle savait porter l’uniforme, avec beaucoup d’assurance et une certaine fierté. Mais on avait vu aussi son regard d’acier, ce regard décidé que personne aurait osé bravé excepté Viggo Mortensen dans la peau de l’infâme instructeur. Il est vrai que Demi Moore avait toutes les qualités requises pour incarner la première femme entrée dans la dure et sélective formation des Navy Seals. Bon et alors ? Qu’est-ce que ça donne ? Eh bien pour commencer, je trouve la note donnée par les allocinéens un peu sévère quand même : 2,5 sur 5 au moment précis où j’écris ces lignes. D’abord on remarque dès l’entame une bonne tonicité du récit. Bien que dépourvus d’action au sens strict du terme, le rythme est pêchu et le scénario va droit au but en prenant la direction du féminisme. Pendant le visionnage, je me demandais si cette idéologie était ce qui ressortait le plus de l’avis des internautes cinéphiles. Et en même temps, je ne pouvais m’empêcher que sous ce grand discours féministe, se cachaient bien d’autres choses, pour certaines liées et pour d’autres non. Pour celles qui sont liées, on peut remarquer une dénonciation de préjugés, ce genre de partis pris qui vous poussera par tous les moyens de démontrer par A B que les femmes n’ont pas leur place dans certains corps de métier. Mais en parallèle, on doit prendre en compte la capacité de chacun à se dépasser. Quand on veut, on peut ! Ce qui vient corroborer la citation donnée par le premier maître Urgayle (Viggo Mortensen) dès sa première apparition et qu’on retrouve dans un bouquin en fin de film. Et même si la volonté ne résout pas tout, elle permet souvent de franchir des montagnes. Je trouvais d’un très bon œil ce triple discours. Mais en même temps, je craignais de voir une première vraie mission, afin de montrer au spectateur qu’une telle formation n’était pas futile. Car quoi qu’on en dise, on en vient à se demander si la formation des Navy Seals est aussi ardue, autant parsemée de brimades, aussi dépourvue de limites dans la violence en apparence quelquefois gratuite mais jamais loin de la torture et de l’humiliation ultime. En bref, si ça se passe vraiment comme ça. Qu’importe, on prend notre pied quand l’élève a le dernier mot sur l’instructeur, lequel a clairement dépassé les limites. Une pirouette jouissive qui au moins, a l’avantage de localiser le vrai problème des a priori. Selon moi, il y avait quand même mieux à exploiter que cette première mission qui ne sert qu’à glorifier la réussite à l’examen et bafouer les négociations diplomatiques. J’aurai plutôt vu le récit se poursuivre dans le face à face entre le lieutenant O’Neil et le sénateur DeHaven (Anne Bancroft). Les outils peu recommandables employés par les politiciens sont mis à nus, mais… quid des résultats de cet affrontement ? Par un coup de baguette magique, tout s’arrange ! Pourtant cela aurait permis de déplacer la tension de l’affrontement entre O’Neil et Urgayle à celui entre O’Neil et DeHaven et peut-être de raccourcir un peu par la même occasion la durée du long métrage (sur ce dernier point, ça reste plus qu’hypothétique). C’est dommage, parce qu’en prenant la direction qui a été choisiespoiler: sur les côtes de la Lybie, c’est le féminisme qui ressort davantage, tant et si bien que ça le dessert dans le sens qu’on met plus que jamais la femme au même niveau que l’homme, voire même au-dessus par l’acte héroïque. Les deux sexes à armes égales ? Pas si sûr ! Quoiqu’il en soit, je suis persuadé que ce film aurait gagné en qualité et en force du récit si les malversations politiques avaient été plus développées, d'autant qu'Anne Bancroft montre enfin quelque chose de vraiment intéressant quand son personnage est acculé au pied du mur. Malgré tout, on ne s’ennuie pas vraiment au cours des 125 minutes au cours desquelles on ne remarque même pas la musique.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 899 critiques

1,0
Alors qu'il connaît une période de creux artistique au cœur des années 1990, Ridley Scott se lance dans un portrait de femme avec G.I. Jane, où il sera question de montrer qu'une femme peut aussi faire partie des Navy et survivre à leurs très difficiles entraînements. Si le sujet est plutôt intéressant sur le papier, Ridley Scott se loupe complètement avec cette oeuvre qui fait dans la lourdeur et le démonstratif, tout en étant ennuyante. Il ne parvient pas à faire exister et à rendre ces personnages intéressants, se contentant de mettre son personnage principal en mode Jeanne D'Arc face à toute sorte d'entrainement physique et d'humiliation. Les personnages sont souvent des caricatures, guère aidées par des interprétations frôlant le ridicule (même Viggo Mortensen et Anne Bancroft). On est très loin du Ridley Scott qui brillait tant sur le fond que la forme avec des œuvres comme Les Duellistes, Alien ou Blade Runner. Le futur metteur en scène d'Exodus enchaîne les clichés, utilise la musique de manière catastrophique (et ça fait très mal lorsqu'on admire John Lee Hooker) et dirige une Demi Moore tentant de se la jouer mec et badass n'inspirant que de la pitié jusqu'à une fin qui est dans la parfaite lignée de tout ce qui vient d'être écrit... Pas besoin de plus tirer sur l'ambulance, Ridley Scott livre-là un de ses pires films (avec une concurrence assez rude), alignant les clichés et les séquences affreuses, et on est bien loin du brillant metteur en scène qui a tant brillé à ses débuts. Heureusement, il se rattrapera dès son prochain film avec Gladiator.
Eric C.
Eric C.

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 964 critiques

4,0
Film intense, violent et cruel dans les méthodes d'entraînement et de sélection des meilleurs navy seal avec en plus la problématique des femmes dans l'armée . Bien sûr le trait est exagéré mais quelle intensité dans l'engagement physique et psychologique. Demi Moore est impressionnante en recrue body buildee, qui ne lâche rien, autant pour elle même que pour la cause des femmes, manipulée par une politique sans état d'âme. Demi Moore est une grande actrice et prouve par un engagement total qu'elle peut jouer tous les rôles alors qu'elle pourrait se contenter de rôles glamour et sexy. Sa performance à elle seule vaut le 4 pour un film où on ne s'ennuie pas une seconde.
Danny Wilde
Danny Wilde

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 503 critiques

1,5
Un film qui se veut féministe mais qui hélas produit l'effet inverse, celui de donner une image grotesque de la femme, ce qui est bien dommage, et où la belle Demi se lançait dans un rôle de meuf badass à souhait, crâne rasé, muscles d'acier et nichons au garde-à-vous, en balançant des répliques machistes que même Schwarzie ou Van Damme à l'époque n'auraient pas osé sortir. Sûre d'elle, Demi combat les préjugés sexistes sur leur propre terrain, en croisant Viggo Mortensen en chef-instructeur vachard, au sein d'un superbe casting, mais après Striptease, elle sombrait de plus en plus dans le ridicule. On a vraiment peine à croire que ce film a été écrit par David Twohy et surtout qu'il a été réalisé par Ridley Scott...
pierrre s.
pierrre s.

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 2 394 critiques

3,0
Sans etre le meilleur film de Ridley Scott, G.I Jane, film sur l'intégration des femmes dans l'armée américaine est un bon divertissement.
ferdinand75
ferdinand75

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 697 critiques

2,0
Un divertissement un peu manichéen de Ridley Scott , qui nous a habitué à un standard beaucoup plus haut habituellement . On ne s'ennuie pas , il y a de l'action , Demi Moore fait tout ce qu'elle peut, mais le scénario est un peu léger,et l'argument est vite compris. Sur des sujets aussi primaires il est difficile de faire un exploit.
Thibaud C.
Thibaud C.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

3,5
Film sympathique mais des scènes d'action pas terrible
Elion Nova
Elion Nova

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 59 critiques

2,5
Produit en 1997, "G.I. Jane" ou "A armes égales" pour la version française (à noter pour une fois le titre français est meilleur que l'original) et réalisé par l'excellent Ridley Scott (Gladiator, Kingdom Of Heaven, American Gangster, Blade Runner ou encore La Chute du Faucon Noir) nous dévoile l'histoire d'une femme intégrée dans l'entrainement des forces spéciales américaines pour satisfaire le jeu politique afin de démontrer l'avancée de la place des femmes dans la société. Servit par un très bon duo d'acteur : Demi Moore (dans le rôle de Jordan O' Neil) au crâne rasé et à la musculature impressionnante ainsi qu'à un Viggo Mortensen en sergent moustachu et charismatique. Le duo efface d'ailleurs tout les autres acteurs dont les personnages ne sont pas attachants sans compter les deux principaux qui sont traités trop superficiellement. Il y a un bon rythme et des bons dialogues mais malheureusement, le film ne manque pas de points négatifs : un poil trop patriotique, une bande originale à côté de la plaque, des séquences très clichées dont de nombreuses ne font pas avancer l'histoire, une bataille finale qui tombe devant le nez et globalement, le film est un peu naïf sur l'évolution des relations entre l'héroïne et ses hommes. Ridley Scott nous a habitué a mieux, ceci dit, cela reste un bon moment de divertissement dans un propos sérieux et toujours d'actualité avec une Demi Moore enragée et sexy.
Eselce
Eselce

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 4 038 critiques

3,5
Le film met bien relief la difficulté de l'entrainement des GI. Lorsque Jane désire suivre le même entrainement, les hommes sont réticents. Mais ne demandant pas de faveur, tenant le coup, se rasant le crâne, refusant toute considération pour être l'égale de ses pairs, O'Neil (Demi Moore) va en baver tout le long de son entrainement. Tiendra-t-elle jusqu'au bout ? De ce film est tiré une réplique culte face à Viggo Mortensen : "hey sergent ! S*** *** la ****" Pas de frustration à avoir du côté du final spoiler: puisqu'après l'entrainement, ils sont envoyés au combat et on les voit en action !
7eme critique
7eme critique

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 2 774 critiques

2,5
On s'attendait à trouver davantage de machisme dans ce "A armes égales" où la belle gonzesse débarque en territoire masculin. Le film reste relativement soft et la belle se fait accepter assez rapidement (pour ne pas dire directement) auprès de ces militaires virils. Le parcours du combattant est semé d'embûches, pas tant que ça au final, la caméra concentrée sur la gymnastique de cette belle plastique tire le long-métrage vers la facilité à défaut d'une puissance réaliste et immersive, heureusement que le jeu de dur à cuire continuel avec Viggo Mortensen relève un peu le niveau et l'intérêt. Un bon divertissement qui passera à coté de son objectif, celui de traiter le comportement humain dans des situations particulières.
Ryan Atwood
Ryan Atwood

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 523 critiques

3,5
Bon film sur la place de la femme dans l'armée et plus largement dans la société américaine de la fin des années 90 mais finalement d'aujourd'hui encore. Demi Moore incarne à merveille ce rôle de femme prête à tout. Elle est très bonne dans ces scènes masculines. Le scénario manque parfois de rythme. Mais dans sa globalité, nous sommes attiré par cette situation inhabituelle. Film à voir donc, et beaucoup grâce l'excellente performance de Demi Moore.
lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 953 abonnés Lire ses 3 066 critiques

1,0
C’est peu dire si, à cette période là de sa carrière, je juge les choix de Demi Moore peu pertinents. Un simple frotti-frotta avec Michael Douglas justifie un « Harcèlement » totalement vide ; un de ses effeuillage coquin à visiblement suffi pour faire vivre « Striptease » et voilà que maintenant, c’est une boule à zéro qui sert à déplacer les foules dans « A armes égales ». Le principe ne me dérange pas mais – merde ! – faites l’effort d’écrire un script derrière ! J’ai vraiment l’impression que le projet financier de ce film ne reposait que sur Demi Moore chauve. Parce que oui, moi je trouve l’intrigue d’une platitude incroyable, à me demander d’ailleurs pourquoi je m’étais risquer à voir ce film… Et là, je me suis souvenu… En fait je ne l’ai vu que pour voir Demi Moore chauve… Putain, ils sont forts…
Kloden
Kloden

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 996 critiques

2,5
J'attendais sans doute pire de ce long-métrage militant d'un Ridley Scott convaincu par la cause de la reconsidération de la femme dans l'armée. Les défauts sont quand même nombreux : caricature et excès, aparté politique clairement inutile (A armes égales aurait sans doute pu se finir avec 15 minutes d'avance en coupant intelligemment certains passages superflus), B.O. complètement ratée - toute en soubresauts hollywoodiens et sans la moindre finesse. Je rajoute une Demi Moore moyenne, qui a sans doute cru que se raser et prendre en masse musculaire suffirait à être convaincante en apprentie marine éprouvée par la misogynie autant que par la dureté de son entrainement. Viggo Mortensen est plutôt bon, même si se la jouer par moments "Sergent Hartman" c'est forcément risqué, mais le problème vient sans doute du fait que le reste du casting est un peu laissé à l'abandon, devant se contenter de rôles clichés en forme de faire-valoir. Côté mise en scène, ça tient globalement la route, même si Ridley Scott s'oriente peut-être trop vers une recherche de style emphatique sans apporter de vraie plus-value. Je pense par exemple à ces effets de caméra tremblée totalement surfaits lors de la séquence finale, par ailleurs improbable. Si on rajoute le fait que le pitch est au départ bien peu crédible (comment l'armée U.S. pourrait-elle revoir sa politique vis à vis de la femme sur la base des résultats d'un seul représentant du sexe présumé faible ?), on pourrait se croire mal parti, mais le sens du divertissement de Ridley sauve le tout, et les minutes s'écoulent sans que le rendu global soit trop désagréable. Mais ne nous voilons pas la face, A armes égales est quand même l'un des éléments qui me fera parler, avec Gladiator, d'une véritable résurrection artistique pour le très bon technicien qu'est Ridley Scott.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top