Mon AlloCiné
4h44 Dernier jour sur terre
note moyenne
2,2
366 notes dont 78 critiques
1% (1 critique)
5% (4 critiques)
23% (18 critiques)
24% (19 critiques)
23% (18 critiques)
23% (18 critiques)
Votre avis sur 4h44 Dernier jour sur terre ?

78 critiques spectateurs

L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 449 critiques

4,0
Publiée le 28/11/2013
Un film sur la fin du monde ? Encore ? Oui, mais cette fois ci, pas de Bruce Willis ni de Will Smith, pas de CGI à toute berzingue, pas de prophétie biblique propagandiste. Juste un couple de bobo (mais genre bobo puissance 10. Genre bouddhisme, art abstrait, bouffe chinoise et loft new-yorkais) qui attend patiemment la mort. On a tellement bouffé de blockbuster qui montraient l'apocalypse sous toute ses formes et de manière la plus spectaculaire possible (dans le style "qui a la plus grosse"), que quand Abel Ferrara déboule avec son petit huit-clos tourné de manière hyper sobre, on ne peut qu'apprécier cette merveilleuse bouffée de fraîcheur dans le paysage cinématographique actuel. Pas de spectaculaire, donc pour ce film qui préfère se concentrer sur les dernier moment de l’existence plutôt que sur l'apocalypse en lui même. Chacun s'occupe comme il peut. Certains baisent, d'autre se droguent, se saoulent, se suicide, peignent, regardent la télé, font des adieux à leur proches, etc... Ces réactions beaucoup plus humaines que celle de vouloir sauver la planète, sont tantôt émouvante, tantôt pathétique et cruellement matérialiste. C'est cette humanité qui nous touche au plus profond de nous même, à tel point que l'on se demande souvent au court du film, comment réagirions-nous face à une telle situation. Au fur et à mesure que l'heure fatidique approche, la tension monte,l' excitation et la sérénité face à la mort fait bientôt place à la panique et à la peur. Les dernières minutes du film sont tout simplement splendide.
pat006

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 4 critiques

1,0
Publiée le 05/05/2013
Qu'est ce qu'on s'emmerde juste avant de mourir, autant se tirer une balle tout de suite !
Top of the World

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 144 critiques

1,0
Publiée le 01/10/2014
Abel Ferrara évoque avec ce film la fin du monde et surtout la manière de l'appréhender pour un couple new yorkais. Sur le papier, c'est donc alléchant. Plastiquement, le film est intéressant, notamment avec cette caméra très proche des acteurs qui renforce l'intimisme de l'histoire. Qu'est-ce qui fait alors de "4h44, denier jour sur Terre" un mauvais film ? Eh bien d'abord, il y a ce côté moralisateur réellement insupportable: en effet, on nous répète lourdement que si la fin du monde arrive si vite, c'est parce que les hommes ont tout fait de travers, ils ont coupé des arbres, ils ont créé l'arme atomique, etc. Bon, merci Abel, tu nous fais culpabiliser, c'est bien et ensuite quoi d'autre ? Pas grand-chose à vrai dire, tant le cinéaste lui-même (en plein délire bouddhiste, soit dit en passant) ne semble guère croire à ce qu'il filme, spoiler: au point qu'il quitte de temps à autre ses personnages pour filmer des émissions de télévision. Finalement, le plus grave dans la fin du monde semble être pour Ferrara la disparition de l'informatique, tant les personnages ne semblent pouvoir se parler que grâce à Skype. Willem Dafoe et l'inexpressive Shanyn Leigh ne parviennent pas à sauver ce film creux, jamais inventif et finalement navrant.
gimliamideselfes

Suivre son activité 841 abonnés Lire ses 3 668 critiques

3,5
Publiée le 23/11/2012
Je n'avais vu qu'un seul Ferrara jusqu'à présent, mais quel Ferrara ! Son premier film un bon gros porno ! Et c'était pas mal. Et je poursuis sa filmo avec son dernier film donc : 4:44 Last Day on Earth. Ouais je ne fais pas les choses chronologiquement, mais bon est-ce un mal ? C'était le dernier numéro des cahiers du cinéma qui m'avaient donné envie de le voir, je pensais que c'était assez pourri, en tous cas le titre que je trouve assez parlant et beau pouvait facilement sonner comme un bon gros nanar, la récurrence du nombre 4 et la promesse de fin des temps. La première chose qui m'a frappé c'est que c'est un cinéma que j'aime et que j'aime défendre. Le mec ça se voit que son film est fauché et pourtant il a des couilles pour se dire je fais un film catastrophe sans budget dans un appartement avec deux acteurs (enfin un peu plus). Rien que pour ça le film mérite notre attention. On dirait que Ferrara a compris que sans budget on va à l'essentiel (enfin c'est peut-être pas de son fait), son film est simple et ne va pas multiplier les effets spectaculaires pour faire diversion, ici on parle d'amour. Alors je dois dire que quelques petites choses m'ont gênées dans le film. Ces séquences sur skype, toutes ces tablettes, téléphones portables, je sais pas, ça fait "too much", c'est tout sauf sexy à regarder. Filmer un écran d'ordinateur sur skype je trouve que c'est dommage d'avoir cette idée merdique. Surtout qu'on y va souvent. Si le film n'était pas aussi fauché j'aurai cru à un chèque de Skype pour qu'on mentionne son logiciel. Je pense que ce côté très technologique empêche le film d'être encore plus centré sur l'amour. Un autre défaut serait la photo numérique qui ne rend pas forcément hommage à certains plans. C'est pas forcément ce qu'on a fait de plus beau. Et même certains plans sont pas top, lorsqu'on film Dafoe sur un ordi qu'on fait un pano sur l'ordinateur et qui refait un pano sur Dafoe, mouais, c'est très plat. Et parfois le montage en fondu enchaîné ne rend pas forcément très bien (et à d'autres moment c'est très beau). Il y a aussi quelques dialogues, quelques scènes qui paraissent surécritent. Mais finalement, à la fin, au bout du film, lorsque la fin du monde survient, comme pour Melancholia on s'accroche à son siège et on retient son souffle. Seulement, contrairement à Melancholia à la fin du film on a juste envie de dire : "je t'aime". Et rien que pour ça c'est beau, même si le film n'est pas parfait, il arrive à faire ceci : faire passer un message beau et universel sur l'amour. Un autre aspect douteux, auquel j'accorde le bénéfice du doute à Ferrara serait tout le passage où à la télé Dafoe entend qu'Al Gore avait raison, blablabla. Genre ce mec est un vrai défenseur de l'environnement, faites-moi rire. Tocard. Mais bon si le scénario du film se réalisait, on le présenterait certainement en Nostradamus. Donc c'est énervant, mais réaliste. Bon film, intéressant et prenant, surtout sur son final.
stebbins

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 783 critiques

5,0
Publiée le 26/12/2012
L'un des plus beaux films d'Abel Ferrara, formidable conte philosophique qui ne reprend du film-catastrophe que son postulat de base. Ferrara, poète ravagé du cinéma n'a que faire de 2012 et son spectacle calibré, préférant signer un huis-clos intimiste et pluriel aux images disparates, fauchées, bouillonnantes et incarnées. Il y va de la vanité humaine dans ce film au titre dérisoire et comiquement solennel, d'un personnage qui fait le tour de son existence pour mieux savoir comment profiter une dernière fois plutôt que de savoir. Quoi, d'ailleurs ? A travers une réalisation morcelée, aux couleurs feutrées Abel Ferrara utilise différents supports ( cinéma, télévision et surtout internet...) en adéquation parfaite avec la multiplicité thématique des valeurs existentielles qu'il énumère : religions, politique, famille, marginalité... Au beau milieu de ces conflits d'intérêts absurdes mais prégnants Cisco-Dafoe déambule, comme se laissant porter par la journée ultime du métrage. Les rushes de The Blackout et de New Rose Hotel ont donné place au filmage des nouvelles textures numériques ( les réseaux sociaux sont résolument intégrés au cinéma contemporain ) mais le rock n' roll d'Abel fait gronder son riff comme une plainte mélancolique et primale. Un film qui - en 80 minutes - en dit plus long que n'importe quel autre sur le sujet. Un chef d'oeuvre.
Jnk A.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 62 critiques

0,5
Publiée le 11/07/2014
Lalalala, c'est la fin du monde ! Lalalala ! Ce film est a côté de la plaque du début a la fin. Alors oui c'est un thème intéressant à la base: que feriez vous si la fin du monde était imminente ? Sauf que la on suit la fin du monde via 2 personnages excentriques (voire marginaux) qui baisent et qui font du yoga ... mouai ... Après tout oui, la recherche de rédemption, le regard coupable et impuissant de l'autre, et autres propos métaphysique sur l'acceptation de son destin et de la reconnaissance de .... LOLILOL ! Faudrait me dire pourquoi tout le monde continue son petit train train quotidien dans la rue, chauffeurs de taxi et camionneurs qui continuent leurs services, boutiques et restaurants ouverts, aucune émeute, les gens tous connectés sur skype ... ALLO LE REALISATEUR ! C'est la fin du monde ! On ne demande pas forcément que des effets spéciaux mais un minimum d'efforts dans le scénarios svp ... Ce n'est ni émotionnel, ni esthétique, ni réaliste ni même divertissant. Alors qu'est ce qu'il reste a noter du film ? Le côté spirituel vaseux qui n'arrive pas a la cheville de The Fountain ? La musique, même si j'ai rien contre le stoner, qui ne colle pas avec le reste ? Le jeu d'acteur et le vide accablant des dialogues ?
Pierre L.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 73 critiques

3,5
Publiée le 12/05/2014
Là est la force du cinéma indépendant. Celle d'un réalisateur à la carrière déjà largement confirmée, qui nous prouve une fois de plus son talent avec un énième film, le dernier sorti en date. 4h44 Dernier jour sur Terre, un titre qui a déjà de quoi faire naître une sorte de fascination pour tout intéressé. Un film qui, on le sait à l'avance, n'attirera qu'une petite fraction de personnes, mais qui, en aucun cas, ne laissera indifférent. Un film atypique, qui peut plaire ou non, très peu commercialisé dans notre hexagone. Abel Ferrara nous livre donc sa propre vision de la fin du monde, à 4h44 précise. Il est indéniable que l'aspect Science-Fiction n'est pas le but de ce film. Le réalisateur a sa propre manière, et on s'en doute bien. Car cette fin du monde est dépeinte à travers le regard d'un couple lambda, au questionnement existentiel et à l’expressionnisme confirmé, incarné par Willem Dafoe et Shanyn Leigh. Deux personnes qui, de par leur simple talent, comblent largement les enjeux propres au film. Car on l'aura compris, l'idée de Ferrara est que l'Homme est un loup pour l'Homme ; il est le seul responsable de sa propre destruction et de celle de son monde. Cela nous est montré par les médias, symboliquement le troisième personnage du film. Si deux personnes font l'affaire, un seul lieu le fera aussi. Il s'agit bien d'une sorte de huit-clos, dans l'appartement des deux protagonistes, orné de peintures et de bibelots. Le décor est parfait, les plans sont propres. Chaque prise est lente et contemplative. Elle laisse une liberté totale aux acteurs et nous permet de savourer la richesse de leur personnage dans les meilleures conditions possibles. Le tout avec une bande originale rock mais discrète dans son ensemble, qui peut exploser à tout moment. 4h44 est un film intimiste mais d'une richesse étonnante. Abel Ferrara nous dépeint la fin du monde d'un réalisme ahurissant avec une oeuvre anti-spectaculaire fort d'une grande sérénité. La sobriété que dégage le film rend chaque instant un peu plus précieux. La fin du monde est un instant unique, c'est le temps des révélations, des aveux, des derniers moments de tendresse, des remord et des peurs...
jacquob

Suivre son activité Lire ses 46 critiques

0,5
Publiée le 19/11/2013
On peut pas mettre zéro, mais le cœur y est !!!! Très sincèrement, c'est mal joué, dialogues soporifiques, trame délirante tant elle est inintéressante ! Ne perdez pas 1h22 de votre vie ! ... A la rigueur, seules les deux dernières minutes valent le coup : elles permettent juste de savoir qu'on a perdu l'heure vingt qui précède !! Je suis rarement si sévère mais là, c'est pas possible de faire autrement. Désolé...
SV59510

Suivre son activité Lire ses 13 critiques

0,5
Publiée le 07/06/2013
Long et inutile... ç'aurait été plus simple s'ils avaient programmé la fin du monde pour la veille, on aurait gagné du temps...
Yohann White

Suivre son activité 5 abonnés Lire sa critique

0,5
Publiée le 16/05/2013
Pas crédible pour un sou et affreusement lent. Tout le monde va mourir et il n'y a pas d'émeutes, pas de pillages. Même "jusqu"à ce que la fin du monde nous sépare" qui se veut moins intellectuel nous dépeint une humanité plus réaliste. A noter, une scène limite porno. A éviter à tout prix !
Mr Massacre

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 119 critiques

0,5
Publiée le 03/01/2013
L'idée était bonne (et bien exploitée par Lars von Trier dans 'Melancholia'), le lieu propice à la narration, les acteurs (habituellement) corrects. Mais ce film est d'une nullité sans nom. Abel Ferrara accumule les scènes et les propos ridicules, ainsi que les clichés, conjuguant — rare prouesse — la vanité d'un bobo parisien à la finesse d'un droitard de la France rurale (qu'il n'est pourtant pas puisqu'il est Américain). Allez-y si vous avez envie de rire. D'ailleurs, dans la salle les spectateurs riaient, gênés non pas par les scènes de sexe que certains croient encore pouvoir utiliser à des fins de provocation (or, quoi de plus commun en 2013 ?) mais par le ridicule absolu des dialogues et du propos général. Je n'oublierai jamais Willem Dafoe s'écrier (à peu près) "Oh mais pourquoi les méchants capitalistes ont-ils saccagé l'environnement ? Maintenant nous allons tous mourir !" et sa petite copine (âgée de 70 ans de moins que lui) remercier un Asiatique d'exister parce qu'il s'est connecté à Skype chez elle. Ce même livreur de pizza grâce auquel nous avons droit à une leçon d'humanité aussi profonde que l'intelligence de Ferrara (c'est dire) puisque Cisco (Dafoe) réalise qu'il ne connaît même pas le prénom dudit Asiatique alors que celui-ci lui a livré tant de pizzas... Une belle leçon de vie à la Dany Boon. Navrant. Pathétique. J'espère que c'était le dernier film d'Abel Ferrara sur terre.
Fan absolue de Romy !

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 234 critiques

0,5
Publiée le 02/01/2013
ou comment ennuyer le spectateur qui était content de venir au cinéma ! La fin du monde un sujet d'actualité je veux bien, mais quand c'est traité de manière aussi mièvre et avec un tel jeu d'acteurs, je dis non ! Beaucoup de sexe qui ne donne pas envie. J'ai bien dormi et j'ai fini par partir avant la fin, dommage !
Myene

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 373 critiques

2,0
Publiée le 28/12/2012
Je commence par en avoir vu ...quelques fins du monde , depuis Melancolia ...pour moi celle ci est une des plus faibles FERRARA que j'ai tant apprécié dans la rediffusion du King of New York a raté son Opéra il reste des fulgurances comme l'évolution du tableau de Skye qui peint intersidéral et hyperbolique Ce qui m'a déplu tourne autour du personnage de Cisco vociférant des évidences voire des truismes et son immaturité pathologique ,( tous coupables sauf lui) .
matthieugallou

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

0,5
Publiée le 22/12/2012
Ce film est à mourir d'ennui. Ferrara ne nous fait pas croire une seconde à la fin du monde. Et les sentiments qu'il fait vivre à ses personnages sont d'une platitude affligeante. Ni poésie, ni beauté, ni même un début de commencement de questionnement sur la fin de l'humanité. Tout juste si on ne rit pas de voir Ferrara s'extasier sur l'utilité pratique de Skype.
Plog_Le Comte

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 224 critiques

0,5
Publiée le 22/12/2012
Pendant une heure et vingt minutes, la seule émotion qui découle de la vision de ce film est l'indifférence. L'indifférence complète pour ces deux personnages (Dafoe et Leigh), franchement antipathiques, qui, entre deux coups de peinture (en mode Pollock) et deux crises d'hystérie à vous arracher les tympans, bouffent, baisent (la caméra allant jusqu'à plonger dans la toison pubienne de Dafoe) et chattent via Skype dans leur appartement de New York. Face à ce spectacle affligeant, on s'ennuie ferme. La mise en scène pauvre (plan séquences fixes, mouvements de caméra balanciers) ne met absolument rien en valeur. Une des scènes les plus ridicules du film est celle où Dafoe, flânant sur sa terrasse, se met à parler tout seul (grossier porte-voix de Ferrara) et vocifère sa haine pour le consumérisme et l'oligarchie du monde qui en a précipité la fin, comme si lui, en tant que simple être (dont le parc technologique est entièrement constitué de produits Apple, grand symbole de surconsommation), n'en était pas aussi responsable. Sinon, pendant quatre vingt minutes, Ferrara filme les téléviseurs de l'appartement, qui diffuse des messages du Dalaï-Lama, d'Al Gore et autres personnalités qui parlent à sa place. Les dialogues sont faits de phrases toutes faites ("c'est le bon soir pour s'éclater") et s'articulent autour d'une philosophie de comptoir ("dois je partir stone?" "dois je me défoncer avant la fin du monde?"). Si le message avait été nihiliste, on aurait au moins eu quelque chose à se mettre sous la dent. Ici, il n'y a tout simplement pas de sens, hormis celui du vide, et une pseudo-référence chamanique (on se farcit d'ailleurs quelques moments de trips, inélégants mélanges de vidéos extraites de YouTube et de sons saturés et dégueulasses -comme le faisait en mieux Godard dans "Film Socialisme"). L'ampleur du désastre est à la hauteur de la réussite d'un film comme "Mélancholia", qui dégageait une vraie morale. Cependant, une des curiosités du film (hélas balayées par l'ennui) est de montrer des adieux entre des gens qui ne se reverront plus jamais : que peut-on dire avant que tout ne s'arrête? Pour être tout à fait honnête, la dernière scène du film dégage une puissance formelle, mais qui s'apparente peut-être au soulagement de voir le film enfin terminé. Lorsque ce dernier s'arrête, on a l'impression désagréable de s'être fait donné une leçon par Ferrara (et non d'avoir assisté au déploiement d'un point de vue), une leçon qui démontrerait la futilité de l'existence et de la vie. Soit, puisqu'il en est ainsi, allons gaspiller notre temps de vie ailleurs et passons outre la futilité de ce film. Source: Plog Magazine, les Critiques des Ours http://lescritiquesdesours.blogspot.fr/2012/12/4h44-dernier-jour-sur-terre.html
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top