Mon AlloCiné
La Vérité
note moyenne
4,3
589 notes dont 93 critiques
37% (34 critiques)
44% (41 critiques)
18% (17 critiques)
1% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Vérité ?

93 critiques spectateurs

Luc G.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 84 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/12/2017

La vérité, c’est que BB n’a jamais été aussi désirable qu’en Dominique Marceau. Tout mâle assis dans la salle de cinéma avec moindrement un peu de charme aurait pu connaître le sort de Gilbert Tellier. Le drame avec Brigitte Bardot, c’est qu’on met en scène le symbole avant le personnage. Certains ont eu la gentillesse de relever ses talents de tragédienne dans ce film. Accordons-lui quelques moments plus convaincants, mais les larmes sont de toute évidence celles des maquilleurs. Sami Frey est tout aussi limité et inégal. Pour sa part, Marie-José Nat démontre de réels talents d’actrice. Le meilleur en fait se passe au tribunal. Les avocats ont de l’aplomb et l’ambiance de la cour, pleine à craquer, est justement orchestrée. Le récit démontre bien que nous ne sommes qu’à la sortie de l’ère judéo chrétienne et que les préjugés sont encore très féroces envers ceux qui cherchent à s’en libérer. La crise sociétale qui se pointe est illustrée ici par la guerre relationnelle tumultueuse que se livrent les deux sœurs aux profils psychologiques bien différents. Issues d’une famille des plus rigides, l’une rentre parfaitement dans les rangs, l’autre les rompt avec une désinvolture à faire retrousser les soutanes. À la fin de la première journée des audiences, Dominique Marceau renverse les rôles. C’est elle qui accuse. On coupe court à son cri du cœur contre l’incompréhension et l’hypocrisie en l’expulsant de la cour. C’est par son absence et l’annonce de sa mort le lendemain matin qu’elle réussit à se faire entendre.

Caine78

Suivre son activité 695 abonnés Lire ses 7 065 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/04/2006

Un chef d'oevre absolu du cinéma francais. Tout y est remarquable, que ce soit l'extraordinaire mise en scène de Clouzot, qui signe la l'un de ses plus grands films, du scénario, brillantissime, ou encore des personnages, tous bouleversants. Que dire est plus? Brigitte Bardot tient la le rôle de sa vie. Quelle merveille!!

Benjamin A

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 897 critiques

4,5Excellent
Publiée le 25/03/2014

L'un des derniers films de Henri-Georges Clouzot, metteur en scène à qui l'on doit des grands films devenus des classiques tels que "Le salaire de la peur" ou "Quai des Orfèvres" et il nous livre avec "La vérité", un film de procès où l'on suit une femme que tout accuse, essayer de se défendre d'une accusation de meurtre avec préméditation de son amant tout en suivant les péripéties qui l'ont amenées ici. Tout d'abord, c'est assez fluide, on commence au procès et l'histoire est raconté à travers plusieurs flash-back. Clouzot arrive a nous passionner par ce récit, et ce grâce à plusieurs raisons. "La vérité" bénéficie d'une écriture de grande qualité, que ce soit l'histoire en elle-même, la manière de la raconter, les rebondissements souvent bien pensées ou encore ses réflexions notamment sur les mœurs sociaux ou la capacité de jugements mais aussi les personnages. En effet, que ce soit Dominique, l'accusée que tout accuse et dont l'altitude souvent oisives, provocante ou sensuelle s'avère passionnant, tout comme ses liens que ce soit avec sa soeur au caractère diamétralement opposé ou Louis, son amour, possessif, jaloux et tendus. Les autres personnages sont tout aussi réussi et aucun n'est laisse au hasard, que ce soit les amis ou les juges (notamment l'avocat de l'accusation, qui ne lâche décidément rien). Les dialogues sont aussi bien réussi, naturel lorsque l'histoire est raconté, parfois vulgaire et dans un langage jeune puis plus soutenu au tribunal. Clouzot maintient le suspense de bout en bout et sait faire monter la pression lorsqu'il le faut, notamment dans les 15/20 dernières minutes. En plus de ne pas manquer d'humours, de charmes, d'intelligence et de fraicheurs, il arrive à donner une intensité dramatique à son récit. La réalisation de Clouzot est sublime, sa belle mise en scène est superbe et sa maitrise technique impeccable, que ce soit à travers ses plans, ses cadres... La photographie en noir et blanc est superbe. Le casting est plus qu'impeccable, du plus petit au plus grand rôle tout est parfait et chaque acteur arrive à rendre son personnage crédible et l'attachement n'en est que plus fort. Brigitte Bardot, parfois énervante trouve là son plus beau rôle et donne une vraie crédibilité à son personnage, tour à tour sensuelle, charmante, touchante et finalement fascinante et passionnante, Sami Frey est extraordinaire toujours juste et jamais trop théâtrale et les autres interprétations à l'image de Charles Vanel mais surtout Paul Meurisse dans les rôles des avocats sont irréprochables. Une très grande réussite, brillant dans le fond comme dans la forme et parfois sensuelle, provoquant, drôle, intense ou touchant mais surtout passionnant et captivant de bout en bout.

ghyom

Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 149 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/03/2014

Remarquablement écrit et réalisé, Clouzot nous offre dans ce film l'opposition de la jeunesse éprise de liberté des années 50/60 symbolisée par Dominique Marceau (Brigitte Bardot) et de la bourgeoisie bien pensante (l'assistance du tribunal). La première partie du film est à ce titre très intéressante et moque cette bienpensance en filmant les réactions outrées de la salle lorsque l'avocat général (Paul Merisse) évoque les mœurs "dissolues" de l'accusée et cite Simone de Beauvoir comme une lecture "graveleuse". On assiste aussi à une parodie de tribunal notamment lorsque l'un après l'autre, l'avocat de la défense et l'avocat général se reprochent de ne pas lire en entier les conclusions du médecin après la 1ère tentative de suicide de Dominique et donnant ainsi des interprétations à chaque fois en faveur de l'un ou de l'autre. Clouzot adresse ici une critique assez cynique du fonctionnement de la justice. Bref, au fur et à mesure du procès, les questions des avocats permettent de retracer l'histoire de Dominique Marceau de son départ de Rennes au meurtre de son amant. La fin du film démontre très clairement qu'il ne s'agit pas tant d'une instruction pour meurtre mais bel et bien de la condamnation par la société du comportement de Dominique Marceau. A ce titre qui choisir de mieux que Brigitte Bardot dont l'image est déjà sulfureuse suite notamment à "Et Dieu... créa la femme" ? Elle qui incarne cette légèreté et cette sensualité ? Oui mais, je ne suis pas fan de Bardot. Sex symbol ultra sensuel elle l'est à n'en pas douter, mais en tant qu'actrice ça reste très moyen dès qu'il s'agit de jouer autre chose que l'aguicheuse. Ainsi elle est rarement crédible dans sa naïveté, sa colère ou sa douleur, surtout que son partenaire à l'écran est lui toujours juste : impeccable Sami Frey. En résumé La Vérité est un très bon film, magnifiquement écrit et filmé, révélateur d'une époque qui, par le choix de son actrice principale, gagne en portée symbolique ce qu'il perd en qualité de jeu.

Akamaru

Suivre son activité 520 abonnés Lire ses 4 332 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/03/2014

En découvrant le cinéma d'Henri-Georges Clouzot,on a l'impression que celui-ci ne vieillira jamais,tant le ton y est toujours moderne,sarcastique et lucide. En toute logique,découvrir "La Vérité"(1960) est un immense bonheur. Sur la forme,il s'agit d'un film de procès,d'une précision diabolique,chaque élément étant étayé par une explication fondée. Sur le fond,Clouzot est extrêmement critique,à la fois envers le fonctionnement partial de justice française,et envers les mœurs français de l'époque qui ne pouvaient supporter les envies d'indépendance démonstratives d'une jeune femme. Passionnant. Brigitte Bardot a été le sex-symbol absolu des années 60. Femme de tête,d'une beauté renversante,libre,aguicheuse, sensuelle,amoureuse. Ce dernier adjectif est celui qui lui convient le mieux,tant elle fut portée par ses envies du moment. Le rôle de Dominique Marceau,c'est celui de sa carrière. Il suffit de la voir faire une plaidoirie émouvante au tribunal ou se taillader les bras pour comprendre qu'elle était aussi une grande actrice. Clouzot la poussa à bout dans cette histoire de passion amoureuse non partagée (elle tenta même de se suicider réellement) mais le résultat est parfait. La construction du film est remarquable,et dévoile ses enjeux au fur et à mesure des flash-backs. Formidables compositions des avocats Paul Meurisse et Charles Vanel passant leur temps à se contredire. Grand film.

Espace-Critique.fr

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 244 critiques

4,5Excellent
Publiée le 29/07/2018

Une petite merveille d’écriture, de mise en scène, de montage. Un hommage désabusé et sublime à la beauté libre d’une femme et une charge impeccablement menée contre la froideur de la société conservatrice et de sa justice. Un des meilleurs films français que j’ai vus, un des meilleurs films de procès aussi, sûrement le plus beau rôle de Bardot, peut-être le plus beau film de Clouzot, bref un petit chef-d’oeuvre et tous les superlatifs qui vont avec!

TTNOUGAT

Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 2 343 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 16/08/2014

Il ne faut pas bouder son plaisir même si les mentalités ont changé et qu'un tel procès n'aurait aujourd'hui aucune vraisemblance donc aucune raison d'exister. Ce film est extrêmement fort, on en sort k o à cause principalement des propos percutants de Meurisse et de Vanel. Ce n'est qu'en reprenant nos esprits que les critiques se font jour. Durant deux heures Brigitte Bardot nous tient sous son charme, c'est pour moi son rôle le plus complet qui lui permet de montrer toutes les facettes de son talent. Son personnage est intéressant , le contexte veut qu'on la prenne pour une ''moins que rien'' alors que les images la décrivent comme une jeune fille sincère, écervelée certes mais ne méritant pas de telles humiliations pour en fait des ''enfantillages''. Sami Frey est excellent mais c'est Vanel qui force notre admiration grâce à un jeu plus nuancé que l'avocat de la victime. Il est plaisant de retrouver de nombreux jeunes acteurs qui deviendront célèbre et d'admirer par exemple la tête de Jackie Sardou en concierge aussi vaniteuse que stupide. Couzot aime forcer les notes, c'est ce que le public de son vivant a tant aimé. Il ne s'occupe de rien d'autre, la confrontation finale au tribunal entre Dominique et sa soeur est une des séquences les plus caractéristiques de son cinéma.

selenie

Suivre son activité 360 abonnés Lire ses 4 554 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 05/04/2014

Clouzot a eu l'idée du film après s'être rendu à plusieurs Cour d'Assise et surtout en s'inspirant de l'affaire Pauline Dubuisson... Comme à son habitude un gros casting solide et expérimenté interprète son film avec en prime une Brigitte Bardot qui asseoit définitivement son statut de réelle bonne actrice ; après des années de rôles comiques et cruches elle avait déjà fait ses preuves dans "En cas de malheur" (1958) de Claude Autant-Lara mais c'est bien Clouzot qui lui offre son meilleur rôle... "La Vérite" est également, sans doute, le meilleur film judiciaire du cinéma français. Le scénario (de Clouzot lui-même) est d'une précision de tous les instants, décryptant le fonctionnement de la machine procédurale et en usant du flash-back comme la preuve irréfutable qui conduit le spectateur dans les méandres du procès. Ces méandres dont les joutes verbales entre Paul Meurisse et Charles Vanel sont les sommets dont il faut saluer les dialogues ; ils n'ont rien à envier aux diatribes des tribunaux. Clouzot construit son film de façon diabolique (oui facile celle-ci !), finalement l'ironie de fond n'a d'égal que le cynisme d'une justice où l'avocat reste un simple fournisseur de service. Les Etats-Unis ont leur "12 hommes en colère" mais nous on a "La Vérité", un chef d'oeuvre.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 906 critiques

4,5Excellent
Publiée le 25/03/2014

"La Vérité" de Henri-Georges Clouzot, sorti en 1960, raconte l'affaire du meurtre passionnel de Gilbert Tellier (Sami Frey), son ancienne amante (Brigitte Bardot) est la première accusée lors du procès où tout les morceaux vont progressivement se dévoiler. Ce film oscille entre le huit clôt judiciaire du tribunal et le récit de l'affaire mis en images par séquences interposées. En premier lieu il faut saluer la mise en scène qui est fabuleuse, jamais autant Bardot n'a été mise en valeur, jouant ici un personnage plus complexe voir torturé, autant désirable que machiavélique, elle est extraordinaire ! Globalement le reste du casting est également de qualité, petit plus pour l'interprétation magistrale de Paul Meurisse, dans le rôle de l'avocat de la partie civile. La réalisation de Clouzot est impeccable, très maîtrisée techniquement, la précision des plans de coupe est presque diabolique, tout y est strict et méticuleux. Le scénario est très bon et extrêmement bien ficelé, l'histoire nous accroche très vite et ne nous lâche à aucun moment et monte même crescendo pour un final tonitruant, un véritable récital dramatique, d'une grande intensité. "La Vérité" est un excellent Clouzot, ainsi qu'un grand et beau moment de cinéma.

NomdeZeus

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 042 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/12/2014

Un film moderne et habillement construit, alternant les scènes de procès et les flashbacks pour expliquer le geste désespéré d’une jeune femme abattant son ancien amant. A mon sens la prestation la plus convaincante de Brigitte Bardot sur grand écran, sans doute inspirée par le talent incroyable des acteurs lui donnant la réplique (Paul Meurisse et Charles Vanel en tête). Un très bon film de plus à mettre au crédit d'Henri-Georges Clouzot.

Mad Gump 10

Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/03/2016

Oui ! Oui Bardot sait (bien) jouer ! J'avais des doutes après avoir vu Le mépris, mais la preuve que dirigé par quelqu'un de compétent elle est capable de livrer une prestation excellente. Sami Frey, Paul Meurisse et Charles Vannel sont également magistraux... Mais bon, tous les acteurs du film sont excellents. La mise en scène est aussi parfaite, tout comme le montage, saisissant et efficace. Derrière cela, c'est tout un système vieillissant qui est visé par Clouzot. Et le propos est non seulement très intelligent mais il fonctionne en plus très bien. Au final, on se demande si c'est le procès de cette femme qui a de l'importance, mais pas plutôt l'affrontement entre deux générations et deux modes de vie. La fin est de ce fait convenue mais réussie. Une réussite, encore une fois, de Clouzot, mon préféré de lui pour le moment, dépassant Les diaboliques.

ServalReturns

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 244 critiques

4,5Excellent
Publiée le 29/05/2015

Bon, c'est mon deuxième Clouzot, et si j'avais déjà beaucoup aimé Les Diaboliques, je crois que j'aime encore plus celui-là. Et pourtant, j'avais un peu peur, parce qu'autant j'aime bien les films de procès, autant je trouve que Brigitte Bardot joue sacrément mal. Elle est absolument bandante, évidemment, mais que ce soit en tant que chanteuse ou en tant qu'actrice, c'est vraiment pas ça... Mais là, chapeau, je m'écrase. Y'a pas à dire, Clouzot sait diriger ses acteurs. Bon, j'ai cru comprendre qu'il avait tendance à tyranniser un peu ses actrices, mais ça marche bien, en tout cas (comme quoi, ça a toujours du bon, d'être un connard !). Ainsi, ma grosse crainte du film étant levée, difficile de trouver quelque chose à reprocher. Comme pour Les Diaboliques, c'est très bien réalisé, tous les acteurs sont justes, le noir et blanc très beau, et le rythme parfait. Le film alterne les scènes de procès, génialement dialoguées (les joutes verbales entre Paul Meurisse et Charles Vanel excellentes) et les flash-back de la relation entre Bardot et Sami Frey, très bonnes aussi, dans un autre genre. Difficile de décréter lesquelles sont les meilleurs, les deux sont très bonnes, et évidemment complémentaires, mais surtout parfaitement rythmées. Ça passe très vite, aucun temps mort, mais plus le film avançait et plus je sentais le dénouement approcher, plus j'en voulais et plus j'étais frustré de voir arriver la fin. Et j'avoue avoir été un petit peu déçu par le dénouement (enfin, la découverte de la fameuse "vérité"), mais c'était avant la dernière phrase, assez sublime. Enfin bref, pour la faire courte, j'ai adoré. Et je suis assez impatient de continuer la filmo du bonhomme.

Val_Cancun

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 762 critiques

3,5Bien
Publiée le 25/03/2015

Le dixième long-métrage d'Henri-Georges Clouzot est l'un des premiers en France à proposer une mise en scène sous forme de flashbacks, à la manière de "Citizen Kane" par exemple. En effet, "La vérité" (1960) est un film de prétoire, on suit le procès pour meurtre de Dominique Marceau (Brigitte Bardot, dans l'un de ses rares rôles dramatiques), entrecoupé de séquences racontant son existence passée, qui tentent d'expliquer comment on en est arrivé là. On remarque que les scènes tournées au tribunal sont très statiques (plans fixes, champs/contrechamps), par contraste avec les flashbacks, dans lesquels Clouzot fait étalage de la virtuosité et de l'inventivité de sa mise en scène. On assiste ainsi à l'opposition entre une France petite bourgeoise corsetée, figée dans ses certitudes et sa morale hypocrite, et la jeune génération certes oisive et désabusée, mais vivante, traversée par le désir de s'amuser et de s'affranchir de valeurs dépassées et contraignantes. Le procès de la jeune femme est surtout celui de son mode de vie : on tolère très mal à l'époque les aspirations à l'indépendance, à la liberté et à la jouissance (sexuelle, mais pas uniquement) de la gent féminine. L'écriture souligne superbement la vitalité de cette jeune génération, qui dispose de son propre langage, fleuri et novateur (gros travail sur les dialogues, où l'argot est omniprésent, même si justement il peut paraître terriblement daté à nos oreilles actuelles!). Dans "La vérité", Clouzot n'épargne pas non plus le système judiciaire français, qui apparaît partial et sclérosé, consanguin dans la façon dont les deux avocats, ennemis le temps du procès, conversent juste après dans une indifférence abjecte face à cette jeune vie détruite. Un mot pour finir sur l'interprétation, globalement très bonne (Sami Frey, Louis Seigner, Meurisse et Vanel...), même si la prestation de BB est plus controversée (encourageante mais imparfaite). Sa présence au casting s'imposait avant tout par le symbole qu'elle représentait alors. Le seul reproche que je ferais à "La vérité", c'est sa dimension manichéenne, même si la nature même de cette charge pamphlétaire le nécessitait sans doute.

-Iggy A.

Suivre son activité Lire ses 13 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/05/2014

Je trouve ce film magnifique, si seulement j'aurais pu le voir à l'époque, alala Brigitte Bardot une femme qui as tout donnée, je n'est que 13 ans mais qu'est ce que j'aimerais retourner à l'époque de Brigitte Bardot pour allé encore et encore voir ses films au cinéma. J'ai adoré tout les moments du films, du début à la fin ! Film à voir et à revoir ! Merci à ma mamie qui ma fais découvrir cette magnifique femme.

Béatrice G.

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 458 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 25/03/2014

MAGISTRAL! Il n'y a pas d'autre mot pour décrire ce chef d'oeuvre. Brigitte Bardot est prodigieuse -je ne pensais pas dire ça un jour- dans son rôle d'accusée qui se voit jugée plus sur ses moeurs que sur le meurtre qu'elle a commis. Le format du récit est particulièrement pertinent puisqu'il met en avant ce décalage, cette fracture qu'il y a entre la "vérité" de ces jeunes épris de liberté au mépris des convenances montrée dans la flashbacks, et la "vérité" de la vieille garde rétrograde empêtrée dans son intolérance et son bigotisme montrée dans les scènes de tribunal: les flashbacks sont vivants et vibrants et les scènes de procès sont statiques et rigides. Bien sûr les premieres semblent plus intéressantes, plus excitantes que les secondes à première vue mais les unes ne pourraient exister sans les autres; et puis les joutes verbales entre les deux avocats sont quand même savoureuses! Et cette fin tellement cynique est si belle et terrible: Spoiler: après que le procès soit annulé à cause du suicide de l'accusée les 2 avocats ennemis jurés deux secondes plus tôt se retrouvent à discuter en vieux amis comme si de rien n'était, comme si cette vie qu'on avait exposée et décortiquée à la vue de tous n'avait plus la moindre importance.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top