Notez des films
Mon AlloCiné
    [REC] 4
    note moyenne
    2,0
    1566 notes dont 288 critiques
    répartition des 288 critiques par note
    22 critiques
    21 critiques
    54 critiques
    84 critiques
    73 critiques
    34 critiques
    Votre avis sur [REC] 4 ?

    288 critiques spectateurs

    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 232 abonnés Lire ses 756 critiques

    0,5
    Publiée le 13 novembre 2014
    Enfin, il est arrivé : après les deux très bons premiers volets et leur scénario excellent mais en suspend, mais aussi après la déception du troisième opus qui ne nous révélait que dalle ; inutile de dire que j’attendais la conclusion de cette tétralogie avec impatience !! Et voilà, c’est fait, je l’ai vu et je n’ai qu’une chose à dire : « Tout ça pour CA ???!!!!! » C’est dingue, j’ai 35 ans, j’ai vu des milliers de films et un nombre incroyable de daubes, mais je ne pense pas avoir été aussi grandement insulté cinématographiquement…c’est pas possible, que s’est-il passé ? Jaume Balaguero est-il mort et l’aurait-on remplacé par un autre pour ne pas nous le révéler ?! Comment ?! Comment, après le si bon "Malveillance", a-t-il pu commettre un tel crime ? Ah ça, pour sûr, c’est bien d’une apocalypse dont il s’agit, mais certainement pas celle à laquelle on imaginait !! Notre ultime opus démarre donc dans le fameux immeuble où tout a commencé : un nouveau groupe d’élite est entré afin de poser des bombes incendiaires pour en finir une bonne fois pour toutes. C’est alors qu’ils tombent sur la journaliste Angela Vidal qui revient de l’appartement du dernier étage. Écran noir, tout le monde se retrouve sur un cargo en pleine mer on ne sait où… Rien que ça, ça coince déjà : avec un titre comme "[REC] 4 : Apocalypse", on s’attendait à une ouverture sur l’extérieur et à voir la pandémie ravager Barcelone, puis l’Espagne et pourquoi pas l’Europe voire le monde entier pour justement instaurer la fameuse « Apocalypse » (le pire c’est que c’était bien de cela dont il était encore question à la sortie du troisième volet de la saga !). Et bien non, on restera confiné dans un nouvel endroit clos dont on est sûr qu’on ne pourra pas s’échapper (sauf si sauter en pleine mer au risque d’être à 20 000 km de la terre la plus proche est une option valable !). En toute sincérité, je crois que Jaume Balaguero ne croyait plus du tout en son projet : là où "[REC]" scotchait les spectateurs à leur siège, "[REC] 4" n’arrive à provoquer que de l’ennui. On dirait que notre ami espagnol a perdu foi en son projet, aucune passion ne transpire de son métrage ; pire c’est carrément de fainéantisme dont j’accuse Balaguero : 01) la réalisation n’est plus à la hauteur de son modèle. Certes, avoir abandonné le style « found footage » afin de ne pas lasser était une bonne idée (quoique…), mais pourquoi avoir choisi le style vomitif de la saga Jason Bourne pour filmer l’action ? Lors de certains passages, on ne comprend rien à ce qui se passe d’autant plus qu’il a en guise de lumière qu’une ampoule tous les 15m dans ce rafiot !! 02) au niveau de l’action, Balaguero nous fait un « petit cahier des charges illustrés du survival » en cumulant jusqu’à l’overdose tout les clichés du genre sans jamais faire preuve d’ingéniosité comme lors des deux premiers opus : au final on se contente d’aligner des p***ins de jump scares outranciers qui ne fonctionnent même plus au bout d’un moment ! 03) Après nous avoir appâté avec un récit mélangeant astucieusement fantastique et mysticisme, plus rien du tout ne transparait ici : on balance tout à la flotte !! Fini le trip religieux, le fantastique est toujours présent mais on s’en fout…bref si vous espériez comme moi enfin le fin mot de l’histoire, les origines et l’explication du pourquoi et du comment, retournez chez vous !! D’où vient le virus ? Pourquoi il existe un parasite ? Pourquoi cela entraîne une possession doublé d’un lien télépathique de groupe ? Qui était Tristana Medeiros ? Quel rôle joue le Vatican dans tout ça ?...rien, vous ne saurez rien !! Même la filiation avec les autres films est expédiée à la vitesse de la lumière : l’intro rapide du film évoque les deux premiers volets, et un survivant du mariage de Clara et Koldo relie le film au troisième (et même si cela n’est pas explicitement dit, on peut donc bien confirmer que l’invité du mariage qui été blessé avait bien été mordu par le chien de la petite fille que Angela interviewe dans le premier opus) 04) Comme de toute façon, Balaguero s’est forcé à faire ce film, il est clair qu’il n’a pas appuyé non plus la direction d’acteurs, alors ces derniers font ce qu’ils peuvent avec ce qu’on leur donne : malheureusement, avec des personnages stéréotypés lourdingues et des dialogues plus navrants les uns que les autres, ils ne peuvent pas faire grand-chose à part courir n’importe où pour éviter de se faire bouffer. Comble du comble : même la pétillante Manuela Velasco perd tout son charisme et finit par devenir très énervante lors de cet ultime volet ! Véritable blague qui ne fera rire que son réalisateur (vu que les fans de la saga le prendront pour un énorme crachat en pleine tronche !), "[REC] 4 : Apocalypse" est une véritable catastrophe : dénué d’enjeux forts, handicapé par une narration ni palpitante ni surprenante, privé de tout éclair de génie, jouant à mort avec les pires clichés du genre ; le film partait dès le départ avec un cancer en phase terminale. On avait pourtant foi dans le retour aux commandes de Jaume Balaguero, mais finalement, il arrive à faire bien pire que la dérive comico-trash du troisième épisode de Plaza. Ultime foutage de gueule : un épilogue qui laisserait présumer d’un hypothétique cinquième film…pitié, non : laissez reposer la saga en paix une bonne fois pour toutes !!
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 4401 abonnés Lire ses 10 398 critiques

    1,5
    Publiée le 28 novembre 2014
    Imaginez "Das Boot" revu et corrigè à la sauce gore avec pleins de zombies! Cela ne donne qu'une faible idèe de ce quatrième volet de « [REC] » rèalisè cette fois en solo par Jaume Balagueró! Une saga qui a commencè dans un petit immeuble au fin fond de Madrid dans lequel la jeune journaliste Ángela Vidal ètait la seule survivante! Ont suivi une suite qui se passait en parallèle du premier film, une troisième mouture beaucoup plus centrèe sur le comique et un "[REC] 4" pètaradant qui se dèroule sur un bateau privè au beau milieu de l'Ocèan sur lequel on retrouve une physique et convaincante Ángela Vidal qui hurle beaucoup! Autant mettre les choses au point, la saga commence vraiment à s'essouffler et les zombies n'ont pas grand chose à apporter en plus dans cet èpisode là! Ce n'est pas laborieux mais il est temps de stopper la franchise « [REC] » avant que ça ne finisse en eau de boudin! Pas sûr que les producteurs soient de cet avis car la fin de "[REC] 4" est ouverte et fait appel à une nouvelle suite! Tous les signes que ça va être l'enfer une nouvelle fois sont visibles depuis le dèbut! Du coup, on n'a droit à un film d'èpouvante classique et tèlèphonè même si Balagueró nous entraîne dans de nombreuses pèripèties esthètiquement bien faites! Le premier film justifiait son titre avec quelques passages de camèra à la main, celui-ci justifie son titre avec tout un système de camèra de sècuritè qui se transforme - sans dèvoiler la chose - en un enjeu scènaristique de bienvenue! De la suite derrière les fagots, avec des personnages « type » dont on sait comment ça va finir pour eux et des zombies toujours aussi mord de faim! En somme, le concept des suites n'est pas vraiment rècent et les scènaristes de la franchise « [REC] » ne peuvent pas tout le temps avoir des idèes originales! Reste le côtè claustro, quelques bonnes scènes de dèmence et ce petit grain de folie dans la dernière partie...
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 622 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    1,0
    Publiée le 15 novembre 2014
    On nous a vendu le quatrième Rec comme un retour aux fondamentaux des deux premiers opus, violemment probants, après un troisième que même les fans ont trouvé déplorable. Donc, la question à poser est incontestablement « Quels sont ces fameux fondamentaux qui ont rendu populaire la saga horrifique espagnol ? ». La réponse est tout aussi évidente : Des films de zombies tournés en found-footage avec une tension qui prend aux tripes. Or, justement il ne reste rien de tout ça dans ce quatrième épisode. Déjà, si on avait reproché au précédent film d’abandonner le processus de found-footage après quelques minutes, il est cette fois complétement passé à la trappe. Il est certain que ce système de point de vue subjectif, qui à l’époque de Rec 1 surfait sur l’effet de mode lancé par Le projet Blair Witch, a depuis montrer ses limites en matière d’immersion et de fluidité mais il demeure, dans l’esprit des spectateurs, inhérent au charme des deux films que Jaume Balagueró a coréalisé avec Paco Plaza. Pour ce qui est du film de zombie, le problème est plus grave, puisque ce huis-clos sur un navire repose sur un scénario qui ne ressemble plus que de loin à un survival peuplé de mort-vivants (rassurez-vous, ils sont toujours là mais ne sont plus que des obstacles et non la menace principale), puisqu’il a pour base un schéma paranoïaque calqué sur The thing de John Carpenter. Evidemment, ça reste potentiellement terrifiant mais la tension ne se créé jamais, la mise en scène nerveuse cherchant davantage à mettre en avant l’action et la peur des personnages qu’à en engendrer chez le spectateur avec une quelconque ambiance suffocante ni aucun effort pour rendre les jump-scares efficaces. Résultat, hormis quelques effusions de sang qui lèveront le cœur des spectateurs les plus sensibles, Rec 4 ne suscite pas le moindre frisson ni sursaut, et donc n’est source que d’un ennui profond qui devrait convaincre les producteurs de chez Filmax qu’il est temps d’enterrer la franchise pour ne plus la faire revenir d’entre les morts.
    Joe D.
    Joe D.

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 45 critiques

    3,0
    Publiée le 15 novembre 2014
    Bon il faut être honnête ce [REC]4 ne remplit absolument pas la raison pour laquelle il devait être réalisé. Nous devions en effet, avoir une conclusion à la saga mise en place avec l'excellent premier [REC] en 2007, et force est de constater que 7 ans après, Jaume Balaguero ne remplit pas le contrat. Ce n'est pas trop le soucis que l'infection se passe dans un cargo plutôt que dans la ville entière de Barcelone comme promis, mais on serait amener à croire que Balaguero a fait ce film parce qu’il avait un contrat avec Filmax, et qu’il y était donc obligé. Il assure le service minimum en livrant un film simplet et prévisible, sans surprise et maladroit, qui aurait pu être largement meilleur s’il s’était un peu plus creusé la tête sur le scénario. Car Balaguero est un bon réalisateur espagnol, réalisant jusqu'à présent des films subtils avec une ambiance pesante, et bien structuré (Malveillance son dernier en date de 2011 en était encore la preuve). Là il n'en est rien. Mais bon globalement sur le principe d'un film zombie survival, le film est moins raté que l'ignoble [REC]3 Genesis, réalisé par Paco Plaza. Jaume Balaguero n’utilise pas du tout le found-footage ou même la caméra embarquée, et ce dès le départ spoiler: dans l'immeuble contaminée de Barcelone, sur les casque des GEOS, il n'y a pas de caméras, et hormis Angela nous avons le plaisir de retrouver une ambiance sombre et 2 protagonistes du 1er [REC] infecté bien sûr . Du point de vu scénaristique, les choses se tiennent, Angela est embarquée sur un cargo en pleine mer, et mise en quarantaine, La réalisation, bien que beaucoup décrié ne m’a pas gêné. Certes, il n’y a quasiment que des plans serrés ou des gros plans dus au tournage dans le bateau, ça bouge beaucoup, on n’y voit pas grand-chose par moment, mais ça fait partie du jeu, on retrouve un peu le principe de la caméra embarqué dans l’action des deux premiers films et ça ne m’a pas déplu. spoiler: On apprend ainsi que l’immeuble de Barcelone et la cérémonie n’étaient que les deux seules foyers de contamination, mais qu’ils ont été maîtrisés de justesse par les autorités… . spoiler: Après l'histoire, est encore reliée au Vatican, et à la recherche d'un vaccin comme dans [REC]2, mais Tristana Medeiros est à peine évoqué, l'origine du Mal étant décrié par ce vers contaminateur. Le scénario tient la route, la soif de pouvoir des hommes les poussent à travailler en secret dans un laboratoire sur le cargo, et d'utiliser des patients test (ici ce sont des singes), du coup la fuite de l'infection prend son sens. Angela Vidal tient un rôle encore une fois dépassé à l'image de [REC], mais elle veut avant tout sauver sa peau, et on la retrouve un peu en mode survivaliste. Les autres acteurs, spoiler: exceptés les GEOS Guzman, et Lucas, et le Docteur Ricarte, dont on apprendra qu'il avait un rôle primordial lié à Tristana Medeiros , ne sont pas crédibles et jouent mal. Par contre, le reste du casting c'est une catastrophe. Ça fait bizarre qu’Angela Vidal ne soit plus le personnage principal qui attire toute l’attention, mais c’est un véritable plaisir de retrouver Manuela Velasco, car en tout fan de [REC] la saga on s'est attaché à elle, et nous savons le rôle primordial qu'elle a, et ce même si son personnage a tellement évolué qu’on a du mal à la reconnaître. L’intrigue n’est pas simple, mais trop simplette… spoiler: (il y a juste une connexion qui est intéressante entre un nouveau personnage, et le passé pré REC, mais je ne peux en faire état ici sans vous spoiler). Je pense que Balaguero a voulu faire une cliffhanger en nous cachant une certaine chose, mais l’effet, tel qu’il est amené, était visible et prévisible à des kilomètres. C'est vraiment dommage, d'autant que la fin du scénario (disons les 15 dernière minutes sont complètement incohérentes avec le reste de la saga), et je l’ai trouvée un peu bâclée et trop simple… J’aurais aimé qu’elle soit un peu plus tordue, avec un cliffhanger énorme auquel on ne s’attendait vraiment pas, et qui remette tout en question, un peu comme la fin de [REC] 2… mais non. La fin est simplette, un peu trop facile… spoiler: la dernière scène sous l’eau est plutôt pitoyable, on n'a le sentiment d'un "tout ça pour que ça finisse comme ça ??" … la scène juste avant le générique est de trop, et bien que très décalée, plutôt de mauvais goût… Avait-elle sa place dans un film [REC] ?! En résumé, pour une conclusion d'une saga exceptionnelle, [REC]4 déçoit vraiment, car excepté l'ambiance poursuite de zombies infectés, dans un lieu clos qu'est le cargo, il n'y a absolument rien, qui finisse par expliquer le pourquoi du comment de toute cette intrigue. On appréciera, pour retrouver une dernière fois Angela Vidal, mais la force du premier [REC], son réalisme, et son inventivité est complètement éludée sur ce 4ème volet, pour une conclusion, en demi teinte. [REC]3 Génésis et [REC]4 Apocalypse (qui n'en est pas une du tout), n'auraient jamais dû voir le jour, et la saga aurait été parfaite. Sur ce coup, Balaguero me déçoit beaucoup.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 16 février 2015
    Hormis la scène finale spoiler: qui laisse présager une énième suite qui pourrait aborder le thème de la fin du monde à cause d'un virus qui nous fait devenir zombie , où est l'Apocalypse dans [REC] 4 ? Quel était l'intérêt de nous faire un huis clos spoiler: sur un bateau alors que l'idée a déjà été exploitée dans Le Vaisseau de l'Angoisse par exemple et que le film n'est pas un found footage comme les deux premiers opus spoiler: où l'action prend lieu dans un immeuble de Barcelone ? Bref, l'histoire est un peu décevante... De plus ce film ne fait pas peur (c'est même l'opus qui fait le moins flipper) et certains personnages sont un peu clichés et aucuns n'est attachant mise à part Angela Vidal. Néanmoins, on est content de retrouver Manuela Valasco ainsi que l'ambiance sérieuse des deux premiers volets, la photographie n'est pas mal et il y a des moments imprévisibles dans le scénario qui est riche en rebondissements. Moyen mais ça passe.
    Roy Batty
    Roy Batty

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 215 critiques

    2,5
    Publiée le 15 novembre 2014
    "[REC] 4 - Apocalypse" se déroule directement après les évènements du deuxième film. Plusieurs hommes d'un groupe d'intervention sont envoyés dans l'immeuble de Barcelone et récupèrent la seule survivante : la journaliste Angela Vidal. Elle va être mise en quarantaine avec d'autres individus sur un bateau... Dernier chapitre (supposé) d'une saga horrifique pour le moins inégale (le premier film est excellent, mais les deux suivants - et surtout le 3 - sont nettement moins bons), ce quatrième volet voit le retour de Jaume Balagueró à l'écriture et à la réalisation. Malheureusement, le résultat est assez décevant, la faute à un long-métrage qui manque d'ambition au niveau du scénario et qui recycle les formules des précédents volets (le huis-clos oppressant, les habituels jump scares dans le noir, les zombies qui courent à toute vitesse vers la caméra) quand ce n'est pas celles d'autres films d'horreur ( spoiler: le ver parasite déjà entrevu dans le 2 fait évidemment penser à "Hidden" ; je n'aime d'ailleurs pas cette idée, car j'aurais préféré qu'on reste sur la possession démoniaque ), ainsi qu'à des acteurs très moyens (même la jolie Manuela Velasco m'a agacé à force de crier tout le temps) et des scènes d'action illisibles. Néanmoins, ce film n'est pas mauvais pour autant, car il est plutôt efficace dans son genre, se passe dans un lieu insolite et les amateurs de gore seront servis (bonne idée de se servir des pales d'un moteur de hors-bord pour dézinguer du zombie). En outre, j'étais content que le réalisateur n'utilise pas le concept du found footage, parce que je le trouve à bout de souffle ces derniers temps, même si du coup le titre du film perd tout son sens. Malgré tout, "[REC] 4 - Apocalypse" n'est pas la conclusion que j'espérais et décevra à mon avis la plupart des amateurs du premier film (dont je fais partie). Espérons que la saga s'arrête définitivement maintenant pour que le talentueux Jaume Balagueró retourne sur des projets originaux.
    Terreurvision
    Terreurvision

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 482 critiques

    3,0
    Publiée le 17 novembre 2014
    Malgré des qualités indéniables, extraire la saga [Rec] du mode found footage réduit drastiquement l'intensité du concept de base pour révéler une impression persistante de déjà-vu... Demeure une série B bien torchée à défaut d'être originale... Notre critique complète de [REC] 4 : APOCALYPSE est en ligne sur le site Terreurvision.
    Ludøvic S
    Ludøvic S

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 504 critiques

    4,0
    Publiée le 17 novembre 2014
    Ce quatrième volet reprend là où le deuxième s'était arrêté. La caméra à l'épaule est ici définitivement abandonnée et le second degré présent dans le troisième volet également. Tout se déroule ici sur un bateau, où les survivants des trois premiers films sont mis en quarantaine. On passe un très bon moment, même si on n'atteint pas l'excellence du tout premier volet.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 580 abonnés Lire ses 2 233 critiques

    3,5
    Publiée le 24 novembre 2014
    [REC] 4 : Ah bon, il y en a eu un troisième, non je rigole, c’est que le trois était tellement partie dans le tous et n’importe … Pour moi, c’est cette opus qui mérite le 3 à coté du REC. Car en plus, cet opus fait office de vrai suite et non pas d’épisode annexe donc déjà ça, c’est un bon point. Bon après, tous est pas rose car pour une suite, on n’en apprend rien de plus de ce qu’on savait déjà. C’est juste la même chose mais dans un autre lieu, c'est-à-dire survivre sur un bateau… Car après les incidents dans l’immeuble et parallèlement au mariage (dans le « 3 »), les survivants se retrouvent dans un bateau remplit de militaire et de médecin qui cherche tant bien que mal un vaccin mais tous va pas ce passé comme prévu. Donc voila, scénario classique dans le genre zombie/horreur c'est-à-dire : survivre. Pas de réel surprise et recherche d’originalité mais globalement, ça reste efficace et rythmé. Et en plus, on retrouve l’héroïne du 1 et 2 et c’est tant mieux. Bon après coté réalisation, ils ont complètement oublié ce qui faisait la marque de la série, la caméra embarqué/à l’épaule : dommage. Mais la mise en scène reste nerveuse et les effets spéciaux bons. Même si coté ambiance, l’angoisse et la peur n’y est pu, ce qui faisait la force des premiers. Par contre, il y a de bonne musiques qui savent ce faire entendes pour les moments d’actions, ce qui intensifie le tout et ça c’est bien. Et pour finir, acteur correctes mais rien d’extraordinaires. Donc voila, enfin une vrai suite, classique de chez classique mais ça reste divertissent.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 625 abonnés Lire ses 1 087 critiques

    3,5
    Publiée le 12 novembre 2014
    Le premier « REC » avait fait date dans l’histoire du cinéma found-footage et du cinéma horrifique tout court. Le second confirmait en ajoutant une bonne dose d’action à l’horreur, un peu comme « Aliens » pour « Alien »… Mais la catastrophe du troisième opus qui voulait intégrer de l’humour à une saga qui n’en demandait pas avait réfréner nos attentes pour le dernier volet. Ouf, celui-ci remonte la barre en retrouvant ce qui faisait le succès des deux originaux avec un premier degré nécessaire mais un format de cinéma traditionnel. Malheureusement, deux choses l’empêchent d’égaler la réussite des deux premiers : il n’y a plus l’effet de surprise, ce qui est logique mais il est beaucoup moins angoissant et fait moins peur, ce qui est plus gênant. Hormis ces manquements, on en apprend un peu plus sur l’origine du virus, même si tout cela n’est pas très développé. « REC 4 » est cependant réalisé avec maîtrise, ne laisse aucune minute de répit et bénéficie d’effets très réussis que ce soit au niveau des maquillages ou des effets spéciaux. Avec le recul, il s’avère pourtant évident que la saga de zombies aurait du s’en tenir aux deux premiers films, voire même au premier. Une tendance systématique à la suite en cas de succès qui est finalement rarement gage de réussite et encore moins résultant d’une quelconque nécessité artistique mais plutôt commerciale.
    dagrey1
    dagrey1

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 652 critiques

    3,5
    Publiée le 13 novembre 2014
    En fait Rec 4 est la suite de Rec 2 puisqu'il se situe après l'appel de la journaliste aux autorités, Rec 3 constituant un préquel. Le film se situe dans la continuité des précédents coté réalisation, du rythme, du sang mais pas de found footage cette fois contrairement aux deux premiers volets. On retrouve avec plaisir la toujours sexy manuela velasco dans son petit débardeur blanc aux prises avec des créatures assoiffées de sang. Bon, pour autant, jaume Balaguero fait bien d'arrêter là, il faut de temps en temps se renouveler.
    Mondocine
    Mondocine

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 293 critiques

    2,0
    Publiée le 12 novembre 2014
    Après les déceptions [REC] 2 et 3, ce quatrième volet remonte un peu le niveau d’une saga qui s’était enlisée dans la médiocrité post-chef d’oeuvre initial. Mais malheureusement, "trop peu". [REC] 4 est quand même bien loin de venir tutoyer les sommets de son illustre modèle. On attendait un final en apothéose, [REC] 4 nous propose un énième « petit » film de zombie sur un bateau emmené par une ribambelle de personnages pour une majorité insupportables, en plus d’être campé par des acteurs au jeu loin de l’actor’s studio. La créativité envolée, [REC] 4 est conventionnel, faible, prévisible et surtout mécanique. Un film lambda, regardable et divertissant dans son ensemble, mais tellement loin de ce que l’on en attendait. Reste que la saga remonte d’un cran. Un petit cran, mais un cran quand même. On saura s’en satisfaire. Ou pas. La critique complète sur mondocine.net
    Hollywood-Biographer
    Hollywood-Biographer

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 287 critiques

    2,0
    Publiée le 13 novembre 2014
    Cette conclusion de la saga "Rec" est assez décevante. En dehors des beaux effets visuels et sonores, c'est du déjà-vu. Le réalisateur espagnol Jaume BALAGUERO ne parvient plus à surprendre comme dans le premier volet. D'ailleurs, ce quatrième opus se révèle le plus faible de toute la série. Le mode documentaire, avec filmage subjectif n'est plus au programme. "Rec 4" est ennuyant, l'humour vaseux et les nouveaux personnages de l'intrigue sans intérêt !
    duxut
    duxut

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 31 critiques

    3,5
    Publiée le 2 novembre 2014
    Le second film de notre Halloween Night au Kinepolis de Bruxelles .... Le seul qui a été fidèle au modèle du genre : du sang, des boyaux, de la rate et du cerveau !!! Enfin .... que ça fait du bien ... des scènes comme nous les attendions et le plaisir d'être saisi quelque fois .... Bateau ou pas, le cadre est chouette .. une touche d'humour au passage bien dosée. A voir sans hésiter si vous avez aimé les précédents .....
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 15 novembre 2014
    Bon... Monsieur REC4 et Madame Déception sont sur un bateau, Monsieur REC4 tombe à l'eau... Qui est ce qui reste??... Ouais, déception pour ma part. J'avais quelques appréhensions comme beaucoup de monde je pense, mais j'avais misé un peu de points sur ce film, quand même. Suite au 3 que je n'ai même pas pu finir, je pensais bien qu'on allait revenir aux choses sérieuses sur ce bateau. Alors c'est plus sérieux, mais pas que... j'avais parfois cette sensation de me retrouver devant une série B plutôt moyenne avec une héroïne qui ne fait que de glousser à tout va. Le début nous diffuse un ptit parfum d'ambiance qui se laisse apprécier, mais qui hélas devient assez vite entêtant... pour finir par nous filer l'envie d'aller prendre l'air. Des longueurs, cette organisation un peu laborieuse de la part des perso. pris de panique, des choix incohérents, des invraisemblances trop percutantes, une faible crédibilité face à la situation... Bref, une déception. Vraiment dommage pour ma part. Une ou deux scènes d'infectés délivrent un peu de tension, et voilà, fin du bilan. Regardable et oubliable... 2.5/5.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top