Mon AlloCiné
La Fureur de vivre
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
4,0
3098 notes dont 211 critiques
34% (71 critiques)
33% (70 critiques)
18% (38 critiques)
10% (21 critiques)
3% (7 critiques)
2% (4 critiques)

211 critiques spectateurs

nicperpignan

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 228 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/05/2017

Un véritable chef-d'oeuvre du cinéma ! James Dean au meilleur niveau d'acteur et un film classique mythique ! Du très grand cinéma Hollywoodien !

Attigus R. Rosh

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 1 097 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/12/2016

La Fureur de Vivre est un bon film. L'histoire est très intéressant, mettant plutôt bien en avant, le désarroi de cette jeunesse des années 50. On reste plutôt accroché. Il y a une vraie dramaturgie dans ce film. On s'attache très rapidement aux personnages et la vacuité de leur vie nous inspire l'empathie. Les acteurs sont plutôt bons. James Dean est excellent. Natalie Wood et Sal Mineo sont bons, surtout pour voir que ce sont des acteurs débutants. Le statut de film culte est peut-être exagéré, mais ça demeure un très bon film.

ludovic-50

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 196 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/10/2016

Ce film nous plonge dans une Amérique des années 50 ou on assiste tout au long du film d'une part à une fracture familiale de Jim avec ses parents et d'autre son comportement instable en pleine adolescence. Un couple qui est exaspéré face à leur fils mais aussi et plus après Jim qui se sent coupable de la mort de son ennemis. Des scènes magiques comme celle de Natalie Wood alias Judy et James Dean sont grandioses à commencer par celle ou il discute pour la toute première fois, Jim qui va à l'université non pas pour étudier mais pour conquérir cette jeune femme essentiellement, Spoiler: leur amour dans ce château en passant par le baiser vers la fin. Spoiler: La scène qui m'a fait rire est celle de son ami à Jim qui tient la chandelle avec ces deux amoureux, l'expression est vraiment bien placé ici et le contexte (ici le château) est bien trouvé :) Spoiler: La scène des combats aux couteaux entre ce chef de bande et Jim sur les hauteurs avec une vue imprenables des paysages en fond est sublime. Quant aux acteurs, Natalie Wood est magnifique, James Dean s'impose, à du caractère, du répondant et à identifié des générations rebelles à lui dans beaucoup de ses films. Il interprète grandiosement son rôle. Il a malheureusement joué dans peu de film mais reste un Géant du cinéma teenagers des années 50. De l'action , du rebondissement, de l'émotion et une fin à la fois tragiqueSpoiler: (la mort de l'ami de Jim) et belle aussi Spoiler: pour ce nouveau couple qui se forme se combine très bien avec un film bien construit et filmé pour l'époque.

Eselce

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 3 485 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 11/08/2016

Aujourd'hui, le seul intérêt du film est la très bonne prestation de James Dean, trop vite disparu. Ici, il a le look et la manière d'être d'une idole de l'époque, très viril même aujourd'hui. Le film est cependant trop lent et les autres acteurs sont beaucoup moins bons que le principal, à l'exception du leader adverse. Le film est tout de même le reflet d'une époque avec des jeunes gens qui semblent désabusés et une incompréhension réciproque des relations entre parents et jeunes entrant dans l'âge adulte. J'aime beaucoup les différents regards qu'adoptent James Dean tout au long du film et la maturité de ce dernier qui se lit dans le regard et dans son jeu d'acteur. Si je devais noter le film sur l'acteur seul, la note serait proche du maximum. Mais il est indéniable qu'il vieillit mal, pour moi et ne vaut le coup d’œil que pour l'acteur.

Glouyie

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 174 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/08/2016

Grand classique du 7 ème art "La fureur de vivre" avec à l'affiche l'un des jeunes acteurs les plus prometteurs du cinéma hollywoodien des années 50, qui a marqué toute une génération, James Dean, sex symbol, mort bien trop tôt, jouant ici un rôle qui lui colle à la peau: un jeune rebelle cherchant à vivre sa vie et à réveiller son père trop "dégonflé" chose que lui-même déteste être. Son jeu est excellent, surtout en homme ivre au début, et le film ne serait pas grand chose sans sa prestation et celles de Sal Mineo et Natalie Wood, eux aussi morts tragiquement... Un bon film.

Mad Gump 10

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 716 critiques

3,5Bien
Publiée le 12/05/2016

Voilà un classique très iconique, un film qui est resté dans les mémoires en partie grâce à son acteur principal : James Dean. Après sa magistrale performance dans A l'est d'Éden, j'avais bien envie de voir ce qu'il pouvait donner dans ce film. Au final il est bon, moins que dans le film de Kazan, mais il est bon quand-même, tout comme les autres acteurs. Le film traite de pas mal de thématiques intéressantes sur l'adolescence, la jeune génération, il est très ambitieux à ce niveau mais malheureusement pas toujours subtile, la faute à une écriture de personnages quelquefois un peu bancale, surtout celui de Wood (on y croit pas, ce qu'elle fait, son caractère, sa façon de changer de petit-copain comme ça, de n'exister que par l'intermédiaire d'un mec...). En me relisant je me rends compte qu'on pourrait croire que je défonce le film, alors que non, c'est bien : le technicolor est beau et il y a des séquences vraiment marquantes, mais c'est inférieur à ce à quoi je m'attendais et au chef-d'œuvre suprême qu'on me vantait.

TTNOUGAT

Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 2 104 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 29/03/2016

James Dean est mort à 24 ans avant d’avoir vu le film en salle, cela accentue son coté tragique que son l’aspect théâtral avait déjà sacralisé. ‘’La fureur de vivre’’ est malgré ses quelques défaut un des plus beaux témoignages du cinéma sur la jeunesse à problème, celle qui souffre terriblement de manque d’affection familiale et qui l'utilise pourtant pour justifier ses comportements. Question cinéma, c’est magnifique; le CinémaScope est manié de main de maitre dans des lieux clos qui rappellent la fin du monde évoquée dans le planétarium, les gros plans sur Jim associé à Judy sont d’une beauté absolue et la composition des images un régal constant. Seul bémol à mon sens, la composition de Sal Mineo trop jeune pour être ici un bon acteur (14 ans, il sera infiniment meilleur en Dov Landau dans ‘’Exodus’’) et dont on comprend mal l’importance du rôle. Les deux célèbres scènes de violence : le combat au couteau et la course de voiture sont des modèles du genre, à voir et revoir comme témoignage du talent de Ray lorsque la violence l’inspire. Le lyrisme qui se dégage parfois des lieux de tournage apporte à l’ensemble une note artistique marquée…Qui peut prétendre en voyant ‘’La fureur de vivre’’ que ce cinéma là n’est pas de l’art? Dean, Wood, Ray trois artistes aux terribles destins qui nous donnent tant de plaisir!

JimBo Lebowski

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 747 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 01/03/2016

Le personnage de James Dean est très intéressant, porté par le charisme naturel de l’acteur, tiraillé entre cette bande, ses parents, son ami Platon et sa romance naissante avec Judy, symptomatique de avenir flou d’une génération en mal de repères et de stature, le film bascule lors de la fameuse scène de l’accident de voiture. Ensuite je trouve que le tout peine un peu à délivrer quelque chose de réellement percutant et poignant, qui arrivera tout de même lors de cette excellente séquence finale, d’ailleurs Dean semble bien seul à apporter de la matière au long métrage, le traitement des autres personnages est assez léger, j’ai vraiment du mal avec Natalie Wood qui ne parait jamais vraiment sincère, virant même dans le surjeu malvenu, heureusement que l’écriture propose de bonnes choses pour surélever le fond de cette histoire. Mais je le redis le final marche totalement au niveau de l’émotion et laisse sur une super impression, ça passe.

MaCultureGeek

Suivre son activité 699 abonnés Lire ses 955 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/01/2016

J'ai longtemps entendu parler de "La Fureur de vivre" comme étant le meilleur film de son défunt acteur, le mythique James Dean. Seulement voilà, un problème se pose : je l'ai vu y'a quelques semaines, et je dois vous confesser un détail vraiment gênant : le film m'a déçu au point de n'en n'avoir pas la moyenne. Fait étrange, je n'avais rarement vu de film de cet époque ayant tant vécu; pour un truc aussi culte, et avec une telle réputation, c'est un peu comme une gifle que je me suis prise en plein visage. Non parce qu'il faut quand même avouer que c'est terriblement kitsch, au jour d'aujourd'hui; non pas que ce soit un critère de notation ( heureusement d'ailleurs ), mais dans l'appréciation globale de l'oeuvre, ça entre forcément en compte.En est-il pour le moins absolète? Je serai plutôt enclin à vous répondre positivement et, bien entendu, je vais vous dire pourquoi. Premièrement, c'est dû au travail de Nicholas Ray derrière la caméra, qui signe une oeuvre certes bonne, mais loin d'être intemporelle. De plus, le travail sonore a franchement pris un coup de vieux, du genre violent. L'interprétation globale donne elle-même cette impression; elle est vraiment dépassée, plutôt clichée, stéréotypée, quand on y réfléchit. Pourtant, je dois reconnaître aux acteurs qu'ils jouent bien; je pense qu'il est inconcevable de dire que Dean était mauvais. Extrêmement charismatique et investi dans son rôle, il se donne à fond, impressionnant notamment de par sa sensibilité. Seulement, voilà qu'ils ne sont jamais aidés par les dialogues de l'oeuvre, vieillissants, cuculs, ridicules parfois; faut quand même avouer que certains moments tombent dans le stéréotype à l'eau de rose; le moment où elle parle des lèvres de James Dean, c'était vraiment trop pour moi; j'ai pas pu tenir mon attention plus longtemps sur les répliques que les mecs s'envoient ( pendant cinq minutes seulement, je vous rassure ). Mais attention, tout dans le film n'est pas à jeter; le scénario, par exemple, se révèle original dans le fond, et vraiment convaincant dans sa forme. Les thèmes rebattus restent d'actualité ( peut-être la seule chose qui n'a pas vieilli dans l'oeuvre ), notamment au sujet de cette jeunesse pas du tout en phase avec son temps ( rappelant notamment, plus de dix piges plus tard, Mai 68 ). Bien trouvée, l'idée de base est bien exprimée et mise en place. Mais voilà que quelque chose coince : détail tout bête, la raison pour laquelle les trois bad guys s'en prennent au héros reste flou. Non seulement c'est tiré par les cheveux, mais c'est pas crédible une seconde. Car voilà ce qui manque cruellement au film : du réalisme. C'est aussi cela qui l'a poussé à vieillir si vite, je pense. La plupart des évènements ne sont pas assez solidement ancrés dans le réel pour s'avérer crédible. De plus, un réel défaut d'écriture se trouve sur les personnages, surtout sur Platon, terriblement mal foutu, au niveau de la personnalité. Loin de moi l'idée, cependant, de dire que tout est mauvais; comme je l'ai déja écris plus haut, des qualités persistent ( il en fallait bien pour une note pareille ). Les plans, recherchés et originaux, affichent un fort désir de se démarquer des autres; c'est original, joli, agréable, en bref, c'est tout ce que j'attendais.J'ai notamment apprécié le travail sur les couleurs, surtout permit par le technicolor, véritable bonheur visuel. Pour le coup, c'est vraiment agréable à regarder, notamment durant la scène d'attaque dans le manoir abandonné, vraiment bien foutue. Vous l'aurez compris, "La Fureur de vivre" fut une véritable déception. Non pas que ce soit mauvais, c'est juste décevant. Dommage, je m'attendais vraiment à mieux. Loin d'être intemporel.

phclavel

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 469 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/12/2015

Un grand film des années 50 qui traite d'un éternel sujet, la sortie de l'adolescence, l'incompréhension parents/enfants des milieux bourgeois qui engendre une forme dea rebellion des ados, et l'adoption de familles de substitution, comme les copains ou les bandes .Ce film comporte des scénes d'anthologie comme la bagarre aux couteaux ou la course de voitures vers la falaise et des acteurs inoubliables(James Dean, Nathalie Wood...). Par certains cotés ( musique, amour juvéniles, bandes rivales) ce film annonce West-Side Story. Par le sujet traité, il annonce aussi les mouvements émancipatifs des années 60. Ceci étant dit, et même si la mise en scène est impeccable et les images superbes, tout cela a quand même un peu vieilli. Entre autres le surjeu des acteurs et cette intonation aigüe des dialogues féminins (Nathalie Wood) finissent par agacer.

Orikrin Y.

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 728 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/10/2015

Littéralement porté par le charisme et le talent tout-terrain James Dean (diantre, il y est tellement bon qu'on a l'impression qu'il est une surcouche à un film trop superficiel !), ce film fait clairement comprendre pourquoi il est devenu l'idéal de l'adolescence américaine de l'époque. Une oeuvre psychologique au sens premier du terme, qui n'hésite pas à dépeindre des personnages vraiment mal dans leur tête, ce qui est encore un trait de caractère peu propre aux films d'antan.

https://c3porikrin.wordpress.com/

Pauline G.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 475 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 29/09/2015

Bien plus qu'un simple portrait de jeune rebelle charismatique, Rebel Without a Cause est un portrait social, un cri du coeur d'une génération toute entière qui se refuse à perpétrer le mode de vie de ses parents et cherche au contraire à ériger de nouveaux fondements. Seulement voilà, quelles doivent être ces nouvelles valeurs ? Qui sait ? Seule l'expérience le dira. Quoi qu'il en soit, la construction passe d'abord par la destruction, en commençant par le désarroi, puis la tristesse, la colère et enfin l'action, tout comme le dépeint astucieusement Nicholas Ray tout au long du film. Et James Dean, en gamin paumé armé de sa seule bonne foi pour tenter d'éclairer sa lanterne, sonne parfaitement juste en ce qu'il ne semble pas chercher à se faire admirer mais plutôt à incarner au mieux son personnage. Rebel Without a Cause fait partie de ces oeuvres intemporelles qu'il est toujours bon de revoir tant elles dénoncent à quel point les craintes et revendications de nos jeunes générations occidentales perdurent à travers le temps depuis l'émergence des sociétés modernes.

Don Diego de la Vega

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 52 critiques

0,5Nul
Publiée le 17/07/2015

Tout ça pour ça !!!! En quoi cette clownerie est une oeuvre majeure. C'est grotesque. Mais alors quel ennui, que les acteurs sont mauvais.... Une véritable purge de deux heures

Alain D.

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 036 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/07/2015

Une belle photographie et une très grande réalisation de Nicholas Ray de 1956. Cette belle histoire symbolise l'adolescence rebelle de James Dean qui exprime à la perfection le malaise de la jeunesse américaine. Malgré quelques incohérences dans le scénario, ce drame passionnant vous envoute pour ne plus vous lâcher. L'histoire, dont les ingrédients de base sont : amitiés, bravoure et honneur évoque également les amours d'ados et les conflits parentaux. Des interprétations magistrales de Natalie Wood dans le rôle de Judy et de James Dean, qui crève l'écran dans la peau de Jim Stark. Excellents seconds rôles pour Sal Mineo (John) et Corey Allen (Buzz). Judy se retrouve au poste de police, tout comme Jim Stark qui s'est fait ramasser pour ivresse sur la voie publique et John Crawford qui a tiré sur un animal. Jim, Judy et John vont au même lycée de Dawson. Jim, nouveau au Lycée (il vient de déménager), s'intéresse à Judy. Mais elle est l'amie de Buzz, le chef de la bande de voyous du lycée. Ils ont tous 16 à 18 ans et veulent prouver qu'ils sont des Hommes et pas des dégonflés.

DILETTANTE@LIVE.CA

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 42 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/06/2015

GÉNÉRAL : Spoiler: Image cristallisée de la problématique de la jeunesse de l’époque. ASPECTS POSITIFS : Spoiler: Le film décrit bien les adolescents de l’époque. En parallèle, il décrit également avec une acuité saisissante les valeurs des adultes et des parents. Déjà, les adolescents ne se retrouvent pas dans le cadre social que leur proposent et que vivent les adultes. Ces mêmes adultes n’ont pas encore fait le chemin pour comprendre pourquoi les jeunes ne souscrivent plus à leurs valeurs. Un individu, élément important du film, semble essayer de rapprocher tout le monde. Mais, ses stratégies sont encore très tintées de l’approche du monde adulte. On retrouve, à la fin du film, une allégorie qui force à nous empêcher de croire au suicide de Plato. ASPECTS NÉGATIFS : Spoiler: Les solutions apportées par le réalisateur ne sont pas très solides. On attendait d’un film d’une si grande qualité un dénouement plus constructif. PISTES DE RÉFLEXION : Spoiler: Le film à un aspect qui pourrait être intemporel quant à la recherche d’un sens à la vie de la part d’adolescents qui sont mal entourés et encadrés. Tandis qu’aujourd’hui, l’arrivée sur le marché de drogues permet une évasion qui cache davantage la réalité des problèmes. Toutefois, on constate qu’à l’époque les jeunes manifestaient ouvertement le mal de vivre. D’ailleurs, dans la scène du coup de pied dans le portrait de la grand-mère, on peut s’y retrouver. Les parents proposent des valeurs qui ne fonctionnent pas et dont les jeunes ne s’associent pas du tout. Les parents ont de la difficulté à aimer leurs enfants comme ils sont et non pas comment ils voudraient qu’ils soient. Il est curieux de constater que les trois acteurs principaux finiront par mourir dans des situations dramatiques.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top