Mon AlloCiné
L'Apparition
note moyenne
3,6
927 notes dont 175 critiques
15% (27 critiques)
37% (65 critiques)
22% (39 critiques)
15% (27 critiques)
5% (8 critiques)
5% (9 critiques)
Votre avis sur L'Apparition ?

175 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 930 abonnés Lire ses 1 257 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/03/2018

« L’Apparition » questionne, interpelle, sème le trouble mais révèle aussi une excellente actrice lumineuse, rayonnante, Gallatea Bellugi ! L’angle d’approche choisi par Xavier Giannoli pour ce dernier film, est pour le moins original et intrigant, à savoir une enquête canonique confiée à un journaliste et donc diligentée par l’Église à propos d’une éventuelle apparition de la Vierge Marie dans les Alpes, à travers les yeux d’Anna et donc ainsi valider ou pas cet événement... Vincent Lindon aura ici un rôle complexe, évolutif à mesure que ces investigations l’amènent à des découvertes troublantes, où l’aspect cartésien entre en lutte avec le côté affectif, voire une certaine fascination pour Anna... De même que son travail de journaliste le conduira aussi à envisager des hypothèses, ou faire des recherches pas toujours bien acceptées par l’équipe censée l’entourer. Et donc tout un questionnement entre rationnel et irrationnel va émerger chez cet homme, jusqu’à le tarauder, voire le perturber et même dépasser les fonctions pour lesquelles il aura été recruté... La relation qui se tisse avec cette jeune voyante devient donc assez fascinante. Tout le problème des croyances en quoi que ce soit est ici au centre du film, et habilement Xavier Giannoli va nous permettre d’aboutir à ce niveau à une réflexion presque dérangeante, sur le vrai, sur le faux, sur la frontière entre les deux, sur la réalité de notre propre existence, comme si celle-ci pouvait presque être le fruit de notre imagination... Tout est ici remis en jeu, la religion, l’existence de Dieu, les apparitions, notre vie parmi tous cela jusqu’à même ce que nous représentons dans le rapport temps/espace, comme si notre réalité était presque au fond une forme d’illusion ! Tout un questionnement émergeant sur la foi, sur ce qui nous arrange de croire ou de ne pas croire... Un film qui dépasse ainsi le sujet même de cette histoire, pour aller vers des pistes complexes qui nous interrogent vraiment...

dominique P.

Suivre son activité 241 abonnés Lire ses 1 558 critiques

4,5Excellent
Publiée le 14/02/2018

En général, j'apprécie bien les films du réalisateur X. Giannoli car il fait toujours de bons films intéressants et soignés. On est sûrs d'avoir une bonne histoire bien filmée et bien racontée. C'est encore le cas avec ce film là. V. Lindon est magistral et remarquable dans son rôle de journaliste / reporter. Que l'on soit croyant ou pas, il faut vraiment voir ce film pour le scénario en béton. Pendant 2 h 20 (c'est long mais on ne voit pas le temps passer) on est vraiment happés par cette enquête captivante et fascinante. Il y a beaucoup de questions, de rebondissements et on est comme ce journaliste qui enquête, on est curieux, on essaye d'en savoir plus, de comprendre et j'ai passé un excellent moment de cinéma. D'autant que ce film ne parle pas que de religion mais aussi de la société, des enfants abandonnés et vivant soit en famille d'accueil soit en foyer et du métier de journaliste. Ce film a beaucoup de sensibilité et de justesse.

poet75

Suivre son activité 132 abonnés Lire ses 539 critiques

4,5Excellent
Publiée le 16/02/2018

La vérité et le mensonge, l’imposture qui n’en est pas tout à fait une, ce sont des thèmes que Xavier Giannoli se plaît à explorer de film en film. Mais aujourd’hui, l’approche qu’il adopte pour les aborder n’a rien de banal, on peut même la trouver audacieuse, puisque c’est celle de supposées apparitions de la Vierge Marie. Dans une petite ville du sud-est de la France, une jeune fille prénommée Anna (Galatéa Bellugi) prétend avoir vu, à plusieurs reprises, la Vierge Marie. Il n’en faut pas davantage pour provoquer, en ce lieu, l’affluence de pèlerins venus du monde entier, au point que les autorités civiles s’en inquiètent. L’Église n’est pas en reste et, comme elle le fait toujours dans ces cas-là, manifestant une extrême prudence, elle diligente une enquête canonique. Comme l’affirme un des membres de l’autorité ecclésiastique : « L’Église préférera toujours passer à côté d’un véritable miracle plutôt que de valider une imposture. » Un petit groupe de clercs et de laïcs se trouve donc en charge de l’enquête. Parmi eux, contrastant dans cet ensemble, est missionné un journaliste prénommé Jacques (Vincent Lindon), tout juste revenu (rescapé, pourrait-on dire) d’un théâtre de guerre où l’un de ses compagnons a perdu la vie. Lui qui vient d’échapper à l’enfer et qui en est resté meurtri au point de se calfeutrer chez lui en recouvrant les fenêtres de son domicile avec des cartons, le voilà envoyé enquêter sur le paradis ou, en tout cas, sur une prétendue manifestation qui en émane. Au prêtre qui lui demande s’il est croyant, il répond vaguement qu’il a fait sa communion mais qu’il a cessé de pratiquer depuis longtemps. Or toute la force et l’intérêt du film viennent précisément de la rencontre de personnages qui n’ont, à priori, rien de commun : un journaliste qui s’attelle à la tâche d’enquêteur qui lui a été confiée et une toute jeune fille qui affirme ne pas mentir lorsqu’elle déclare avoir vu la Vierge Marie. C’est donc un vrai film d’enquête qui nous est proposé, un film pas très différent de ceux qui mettent en scène des policiers ou des journalistes cherchant à faire la vérité à propos d’une affaire illégale. Les investigations menées par Jacques le conduisent d’ailleurs à faire la lumière sur des supercheries et des manipulations. L’entourage de la supposée « voyante », s’il n’est jamais présenté avec mépris par le cinéaste, n’en est pas moins tenté de profiter de l’événement à des fins que l’on aurait du mal à justifier. Cependant, et c’est là que le film atteint des sommets, même si les investigations de Jacques lui permettent de faire des découvertes étonnantes, le menant, en particulier, sur la piste d’une amie d’Anna dont le rôle, dans toute cette histoire, a peut-être été déterminant, il reste, au bout du compte, quelque chose de l’ordre d’un mystère insondable. Dans le compte-rendu qu’il fait parvenir aux autorités du Vatican, il le reconnaît lui-même, il ne lui est pas possible de faire la lumière sur tout. Disons qu’il a résolu des mystères, mais que le Mystère (avec un M majuscule) est resté entier. Lui qui cherchait des preuves, il s’est heurté à ce qui le dépasse, à quelque chose de l’ordre de la foi. Anna elle-même, avec son surprenant regard, avec ses gestes de tendresse, l’a ébranlé, bien plus qu’il ne veut peut-être l’avouer. À sa façon, tout en nous captivant presque comme un thriller, ce film nous interroge en nous faisant entrevoir autre chose que les apparences.

traversay1

Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 2 766 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/02/2018

A 26 ans, Xavier Giannoli avait déjà reçu une Palme d'Or et un César du meilleur film. Pour un court-métrage, s'entend, son dernier en date avant de plonger dans l'aventure du long avec Les corps impatients. L'apparition est son 7ème film et ce n'est pas celui-ci où il décevra les attentes (d'accord, Superstar n'était pas fameux mais c'est l'exception qui confirme la règle). Il s'attaque au "grand mystère", celui de l'existence de Dieu à travers ses manifestations par l'entremise de la Vierge Marie auprès des humains. Vaste sujet, traité avec une saine ambition, porté notamment par les envolées musicales d'Arvo Pärt, mais aussi avec modestie, dans le respect de la foi, tout en fustigeant le marketing opportuniste autour des apparitions. L'imposture et le mensonge sont des constantes des derniers films de Giannoli mais il faut y ajouter un sens du romanesque qui n'a guère d'équivalent dans le cinéma français d'aujourd'hui, si ce n'est chez Audiard. Pas de certitude assénée dans L'apparition mais un dialogue constant entre le visible et l'invisible, symbolisés par deux personnages, celui du journaliste chargé de mener l'enquête canonique (Lindon, remarquable) et celui de la "voyante", une Bernadette Soubirous du XXIe siècle (Galatea Bellugi, sidérante). Les scènes entre eux, a priori les pires ennemis du monde, sont tendres, tactiles et magiques. Avec une poignée de rôles secondaires très présents et un travail documentaire énorme pour nourrir le scénario, le film impose comme un trouble évident où le fait de ne pas avoir de certitude est en soi la meilleure des leçons de vie. Et non, le film, avec ses allures de thriller, n'est pas trop long, il prend son temps, ce qui est différent. On peut éventuellement tiquer sur son démarrage (Lindon accepte trop facilement sa mission) et sur le dénouement (une sorte de twist pas vraiment nécessaire) mais ce ne sont là que péchés véniels.

Christoblog

Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 1 043 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 21/02/2018

L'apparition commence très bien. Xavier Giannoli parvient à installer rapidement une ambiance qui suscite la curiosité du spectateur. Les arcanes secrètes du Vatican, l'attitude circonspecte des autorités religieuses, la constitution de la commission d'enquête façon thriller : tous ces éléments contribuent à installer un vrai suspense. L'attitude purement rationnelle du personnage que joue Vincent Lindon fait plaisir à voir, alors que la jeune fille qui voit les apparitions (Galatea Bellugi) est remarquable par son jeu neutre et impénétrable. Malheureusement (et c'est une constante dans le cinéma de Giannoli), le film ne tient pas la distance et part progressivement en quenouile : une nouvelle preuve que les réalisateurs ne font pas forcément de bons scénaristes. Dans sa deuxième partie, L'apparition perd donc progressivement de l'intérêt. L'extraordinaire coïncidence de l'icône est un coup de poker scénaristique qui ne fonctionne pas. Le basculement de Jacques dans la colère nuit à l'originalité du film, comme d'ailleurs l'effacement progressif de la commision d'enquête. Le final est lourdingue, l'escapade en Syrie et la résolution de l'intrigue à la va-vite est une très mauvaise idée : toute l'ambiguïté que le film avait patiemment construite autour du mystère d'Anna est balayé par une scène de quelques secondes, d'une banalité effrayante. Un film qui commence en ballerines et finit en gros sabots.

Cinemadourg

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 414 critiques

3,5Bien
Publiée le 15/02/2018

Au départ, je ne suis pas un grand fan de Vincent Lindon, même si j'ai pu l'apprécier dans certains rôles comme dans "L'étudiante", "Paparazzi", "La crise", etc... Mais je dois reconnaître que son personnage de grand reporter, secoué par le décès d'un ami, puis appelé pour une enquête canonique sur une jeune fille ayant vu une manifestation de la Vierge Marie, m'a vraiment touché et plu. Véritable apparition divine ou totale imposture ? Toute l'intrigue est là et le puzzle de ce thriller se met en place par petites touches superbement distillées dans ce monde très particulier de l'église catholique avec ses codes et surtout ses secrets. Vincent Lindon est impressionnant de charisme, la jeune Anna (Galatéa Bellugi) est touchante de sincérité et de pureté. Quelques longueurs (le film dure 2h17) mais une authentique plongée au coeur des croyances et de la religion : une vraie bonne intrigue ecclésiastique ! Prenant, intéressant et très bien réalisé ! --> Site CINEMADOURG <--

Yves G.

Suivre son activité 203 abonnés Lire ses 1 238 critiques

3,5Bien
Publiée le 19/02/2018

Reporter de guerre, traumatisé par la mort de son photographe en Syrie, Jacques Mayano (Vincent Lindon) est mystérieusement convoqué au Vatican. On lui propose d'y présider une commission d'enquête canonique. Une jeune novice (Galatea Bellugi), dans les Alpes françaises, prétend avoir vu apparaître la Vierge. Couvée par un prêtre en rupture de ban (Patrick d'Assumçao), cette jeune orpheline élevée en foyer qui vient de rejoindre un couvent de moniales avait seize ans à peine au moment des faits. Des pèlerins affluent en masse sur les lieux de l'apparition, inquiétant à la fois les autorités civiles et religieuses. Cinéaste de la mystification, le réalisateur de "Marguerite" et "À l'origine" s'avance sur le terrain miné de la foi. Il traite une apparition mariale sur le mode du thriller - en confiant bizarrement le soin de l'enquête non à un policier mais à un journaliste. Et il y réussit magistralement, multipliant les fausses pistes et les rebondissements. Il y est aidé par une distribution impeccable. Vincent Lindon joue toujours le même rôle : celui du type taiseux et bourru qui ne comprend pas, s'interroge et s'énerve. mais ce rôle là lui va comme un gant et colle au personnage de Jacques Mayano. Déjà remarquée dans les excellents "Réparer les vivants" et "Keeper", deux de mes films préférés de l'année 2016, Galeata Bellugi irradie. Ses yeux bleus, sa peau diaphane, sa voix douce donnent au personnage de la jeune voyante une crédibilité sans laquelle le film aurait boîté. Mais le thriller a ses limites : il appelle une fin simple où l'on voit l'enquêteur élucider le mystère. Et bien souvent cette élucidation est plus décevante que l'enquête qui y a conduit. Ici, le problème semble binaire : soit les apparitions ont eu lieu, soit elles sont le produit du cerveau malade d'une jeune fille mythomane. Tout le film navigue entre ces deux possibilités et nous fait toucher du doigt la difficulté de prouver aussi bien la réalité d'un phénomène paranormal (comment "prouver" une apparition mariale ?) que son inexistence (comment apporter la preuve négative que la Vierge n'est pas apparue ?). La critique hélas n'a pas le droit de révéler la solution de l'énigme. Elle est étonnante. Je lis ici ou là qu'elle est artificielle. Le Monde, qui a la dent dure, évoque - non sans humour - un deus ex machina. Bien au contraire. J'ai rarement vu conclusion plus intelligente, résolution d'une énigme plus subtile et plus appropriée. Elle tient à distance le mensonge et la vérité et dépasse l'alternative simpliste dans laquelle le scénario semblait s'être enferré. Surtout, elle esquisse une voie de sainteté inattendue loin du Barnum ridicule des lieux de pèlerinage, vers une démarche plus modeste de pardon, de sacrifice et d'amour.

Sophia S.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/02/2018

Dérangeant. C'est le mot qui reflète le plus ce long métrage selon moi... Mais c'est tout l'intérêt du sujet du film : être interpellé et ressortir avec encore plus d'incertitudes. La croyance est définitivement subjective !

DAN FUR

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 5 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/02/2018

L’Apparition de Xavier Giannoli est un drame théologique qui envoie Vincent Lindon enquêter sur les affirmations d’une novice de 18 ans, Galatea Bellugi clamant avoir vu la Vierge Marie dans un petit village provençal. C'est un film qui peine à emporter en dehors d’un Vincent Lindon comme toujours très convaincant et d’une mystérieuse Galatea Bellugi. L’Apparition sonne comme un film magnifique, intrigant et contrarié par son absence de point de vue affirmé, reflet d’une volonté de garder le mystère de la foi. Je recommande

colombe P.

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 502 critiques

3,5Bien
Publiée le 17/02/2018

Un journaliste-reporter de guerre se voit confier une enquête. Il va la mener parfaitement, avec sérieux et humanité. Elle va durer plusieurs semaines et il va rencontrer différents protagonistes liés à la jeune femme. C'est très intéressant, inquiétant et passionnant. Cependant, j'ai été un peu déçue Spoiler: du dénouement qui est complètement lié à la meilleure amie de la jeune femme. Spoiler: En effet, sa meilleure amie qu'on ne voit pratiquement jamais tout au long de l'enquête, est un élément tout d'un coup crucial à la fin et c'est alambiqué et décevant.

closer444

Suivre son activité 421 abonnés Lire ses 804 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 09/02/2018

Xavier Giannoli poursuit une thématique qui le suit de près ou de loin depuis plusieurs œuvres de sa filmographie. Après, entre autres, l’escroc qui va se rêver responsable de chantier et embobiné toute une commune dans « A l’origine » ou la bourgeoise sans voix se rêvant chanteuse d’opéra dans « Marguerite », le revoilà traitant du sujet de l’imposture dans « L’Apparition ». Mais, encore une fois, le contexte et le genre sont complètement différents ici. Cependant, il est passionnant de voir un auteur se focaliser sur le même thème de manière radicalement différente au gré de ses long-métrages avec une obsession quasi unique dans le cinéma français. Ici, il est question d’une enquête sur les apparitions de la Vierge Marie à une jeune fille. Se greffe donc à l’éventuelle imposture de celle-ci, un film d’investigation en forme de thriller et un film psychologique sur la foi. Très beau programme, d’ailleurs plutôt bien étudié, mais encore une fois beaucoup trop long comme souvent chez Giannoli. La mise en place du film - toute la première demi-heure - est un modèle d’explication des faits et de mise en jambe cinématographique. Le metteur en scène expose les enjeux de la manière la plus fluide et limpide qui soit. Il parvient à rendre l’accroche de « L’Apparition » à la fois intrigante et prenante sur un thème intéressant qui s’est très rarement vu traité par le cinéma français. On pense d’ailleurs à toutes cette vagues du début du millénaire provenant des Etats-Unis où sortaient des films à tendance fin du monde exploitant religion et satanisme (« La Fin des temps », « Les Âmes perdues », …). Ici c’est un peu le pendant naturaliste et film d’auteur de ce type de film, on pense notamment à « Stigmata », certainement l’un des meilleurs fleurons du genre. Sauf qu’ici pas de scènes horrifiques, pas de moments d’angoisse, plutôt un thriller au traitement prosaïque mêlé à un questionnement sur l’aspect surnaturel de la religion et l’identité. Et si ces atermoiements sur la notion d’imposture ont donc déjà été vus, on apprécie quand le réalisateur convoque le film d’enquête et suit un Vincent Lindon en quête de vérité. D’ailleurs le comédien, à l’air fatigué comme jamais, est encore une fois exemplaire. Mais plus le film passe, plus le temps se fait long. Giannoli oublie encore une fois d’être plus concis et elliptique et n’évite pas les redondances dans certains passages qui auraient pu être coupés. Et si la fin se pare clairement de fantastique dans son refus d’explications, on aurait tout de même aimé quelle soit moins précipitée et en savoir plus. En l’état elle nous apparaît un peu décevante. C’est dommage car le sujet est passionnant et n’oublie pas en passant d’égratigner les faiseurs de miracle et la commercialisation opportuniste de ceux-ci. On peut également louer la beauté de certains plans du cinéaste comme l’errance finale de la jeune Gallatea Bellugi (une révélation) ou ce travelling avant sur des plumes de matelas s’échappant d’une pièce de couvent, scène aussi belle qu’un véritable tableau de maître. « L’Apparition » est donc un film rare, intéressant, peut-être le plus abouti de son réalisateur mais il pêche par une fin exsangue et surtout une durée beaucoup trop généreuse qui peut parfois lasser son spectateur. Et, conséquemment, l’empêche d’être le bon film qu’il aurait pu être. ¨Plus de critiques sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

cleothelittlecat

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 31 critiques

3,5Bien
Publiée le 26/02/2018

Le scénario de L’apparition est brillant. Aborder le thème des miracles religieux par le prisme d’une commission d’enquête est original. Il prouve que l’Eglise peut douter, et qu’elle cherche autant à se protéger qu’à protéger ses fidèles. L’enquête est complexe, le dénouement inattendu. Les personnages sont touchants, justes, et brillamment interprétés. On parle de miracle, et pourtant ce sont les sentiments humains qui nous marquent. Pour moi le bémol se joue sur le rythme du film. Certains plans, volontairement lents voire fixes, évoquent l’aspect extatique de l’héroïne, ou l’intemporalité de la religion. Mais à trop s’allonger, le récit perd en rythme et en tension.

JS Cau

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 96 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/02/2018

Un film très intéressant sur la question de la foi. Formidablement bien interprété, mention spéciale à l’actrice, avec un très bon suspense. Une fin peut être un peu bâclée néanmoins, et quelques raccourcis ds le scénario.

ffred

Suivre son activité 274 abonnés Lire ses 2 854 critiques

4,5Excellent
Publiée le 15/02/2018

Depuis son premier film Les corps impatients (2003) Xavier Giannoli ne m’a jamais déçu. Même si Marguerite n’est pas mon préféré de sa filmographie. Il revient aujourd’hui avec un sujet peu traité au cinéma (à part la flopée de film sur Bernadette Soubirou) : les apparitions divines. Le tout est fait avec une grande simplicité, que ce soit dans la mise en scène (solide, sans fioritures), le scénario (très malin, mystérieux et qui ne juge pas) ou l’interprétation. Vincent Lindon, que je n’ai jamais trop apprécié, trouve ici un très beau rôle. Il est d’une grande sobriété, très convaincant. La jeune Galatea Bellugi est une belle révélation, tandis que Patrick d’Assumçao est assez terrible en prêtre protégeant la jeune voyante. Le récit peut laisser perplexe pour quelqu’un de non-croyant mais s’avère être assez passionnant. Foi, doute, fanatisme, manipulation, se mélangent pour nous tenir en haleine de façon intrigante, pendant 2h17 qu’on ne voit pas passer, jusqu’à un dénouement inattendu. Au final, on ressort perplexe, avec plus de questions que de réponses, mais en ayant passé un excellent moment. L'apparition est donc un efficace vrai thriller, tout aussi policier que religieux, parfaitement maitrisé. Un mélange des genres captivant aussi intense que profond. Une très belle surprise.

Beirnaert D.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 15/02/2018

Ce film est bouleversant par la richesse du doute que met en lumière ce film en comparaison à la pauvreté de la certitude.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top