Mon AlloCiné
Festen
note moyenne
4,0
3928 notes dont 259 critiques
35% (91 critiques)
36% (93 critiques)
14% (37 critiques)
9% (24 critiques)
3% (9 critiques)
2% (5 critiques)
Votre avis sur Festen ?

259 critiques spectateurs

Michel R.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

3,5Bien
Publiée le 10/12/2017

Festen de Vinterberg traite d'un sujet éternel , celui d'une famille bien sous toutes apparences qui tente de calfeutrer les voies d'eau anciennes qui indubitablement la déstructureront . Mais ici l'entourage n'est qu'un élément passif du décor , inerte dans ses réactions . Quelques scènes pourraient évoquer "Les Damnés " de Visconti. Plus récent, "Goran" de Marasovic.

Jayden M.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 09/10/2017

Absolument aucune cohérence dans le scénario. Le fils qui annonce crûment devant tout le monde que Spoiler: son père l'a violé durant son enfance et les invités n'ont absolument aucune réaction, ils restent à table comme si de rien n'était, ne montrent aucune révolte et ne s'en prennent pas du tout au père. Qui réagirait comme ça dans la vraie vie ??? A la deuxième ou troisième annonce les invités réagissent enfin (si on peut appeler ça réagir) en voulant partir du manoir. Ils se mettent alors à chercher leurs clés, ne les trouvent pas et... retournent se rassoir et continuent le repas comme si de rien n'était (????!?!?). Les clés de tous les invités ont disparu Spoiler: et ils viennent d'apprendre que le père est un pédophile incestueux mais ils ne cherchent pas plus loin, quoi de plus normal ! L'idée de base du scénario était intéressante, mais le film est malheureusement bourré d'incohérences et donc pas du tout crédible.

4rion

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 41 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/09/2017

Sans doute nécessaire dans une société où c'est malheureusement trop fréquent, ce film secoue les grands sujets tabous, et nous laisse un moment assis...

weihnachtsmann

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 2 268 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/08/2017

Violence des échanges (verbaux ou physiques) tout à fait en adéquation avec la violence du propos et le style agressif de la caméra. Le film déroule une prise de conscience qui démarre par le doute jusqu'à la certitude et c'est en cela qu'il se développe lentement et en faisant naître ce malaise qui touche aussi les spectateurs.....

Cyril J.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 457 critiques

4,5Excellent
Publiée le 23/05/2017

Dans les conditions du Dogma 95, style créé par Thomas Vinterberg et Lars von Trier qui allait inspirer tant de films ensuite, et terriblement opportun pour l’occasion, nous voici invités aux 60 ans du chef d’une famille de la noblesse danoise, dans leur immense demeure, au milieu de tous leurs amis bourgeois encostumés, anciens complices d’affaires et vieille garde générationnelle à l’appui. Caméra sur l’épaule, dans le strict instant présent, sans musique ni accessoire qui n’appartienne déjà au décor naturel, on accompagne la sœur et les deux frères, différents mais visiblement instables, perturbés, et progéniture restante du patriarche à l‘autorité d’acier, après le récent suicide d’une autre sœur. Autour d’une mêlée aristocrate bien éméchée, une mère obsédée jusqu’au dramatiquement ridicule par la bienséance et l’image du clan, l’évolution improvisée de la fratrie les amènera, chacun à sa façon, à la mise à mort publique du despote paternel à la puissance chancelante. Tiraillés, pressurisés, dépersonnalisés, incroyables d‘authenticité, de courage et de pitoyable soumission palpable d’anciens enfants névrosés, les trois protagonistes devront surmonter leurs tremblements et leurs dénis, à l’instar de leur sœur morte, crever les abcès qui les aliènent depuis si longtemps, et à l’occasion de cette arène improvisée, tenter de renaitre en bouleversant irréversiblement leurs sorts et celui de leur famille. Cette gifle époustouflante de réalisme, de douleur non dite, de génie de la simplicité intime, raconte un inoubliable drame familial, exhibe la torture à perpétuité de certaines victimes, et dénonce surtout l’hypocrisie criminelle des vices en principe si bien hermétiques dans une classe sociale décadente qui interdit le scandale.

frederic M.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 6 critiques

3,5Bien
Publiée le 11/05/2017

Spécial. Je m'attendais à une histoire de famille banale, parsemée d'humour, de drame, et tout se finit bien dans le meilleur des mondes. Mais le secret est rapidement lâché. Et, plus le film avance, plus on s'attend à voir une tragédie. La présence d'une "caméra innocente", on le voit dans la façon de filmer du réalisateur, est une vision presque naïve et maladroite, avec des doigts sur l’objectif, des épaules qui dépassent. Et au final, cette proximité avec la scène m'a donné la nausée,m'a écœuré au point de m'empresser d'écrire une critique pour "catharsiser" le dégoût qu'il provoque. Un conseil: regarder le plutôt à plusieurs, histoire de pouvoir en parler ensuite.

Carlos Stins

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 340 critiques

3,5Bien
Publiée le 30/04/2017

Festen est typiquement le genre de film acclamé à sa sortie mais dont l'aura s'effrite avec le temps. En effet, moi qui ai découvert le film pour la première fois en 2017, je comprends l’engouement autour du film due à l'originalité de la réalisation de Thomas Vinterberg qui suit les règles exigeantes établis par Lars Von Trier. Le souci est que la manière de filmer caméra à l'épaule du réalisateur avec toutes les imperfections voulues que ça représente est un concept ironiquement depuis repris et démocratisé par les cinéastes hollywoodiens. Ce parti pris du réalisateur est tout de même très intéressant car il donne l'impression d'assister à un véritable film de famille filmé avec un vieux caméscope ce qui donne un certain charme au métrage et on comprend qu'il est reçu le prix du jury à Cannes. En revanche j'ai été un peu déçu par le caractère sulfureux qu'on accorde à ce film que je trouve exagéré. Ainsi le film est sulfureux par son sujet mais ce caractère n'est pas vraiment développé dans le film et on ne retrouve pas le coté vraiment gênant et malsain présent par exemple chez Almodovar dans Festen, que ce soit à travers la mise en scène ou à travers l’interprétation. Néanmoins Festen est un film solide et bien réalisé qui vaut le détour.

Jonathan Mele

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 135 critiques

3,5Bien
Publiée le 02/11/2016

Repas dominical qui tourne au vinaigre, "Festen" est devenu la référence de la cellule familiale qui part en sucette. Thomas Vinterberg nous propose une immersion dans ce qui sera une bombe à retardement, une famille borderline, plus vraiment en odeur de sainteté avec la délicatesse, pour un grand déballage entre grandes personnes. Pour cela, le cinéaste danois utilise une caméra adéquate, entre film d'événementiel tourné par le photographe du coin et vidéo de surveillance. C'est malsain jusque dans la forme, ce qui en fait un récit à part.

matt240490

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 067 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/08/2016

Mis en scène par un certain Thomas Vinterberg, à qui l'on doit également le récent Loin de la foule déchaînée, Festen est ce que l'on appelle un métrage atypique. Car à la manière du Prénom, il se complaît à transformer le calme en tempête, sous ses airs de huis-clos, avouant pour le coup un plaisir coupable à voir le monde brûler. Drame familial par excellence, le métrage sorti fin des années 90 suscite rapidement l'intérêt, entre une mise en scène pragmatique, le jeu d'acteur (notamment Ulrich Thomsen, moins jeune dans Banshee) voire l'enchevêtrement inextricable des situations toujours plus tordues. Un spectacle des plus délectables...

Flowcoast

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 030 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/07/2016

Dans le genre film glauque et sensation bizarre, Festen est en plein dedans ! Dans le coeur d'une famille pour l'anniversaire du père qui fête ses 60 ans, toute la famille, et leurs défauts ressassent le passé douloureux avec des véritables mimiques personnelles : l'un des totalement turbulent et violent, l'autre nous ennuie même beaucoup par son manque de personnalité. Dans le coeur d'une famille mondaine, toutes les histoires sont bonnes et les règlements de compte tendus. Reste que ce film, mise à part la réalisation très aléatoire, est particulièrement passionnant à regarder.

antoineetoc

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 11 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/07/2016

Bon film un peu en dessous de LA CHASSE qui traite approximativement du meme sujet : la pédophilie. Le film est captivant certainement du fait que l'on ne sait pas qui ment ou celui qui raconte la vérité mais aussi par la liberté du réalisateur qui film en caméra embarquée ce qui nous fait plonger davantage dans le récit et nous fait devenir un membre de cette cousinade ce qui renforce encore plus ce sentiment de voyeurisme et accentue ce malaise. Le film est cru, les dialogues sont percutants et très directs.

Eselce

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 3 599 critiques

4,5Excellent
Publiée le 17/06/2016

Le film est incroyable, filmé comme une vidéo de famille avec des discours, des tenues, un patriarcat bien présent et un secret de famille absolument terrible qui bouleverse l'atmosphère d'apparence tranquille. J'apprécie beaucoup le final "petit déjeuner" où chacun prend sa responsabilité.

antoinetoc31

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 36 critiques

3,5Bien
Publiée le 10/06/2016

Bon film un peu en dessous de LA CHASSE (ce qui est normal puisque le réalisateur a pu se perfectionner davantage). Le film est captivant de là par l'histoire qui nous tient en haleine puisque on ne sait pas qui raconte des mensonges ou celui qui les nie mais aussi par la liberté du réalisateur qui filme en caméra embarquée ce qui nous fait plonger davantage dans le film comme si on faisait partie des personnes présents dans la soirée. Le film est cru, on est embarqué dans le film mais il manque un petit quelque chose que je ne saurais pas dire.... ;-(

Kloden

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 996 critiques

2,5Moyen
Publiée le 08/06/2016

Le premier film estampillé Dogme 95 marque à mon avis à merveille les limites de ce mouvement, sinon son non-sens. Pour prétendre saisir une réalité brute et sans artifice, Thomas Vinterberg et Lars Von Trier signaient un manifeste contenant dix vœux d'un ascétisme total, réduisant les moyens techniques autorisés au strict nécessaire pour produire une image. Là où ils se fourvoient, c'est qu'on sent beaucoup trop, derrière cette caméra portée, la présence évidente d'un dispositif optique censé capter la réalité et la ramener jusqu'à l’œil. En d'autres termes, l'absence totale de fluidité et le style inévitablement amateur surlignent à tout moment la nature enregistrée des événements que Vinterberg prétend pourtant restituer tels quels. On est loin, au final, de pouvoir calquer notre regard directement sur celui offert par l'image, puisque celui est indéniablement mécanique. En fait, le dogme faisait tout un foin pour très peu de chose : ce qu'il voulait éviter, c'est le travestissement de la vérité émotionnelle engagée par un récit, qu'une mise en boîte personnelle et esthétisée peut détourner vers le domaine de l'artifice, du réarrangement. Le problème, c'est qu'un peu d'artifice est sans doute nécessaire pour simuler au mieux la présence fantomatique du spectateur au sein d'un décor, et le laisser oublier le film et les caméras qui lui servent de voie d'entrée vers une diégèse et ses potentialités artistiques. Quant à être sobre et effacé, un bon vieux classicisme a toujours fait l'affaire. Aussi fatigante que stérile (puisqu'elle nuit à l'immersion davantage qu'autre chose), cette caméra portée est en plus contredite dans sa volonté réaliste par des personnages écrits sans aucune empathie et pas franchement à-mêmes de faire croire en leur existence. Comme si, fort de son procédé radical et sûr d'avoir déjà prouvé qu'il ne mentait pas à son spectateur, Vinterberg se permettait une écriture complètement outrancière sans pour autant admettre un côté satirique. Au final, Festen ne m'aura que peu dérangé. Au cinéma, la vérité se lit dans les intentions d'un réalisateur lorsqu'il écrit et travaille chaque plan de son film, pas dans une intention de vérité préliminaire qu'il aurait trouvé la recette miracle pour appliquer avec succès. Très oubliable, pour ma part.

Xavier C.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/04/2016

Un film qui vous laisse sans voix. La seule fois ou j'ai vu les gens ne pas pas se lever à la fin du film. violent, cruel mais tellement juste. A ne pas rater

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top