Vol au-dessus d'un nid de coucou
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   4,4 pour 22 302 notes dont 913 critiques  | 
  • 633 critiques     70%
  • 196 critiques     22%
  • 42 critiques     5%
  • 23 critiques     3%
  • 9 critiques     1%
  • 6 critiques     1%

913 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Nitquen57

5 abonnés | Lire ses 143 critiques |

   4.5 - Excellent

Comment parler d'un tel film qui a marqué l'histoire du cinéma, qui a remporté les 5 oscars principaux au même titre que le génialissime Silence des agneaux, qui, par l'évocation de son simple nom, fait frémir n'importe qui d'un sursaut de joie? Difficilement. Vol au-dessus d'un nid de cou est un film qui a maintenant 38 ans et qui, esthétiquement parlant n'a pas pris tellement de rides. Extrêmement bien mis en scène comme le montre certaines scènes telles que le match de baseball, le long-métrage nous illustre le talent de Milos Forman pour créer une telle ambiance pour son film. Et aussi pour diriger ses acteurs. Ce qui est exceptionnel, ce qui est pour la force de Vol au-dessus d'un nid de coucou, au-delà du scénario, au-delà du mélange des tons si bien dosé, au-delà même du fait de nous montrer une réalité si crue mais si vraie, c'est ses performances d'acteur. Ce n'est évidemment pas pour que monsieur Jack Nicholson a été tellement récompensé pour ce film. Dramatique, comique, complètement fou, carrément excité, cet homme sait tout jouer et il nous fait une jolie panoplie à travers ces 2h09. Néanmoins, les autres acteurs, tous ces personnages interprétant des hommes en difficulté (car oui seuls les hommes sont internés ici), font vivre ce film de par leur interprétation. Seuls légers bémols pour moi, la longueur de certaines scènes, comme la scène de pêche qui aurait pu être un peu raccourcie. En effet, il est beaucoup plus intéressant de suivre les patients dans leur environnement avec leur évolution psychologique. Second bémol, la musique, parti-pris du réalisateur sans doute, a eu pour effet de m'énerver plus qu'autre chose. Pour le reste c'est un sans faute. Statut de film culte mérité.

Malevolent-Reviews

211 abonnés | Lire ses 2944 critiques |

   4.5 - Excellent

Pour son deuxième film américain, Miloš Forman adapte le roman "La Machine à brouillard" de Ken Kesey et gagne cinq Oscars dont ceux du Meilleur Film, du Meilleur Scénario adapté et du Meilleur Réalisateur. Il faut dire que cette virée dans les entrailles d'un hôpital psychiatrique chamboulée par un nouveau résident déjanté est unique et passionnante. Ce forcené aux allures de rebelle, c'est McMurphy interprété par l'inégalable Jack Nicholson (qui gagnera lui aussi un Oscar pour l'occasion). Un rôle sur mesure pour la star de Chinatown qui démontre enfin ses talents de dingue à l'écran et nous livre ici une mémorable prestation... Entre rires et larmes, ce nouveau résident en parfait état mental simule la folie pour échapper à la prison mais conserve ses mauvais habitudes. Anticonformiste jusqu'à la moelle, tire-au-flanc passionné de sport et machine à insultes en tout genre, McMurphy fait soudainement tâche parmi les différents dingos de l'institut. Pourtant, il va très vite s'attacher à eux et inversement, notamment auprès du dépressif Dale (William Redfield, épatant), du timide Billy (Brad Dourif, la révélation), du maniaque Charlie (Sydney Lassick), du colérique Max (Christopher Lloyd dans son premier rôle) et du quasi-autiste Martini (Danny DeVito, alors débutant). Il va également se lier d'amitié avec un Indien géant sensément sourd-muet campé par l'impressionnant Will Sampson. Une bande de cinglés qui vont ré-apprendre à vivre grâce à la joie de vivre et l'ingéniosité de leur nouveau camarade, quitte à se confronter à la terrible infirmière Ratched (Louise Fletcher, glaciale au possible). Enchaînement de séquences toutes plus réussies et inventives les unes que les autres, Vol au-dessus d'un nid de coucou nous présente non seulement l'évolution de personnages travaillés à la perfection (bien que jugés pas assez par l'auteur du roman), allant vers un destin émouvant comme jamais, mais nous présente aussi les pratiques douteuses des hôpitaux psychiatriques et les restrictions abusives ou maladroites de l'équipe soignante. Après tout, qu'est-ce qui fait que l'on est fou et qui peut concrètement en juger ? C'est cette question qui enveloppe le film à travers les propos de notre héros, incompréhensif devant les aberrations de cette nouvelle prison. Peuplé de scènes cultes par dizaines, de répliques mémorables et d'un scénario fabuleusement immersif, le film de Miloš Forman reste un chef-d'œuvre intemporel que le temps apprécie tout particulièrement.

http://malevolentreviews.fr/film-volaudessusdun...


The great Danton

1 abonné | Lire ses 7 critiques |

   4.5 - Excellent

Bravo à Milos Forman pour cette adaptation pleine d'humanité malgré le thème tragique ! Un excellent film emmené par un Jack Nicholson au sommet de sa forme . A voir !

Lou V.

0 abonné | Lire ses 3 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Vol au dessus d'un nid de coucou est un film superbe dont la qualité n'est garantie par aucun artifice. Seulement par un scénario original, des acteurs qui jouent divinement bien, tous sans aucune exception d'ailleurs, et une émotion présente tout au long du film. Le passage du rire au larmes se fait en toute simplicité, avec la spontanéité d'une oeuvre authentique qui ne vieillit pas.

Clément J.

16 abonnés | Lire sa critique |

   5 - Chef d'oeuvre

Entre malaise et rire, ce film tourné dans un lieu ne laisse pas le spectateur s'ennuyer une seule seconde.

NiERONiMO

17 abonnés | Lire ses 330 critiques |

   4.5 - Excellent

Vol au-dessus d’un nid de coucou fait partie de ces films que l’on qualifierait, sans même chercher à peser le pour et le contre, de classique parmi les classiques ; Milos Forman signait en effet un chef d’œuvre vibrant, brillante adaptation du roman homonyme de Ken Keysey, et dont la profondeur du message ne pouvait qu’en faire un long-métrage marquant comme il se doit. En ce sens, sans même aborder la métaphore politique presque indécelable (si l’on est pas renseigné), sa critique éloquente du système de soins établit en milieu psychiatrique (d’époque tout du moins) nous prend lentement mais sûrement aux tripes, et l’on ne manque pas de s’attacher aux divers protagonistes : il y a bien entendu l’inoubliable McMurphy, figure principale pour le moins ambiguë mais qui parvient à nous gagner à sa cause, et une belle bande de malades mémorables, tous interprétés à la perfection. Sur ce point si Jack Nicholson méritait haut la main son oscar du meilleur acteur, il convient de féliciter par la même occasion les excellentissimes Danny DeVito, William Redfield ou encore Christopher Lloyd, dont les brillantes prestations donnent lieu à un jeu des plus authentiques. Autrement, l’intrigue intelligente en vient à un surprenant Chef Bromden, et surtout l’infirmière Ratched (avec un oscar mérité pour Louise Fletcher) : bien qu’antagoniste premier, on ne tient pas là un personnage cruel ou bien détestable au premier abord, bien au contraire ; celle-ci est l'incarnation du corps médical et de ses méthodes inefficaces, dont elle est la figure de proue. La dualité McMurphy / Ratched est donc des plus marquée, et l’on a vite fait de s’accorder à la pensée du détenu, dont la haine ira croissante jusqu’au dramatique point de non-retour… Par ailleurs, outre une mise en scène parfaite, et une BO aussi discrète qu’efficace, Vol au-dessus d’un nid de coucou est une vague d’émotions contradictoires, tant l’on adhère aux idéaux de libertés prônés par McMurphy ; il n’y a pas plus désespérant que d’être enfermé dans un tel lieu, source d’une inhumanité latente malsaine, aussi bien que peu rythmé le film bénéficie d’un suspense laissant pantois, surtout à mesure de l’avancée du récit. Que dire alors du dénouement, au contraste saisissant entre dégénération tragique et libération jouissive… une claque en somme, parachevant le chef d’œuvre de Milos Forman.

Heisenberg Allen Rufener

9 abonnés | Lire ses 14 critiques |

   4.5 - Excellent

J'ai adoré ce film qui est porté par le talent de Nicholson. Un drame émouvant drôle et effrayant. Milos Forman nous montre la dure réalité des hopîtaux psychiatrique, adapté d'un roman de Ken Kesey paru en 1962. Les acteurs y sont géniaux, c'est vraiment un des meilleurs films que j'ai vu, un des meilleurs rôle de Nicholson. 5 oscars quand même.

-BartMan-

10 abonnés | Lire ses 156 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Vol au-dessus d'un nid de coucou, sans doute le titre de film le plus bizarroïde de l'histoire du cinéma, et pourtant il s'agit d'un des plus beaux de tous les temps (une fois le film visionné, le titre prend alors un sens métaphorique sur la maladie mentale). Bon alors que dire, il est assez difficile au départ d'adhérer aux personnages et au scénario, même au niveau de la bande originale complètement décalée et insignifiante. Plus les minutes passent, plus on s’intéresse aux personnages et à l'histoire, jusqu'à les adorer à un point que l'on ne veut plus que cela s'arrête. Milos Forman a fait un travail remarquable, les acteurs sont tous (et je dis bien tous) excellents et à fond dans leur rôle pourtant difficile à jouer. Une morale magnifique sur la vie, juste et cruelle par moment, Jack Nicholson apporte énormément à cette oeuvre qui tient du génie cinématographique, sans lui je ne pense pas que le film aurait eu autant de gueule et d'addiction sur le spectateur. Nid de coucou n'a pas froid aux yeux, on ne tombe pas dans le clichés pur et dans la surenchère de scènes choquantes comme l'ont fait certains, que je ne mentionnerais pas... Pour ma part, un chef d’œuvre du septième art toujours aussi beau et plein d'espoir à chaque visionnage (qui fait encore réfléchir sur le bien être de l'humain), LE vrai cinoche d'antan.

Alex*56*

85 abonnés | Lire ses 302 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Le chef-d'oeuvre de Milos Forman... Bien qu'il me reste également le très récompensé Amadeus à voir. Ce film est bouleversant de vivacité et de douleur, rien que la scène finale est mémorable, mais j'y reviendrai. Le groupe de "dingos" que rejoint McMurphy (Jack Nicholson) est touchant, mais ils deviennent touchant justement car le personnage de Nicholson intègre le groupe pour éviter la prison et à son contact les autres oublient leurs névroses un moment et suive le bout-en-train et facétieux Randy McMurphy, au grand dame de l'infirmière Ratched (Louise Fletcher). Il y a plein de belles scènes dans se film, comme la sortie sur le bateau de pêche, ou l'esprit de groupe emplit de folie est communicatif, on est avec eux sur le bateau à déconner et rigoler comme des fous, le terme fous ici est bien choisit ! J'ai également bien aimé la scène sur le terrain de basket ou McMurphy essaye de les faire sortir de leurs névroses, et par le biais du sport il se défoulent et arrivent à se libérer mentalement. Au delà de la maladie on voit donc des êtres fragiles et touchants auquel Randy va s'attacher. Les acteurs sont brillants, tous sans exceptions, mais Jack Nicholson est vraiment en haut de la pyramide, il arrive à faire passer plusieurs émotions, j'ai rigolé avec lui, été ému avec lui ou encore un sentiment de rébellion montait en moi ! Ce n'est pas pour rien qu'il a reçut l'oscar (et le Golden Globes et d'autres récompenses) du meilleur acteur cette année là pour se film, en parlant d'oscar il ne faudrait donc pas oublier Louise Fletcher (qui a également décrochée le Golden Globes) qui joue la très impassible infirmière Ratched, un rôle mené de main de maître(sse). Les seconds rôles comme Christopher Loyd ou Dany de Vito pour ne citer que les plus célèbres, sont brillants de folies ! La photographie est belle également, surtout pour un film qui se déroule en huis clôt. La mise en scène de Milos Forman est superbe, comme quand il passe de personnage en personnage lors de la scène avec le jet d'eau, la joie de chacun y étant palpable. Surtout les plans sur le sourire de Nicholson c'est excellent, se gars à un sourire malicieux ! Cette mélodie qu'est Vol au-dessus d'un nid de coucou se termine sur une superbe note qui laisse entendre le son mélodieux d'une fin saisissante. En bref ce film est un pur chef-d'oeuvre et un hymne à la liberté, Nicholson vous retournera dans tous les sens, vos cordes sensibles du coeur vibreront lorsque Forman les touchera. Un film drôle, sensible et poignant à voir d'urgence.

Gourmetdefilms

14 abonnés | Lire ses 568 critiques |

   2 - Pas terrible

Oui je sais c'est un grand classique très populaire. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'humanité ni de bons acteurs, et je ne dis pas que ce film est nul. Mais par rapport à mes gouts je le trouve un peu trop long et lent, quant au fait de créer une immersion dans un environnement de malades mentaux, aujourd'hui on a droit à du vrai (et même à du voyeurisme) à travers des reportages. Donc voilà je n'ai pas adoré la fiction et vu que je connais la fin il n'y avait aucun suspens ni aucun engouement pour me tenir en haleine face à de la lenteur.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Vol au-dessus d'un nid de coucou Bande-annonce VO
52 305 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #14 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné