Mon AlloCiné
Le Grand jeu
note moyenne
4,0
1690 notes dont 160 critiques
12% (19 critiques)
34% (54 critiques)
37% (59 critiques)
9% (15 critiques)
6% (10 critiques)
2% (3 critiques)
Votre avis sur Le Grand jeu ?

160 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 957 abonnés Lire ses 1 198 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 06/01/2018

« Le Grand jeu » fait la part belle à Jessica Chastain, c’est un rôle en or au propre comme au figuré pour un biopic où l’actrice est la propre narratrice de l’histoire de Molly Bloom, « Princesse du Poker » qu’elle interprète d’ailleurs royalement ! Et même presque trop bien, car si ce témoignage inspire et intrigue dès le début, tant Jessica est dans la peau de l’héroïne, le fait d’entrer dans un récit très explicatif, suivant un mode assez répétitif et pédagogique au niveau des parties de poker et de leur organisation, ainsi que que du déroulement et des nombreux rebondissements des événements, tout ceci en voix off, fait que le spectateur décroche un peu sur les bords... Au lieu de vivre pleinement ce qui est vécu, on assiste à une description très détaillée et surtout très récitée qui a au début, tout son intérêt mais le choix de ce procédé finit par mettre le spectateur un peu de côté, un peu comme un ami qui raconte ses aventures de A à Z, avec moult détails en se régalant plus lui-même, que son auditoire qui finit par s’ennuyer ! On reste malgré tout ébahi des sommes mises en jeu, presque écœuré de la facilité dont on les perd ou on les gagne, des magouilles qui s’en suivent, tout ceci étant absolument révoltant et indécent quand pendant ce temps, des enfants ont faim, des femmes et des homme sans avenir n’ont absolument rien pour vivre ! Bien sûr l’enjeu du film est cette Molly Bloom et ce qu’elle représente comme maîtresse femme qui règne sur son tapis vert, une femme à l’intelligence diabolique, aux méthodes inflexibles, huilées et imparables devant laquelle tous ces hommes de pouvoir immensément riches, fondent tout simplement comme le sucre dans un café noir ! C’est bien sûr son histoire, ce qu’elle a vécu au lieu de ce qu’elle devait vivre à partir d’un petit boulot apparemment sans importance et sans conséquences, qui interpelle et qui fascine, laissant pour compte ces joueurs, eux à peine ébauchés... Comme le dirait d’ailleurs ce Douglas un peu parti, celui qui aime se confier longuement à Molly : un véritable « concours de circonstance » a fait que... ! Et oui ! De fil en aiguille, de dollar en liasse et de liasse en lingot, l’oiseau se fait donc un nid bien doré mais à quoi bon, pour qui et pourquoi ? C’est donc cette fin que l’on suit d’ailleurs en filigrane depuis le début qui nous pique au vif vraiment, quand on saisit alors la vraie personnalité de Molly, ce qui l’anime vraiment alors qu’elle a justement toutes les cartes en mains pour se laver et rebondir ! Le face à face avec son avocat (Idris Elba) a donc de quoi nous régaler davantage ! C’est alors une autre partie de poker qui devient plus que passionnante enfin, et l’on se dit qu’à cet instant l’actrice est encore plus à son aise rappelant d’ailleurs son excellente prestation dans « Miss Sloane », où elle brillait tout particulièrement ! Et finalement, après une mise en bouche sans doute linéaire et longuette qui aurait mérité plus de piment, le cinéaste et très bon scénariste, Aaron Sorkin opère enfin un revirement efficace et plus palpitant... Alors l’argent fait-il vraiment le bonheur ? Pas si sûr... Et pas de quoi en avoir autant finalement !

beattyboop

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 93 critiques

4,5Excellent
Publiée le 07/01/2018

Il s’agit de l’histoire incroyable et apparemment vraie de l’ascension et la chute du personnage principal Molly Bloom organisatrice de parties de poker plus ou moins légales Comme dans "le loup de Wall Street" auquel ce film a souvent été comparé, le personnage principal est également le narrateur. C’est passionnant, rythmé de bout en bout et avec beaucoup de suspense. On ne s’ennuie pas une seconde pendant ce film de 2h20. Le traitement de l’histoire est très intelligent. Le passé se mêle au présent par petites touches, ce qui permet de ne reconstituer complètement l’histoire qu’à la toute fin du film. Les acteurs sont tous excellents. À voir !!!

Stephenballade

Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 941 critiques

4,0Très bien
Publiée le 04/01/2018

Avant de commencer à vous exposer mon avis, je vais commencer par vous poser une question. Aimez-vous lire ? Bien sûr, je devine sans peine que vous vous demandez ce qui me prend de vous poser cette question, puisque nous sommes là pour parler d’un film, et non d’un livre. Bon, je suppose que vous êtes au courant que "Le grand jeu" s’appuie sur le parcours incroyable de Molly Bloom, laquelle a couché sur le papier son histoire. Pourtant quelque peu réticent à l’idée d’adapter à l’écran l’histoire de ce petit bout de femme étonnant, Aaron Sorkin a pour sa première réalisation abordé le sujet d’une façon assez peu banale. En fait, en regardant le film, je n’ai pu m’empêcher de penser que le cinéaste a sorti le grand jeu de la narration, comme s’il se dédouanait d’avoir réalisé ce film. En effet, grâce à l’appui important de la narration en voix off, il donne l’impression au spectateur que Molly Bloom a tout orchestré de A à Z. J’ai eu plus ou moins l’impression de lire un livre en audio, comme ça se fait de plus en plus de nos jours pour les malvoyants. Sauf que là, nous avons les images en plus. Cette impression est renforcée par le fait que la narration est vivante : chaque phrase est rigoureusement illustrée par des images (par exemple la pyramide), le ton est décidé et l’élocution soignée, rapide, (donc tonique) et aménagée de pauses toujours bien placées. Le fait est que son interprète, à savoir Jessica Chastain, porte le film à bout de bras. Et bien, en plus ! Elle est continuellement présente à l’écran, et sur le peu de scènes où elle n’apparait pas, on sent quand même son influence. Dans tous les cas, ce ne sont pas la présence d’Idris Alba, ni même les courtes apparitions de Kevin Costner, de Graham Greene, et de Jeremy Strong qui y changent quelque chose. Le point de vue est donc en permanence donné depuis cette femme incroyablement volontaire, fuyant à la fois l’énorme désillusion causée par sa non-qualification aux Jeux Olympiques d’hiver et le comportement plus ou moins tyrannique de son père (Kevin Costner). Ce dernier est certes détestable, mais si on y regarde de plus près à condition de connaître un peu la psychologie des gens, ça cache une sorte de maladresse. laquelle, ça... Bref ! Le seul bagage de Molly Bloom est son tempérament de gagnante, et déjà le spectateur pourra le mesurer au cours de la scène pré-générique. Mais un tel tempérament, sûr qu’elle va le mettre à profit, et c’est ce qui va l’amener sous le feu des projecteurs… Pas comme elle l’entendait, cela va de soi. Si "Le grand jeu" retrace la vie de l’héroïne dès son plus jeune âge, il donne quasiment la fin de son histoire hors du commun aussi. Tout du moins, il révèle le commencement de ses déboires avec la justice. Pour tout ce qu’il y a au milieu, le remplissage est formidablement orchestré entre le temps présent (les nombreuses discussions avec son avocat) et le passé, à partir du moment où elle a quitté le domicile familial. Un remplissage au cours duquel on pourra se rendre compte de son opportunisme et de son intelligence, des qualités qui lui ont permis d’évoluer, pardon de gravir les marches qui lui permettaient de côtoyer le haut monde des personnalités les plus en vue. On pourra mesurer également ses qualités d’adaptation, par le changement de son look, pour le moins radical. Attention messieurs, les yeux risquent de vous piquer à plusieurs reprises par des toilettes qui lui vont à ravir, sans parler des magnifiques décolletés dont elle nous gratifie à plusieurs reprises. Ce n’est pas pour autant que son corps se matérialise en objet, non. C’est juste qu’elle met à profit son pouvoir d’influence, et après tout, quand dame nature a choisi de vous gâter sur le plan physique, autant en profiter, surtout dans ce milieu-là. Cependant pour une fois, aucune scène de sexe, pas même l’ombre d’une romance (bien qu’évoquée) n’ont été déployées. Le film nous raconte donc brièvement sa première ascension, puis la chute, brutale (c’est le moins qu’on puisse dire), puis sa nouvelle ascension, et enfin sa descente aux enfers. Aaron Sorkin a su rester fidèle à ce style de narration tout au long de son premier bébé. Le spectateur trouvera même dans un premier temps la mise en scène et le rythme flamboyants, mais peut se révéler à la longue quelque peu fatigant. Mais la priorité a été donnée à la psychologie de Molly Bloom, et ce n’est finalement pas plus mal de l'avoir respecté à la lettre. Une première réalisation convaincante et très prometteuse pour Aaron Sorkin. Avec en prime un chapeau bas à Jessica Chastain pour sa formidable prestation.

dydy-2306

Suivre son activité 658 abonnés Lire ses 2 611 critiques

4,0Très bien
Publiée le 04/01/2018

Franchement c’est un bon film, très bien écrit et réalisé, avec une Jessica Chastain au sommet de son art. Le scénario est bien construit, et présente une complexité que je ne soupçonnais pas au début. Et comment ne pas résistait devant le côté féministe et politique du film ? Le Grand Jeu, c'est le portrait d'une femme qui impose sa loi dans un monde d'hommes. La plus grande qualité du film s’est d’explorer le pouvoir féminin, et de mettre en avant Jessica Chastain (encore une fois son interprétation est parfaite, je pense qu’elle a toute ses chances pour une nouvelle nomination aux Oscars).

dominique P.

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 1 445 critiques

4,5Excellent
Publiée le 04/01/2018

Je n'avais jamais entendu parler de cette histoire. J'ai trouvé que ce film est vraiment très bien fait. C'est très prenant et palpitant. Aussi cela fait vraiment réfléchir sur la société, l'argent, les apparences, le capitalisme, les choses qui font changer le cours de la vie d'une personne, la famille. Cette femme a la particularité d'être intelligente et courageuse. Spoiler: Si elle s'est foutue dans tout ce merdier c'est en raison d'un accident idiot en compétition de ski puis après elle a eu le malheur de tomber sur un patron qui organisait des parties de poker et qui s'est montré ordurier avec elle. A la base elle se destinait à faire carrière dans le ski, puis suite à son accident à faire des études de droit puis une carrière dans la justice. Comme quoi des accidents ou des mauvaises rencontres peuvent changer le cours de la vie.

myosotis33

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 74 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 03/01/2018

2h20 et pourtant on ne les voit pas passer. Je n’ai aucune connaissance en poker, je ne m’attendais à rien de spécial en allant voir ce film et pourtant... Tout fonctionne à merveille. On est plongé directement dans l’histoire de vie de Molly Blum et le spectateur est tenu en haleine jusqu’à la fin. De bons acteurs, un bon scénario... à voir!!!!!!

tony-76

Suivre son activité 546 abonnés Lire ses 1 227 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/01/2018

Les jeux sont faits ! Premier grand film de 2018, Molly's Game est un film américain réalisé par le célèbre scénariste Aaron Sorkin. Celui qui a remporté un Oscar pour son intelligente écriture - The Social Network - de David Fincher et trouve sa place pour sa (première) réalisation sur une œuvre qu'il a lui-même scénarisée. Sorkin aborde un drame biographique sur l'histoire vraie d'une ancienne championne olympique de ski qui se recycle en organisatrice de jeux de poker où les célébrités, les patrons de grandes entreprises et même la mafia russe se joignent à la partie ! Mais le FBI va se mêler des affaires de Molly Bloom... Le récit se révèle fort captivant. On entre intimement dans la vie de cette femme brillante où le public va connaître son mode de vie, ses petits boulots, la relation tendue avec son père... Bien sûr, certains le qualifient comme « Le Loup de Wall Street au féminin » mais Molly's Game n'a pas suffisamment le charme et la folie de ce dernier ! Aaron Sorkin met comme à son habitude, des dialogues en rafale avec de longs monologues Spoiler: (comme celui avec l'avocat). C'est son identité propre, certains sont denses et d'autres peuvent quelque fois alourdir l'histoire. Certaines notions de droit viennent aussi complexifier la trame narrative. On a le droit à Spoiler: des flash-backs entre le passé et le présent et une narration en voix hors champ explicative, quasi omniprésente de l'actrice principale. Il est vrai que le long-métrage s'avère légèrement long, si on avait retiré vingt minutes, le film aurait gagné en efficacité ! Évidemment, les amateurs de poker seront interpelés par la vie trépidante de Molly, et les quelques précisions sur les techniques du jeu. Rien ne serait une réussite sans la présence de la talentueuse Jessica Chastain qui interprète une femme forte et indépendante que bien peu de situations et de gens peuvent déstabiliser, comme elle l'avait été dans le regardable Miss Sloane. La jolie rousse est au sommet de sa forme ! Chastain parvient à rendre le film à la fois sexy et déluré. Idris Elba tire aussi son épingle du jeu sous les traits de l'avocat de la femme d'affaires. Michael Cera incarne un escroc de la pire espèce s'illustre également bien à la tâche. Et les apparitions de Kevin Costner (dans le rôle du père) vient ajouter un peu d'émotion surtout avec Jessica Chastain (sa fille) ! La musique et l'ambiance de Molly's Game rappelle incontestablement The Social Network et aussi dont la manière le réalisateur expose les faits Spoiler: (le succès, le procès...). Pour conclure, Le Grand jeu ou Molly's Game est un film fascinant, intellectuel et quelque peu déroutant. Le scénariste et réalisateur Aaron Sorkin a fournit un très bon exercice dans la matière et s'avère vite encourageant pour la suite de sa carrière. Pour Jessica Chastain, un Oscar !!!

ffred

Suivre son activité 261 abonnés Lire ses 2 800 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/01/2018

Premier film en tant que réalisateur du scénariste à succès (The social Network, Steve Jobs) Aaron Sorkin. Annoncé comme le Loup de Wall Street au féminin, Le Grand Jeu n’a strictement à rien à voir avec le film de Scorsese à mes yeux. Pas le même milieu, pas les mêmes enjeux…Tout est solide ici. La mise en scène, serrée, tendue, élégante. Le scénario, un peu ennuyeux au début, surtout si on ne connaît pas le poker, mais on est très vite pris par le récit et le suspens (inspiré d’une histoire vraie que je ne connaissais pas). On a même parfois un peu d’émotion. Et puis la sublime Jessica Chastain. On parle déjà d’un Oscar pour cette prestation. Personnellement, même si elle est impeccable ici et parfaite pour le rôle, je l’ai déjà trouvée meilleure par ailleurs (dans Miss Sloane par exemple début 2017). Le reste de la distribution est également convaincant, d’Idris Elba à Kevin Costner en passant par Michael Cera ou Chris O’Downd. Au final, Aaron Sorkin a fait du bon boulot, c’est calibré et sans surprise mais c’est prenant et on ne s’ennuie pas. Efficace donc. On attend tout de même la suite pour nous convaincre définitivement...

closer444

Suivre son activité 362 abonnés Lire ses 736 critiques

3,5Bien
Publiée le 30/12/2017

Dès l’entame, une entrée en matière de haute volée très sportive sur fond de ski, Aaron Sorkin nous cueille avec brio. Pour son premier film en tant que réalisateur, le brillant scénariste de « The Social Network » marque avec sa patte reconnaissable entre toute la présentation en voix off de l’héroïne de son film, Molly Bloom. Les dialogues sont ciselés, croustillants et déclamés avec un débit mitraillette par une Jessica Chastain à laquelle ce verbiage semble parfaitement convenir. La suite ne démentira pas ce prologue. En effet, le scénariste devenu metteur en scène parvient à compiler sa science métronomique des mots et des échanges verbaux qui claquent telles des scènes d’action avec l’histoire passionnante (et vraie) de cette organisatrice de tournois de poker entre stars. Il a même là trouvé le sujet en or massif pour nous occuper l’esprit et nous passionner durant plus de deux heures sans que le rythme ne faiblisse jamais. Mais attention il faut suivre! Pas que l’intrigue soit retorse, elle est juste un peu touffue, mais les logorrhées verbales en continu ne permettent pas l’inattention si l’on veut bien savourer le long-métrage. « Le grand jeu » est un portrait de femme forte en apparence impeccablement campée par une Jessica Chastain impériale qui fait la passe de deux avec le non moins impérial « Miss Sloane » sorti en début d’année. Le montage habile et complexe sert le récit, chaque séquence amenant la suivante dans un effet de vases communicants très pertinent. Même si le contexte du film se situe dans l’univers des parties de poker clandestines, Sorkin a le bon goût de ne pas s’attarder sur les rouages de ce jeu. En effet, pour les profanes, voir des personnes jouer aux cartes tout un film n’est pas des plus passionnants. D’ailleurs, il s’essaye le temps d’une scène avec des inserts à nous le vulgariser quelques aspects du jeu mais c’est peine perdue. Le long-métrage dure près de deux heures et trente minutes et s’il s’avère très documenté et plein de détails ; néanmoins il ne faut pas chercher à tout comprendre. L’important ici étant la trame habituelle de tout destin de cinéma qui en vaut la peine : l’ascension, la chute puis la rédemption de son personnage principal et les raisons et conséquences de tout cela. Et à ce niveau c’est parfait. Enfin, le très beau face-à-face final entre l’héroïne et son père joué par Kevin Costner apporte le semblant d’émotion nécessaire qu’il manquait au film, même s’il verse dans un trauma psychologique un peu poussif. En revanche, on peut reprocher des seconds rôles très peu étoffés laissant le total champ libre à la reine Chastain qui phagocyte l’écran. Enfin, la mise en scène est élégante mais quelque peu fonctionnelle et datée, Sorkin brillant décidément bien plus par ses qualités d’écriture. Et si le côté star system aurait pu être plus fouillé car intéressant (davantage que l’aspect judiciaire), « Le grand jeu » demeure un très bon premier essai.

Pauline L.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 03/01/2018

Super Film avec de très bons acteurs et une histoire attachante! Aaron Sorkin nous a une fois de plus surpris avec un très bon film comme tous les autres.

Yves G.

Suivre son activité 156 abonnés Lire ses 1 114 critiques

4,0Très bien
Publiée le 03/01/2018

Molly Bloom (Jessica Chastain) est une fille du Colorado élevée par un père tyrannique (Kevin Costner) qui rêve d'en faire une championne olympique de ski. Ses rêves de médaille évaporés suite à une mauvaise chute, elle débarque à Los Angeles et devient l'assistante d'un joueur de poker qui organise des parties homériques avec quelques stars d'Hollywood. Elle apprend tant et si bien de son mentor qu'elle se met à son compte. À Los Angeles d'abord puis à New York. Molly Bloom a beau tout faire pour rester honnête, son succès insolent causera bientôt sa chute et son arrestation par le FBI. Défendue par un ténor du barreau (Idris Elba), sera-t-elle blanchie par la justice ? L'ascension, la chute et la rédemption d'une idole déchue racontée avec une voix off et des flashbacks. Un air de déjà vu ? Sans doute. "Le Loup de Wall Street", "Lord of War", "Boogie Nights" étaient écrits sur le même schéma et constituent des modèles difficilement dépassables. D'autant que Molly Bloom n'a pas le charisme du trader Jordan Belfort ou du trafiquant d'armes Yuri Orlov. "Le Grand jeu", inspiré de son autobiographie, tente de façon trop voyante de la réhabiliter pour être tout à fait honnête. Sauf que "Le Grand Jeu" a pour héroïne Jessica Chastain et pour réalisateur et scénariste Aaron Sorkin. Jessica Chastain is back. Moins de deux ans après "Miss Sloane", la WonderWoman de Hollywood est à nouveau seule à l'affiche. Juchée sur de vertigineux stilettos, maquillée comme une star du X, coiffée à la Veronica Lake, habillée dans les tenues les plus provocatrices, les seins moulés dans de vertigineux décolletés, elle est de tous les plans. Froidement dominatrice. Magistralement impériale. Follement séduisante. Comme dans "Zero Dark Thirty" où, dans une tenue moins élégante, elle endossait déjà un rôle similaire de maîtresse femme. Qu'elle fasse ainsi la nique à tous les seconds rôles masculins réduits au rôle de faire-valoir n'est pas anodin à l'époque du scandale Weinstein qu'elle n'a pas hésité à dénoncer. Ce film, cette actrice participent d'une évolution de Hollywood qui n'hésite plus à donner le premier rôle à une femme qui n'est ni mère ni putain. Julia Roberts avait ouvert la voix avec "Erin Brockovitch" en 2000 ; les Jessica Chastain movies sont en train d'en faire une autoroute. Après avoir scénarisé l'une des meilleurs séries ("West Wing") et l'un des meilleurs films ("The Social Network") de la décennie précédente, Aaron Sorkin passe (enfin) derrière la caméra. Sa marque de fabrique : des conversations à bâtons rompus, des joutes verbales d'une folle intensité, d'incessants allers-retours temporels. Accrochez vous à votre fauteuil. Ne perdez pas un détail. Et révisez vos règles de poker si vous ne voulez pas être complètement largués. Dextérité vaine ? Brio inutile ? Le reproche serait excessif. Car Aaron Sorkin a une vertu rare. Il parie sur l'intelligence du spectateur. Pas sur son cœur. "Le Grand jeu" est un film froid, cérébral - qui aurait pu s'éviter une séquence inutile entre le père et sa fille au bord de la patinoire de Central Park. Laissons à d'autres réalisateur de RomCom le soin de nous attendrir. Remercions Sorkin de nous rendre moins bêtes.

MC feely

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 443 critiques

3,5Bien
Publiée le 14/01/2018

Une réalisation convaincante avec la narration en continue à la Scorsese que j'apprécie grandement!L'histoire est quand à elle intéressante alors après pour moi il faut connaitre un minimum le Poker pour s'y intéresser mais personnellement j'ai bien aimé!Ça captive bien pour la durée du film qui est assez longue même si il m'est arrivé quelques petits décrochages sur certaines scènes.L'ensemble est intéressant et les acteurs à la hauteur donc 3,5/5

Isabelle L.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 13/01/2018

Histoire touchante et l'intrigue est bien ficelée. On ne voit pas le temps passé et la fin est juste parfaite.

garnierix

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 56 critiques

4,5Excellent
Publiée le 12/01/2018

C’est la presque vraie vie de Molly, ou les vertus d’aller d’échec en échec (dirait Churchill –cité dans le film). A Circé la magicienne, Molly se compare: mais en fait non, les très exclusifs clients de ses tables de poker ont déjà les sens corrompus par le plaisir du jeu, de l’argent et du pouvoir; elle n’est là que pour les servir, et se servir au passage. Personnage rare et ambigu que cette Molly, une trajectoire de vie rare et ambigüe, un quotient intellectuel et physique rare et ambigu, des choix rares et ambigus. Brillante mais du côté obscur? C’est film original et difficile. Le paysage du film est donc constitué de quelques planètes bien à part: la mafia, l’art, les stars, etc, qui s’adonnent au jeu de poker, au jeu d’argent. Et au jeu de pouvoir finalement. Ces planètes ont leurs nababs, et Molly est leur nababesse quand il se retrouvent chez elle pour jouer. Mais même si le film parle beaucoup de poker, son centre reste la vie de Molly: son ascension et sa chute, ou plutôt ses ascensions et ses chutes, puisqu’elle va d’échec en réussite et vice-versa; sa vie qui a pris racine dans l’enfance et qui croise en route des personnages miroirs –comme tout le monde (on s’y retrouve éventuellement). A côté de ces planètes, se trouve l’astre de la justice: c’est un autre aspect du film, qu’on ne quitte pas, et qui constitue en quelque sorte son troisième intérêt (après Molly et le poker). On entre dans le système judiciaire américain, qui est inextricable comme tous ces systèmes d’ailleurs (on a toujours l’impression qu’on ne va pas en sortir vivant) –là, c’est également palpitant, et la fin est si incroyable qu’on se demande si c’est vrai. Évidemment, pour réaliser cela, il fallait être un orfèvre, et un orfèvre sacrément courageux, pour visiter ces mondes compliqués: il s’agit d’Aaron Sorkin (il a déjà raconté ‘The Social Network’, ‘Steve Jobs’). Beaucoup de flashbacks. Ça cause beaucoup (et à la fin on réalisera si Sorkin bluffait ou non!). Mais Jessica Chastain le sert merveilleusement avec ses longs monologues, ses longs silences, ses airs de Circé malgré tout; et l’avocat Idriss Elba aussi. Ces deux personnages n’ont d’ailleurs aucun mal à reprendre leur souffle, à la différence du spectateur moyen –forcément, c’est tout sauf simple cette histoire, ce n’est pas un film léger, et il faut garder toute son attention sans relâche pendant 2h20. Mais c’est tellement bon.

ferdinand75

Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 2 457 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/01/2018

Un bon film qui repose principalement sur une très bonne interprétation de Jessica Chastain et de Idris Elba que l'on re-découvre comme un très bon acteur , avec une grande sensiblité Le film est parfois un peu long, avec beaucoup de dialogues , voir de monologues, Mais globalement le destin de cette femme, poussée par un père autoritaire et exigeant , qui choisit une voie alternative , nous intéresse. Les méandres de ces parties de poker de haut niveau avec VIP est une découverte.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top