Mon Allociné
Au nom De Ma Fille
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,1 794 notes dont 131 critiques
13% 17 critiques 50% 66 critiques 26% 34 critiques 8% 11 critiques 2% 3 critiques 0% 0 critique

131 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
benoitG80

Suivre son activité 929 abonnés Lire ses 1 008 critiques

4,0Très bien • Publiée le 26/03/2016

"Au nom de ma fille" illustre remarquablement le combat sans nom de ce père meurtri, André Bamberski à travers l'affaire Krombach... Cette soif de vérité, ce besoin infaillible de la rétablir, après la mort de sa propre fille Kalinka tuée par son beau-père dans des conditions atroces, est ici fidèlement et soigneusement retranscrite par un Daniel Auteuil franchement crédible et un scénario linéaire mais parfaitement clair, voire très pédagogique pour le spectateur qui suit avec effarement le déroulé de cette histoire sordide dont on fera tout pour étouffer l'affaire et laisser en paix ce criminel ! En effet, chaque point trouble, chaque dysfonctionnement est extrêmement bien pointé et expliqué, de même que l'attitude de la mère sous la coupe de ce compagnon et médecin aux appuis bien mystérieux mais toujours infaillibles. Les difficultés s'empilent, et le millefeuille d'incohérences et d'aberrations de ce roman judiciaire est à nos yeux effarant ! André Bamberski, Allias Daniel Auteuil est d'une détermination et d'une ténacité sans limite, ce que le réalisateur arrive à montrer superbement dans la direction de cet acteur. Une histoire impensable où tout sera déjoué, faille par faille, grâce à un entêtement tenace et malgré la montagne de barrières qui s'élèvera encore et encore ! Et donc certes, malgré une réalisation scolaire, mais très efficace, Vincent Garenq arrive à tout mettre en place pour rendre édifiante cette histoire, tout comme il réussit à donner une vraie personnalité à chaque être, comme cette mère obstinément dans le déni jusqu'à une extrémité qu'elle ne pourra plus nier ! Dans ce rôle, Marie-Josée Croze est d'ailleurs étonnante. Presque 30 ans de lutte jusqu'à y laisser sa propre vie, pour l'amour d'un enfant disparu, pour un pardon de ne pas avoir été assez présent à ses côtés... Effrayant par bien des aspects, le constat est toujours le même, par ce silence d'autant mieux gardé quand il arrange et réconforte certains, tout comme ces effroyables affaires de pédophilie (Spotlight), dont on laisse la vérité bien enfouie pour ne pas faire de vagues et éclabousser les institutions...

Shantyswing

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 8 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 23/03/2016

Monsieur Auteuil nous offre une interprétration magistrale d un homme ravagé par la douleur de l impossible oubli. superbe !

JURISONIA

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

4,0Très bien • Publiée le 20/03/2016

Film juste, objectif, vrai sans être larmoyant. Le rythme parfait d'un thriller en fait presque oublier qu'il s'agit d'une histoire vraie sordide. Du Grand Daniel Auteuil. À voir sans hésiter

Emeline L.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 19/03/2016

Une affaire que je ne connaissais pas, de très bons acteurs et une mise en lumière d'une histoire qui a subit une justice inappliquée et inefficace. Bravo.

dagrey1

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 439 critiques

4,0Très bien • Publiée le 23/03/2016

A la fois un drame et une saga judiciaire, le dernier film de Vincent Garenq, "Au nom de ma fille", se regarde comme un thriller alors qu'il s'inspire d'un fait divers tout à fait réel. André Bamberski (Daniel Auteuil) se sépare de sa femme Dany (Marie Josée Croze) qui le quitte pour le docteur Krumbach, un médecin allemand divorcé père d'une petite fille. Un week end ou sa fille Kalinka a rejoint sa mère et son beau père, André Bamberski apprend son décès et découvre des zones d'ombre. Sur moins de 90 minutes, le réalisateur parvient à nous présenter une photographie de 30 ans d'histoire judiciaire dont les enjeux ont dépassé le cadre de l'instruction d'une simple affaire criminelle. Daniel Auteuil, toujours très bon, campe un André Bamberski plein de détermination qui aura combattu 30 ans de sa vie pour que la mort de sa fille Kalinka ne soit pas impunie.Marie Josée Croze et Sebastian Koch jouent également très bien dans ce film à la fois poignant et émouvant. Les séquences de "duel" entre les trois personnages du trio sont remarquables, notamment les scènes de deni de la mère de famille.

ffred

Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 2 562 critiques

4,0Très bien • Publiée le 19/03/2016

Voilà un fait divers encore très frais dans nos mémoires. L'épilogue de cette histoire ne date que de 2015, après avoir couru sur plus de trente ans. Depuis 2008 (à part le lamentable Comme les autres), Vincent Garenq n'a adapté que des faits d'actualité récents. Au nom de ma fille ressemble d'ailleurs beaucoup à ses deux derniers films, Présumé coupable et L'enquête. Pas des chefs d'oeuvres mais des mises en scènes solides et des scénarios adaptés des livres des personnages principaux. Les faits bruts (vu de leurs côtés donc), sans jugement, sans pathos, mais avec tout de même suffisamment d'émotion pour nous faire adhérer au récit et s'attacher à eux. Une fois de plus, le dénouement (que l'on connait) n'est pas une fin en soi. Le plus intéressant est le cheminement de la psychologie du personnage, de son enquête, plutôt sa quête de vérité et de justice. Quitte à tout perdre, de son travail à tous les êtres qui lui sont chers. Pour l'incarner, Daniel Auteuil fait le boulot proprement. Rien à dire. Un de ses meilleurs rôles depuis un moment. L'allemand Sebastien Koch est lui aussi très bien, tandis que Marie-Josée Croze n'est, malheureusement, pas toujours très juste. Toute la force du film est de faire tenir trente ans en 1h27. C'est donc condensé et donc forcement rythmé. On ne s'ennuie pas une seconde. Un film transcendé par une histoire forte, incroyable et intense, apparemment très proche de la vérité. La réalité dépasse parfois la fiction. On en a une belle belle preuve ici. Poignant. http://lecinedefred2.over-blog.fr/2016/03/au-nom-de-ma-fille.html

anonyme
Un visiteur
5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 20/03/2016

Exceptionnel !! Daniel auteuil au top Un tres bonne acteur . Un film avec plein d'emotion , a voir absolumegt

Dominique D.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

4,0Très bien • Publiée le 20/03/2016

Un trés beau film, touchant et émouvant et superbement bien interprété par Daniel Auteuil. Le film est pesant dès le début, je le recommande. Il est essentiel que ces histoires soient mises en lumière.

Cecile D.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 19/03/2016

Superbe film, très émouvant, très prenant sur un père qui s'est battu durant des années pour faire condamner le meurtrier de sa fille. Très belle prestation de Daniel Auteuil dans un rôle fort

closer444

Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 503 critiques

4,0Très bien • Publiée le 19/03/2016

Vincent Garenq s’est spécialisé dans les affaires judiciaires après son très joli premier essai « Comme les autres » qui parlait de l’adoption par les couples homosexuels. « Présumé coupable » revenait sur le cas Outreau avec brio tandis que « L’Enquête » s’occupait, de manière peut-être un peu trop complexe, de nous narrer la nébuleuse affaire Clearstream. Ici c’est le cas André Bamberski et le meurtre de sa fille Kalinka en Allemagne, affaire qui avait défrayé la chronique à l’époque, que le metteur en scène aborde. Le principal atout de ce film très factuel est le fait qu’il soit concis : Garenq parvient à rendre limpide et exhaustif une affaire qui s’étale sur plus de trente ans en la compressant en un long-métrage d’à peine une heure et demie. C’est un tour de force qui ne souffre donc d’aucune longueur ni scène inutile tout en n’occultant aucune phase de l’affaire. Par la magie de fondus noirs représentant les années passées entre chaque rebondissement de l’affaire, il prouve qu’il manie l’ellipse narrative avec brio. On pourrait reprocher à « Au nom de ma fille » une facture légèrement télévisuelle qui l’assimilerait à une grosse production (réussie) de TF1 ou à l’une de celles qui garnissent une émission du type « Les Dossiers de l’écran ». On sent néanmoins l’effort de rendre l’aspect visuel du film au niveau d’une production cinéma. Garenq n’est pas le meilleur formaliste qui soit mais son film est si réussi qu’on lui pardonnera. C’est haletant, captivant et passionnant à la fois et il rend les rouages de cette affaire limpides tout en dénonçant les dysfonctionnements de la justice française. Quant à Daniel Auteuil, il n’avait pas été aussi bon et investi depuis longtemps et cela fait du bien de la voir autre part que dans des comédies formatées pour les prime-time télévisés et souvent sans aspérités (voir le flop récent des « Naufragés »). Il parvient à nous émouvoir aux larmes à plusieurs reprises dans le rôle de ce père meurtri et combattif. Voilà donc un film judiciaire qui revient sur l’un des faits divers les plus marquants de l’histoire judiciaire française de manière extrêmement documentée avec précision et efficacité tout en nous faisant passer un excellent moment de cinéma. https://www.facebook.com/cinemapassion4444/

Les meilleurs films de tous les temps