Mon Allociné
Vol au-dessus d'un nid de coucou
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,5 24825 notes dont 969 critiques
68% 660 critiques 23% 222 critiques 5% 48 critiques 2% 24 critiques 1% 8 critiques 0% 3 critiques

969 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Stuntmanbob

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 44 critiques

4,0Très bien • Publiée le 31/01/2016

On ne ressort pas indemne de cette plongée au cœur même d'un hôpital psychiatrique américain dans les années 70. L'affrontement psychologique entre le personnage joué par jack Nicholson et celui de l'infirmière en chef est juste culte. La qualité principale du film est dans sa capacité à toujours trouver l'équilibre entre le rire et l'émotion sans que cela soit exagéré. 5 Oscars franchement mérités, un classique du genre !

Karim A.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 571 critiques

4,5Excellent • Publiée le 21/01/2016

un bijou 99% or Milos Forman fait peu de film, il appartient à ce club des réalisateurs qui font peu, mais qui font bien. [spoiler]Jack Nicholson fait une prouesse d'acteur exceptionnel, quand il faut passer du malade au pas malade. Il essaye de bousculer les codes et les protocoles établis par l'administration psychiatrique, il se heurte à une femme responsable du service qui ne lui laissera rien passer. C'est un film tragique à la fin, ou ce huluberlu un peu fou sur les bords arrive à apporter des déclics de joie temporaires à ses camarades de folie.[/spoiler] Merci Milos Forman.

Paul R.

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 6 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 15/01/2016

Que dire... sinon que ce film est un pure chef d'oeuvre ! A la fois poignant et touchant, ce film mérite amplement ses oscars. Les personnages de Patrick McMurphy, Ratched, Martini, Billy Bibbit, Turkle (aussi dans le fameux Shining de Kubrick) sont épatants. Chaque expression du visage, parole, cris, mouvement sont joués de la manière la plus juste possible. Il ne reste plus qu'à se taire et à regarder ce film décidément inoubliable.

Monsieur Touki

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 537 critiques

4,0Très bien • Publiée le 09/01/2016

Un film culte visionné que très récemment et qui a rien perdu (si l'on en croit les critiques reçues jusqu'alors) de sa superbe. Un scénario et un script subtil, un jeu d'acteur impressionnant, une musique parfaite. Que demander de plus pour passer un bon moment? Une réflexion d'après-film? Oui, ce film vous la procure également...

gaele c.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 21 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 03/01/2016

Jack Nicholson dans le rôle de sa vie et de ce qu'on s'imagine lui. Une réalité difficile à avaler devant le pouvoir il ne reste que l'espoir. Tous les acteurs sont d'une finesse incroyable et le scénario d'une justesse implacable. A voir !!!

Adeline L.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 17 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 01/01/2016

Mac Murphy est un délinquant multirécidiviste, condamné, entre autres, pour viol. Il arrive dans un hôpital psychiatrique pour y être traité. Dès le départ, son médecin ne le considère pas comme malade et ne compte pas le garder pour un long séjour. Mais Murphy se montre très vite insolent, agressif, et narcissique. Et c’est ainsi que tout le long du film on est partagés au sujet de la personnalité complexe de Murphy. Se rend-t-il compte de ce qu’il fait ? dans quelle mesure est-il responsable de ses actes ? Il regarde de façon très ironique la micro-société que constitue l’asile psychiatrique, se riant de la « folie » et de l’originalité des gens qu’il rencontre. Murphy n’obéit pas aux règles qui garantissent une vie commune acceptable. Sa personnalité se démarque très vite de celle des autres patients. Il influence les plus faibles, impose ses choix aux patients comme aux soignants et il pousse le vice jusqu’à s’évader et entraîner avec lui les malades psychiatriques. Il partent tous au large, dans un navire, mais le personnel soignant les retrouvent à l’arrivée. Se pose alors la question de savoir si Murphy est réellement fou ou s’il sait ce qu’il veut. Une commission est réunie pour en discuter et l’on conclue que Mac Murphy est dangereux mais pas malade. Il semble vouloir prouver à tout le monde qu’il est fou, et plus les médecins le disent normal, plus il fera pour qu’on le considère comme fou. Dans ce jeu de duperie, on ne sait pas très bien qui a raison. Et si Murphy se retrouvait piégé dans son propre jeu ? Car il y a un revers de la médaille : plus il fait des actes dangereux, plus il devra subir les effets de sa conduite. A force de vouloir montrer qu’il est malade, il obtient l’incrédulité des médecins et se fait prendre à son propre piège : il n’est concerné par aucune forme de compassion et ne reçoit pas les traitements de faveurs que peuvent avoir les vrais fous. Ainsi, se trame toute une réflexion au sujet de la folie ainsi qu’une critique acerbe de l’institution psychiatrique. On voit de quelle manière l’institution psychiatrique est une micro société où les plus fous ne sont pas ceux que l’on croit. On peut aussi voir que des personnes loin d’être folles y sont enfermée, à moins que l’on considère le vice comme une pathologie. Là est d’ailleurs toute la question : la transgression des règles par Murphy n’en devient-elle pas une névrose ? Il y a une confusion entre l’institution psychiatrique et la prison et ce film montre que la barrière est, bien malheureusement étroite entre les deux. Murphy semble avoir bien plus besoin de la prison que des soins psychiatriques. C’est une personnalité perverse, un mégalomane qui arrive en très peu de temps à stigmatiser tout un groupe d’hommes fragiles. Plus le temps passe, plus Murphy « prend les reines » de l’hôpital jusqu’à en faire « sien », un lieu d’excès et de débauche. On voit également dans ce film la violence des hommes qui peuplent les hôpitaux psychiatriques. Critique ? Réalité ? Fiction ? La violence est là et l’on peut l’interpréter comme on veut. La violence apparaît quand le fou n’est pas « cadré ». Du moins c’est ce que veux dire, entre autres et explicitement le film. Et de cadres, justement, Murphy en a besoin car il en manque cruellement. Le visage de l’autorité est incarné par une infirmière et c’est d’ailleurs bien la seule qui est capable de tenir tête à Murphy. Un personnage est très intéressant et attachant : un homme qui ressemble à un grand indien. Il a réussi à feinter une surdité et un mutisme dont il n’est absolument pas atteint. On peut alors voir la perversité à l’intérieur même de la souffrance. Est-ce la souffrance qui génère la perversité ? Et dans quelle mesure ? Mais son mensonge n’est-il pas plus un acte de défense qu’une réelle perversité ? Le film se termine tragiquement, l’hôpital est sens dessus dessous. Seul l’Indien part, la tête haute et disparaît dans l’horizon. Le choix du mutisme pour rester libre… De cet enfer qu’est l’hôpital psychiatrique. En tout cas, les autres patients n’ont pas réussi, eux, à se démarquer de Murphy et ils subissent tous les conséquences des actes de cet homme. Les dés sont jetés. Le sort est joué. http://adelinelecomte.e-monsite.com/pages/critiques-film/vol-au-dessus-d-un-nid-de-coucou.html

zinv

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 415 critiques

4,5Excellent • Publiée le 27/12/2015

Une oeuvre qui mérite ses cinq oscars majeurs tant elle témoigne d'une grande maîtrise dans tous les compartiments. Mais s'il ne fallait retenir que deux points forts, ce serait les figures incarnées par McMurphy et Ratched. Deux antagonistes dont l'une se révèle être un des personnages les plus haïssables du cinéma. Nul besoin d'être effrayant ou puissamment armé pour provoquer tant d'indignité et de dégoût. La cruelle infirmière représente à elle seule l'autocratie qui nous rend faibles ou nous révolte. A contrario, le subversif interné gagne notre estime en cherchant à mettre en évidence les dysfonctionnements de ce système. Une opposition qui fait écho à une triste réalité ou à une dystopie telle qu'on en trouve dans les récits de science-fiction.

diegosentenza

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,5Excellent • Publiée le 17/12/2015

Les grandes performances de Jack Nicholson sont nombreuses. Mais celle de Vol au dessus d'un nid de coucou à une touche en plus.

Julien G.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 05/12/2015

ce film et génial bien que très bouleversant peut vous faire passer du rire au larme en passant par la joie un concentrer d"émotion pure ce film et un pure chef d'oeuvre

olivier S.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 6 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 17/11/2015

Fabuleux d'aider des personnes qui ne sont pas comme nous et leur montrer la lumière chaque jours, ce film prouve que les différences n'entravent en rien l'amitié et l'entraide

Les meilleurs films de tous les temps

  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse