Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Fureur de vivre
note moyenne
4,0
3288 notes dont 221 critiques
34% (75 critiques)
32% (71 critiques)
18% (39 critiques)
11% (24 critiques)
3% (7 critiques)
2% (5 critiques)
Votre avis sur La Fureur de vivre ?

221 critiques spectateurs

chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 112 critiques

5,0
Publiée le 31/07/2011
Oeuvre phare de toute une gènèration qui projetait en son hèros ses ètats d'âme, "Rebel Without a Cause" a tout ce qu'il faut pour être le nec plus ultra du cinèma hollywoodien! Dans ce classique absolu de Nicolas Ray, James Dean est au sommet de sa gloire où il joue manifestement son propre personnage! il fait chavirer le coeur de Natalie Wood dans un rôle de rebelle sèduisant, celui d'un jeune rèvoltè qui veut absolument tuer l'image du père et s'affirmer de façon dèrisoire dans un monde hostile! Le personnage de Jim Stark est devenu mythique depuis le dècès de Jimmy Dean, survenu le 30 septembre 1955, peu de temps après le tournage! Symbole du mal de vivre et d'une jeunesse toujours avide d'idoles, il entre à seulement vingt-quatre ans dans la lègende des plus grands du cinèma! Impossible de l'oublier dans l'admirable scène d'introduction où il est ivre mort, ètendu sur la chaussèe, serrant contre son coeur un petit singe mècanique! La course meurtrière vers la falaise et la superbe scène du planètarium sont de formidables moments de cinèma et renforcent un peu plus la lègende de Jimmy! La jeunesse du monde entier allait se retrouver, avec ses propres angoisses, son impatience et son dèsarroi, dans ce jeune homme, vêtu d'un jean et d'un blouson rouge, possèdè par la fureur de vivre à tout prix, même au prix de la mort! Vèritable description du monde de la violence juvènile des annèes 50, "Rebel Without a Cause" est avec "Johnny Guitar" le chef d'oeuvre de Nicolas Ray qui, de bout en bout, maîtrise remarquablement sa mise en scène! Son apport est immèdiatement perceptible dans l'hypersensibilitè poussèe à l'extrême avec laquelle le cinèaste prèsente l'amour de ses personnages adolescents, rèfugiès dans un univers idèal qui ressent comme une agression irrèparable l'existence du monde des adultes! Le personnage le plus fort est peut-être celui de Plato que joue intensèment Sal Mineo! il y joue un jeune ado perturbè et fascinè par le personnage de James Dean dont l'ètiquette de rèvoltè à son amitiè ètroite avec ce dernier desservit par la suite, avant de mourir tragiquement (un peu comme Jimmy et Natalie Wood), après une vie tumultueuse aux relents de souffre! Entre combat spectaculaire au couteau et folle course nocturne dans des voitures volèes, ce joyau èternel du 7ème art peut-être considèrè comme l'un des plus grands films de tous les temps! Assurèment l'un de mes Top 10 avec une magnifique bande son composèe par Leonard Rosenman, où l'on ressent de suite de fortes èmotions quand apparait à l'ècran le "Warner Bros Pictures"...
NeσLaiη
NeσLaiη

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 4 731 critiques

5,0
Publiée le 07/07/2011
Il y à des films qui marque une génération, c'est un peu comme La fièvre du samedi soir, tout comme Travolta à la seconde ou apparait James Dean il s'impose. Un acteur qui donne toutes vérités de notre adolescence, rébellion, amitié, famille et l'amour. Ne pas oublier non plus Natalie Wood. La fureur de vivre est une fièvre de regarder ce film mais aussi de vivre.
annastarnomberon
annastarnomberon

Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 241 critiques

3,0
Publiée le 14/02/2012
A voir parce que c'est le film qui a fait de James Dean l'icone qu'il est aujourd'hui encore à titre posthume. Intéressant d'un point de vue historique, La fureur de vivre marque la naissance de la figure du rebelle droit et nous replonge à l'époque des blousons noirs et des affrontements sur l'honneur entre jeunes américains qui s'émancipent. Robert Zemeckis dans Retour vers le Futur rend d'ailleurs un hommage sympathique à la figure de l'adolescent fier, en reprenant le "nobody calls me chicken" de James Dean. Revenons-en à la Fureur de vivre : c'est encore une fois un film qui, pour moi, est un peu arbitrairement qualifié de culte. Ce statut, il le doit à ce qu'il représente (une époque bien particulière dans la jeunesse américaine, l'incompréhension entre les générations...) plus que pour sa qualité intrinsèque. Je suis restée quasiment de marbre et l'ai regardé sans vraiment rentrer dedans, même si je ne me suis pas ennuyée. C'est un film qui laisse assez passif en fait, et ne dégage pas grand chose. Par contre, l'incommunicabilité entre parents et jeune est plutôt très bien retransmise à l'écran, et le jeu de James Dean sur ce point est assez singulier et très juste. C'est donc un passe temps intéressant pour comprendre le charme rebelle du mythique James Dean, mais pas un film qui restera dans mes annales.
Mad Gump 10
Mad Gump 10

Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 716 critiques

3,5
Publiée le 13/05/2016
Voilà un classique très iconique, un film qui est resté dans les mémoires en partie grâce à son acteur principal : James Dean. Après sa magistrale performance dans A l'est d'Éden, j'avais bien envie de voir ce qu'il pouvait donner dans ce film. Au final il est bon, moins que dans le film de Kazan, mais il est bon quand-même, tout comme les autres acteurs. Le film traite de pas mal de thématiques intéressantes sur l'adolescence, la jeune génération, il est très ambitieux à ce niveau mais malheureusement pas toujours subtile, la faute à une écriture de personnages quelquefois un peu bancale, surtout celui de Wood (on y croit pas, ce qu'elle fait, son caractère, sa façon de changer de petit-copain comme ça, de n'exister que par l'intermédiaire d'un mec...). En me relisant je me rends compte qu'on pourrait croire que je défonce le film, alors que non, c'est bien : le technicolor est beau et il y a des séquences vraiment marquantes, mais c'est inférieur à ce à quoi je m'attendais et au chef-d'œuvre suprême qu'on me vantait.
Alain D.
Alain D.

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 733 critiques

4,0
Publiée le 15/07/2015
Une belle photographie et une très grande réalisation de Nicholas Ray de 1956. Cette belle histoire symbolise l'adolescence rebelle de James Dean qui exprime à la perfection le malaise de la jeunesse américaine. Malgré quelques incohérences dans le scénario, ce drame passionnant vous envoute pour ne plus vous lâcher. L'histoire, dont les ingrédients de base sont : amitiés, bravoure et honneur évoque également les amours d'ados et les conflits parentaux. Des interprétations magistrales de Natalie Wood dans le rôle de Judy et de James Dean, qui crève l'écran dans la peau de Jim Stark. Excellents seconds rôles pour Sal Mineo (John) et Corey Allen (Buzz). Judy se retrouve au poste de police, tout comme Jim Stark qui s'est fait ramasser pour ivresse sur la voie publique et John Crawford qui a tiré sur un animal. Jim, Judy et John vont au même lycée de Dawson. Jim, nouveau au Lycée (il vient de déménager), s'intéresse à Judy. Mais elle est l'amie de Buzz, le chef de la bande de voyous du lycée. Ils ont tous 16 à 18 ans et veulent prouver qu'ils sont des Hommes et pas des dégonflés.
Yogolate
Yogolate

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 180 critiques

5,0
Publiée le 30/10/2013
j'ai trouvé ce film d'une tristesse. Il y a une tension dramatique durant tout le film qui est magnifique. Il en ressort un sentiment de gâchis pour tous ces jeunes. JAMES DEAN est quand à lui GEANT, il est bouleversant et troublant de sincérité du début à la fin. A voir.
jimbo P.
jimbo P.

Suivre son activité Lire ses 56 critiques

5,0
Publiée le 22/04/2013
Deuxième films du regretté James Dean confirmant l'immense talent qu'il possédait en lui. A ses côté se mêle la très belle Nathalie Wood et le torturé Sal Mineo comme pour renforcer la légende de ce film aujourd'hui culte les trois acteurs connurent une mort prématuré. Une oeuvre incroyable dressant un portrait sans concession d'une jeunesse en mal de sensation et révolté incarné par la présence de Dean qui fut proclamé icône de toute une génération. A l'image d'un Brando dans "L’Équipée Sauvage" les scènes ou Dean intervient semble être en apesanteur, retenant son souffle pour voir ce qui va se passée comme dans cette scène spoiler: du duel de couteau ou cette course au bords de la falaise. Bref une oeuvre culte à voir ou revoir sans modération!!!!
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 527 abonnés Lire ses 4 333 critiques

4,0
Publiée le 18/06/2012
Si James Dean est devenu la légende que l'on sait,il le doit surtout à ce chef d'oeuvre de Nicolas Ray,le premier film à atteindre avec autant de vérité la rébellion et le mal-être adolescent."La Fureur de vivre"(1954),trouve son style quelque part entre le classicisme de l'âge d'or hollywoodien et la modernité naturaliste à venir.Ce tiraillement sert le propos de l'adolescence malmenée des années 50.Ray prouve que même les jeunes des familles de la classe moyenne peuvent sombrer dans la délinquance ou les jeux extrêmes,juste par désœuvrement ou pour prouver leur valeur.Ainsi 2 mâles peuvent s'affronter au couteau,ou participer à une course-suicide,juste par défi,et alors qu'ils s'apprécient...Les coupables sont facilement identifiables:des familles faibles,absents ou désintéressés.Ces ados,sans repères parentaux,ont du mal à faire le deuil de leur enfance,ils se constituent une famille de substitution.Ils vivent au jour le jour,et James Dean incarnait mieux que quiconque cette figure mythique du rebelle tourmenté,en jouant un Jim Stark ténébreux.Natalie Wood montrait beaucoup d'aplomb pour ses 17 ans,et Sal Mineo révélait sa nature auto-destructrice.Ray a capté cette urgence de vivre,ce monde à part qu'est l'adolescence finissante.Un drame culte.
shmifmuf
shmifmuf

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 1 760 critiques

5,0
Publiée le 22/11/2012
Le film mythique par excellence, qui traverse les époques plutôt pas mal, même si la société à bien évoluée depuis.
yayo
yayo

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 225 critiques

5,0
Publiée le 19/03/2012
Dire que James Dean a joué dans si peu de films sur grand écran, mais quels film! Dans la fureur de vivre tout son talent nous explose à la face.
reymi586
reymi586

Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 2 443 critiques

5,0
Publiée le 23/11/2010
La présence de James Dean à l'écran est impressionnante, il fait de ce film un chef d'oeuvre!
Fabien S.
Fabien S.

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 907 critiques

5,0
Publiée le 07/09/2018
Un chef d'oeuvre. Un très beau film avec James Dean, l'acteur rebelle et talentueux. Un très beau drame.
Grouchy
Grouchy

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 1 035 critiques

2,5
Publiée le 10/04/2014
Le temps des voyous a été bien représenté dans les années 50 au cinéma américain. Blousons noirs qui s'affrontent au couteau sur fond de musique rock, la vision classique du genre. En plaçant Dean en premier rôle, le cinéaste Ray a réussi à faire un film miroir de la situation des jeunes à l'époque. Les vandales veulent corrompre les innocents, et harcèlent les plus jeunes, qui deviendront finalement les victimes du problème de société. En plus de cela, Ray insère une tourmente psychologique dans la famille des personnages : chacun des trois persécutés, Dean, Wood et Mineo, en est conflit avec le père, l'un trop affectif, l'autre trop sévère et le dernier absent. Le père est la figure du guide dans le film, que les personnages ont choisi de quitter car le système de vie ne leur convient plus, car ils sont égarés dans le monde, surtout après le bouleversement du pays par la guerre. Le costume de Dean reflète bien une pensée de la jeunesse : habillé de blanc, de bleu et de rouge, il illustre le drapeau américain. Le thème abordé dans le film est réellement intéressant, bien que le film de Ray n'est pas son meilleur, même avec une mise en scène correcte ( plans obliqués et travail de lumière ), et un glamour agaçant.
Tom J.
Tom J.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 66 critiques

3,5
Publiée le 09/03/2014
Soixante-cinq ans après sa sortie, seules les images ont vieillies... "Rebel Without a Cause" lui, reste encore d'actualité! Ce film évoque le mal-être des adolescents qui ont du mal à s'intégrer, révèle l'incompréhension des parents face à leurs enfants et dresse le portrait d'une génération délaissée qui se retrouve la nuit sous la seule lumière des phares de voitures volées. C'est la première fois que je vois James Dean dans un film, et même s'il ne faut pas réduire "Rebel Without a Cause" au jeu de son acteur principal, sa prestation mérite le coup d’œil. A revoir encore dans quelques années!
Shephard69
Shephard69

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 879 critiques

5,0
Publiée le 07/11/2013
Ce qui marque d'abord dans ce film, c'est le charisme incroyable de James Dean qui aspire littéralement toute l'attention même lorsqu'il se trouve au second plan. Après, on a là une œuvre magnifique, subtile réflexion sur le malaise sociétal et le mal de vivre de la jeunesse américaine des années 50 face au puritanisme de l'époque. Même si la technique peut sembler désuète, le film n'a pas vieilli d'un iota malgré les années (presque soixante ans). La photographie est sublime. Un chef d'œuvre magnétique qui me permet de mieux comprendre la légende.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top