Mon AlloCiné
    The Grand Budapest Hotel
    note moyenne
    4,2
    16792 notes dont 1182 critiques
    19% (230 critiques)
    43% (503 critiques)
    23% (268 critiques)
    9% (108 critiques)
    4% (43 critiques)
    3% (30 critiques)
    Votre avis sur The Grand Budapest Hotel ?

    1182 critiques spectateurs

    Hobsta
    Hobsta

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 31 critiques

    4,5
    Publiée le 21 août 2014
    Un film.. Inattendu ! The Grand Budapest Hotel, c'est un univers absolument loufoque, où, quand on en ressort, la seule chose que notre cerveau se dit, c'est "What the fuck ?" Attention, le film est indéniablement bon. Quant au casting on ne pouvait rêver mieux ! Anderson réalise là une comédie qui lui est propre, avec des décors hauts en couleur, des scènes farfelues et des personnages attrayants, où l'humour passe excellemment bien. Seul petit reproche que je puisse faire, c'est qu'en sortant de la salle je n'ai pas perçu un quelconque message de la part du film. Mais ce n'était pas le but sans doute. Le film se résume à une succession de scènes les plus burlesques et captivantes à la fois, et c'est là tout ce qui fait son originalité. 4/5.
    Shaigan
    Shaigan

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 79 critiques

    3,5
    Publiée le 23 juin 2014
    Même si The Grand Budapest Hotel reste un bon film, on peut peut-être le trouver un peu décevant après le magnifique Moonrise Kingdom. On retrouve la plupart des ingrédients qui ont fait le succès critique de Wes Anderson : créativité, loufoquerie, acteurs très bons, et sa réalisation originale si caractéristique. Mais il manque malheureusement l'ingrédient principal qui magnifiait ses précédents films les plus réussis : l'émotion. Et du coup, son manège loufoque donne cette fois un peu l'impression de tourner à vide, et le côté artificiel et sans profondeur de ses personnages et de son histoire devient un peu trop visible. C'est dommage, car formellement, Wes Anderson est toujours aussi doué.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 482 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    5,0
    Publiée le 26 février 2014
    Un film de Wes Anderson c'est comme un cadeau de Noël : on connaît l'emballage (de superbes décors et une mise en scène très précise friande de travellings latéraux), on se doute un peu de ce qui nous attend (une très bonne bande-originale, une histoire racontée sur un ton doux-amer, la présence de Bill Murray) mais malgré tout la surprise reste totale à l'ouverture. Avec "The Grand Budapest Hotel", le cinéaste réalise son film le plus ambitieux et sans aucun doute le plus abouti à ce jour. Situé dans un contexte historique qui n'est pas dû au hasard (la montée du fascisme dans les pays de l'Est dans les années 30) et qui participe énormément au charme de l'ensemble, le film est une comédie irrésistible (parfois cartoonesque, parfois violente) où le concierge d'un hôtel et son lobby-boy se retrouvent entraînés dans une course-poursuite effrénée après avoir volé un tableau d'une immense valeur qui leur revenait selon les dernières volontés d'une vieille femme retrouvée assassinée. Entre les autorités et les tueurs à leurs trousses, les deux hommes vont devoir faire preuve de courage et de malice pour se sortir de tout ça, le concierge devant également prouver son innocence en passant. Solidement mis en scène dans de magnifiques décors dignes d'une maison de poupée et magnifié par la partition d'Alexandre Desplat, le film réunit un casting de rêve. Si Ralph Fiennes est en tête, absolument irrésistible, il est très bien épaulé par d'excellents acteurs qui s'en donnent à cœur joie pour incarner des personnages hauts en couleur. Que ce soit le débutant Tony Revolori, Willem Dafoe en tueur au look de vampire, Adrien Brody en méchant, Harvey Keitel en taulard plus sympa qu'il n'en a l'air, Jeff Goldblum en avocat ou encore Edward Norton en chef de la police tenace, chacun ajoute son petit grain de sel qui fait fonctionner à plein tube cette petite merveille qu'est le dernier bijou de Wes Anderson, un hôtel qui vaut d'y séjourner durant 1h40.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1156 abonnés Lire ses 2 467 critiques

    5,0
    Publiée le 7 mars 2014
    C’est fou comment certains auteurs savent nous refiler sans cesse la même chose tout en étant perpétuellement inventif et original... Parce que oui, c’est peu dire que ce « Grand Budapest Hotel » est un pur Wes Anderson tant il est dans la droite lignée de tout ce qu’il a pu être fait précédemment. Et le pire, c’est que moi d’habitude, ça me gonfle qu’on me resserve tout le temps la même chose. D’ailleurs, je le reconnais, j’étais loin d’être convaincu par le premier quart d’heure du film durant lequel je commençais à checker ma liste de wesandersonneries ambulantes : le plateau de tournage « maison de poupées » ; le personnage principal faux mais tellement sympathique ; la même galerie de personnages secondaires qu’on retrouve dans tooooous ses films ; les petites absurdités de ci de là ; le petit rythme cartoon que prend certaines scènes... Tout y est. Il n’y a pas un élément du film que je n’ai pas eu l’impression d’avoir déjà vu dans « la famille Tenenbaum », « Fantastic Mr. Fox », « Darjeeling Limited » ou un autre film de Wes Anderson. Et pourtant... Et pourtant voilà... Je trouve que chaque plan est magnifique, chaque scène a cette petite absurdité qui me fait sourire, chaque personnage reste au fond éminemment attachant... Certes la mécanique est connue, mais elle est ce coup-ci au service d’un univers nouveau, totalement fantasmé, composé d’un paquet d’images d’Epinal liées au début des années 1930 et à l’Europe centrale. Cet univers est si riche et l’enchaînement des différents trips est si dynamique que finalement cet univers – une fois de plus ! – m’a emporté. Alors certes, je ne le cache pas, si Wes Anderson n’est pas votre tasse de thé, il est évident que ce n’est pas ce « Grand Budapest Hotel » qui vous réconciliera avec lui. Mais bon, par contre, les aficionados devraient être ravis... En tout cas moi, j’en ai encore la banane...
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 282 abonnés Lire ses 160 critiques

    5,0
    Publiée le 6 mai 2015
    Le 26 février 2014 est sorti dans nos salles françaises un film indépendant réalisé par un cinéaste texan du nom de Wes Anderson, et dont ce fut le premier film que je découvris de sa filmographie avant d’attaquer ensuite l’excellent "Moonrise Kingdom" et le très bon "Fantastic Mr. Fox" adaptant un de nos romans français (Cocorico mes amis). Dernièrement, lors de la cérémonie des Oscars de cette année, ce film a reçu 4 récompenses (à juste titre selon moi) pour la musique, les décors, le costumes et enfin le maquillage et les coiffures. Mais à mon sens, il aurait aussi bien mérité l’Oscar de meilleur film que Birdman ou la plupart des autres films nominés dans cette catégorie. La première fois et la seconde fois que j’ai vu ce film, j’avais pas les moyens nécessaires pour pleinement l’apprécier ou en faire une critique, mais en le revoyant en Blu-Ray récemment j’ai été heureux de pouvoir l’apprécier davantage, surtout en sachant que beaucoup de mes amis cinéphiles ont vraiment apprécié ce film, ce qui, en plus de me faire plaisir, m’encourage à en parler davantage ici. Au bout de trois films, on remarque que le metteur en scène est du genre à toujours soigner minutieusement ses cadres, ses travellings, ses déplacements de cadre en ligne droite horizontale ou verticale ou même sa manière de filmer longuement un personnage au centre d’un plan fixe ou lors d’une discussion en champ/contre-champ. Mais ici, Wes Anderson va vraiment plus loin en apportant vraiment un visuel aux couleurs chaudes d’un parfait raffinement et d’une richesse coloré qui a un charme très originale. C’est simple, tout d’abord, à chaque fois qu’on est à l’intérieur du Budapest Hôtel, Wes Anderson arrive toujours à trouver un plan, un cadre ou une bonne astuce de mise en scène pour raconter son histoire d’entre-deux guerre spoiler: et faire resplendir la noblesse de l'hôtel à son âge d'or . Tout est d’une esthétique soignée et d’une chaleur coloré et visuel qui arrive parfaitement à capter toute l’architecture et la majesté de l'hôtel. Les déplacements de caméra sont fluides, le jeu de plan fixe s’accorde très bien avec la narration de la voix-off, et la réalisation arrive même à jouer avec l’humour de ce film qui est ici plein de finesse et arrive à trouver un bon accord avec le comédie dramatique, que ça soit pour jouer sur les dialogues des personnages ou des éléments en arrière plan spoiler: comme le passage à tabac d’un conducteur par les prisonnier évadé de prison et précédemment compagnon de cellule de Gustave. Une petite idée toute bête qui me vient directement en tête, là, spoiler: c’est la scène du train après que Gustave et Mustafa aient volé le garçon à la pomme devant lequel Gustave se contemple, Mustafa se penche de son lit et il apparaît dans un tout petit miroir à gauche de l’écran en gardant une expression neutre en répondant positivement à son mentor quand ce dernier lui demande si il ressemble bien au élégant garçon du tableau. C’est tout bête et très décalé mais difficile de ne pas sourire quand on voit une si petite astuce recherchée. Une autre idée qui m’a aussi tapé dans l’œil, c’est le fait spoiler: de terminer le film sur la même musique du début pour retrouver l’ambiance aussi étrange que l’ouverture. De toute manière, du début à la fin, Anderson fait toujours une recherche approfondi en ce qui concerne le cadrage et la mise en scène et ça se sent énormément, sans compter qu’il joue aussi sur le format d’image spoiler: pour narrer le récit et les flash-back avec finesse. Y’a pas à dire, le travail qu’il a fourni est exceptionnel. La bande-son aussi est particulière, composé par Alexandre Desplats qui signait ici une nouvelle collaboration avec Wes Anderson, sa troisième après les deux précédents films du même réalisateur et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on peut se vanter d’avoir un français aussi surprenant que lui en pleine progression quand on voit son travail musical sur ce film, notamment avec un orchestre folklorique russe et un instrument russe particulièrement utilisé dans ce film, le balalaïka. Là aussi on sent une impression de luxe et de raffinement à travers l’instrumentation lors des séquences au Budapest Hotel, mais il s’en dégage aussi une sensation d’amertume et pesante surtout quand il s’agit de souligner qu’on se situe à spoiler: une époque ou le mouvement nazi se répand de plus en plus et commence à se répandre à travers l’Europe dont les alentours de l’hôtel justement. C’est une réussite en termes de travail d’ambiance, et même si j’ai une très large préférence pour la BO de Zimmer sur un film dont vous vous doutez surement du nom, je ne peux pas renier la qualité de la musique de ce film ou démentir ma sympathie pour le travail de notre french man musical, très bon travail sur ce point également. Mais si ce film a tant fait parler de lui, c’est surtout pour son casting tout aussi luxueux que le reste, et là je vais pas faire des mains et des pieds pour dire que tout les acteurs sont simplement superbes : Ralph Fiennes est splendide en concierge d’hôtel aussi hilarant que classe dans sa manière de s’exprimer et mène tout le casting avec un talent hors-norme, y’a pas à dire, il sait y faire le Voldemort. Tony Revolori qui est peut connu se montrer aussi très convaincant à l’écran et la relation apprenti/mentor qu’il entretient avec ici, dans la peau de Mustafa avec Gustave est très appréciable et il forme un duo très hilarant. Pour le reste, tout les acteurs sont bons voire géniaux, Willem Defoe est toujours à l’aise en gros psychopathe dangereux, Adrien Brody est une grosse enflure qui joue avec classe et qu’on aime détester, Jeff Goldblum fait très bien son boulot également, Edward Norton qui signait une deuxième collaboration avec Wes Anderson était excellent aussi, Saoirse Ronan est très attachante en Agatha, Mathieu Almaric convaincant également, F. Murray Abrahm aussi spoiler: qui arrive même à se montrer touchant à un moment , même Bill Murray qui apparaît peu au final a un rôle sympa. Après, c’était peut être pas nécessaire d’engager Léa Seydoux qui est un peu juste là pour élargir le casting (elle fait correctement le travail mais on l’oublie vite), mais en général difficile de ne pas aimer un tel casting. Parlons maintenant, pour terminer : du scénario. En soi, c’est simple, "The Grand Budapest Hotel" est ce que j’ai envie d’appeler une sorte d’Indiana Jones moderne et décalé spoiler: sur fond de futur conflit de seconde guerre mondiale. La quête d’un bien de valeur inestimable, Gustave est une sorte d’Indiana chic, classe et concierge au lieu de professeur d’archéologie et il a toujours son acolyte qui l’accompagne et les personnages ont tous une forme et une personnalité. En plus, à travers cette loufoquerie et la bizarrerie de cet univers, il y a très souvent une belle sensation de plaisir et d’agréabilité qui en ressort. Car même dans la bizarrerie et l’aspect cartoon certaines choses sont cohérentes et appréciables, spoiler: la romance entre Mustafa et Agatha en premier lieu ou la maladresse de Mustafa s’accorde bien à l’étrangeté de ce petit univers et ou on apprécie voir ces deux personnages à la fois haut en couleur, mais aussi tragique dans le fond dans le cas de Mustafa, s’aimer sincèrement . En plus de cela, l’humour est très bien géré et il n’y a pas de problème de rythme à ce niveau là. En fait, il y a surtout 2 choses que j’apprécie particulièrement sur ce point : tout d’abord, Wes Anderson sait varier ses gags et jouer sur sa réalisation pour les rendre efficace, et deuxièmement, il développe un arrière plan sur son histoire spoiler: qui dénonce la montée du fascisme et du nazisme en Europe dans la partie de l’ouest durant l’entre deux-guerre à travers le parcours de Mustafa et les scènes du train qui sont très certainement une allusion aux troupes Hitlériennes. C’est très culotté, mais dans les faits c’est une allusion vraiment ingénieuse qui fait de cette comédie et de cet Indiana Jones bis une sorte de fausse comédie très astucieuse. Bon après, je vais pas crier à la perfection parce que des défauts, il y en a quelques uns dans l’histoire. Déjà, même en sachant que ce film est volontairement cartoon en terme d’humour et qu’il a une histoire solide, ça n’excuse pas certains petites trous scénaristiques spoiler: comme le fait que Jopling découvre, à la prison ou Gustave était enfermé, une trace de pâtisserie de Mendls et qu’il ne prenne pas la peine d’interroger le pâtissier en question voire même de le liquider puisque c’est censée être un espèce de tueur à gage complètement cinglé . Il y a aussi 2/3 sauts de péripéties qui sont un peu gênante, spoiler: comme le fait de passer directement de la fuite de Gustave et Mustafa après avoir tué Jopling à l’hôtel ou ils sont infiltrés en tant qu’employés chez Mendls. Mais bon, ça reste quelques petites facilités pas bien gênante au final, comparé à tout le reste, "The Grand Budapest Hotel" est une vraie petite merveille et un exemple de bonne comédie qu’on devrait prendre en exemple : c’est réalisé avec inventivité, c’est interprété brillamment avec Fiennes/Dafoe/Brody/Revolori en tête de liste, c’est très bien composé au niveau de la musique et on ne s’ennuie pas au niveau de l’histoire, on éclate au moins une fois de rire devant ce dernier film en date d’un réalisateur qui va être à suivre dans les périodes à venir. Si vous ne l’avez pas encore vu, dépêchez vous de le voir, croyez moi vous passerez au pire un moment sympathique, au mieux vous vous amuserez beaucoup.
    Dex et le cinéma
    Dex et le cinéma

    Suivre son activité 556 abonnés Lire ses 172 critiques

    4,0
    Publiée le 13 juin 2014
    Le nouveau Wes Anderson est a nouveau une petite bombe. Un conte sucré dont l’esthétique absolument magnifique, est mise en forme de manière grandiose par la fantastique mise en scène du réalisateur, qui nous propose a nouveau un univers fantasque, intriguant et tout bonnement sublime. Les acteurs ont excellents, et offrent des performances parfaites pour incarner les personnages cartoonesques crées par Wes Anderson. Le scénario est délicieusement délirant, comme tout le reste du film, mais possède une certaine noirceur, qui surprend lors du visionnage (bien que je ne dit absolument pas qu'il s'agisse d'un défaut du film). Cependant, malgré les immenses visuelles qualités de l’œuvre, il manque a l'histoire une intensité qui permettrait de transporter le spectateur sans discontinuer. Ici, l'ennui s'installe parfois (mais rarement bien sur). Un petit bémol, qui prend d'immense proportion, lorsque celui-ci se répète plusieurs fois. Mais Wes Anderson parvient tout de même à livrer un film tout bonnement grandiose visuellement, proposant une mise en scène sublime, un univers coloré et rafraîchissant, et un scénario délirant a souhait. Un très bon film, mais une petite déception tout de même.
    Lara Cridlig
    Lara Cridlig

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 76 critiques

    5,0
    Publiée le 12 mars 2014
    Wes Anderson est parvenu à une maturité incontestable et nous offre ici un bijou dont le succès est assuré, dans cet hôtel qui cristallise tout ce que le cinéma a de fascinant : décors surannés, intrigue à tiroirs savamment orchestrée, retours en arrière, courses effrénées, revirement de situation, histoires d’amour… Ce film est une œuvre baroque et rappelle que l’écran est là pour nous faire entrevoir un autre monde. WA avait déjà dans Moonrise Kingdom imposé son style « décalé », avec The Grand Budapest Hotel, il l’assume pleinement et donne à l’irrésistible Ralph Fiennes un de ses meilleurs rôles.
    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 176 critiques

    4,5
    Publiée le 30 mars 2014
    Après "Moonrise Kingdom", le nouveau film de Wes Anderson : "The Grand Budapest Hotel" !!! Ce qui doit être le film le plus attendu de Février répond entièrement aux attentes du public quant à l'originalité et à la qualité de sa nouvelle œuvre. En effet, les cinéphiles (et pas seulement !) attendaient beaucoup de "The Grand Budapest Hotel". Premièrement car Wes Anderson est l'un des plus importants réalisateurs indépendant américain de nos jours, ses films sont remarquablement reconnaissables, il possède un style et une esthétique visuelle propre à lui-même, son sens de la mise en scène et son fin sens du détail font de lui un perfectionniste méticuleusement maniaque (!)... Ses plans sont symétriques, les cadres sont tous parfaitement centrés, son univers cartoonesque et loufoque possède aussi une formidable photographie (c'est aussi à cela que l'on reconnait ses films). Deuxièmement parce que la vue de la Bande-Annonce et de ce casting 10 étoiles (au moins) faisait saliver d'avance ! Et troisièmement parce que la nouvelle pépite d'un réalisateur excentrique et (très) doué donnait au moins une raison aux cinéphiles les plus aguerris de ne pas avoir perdu leur temps au ciné en ce début d'année 2014. Venons-en au film voulez-vous... La mise en scène d'Anderson est tellement top que tout va à toute allure, cela rend le film on ne peut plus passionnant, captivant. Le scénario, admirable, très "écrit", utilisant des flash-backs, est l'un des atouts les plus original du film. Rien que l'idée de départ est ultra-inventive, loufoque et jouissive, et voilà que Wes Anderson passe à la réal', au scénar' et magnifie le tout ! Le bonheur ! Le casting, ÉNORME, voyez vous-même : Ralph Fiennes, F. Murray Abraham, Matthieu Amalric, Adrien Brody, Willem Daffoe, Jeff Goldblum, Harvey Keitel, Jude Law, Edward Noton, Bill Murray, Saoirse Ronan, Léa Seydoux, Tilda Swinton, Jason Shwartzman, Owen Wilson, et le jeune Tony Revolori (dans son tout premier rôle), pour ne citer qu'eux... Renversant non ?! Trois lignes pour un casting, mais quel casting !!! Tous exceptionnels et magnifiques, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Anderson a du goût ! Ce film est tout bonnement jouissif. Parfaitement orchestré, drôle et ironique à souhait. La musique d'Alexandre Desplat est top et les décors sensationnels. À voir absolument. L'un des meilleurs films de ce début d'année !
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 21 critiques

    4,5
    Publiée le 20 août 2015
    "The Grand Budapest Hotel" est sublime. Une oeuvre majestueuse et magnifiquement mise en scène par Wes Anderson ("Moonrise Kingdom"). Sans doute l'un des meilleurs films de 2014, ce long-métrage nous plonge dans un univers loufoque et délirant grâce à son histoire complexe où jonchent des personnages fascinants et déjantés. Ces protagonistes sur qui reposent toute cette aventure sont interprétés par un casting tout bonnement exceptionnel : Ralph Fiennes ("In Bruges") nous livre une performance saisissante et comique ; Tony Revolori ("Umrica") est lui aussi très bon dans son rôle. F. Murray Abraham ("Dead Man Down"), Adrien Brody ("American Heist") et Willem Dafoe ("Nymphomaniac") sont eux aussi extrêmement convaincants, tout comme Mathieu Amalric ("Jimmy P."), Edward Norton ("Fight Club") et Jude Law ("Sherlock Holmes"). Jeff Goldblum ("La Mouche"), Harvey Keitel ("Une Nuit en Enfer"), Léa Seydoux ("La Vie d'Adèle"), Saoirse Ronan ("Lost River"), Tilda Swinton ("Snowpiercer"), Tom Wilkinson ("Selma"), Owen Wilson ("Inherent Vice"), Bill Murray ("La vie Aquatique") et Jason Scwartzman ("Big Eyes") nous livrent eux aussi de très bonnes performances. Tout ces comédiens de grande popularité sont réunis en un seul et même film grâce au célèbre metteur en scène Wes Anderson. Bien que son style étrange et fixe peu laisser froid et indifférent à de nombreuses personnes, il reste particulièrement travaillé et aboutit dans ce film. Sa mise en scène est tel un livre, coupé en plusieurs chapitres et d'un comique burlesque. Une intensité remarquable et recherché évolue lors de ces successions de chapitres jusqu'au final assez intéressant. Wes Anderson mélange policier, comédie et drame avec une grande maestria. Le scénario est d'une grande qualité d'écriture, on ne peut le nier. Le rythme est très rapide et prenant, notamment grâce au très efficace montage et la ravissante bande originale orchestrée par Alexandre Desplat ("Argo"). Celle-ci est superbement composée avec une grande ingéniosité et offre des thèmes qui restent en tête. Sublime. La réalisation est quant à elle froide, fixe et millimétrée, malgré la photographie aux couleurs variées et réfléchies. Les plans sont beaux, bien filmés et organisés. Les décors sont quant à eux assez impressionnants et donnent grâce à la réalisation une esthétique particulièrement travaillée. L'ambiance est sucrée et certaines situations délirantes. L'humour est omniprésent et le burlesque auquel le film rend hommage pondéré avec parcimonie afin de ne pas en abuser. Ce tout donne un superbe film, une oeuvre qui frôle la perfection et qui me tarde de revoir.
    Zoé B.
    Zoé B.

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 87 critiques

    4,0
    Publiée le 3 mars 2014
    Le roi du cadrage frontal a encore frappé. Plans de face millimétrés, travellings exactement latéraux… "The Grand Budapest Hotel" est un nouveau festival de ces compositions méticuleuses et drolatiques. Au scénario, cette fois (après les habituels complices, Owen Wilson, Noah Baumbach et Roman Coppola), Wes Anderson fait équipe avec un nouvel entrant, le peintre Hugo Guinness. Nous voici donc dans les années 30, dans une Europe centrale d’opérette (on pense beaucoup à la Syldavie de Tintin). On suit les aventures cartoonesques de M. Gustave, concierge du palace local, et de Zero Moustafa, le jeune groom qu’il a pris sous son aile. Victimes d’une terrible machination et bientôt rattrapés par l’histoire, les improbables duettistes (le distingué défenseur d’une élégance old-fashion, et l’orphelin apatride balloté par les guerres) nous entrainent dans un récit haletant. Anderson s’amuse comme un fou, convoquant un casting de rêve (grands rôles comme caméos), multipliant les trouvailles, enchâssant les histoires, variant même les formats en fonction des périodes... Mené à toute berzingue, et formellement parfait, "The Grand Budapest Hotel" est une imparable démonstration de sa maestria. Je regrette juste un peu ce qui pour moi faisait le prix de "La vie aquatique" ou de "Moonrise Kingdom" : l’émotion qui surgissait soudain, on ne sait pourquoi, au milieu du burlesque.
    Nyns
    Nyns

    Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 42 critiques

    4,5
    Publiée le 8 janvier 2017
    Je crois qu'on peut affirmer sans craintes que Wes Anderson a livré ici sa plus belle œuvre. Il réitère avec son univers fantaisiste, pétillant et naïf donc en 2013 avec The Grand Budapest Hotel. Il est très difficile de bouder son plaisir devant cette aventure endiablée réalisée avec le même panache que ces précédentes œuvres. Il sait raconter des histoires simples sur le papier mais qui derrière sa caméra basculent dans l'extraordinaire, ou le vice des personnages devient ce qui a de plus drôle et attachant, ou l'absurde est une facilité quasi innée et omniprésente, ou le meurtre le plus assassin soit-il se réalise sans violence visuelle, la liste est longue. Visuellement c'est toujours aussi bien travaillé, rien que pour le plaisir des yeux d'ailleurs The GBH mérite d'être vu et revu. Peut-être que l'histoire en elle-même, avec ses tenants et aboutissants correspond à ce que l'on retient le moins. Mais ce n'est qu'un gentil prétexte pour une aventure hôtelière originale, le moins qu'on puisse dire, fédératrice et pleine de généreuse bonne humeur.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 189 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mars 2014
    J'ai toujours apprécié Wes Anderson, c'est un réalisateur qui a un univers à lui, un style, du talent et du charme et pourtant ça s'arrêtai là, j'appréciais, sans plus et puis "Moonrise kingdom" est sortie et bon sang! Oui j'ai adoré et c'est son meilleur film, car simple et beau. Ses précédents films sont tous biens, mais c'est un peu trop farfelu, trop d'intrigues, trop de personnages. Alors, pour la sortie du "Grand Budapest hôtel" j'espérai retrouver un peu de la simplicité de "Moonrise Kingdom" évidemment ca ne sera pas le cas, car Wes Anderson fait défiler un à un tous ses amis dans le film et il y en a beaucoup, mais ca ne m'a pas gêné plus que ça, surtout quand on connait le propos du film qui est l'amitié avec un grand A. Beaucoup de petites intrigues, qui au final servent bien cette magnifique et émouvante histoire. Et puis drôle, beau et touchant à la fois. Et du début à la fin j'aime ce film qui est plein d'inventivité, tous les décors sont incroyables et la mise en scène est excellente. Les dialogues sont fantastiques, j'adore cette façon que Wes Anderson utilise pour ajouter des petits mots Français à chaque fois. Les acteurs sont bons et s'amusent comme des enfants, mention spéciale à Ralph fiennes, il y en a juste une qui m'a paru mauvaise c'est Léa seydoux dans son rôle de servante. Regarde bien la scène ou elle est avec Matthieux amalric quand il prend le tableau, elle tente de jouer à la manière des acteurs d'Anderson et ca ne le fait pas... Bref, Un excellent film, que je conseille vivement. Vous vous rendez au Cinéma et pendant plus d'1h40 vous rentrez dans un monde incroyable et vous oubliez tout. Les Américains commence fort l'année avec Wes et quand on sait qu'il va il y avoir encore cette année: David Gordon green, kelly reichardt, David Fincher, Terrence Malick, Jeff nichols, Paul thomas anderson et bien d'autres on n'a pas fini de passer de bons moments au cinéma.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 927 abonnés Lire ses 2 634 critiques

    4,0
    Publiée le 26 février 2014
    J'attendais beaucoup ce film, mais vraiment beaucoup, j'avais adoré le précédent Anderson au-delà de toute espérance, il fallait que celui-là soit aussi bien. Forcément à en attendre énormément on sort forcément un peu déçu, mais bon ça arrive. Anderson est l'un des rares auteurs actuels où tu premiers coup d'oeil on peut dire : ça c'est du Anderson, les acteurs, les personnages, la mise en scène (car elle est brillante), les décors, la photographie, tout pue, transpire, suinte le Anderson. Tant mieux ! J'ai trouvé ça moins posé que les autres, ça va à 300 à l'heure on ne s'emmerde pas une seule seconde, c'est frais, mais c'est surtout extrêmement inventif et drôle. Et on a toujours cet humour un peu particulier, on ne sait jamais s'il faut rire ou pleurer, j'aime bien. Et je dis inventif, mais chaque scène il y a une idée, chaque plan... et c'est sans parler de la photographie, ce rouge vif dans ascenseur, génial. Adrien Brody qui avance calmement dans les couloirs froids de l'hôtel ! Il n'a rien à envier à une autre fou dans un autre hôtel, plus lugubre ceci dit. La construction du film est assez particulière en récit enchâssés, j'ai bien mis 5 minutes à comprendre où il voulait en venir, mais ce qui est très bien fait c'est que ce n'est jamais lourd, on ne passe pas constamment d'une réalité à un autre. D'ailleurs le format du film change au fur et à mesure que l'on enchâsse les récits, idée simple qui rend magnifiquement bien. C'est un joyeux bordel avec des acteurs qui en font des caisses, mais ils en font des caisses de façon uniforme de sorte que tout passe infiniment bien dans le film, cet univers existe, on y croit et c'est génial. J'ai particulièrement adoré le fait que chaque second rôle soit tenu par quelqu'un de connu, mention spéciale à Adrien Brody et à Dafoe. Et le plus formidable c'est qu'en 10s les personnages existent, je pense surtout encore une fois à Dafoe, on a tout de suite compris. Et Saoirse Ronan est toute mignonne. Une bouffée de bonheur... Franchement je me suis amusé, mais je suis déçu que la mélancolie et la nostalgie ne surviennent que durant les 30 dernières secondes comme un coup de marteau sur la tête. Sans doute un des meilleurs films de ce début d'année, mais ma préférence reste à Moonrise Kingdom, ce nouveau cru me semble plus dans la moyenne de ce que fait Anderson d'habitude. Mais une chose est sûre c'est que ça m'a donné envie de lire Stefan Zweig.
    Lulabee-Scott
    Lulabee-Scott

    Suivre son activité 41 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 19 février 2014
    Classe, drôle, un poil émouvant, ce film de Wes Anderson en met plein la vue, autant du point de vue scénaristique que visuel. Rien n'est laissé au hasard, qu'il s'agisse des décors ou des costumes. Le casting et grandiose, et on appréciera particulièrement le côté déjanté de William Dafoe. En bref, un vrai plaisir :)
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 265 abonnés Lire ses 517 critiques

    5,0
    Publiée le 25 mars 2014
    Que dire si ce n'est que c'est génial? Encore plus Andersonien que les films d'Anderson précédents. Certes la portée du film n'est pas métaphysique, la forme l'emporte sur le fond mais qu'est-ce que l'on passe un bon moment ! Je vais dire des banalités mais c'est tellement bien filmé, photographié, joué, scénarisé, cadré et réalisé que l'on ne peut que crier au chef d’œuvre. Anderson nous a habitué à son style bien particulier, très cartoonesque, sa galerie de personnages exotiques, sa réalisation précise, mais là tout se passe comme s'il avait voulu en faire plus, beaucoup plus, et, miracle, ça passe ! On ne compte plus les seconds rôles, tous tenus par des personnalités prestigieuses, dont chacun, même après 5 secondes à l'écran existe dans le film et a son utilité, apporte un petit quelque chose. Mais surtout, là où c'est génial, c'est dans le cadrage hyper précis que le film nous inflige pendant 1h30, jamais un plan 3/4, tout est magnifiquement filmé, les mouvements de caméra sont hyper fluides, tout est réglé au millimètre. Souvent un trop grand formalisme casse le fond mais là c'est juste de la pure mise en scène. En plus l'humour est très noir, voire trash, on sait jamais s'il faut rire ou pleurer ou être mal à l'aise, c'est toujours très fin. Le seul défaut viendrait peut-être des récits entrelacés, puisqu'on l'on se demande un peu où l'on est pendant les 10 premières minutes, et car la plupart des récits ne servent finalement pas à grand chose. Pour finir, et ne rien gâcher, le duo d'acteurs principaux est juste excellent. Mon meilleur moment de l'année en salle jusqu'à maintenant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top