Mon AlloCiné
    La Cité de Dieu
    note moyenne
    4,2
    14574 notes dont 519 critiques
    50% (258 critiques)
    34% (179 critiques)
    7% (38 critiques)
    4% (22 critiques)
    3% (13 critiques)
    2% (9 critiques)
    Votre avis sur La Cité de Dieu ?

    519 critiques spectateurs

    Djo D
    Djo D

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 290 critiques

    4,0
    Publiée le 21 avril 2014
    Faut dire qu'à la vue du sujet traité, je m'attendais à une sorte pseudo-documentaire réaliste et probablement ennuyeux. Les favelas du Brésil, a priori ça n'est pas le genre de thèmes que j'apprécie. Sauf que. Le talent de Meirelles me prouve le contraire. Des années 60 jusqu'au années 80, le spectateur suit les aventures de petits malfrats dans La Cité de Dieu, une favela de Rio de Janeiro où règnent la misère, la violence et la drogue. Le début se veut plutôt léger, assez drôle, et la voix-off du personnage principal, Buscapé, nous présente une galerie de personnages charismatiques qui évolueront tout au long du film : Béné, Zé Pequeno, Cabeleira, etc. Le film est découpé en chapitres d'une durée variable, chacun avec son thème, ses personnages, son ambiance. A la nostalgie et la légèreté de l'enfance succède la plénitude de l'adolescence et les premiers amours puis la découverte du côté sombre des favelas, au travers de la montée en puissance d'un chef de gang particulièrement violent et stupide, fil rouge en quelque sorte du film, et autour duquel tournera la majorité du scénario. Le montage du film a choqué certaines critiques. La réalisation est épileptique, clipesque pour reprendre un néologisme courant depuis la fin des années 90 et la génération MTV, le réalisateur aime se regarder filmer. L'image est proprement sublime, la photographie impressionnantes avec ses couleurs chatoyantes, la musique typiquement locale ajoute à cette ambiance atypique, parfaitement retranscrite. Ce qui peut faire penser à du Tarantino. Qu'on fasse un truc aussi fun d'un sujet aussi grave a dérangé pas mal de monde, donc. Pourtant, le film se veut aussi pertinent et dénonce sans clichés la violence des favelas, la corruption des forces de l'ordre et l'hypocrisie générale du système au travers de scènes chocs, notamment une des plus connues, mal interprétée par ceux qui n'ont pas vus le film, et que je ne dévoilerais pas ici pour qu'elle ne perde pas de sa saveur. Violent, La Cité de Dieu l'est, incontestablement. Passionnant, jamais ennuyeux, intelligent, délirant, émouvant, drôle, puissant, voilà un film indispensable, que j'aime à conseiller autour de moi tant la déception est peu probable.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1156 abonnés Lire ses 2 468 critiques

    5,0
    Publiée le 16 juillet 2014
    Ouah la claque ! Je suis assez bluffé du rythme, de la patte visuelle et du talent ici exprimé pour permettre cette balade incroyable dans les favelas de Rio. L’univers est riche, l’histoire est crue, mais le propos est puissant. Peu de choses à dire si ce n’est que j’ai ici à faire à un grand chef d’œuvre qui m’est très cher…
    Cyril  V.
    Cyril V.

    Suivre son activité 8 abonnés

    5,0
    Publiée le 23 mai 2017
    En 2003, Fernando Meirelles décide de réaliser l'excellent film : "La Cité de Dieu". Le principal point fort de cette oeuvre est évidement son réalisme et sa crédibilité car j'imagine bien que la vie dans les favelas brésilienne doit malheureusement ressembler à ce train de vie ci ainsi qu'à cette difficulté quotidienne et c'est ce que Fernando Meirelles cherche à démontrer. En effet, cette oeuvre montre bien par exemple, le souhait des caïds à se faire respecter en utilisant tous les moyens mis à disposition tout en embrigadant n'importe quelle personne qui lui passe sous la main (même des enfants très jeune). Ils vont aller jusqu'à les soumettre jusqu'à ce qu'ils obéissent sans broncher car dans ces endroits très pauvres tout le monde veut absolument s'en sortir à n'importe quel moyen et se sentant puissant et sont pour beaucoup en quête de pouvoir en cherchant à monter en grade en suivant ces caïds qui profitent de leur naïveté. Donc ces personnes cherchent à s'en sortir mais en choisissant la solution de la facilité : la drogue, la violence ainsi que les armes. D'autres souhaitent s'en sortir en évitant d'être attiré par des faits illégaux, même s'il est parfois très dur de rester dans le droit chemin (comme on peut le voir avec le narrateur et héros Buscapé ou encore avec Manu le Coq) avec une corruption présente qui n'aide pas à s'en sortir. Bien sûr, dans ces endroits, la paix est parfois très fragile et dépend parfois de peu et parfois d'un Homme. Cependant, en dehors de cette critique sociale, Fernando Meirelles réalise cette oeuvre merveilleusement bien et raconte cette histoire également très bien par l'intermédiaire de Buscapé et met par moment en avant une critique du racisme blanc et noir. La pseudo happy end est encourageante et donne de l'espoir pour l'avenir dans les favelas où il est possible qu'un jour tout s'arrange. Donc ce film de Fernando Meirelles est en un mot excellent.
    mr. edward
    mr. edward

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 491 critiques

    5,0
    Publiée le 23 novembre 2010
    Monstrueux ! tout simplement une p$tain de bonne grosse claque dans la tronche. La réalisation et le rythme du film ne nous laisse aucun répit et nous prend par la main pour nous lâcher qu'au moment du générique de fin. à regarder de préférence en vost tant la vf est un peu pourris.
    NusaDua
    NusaDua

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 1 103 critiques

    4,5
    Publiée le 8 mai 2012
    Courez le voir si la violence ne vous effraie pas. Terriblement réaliste, et magnifiquement réalisé, la Cité de Dieu traite de sujets brulants pour la société brésilienne, l'adolescence dans les favelas au contact des traffics et des gangs. Excellent film.
    ghyom
    ghyom

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 149 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mars 2014
    La Cité de Dieu c'est la chronique sur 2 décennies de la violence dans cette favela de Rio surnommée injustement La Cité de Dieu. On y suit à travers les yeux Buscape, enfant qui se rêve photographe mais personnage malheureusement trop neutre pour qu'on puisse s'y attacher, le destin de plusieurs enfants et principalement de Ze Pequeno : gamin psychopathe, ultra-violent et colérique qui se hissera à coup de meurtres à la tête du plus puissant gang de la favela. Si on ressent fortement les influences Scorsesiennes et Tarantinesques et qu'il faut particulièrement souligner la qualité du montage qui permet d'agencer entre elles, ce qui semblent être des anecdotes séparées, pour finalement s'intégrer dans cette fresque gigantesque et ce sans jamais perdre le spectateur, on pourra reprocher la maladresse de quelques mises en scène et de certains dialogues. Mais le principal défaut de ce film, à mon sens, c'est que, pendant 2h et même pendant les 20 dernières minutes pourtant explosives, la violence montrée n'est ni esthétisée (et presque jubilatoire) comme chez Tarantino, ni choquante comme celle de Taxi Driver ou d'Orange Mécanique. Incompréhensiblement, la mise en scène de la violence ne m'a pas touché, pas interpelé. Un documentaire aurait eu plus d'effet car plus réaliste. Un Tarantino aurait rendu la violence "sexy". Un Kubrick l'aurait dénoncé. Et un Scorsese nous aurait trouver quelques manières de nous faire froid dans le dos. Ici la violence est acceptée et "acceptable", comme elle l'est probablement dans ces favelas, ce qui était peut être le but du réalisateur, mais qui finalement me laisse assez froid. Bref, si ce film ne m'a pas séduit totalement, il reste quand même un joli film.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 791 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    4,0
    Publiée le 18 octobre 2007
    Il faut avouer que la patience est légèrement de rigueur pour cette Cité de Dieu, qui a un peu de mal à trouver son rythme. Et puis, l'ensemble avancant, on finit vraiment par rentrer à l'intérieur de la "Cité", et à se rendre à quel point Fernando Meirelles est doué pour retranscrire le milieu. Et même si quelques effets sont peut-être un peu trop appuyés, l'ensemble n'en reste pas moins assez impresionnant, grâce à un réalisme d'une violence inouïe, et des personnages qui sonnent juste de bout en bout. Certaines scènes sont même assez incroyables, et c'est également une peinture sociale que dresse Meirelles, apparemment terrifié par ce qui se passe dans son pays. Les acteurs sont quant à eux exceptionnels. Bref, un film choc, étonnant, qui marquera aussi bien les mémoires qu'il éveillera les consciences. Vraiment très fort.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2012
    Un film coup de poing,qui laisse durablement son empreinte,marquant autant la naissance d'un cinéaste surdoué qu'un témoignage édifiant sur la jeunesse des favelas brésiliennes.A Rio de Janeiro,dans les années 70,la violence règne à tous les coins de rue,banalisée,comme si c'était normal.Les enfants apprennent très tôt à se réunir,à manier une mitraillette,à voler en toute impunité ou à se droguer.Les échappatoires sont quasi-nuls,excepté pour Fusée,un gamin voulant devenir photographe.Loin d'être glauque ou cynique,le film est rageur,plein de vigueur et même parfois d'espérances.Il est quand même dur à visionner,tant il est difficile d'admettre l'évolution du Brésil urbain.Meirelle filme "La cité de Dieu"(2002)comme un long-clip touffu,éprouvant.Ce n'est pas un artifice,le but étant de nous immerger dans ce tourbillon de violence quotidienne.Le choix d'acteurs brésiliens amateurs,respire l'authenticité et le vécu.On sent qu'ils connaissent parfaitement la situation,les réactions aux différents évènements dramatiques sont plus vrais que nature.La photographie est exceptionnelle,s'aventurant parfois hors de la ville,sur des terrains vagues.On retient son souffle durant 135 minutes.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 265 abonnés Lire ses 517 critiques

    4,5
    Publiée le 25 juin 2015
    Une petite bombe ! Ce film est tellement dense en émotions, informations, rebondissements et péripéties qu'en faire une critique est quasi impossible. J'ai longtemps hésité à le voir (3-4 ans en fait!) car je ne connais pas le réalisateur ni les acteurs et j'ai préféré me pencher sur des filmo d'auteurs un peu plus fournies. Pourtant ce film est incroyable de maîtrise, avec son scénario s'étalant sur près de 10 ans, sa caméra quasi documentaire, son aspect moite, insécuritaire, violent, tous les ingrédients sont là pour une grande fresque sur les favelas brésiliennes. Il y a quelques points qui m'ont dérangé et qui m'empêche de mettre un 5/5 tout de même. Le premier c'est que le personnage principal est extérieur à l'histoire, n'a que peu d'impact dessus. Et malgré ça son histoire va être sur-développé, notamment ses amours, alors que c'est sans intérêt. Le deuxième c'est que ce personnage raconte l'histoire en voix off. Et j'ai horreur de ça ! Pour le reste c'est brillant et il ne faut pas hésiter à le voir.
    Terreurvision
    Terreurvision

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 332 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2012
    Un scénario dense et passionnant, une mise en scène brillante et inspirée, des personnages haut en couleur interprétés majoritairement par des acteurs amateurs, recrutés sur place et bourrés de talent, pour un western urbain épique et culte. Attention, chef-d’œuvre !
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 395 critiques

    4,0
    Publiée le 24 janvier 2015
    Comment survivre dans les favelas. Ce film est assez hallucinant. Il dépeint un monde impitoyable à travers de remarquables prestations. L'espérance de vie semble avoir du mal à atteindre les 30 ans. Choquant déjà par sa jaquette, il ne cache rien : Des enfants meurent les armes à la main pour un bout de terrain, il semble n'y avoir aucune pitié pour personne. Que de la cruauté. Il m'a semblé très réaliste et est très immersif. On a l'impression de faire partie de ce monde en qualité de spectateur, avec la crainte de se prendre une balle à tout moment. La réalisation est parfaite. spoiler: Les 30 dernières minutes sont déchirantes. J'ai quand même apprécié que le scénariste laisse un espoir à 1 personnage de se sortir de cet enfer. Un très bon film d'actions, de réflexion.
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 288 critiques

    5,0
    Publiée le 7 avril 2014
    "La Cité de Dieu", ou bien le drame sud-américain le plus marquant et dure des années 2000. Le "saint-graal" des films sur l'enfer des favelas brésiliens. Percutant, Poignant, difficile, et osé, sur la délinquance, la corruption et la criminalité qui touche de plein fouet la pauvreté du Pays; et même les plus jeunes. Le terme "Film coup de poing !" n'a rarement autant bien sied à un film qu'à celui-là. On s'attache aux protagonistes (particulièrement à Zepekenio) malgré leurs actes extrêmement graves. Un chef-d'oeuvre sensationnel et rarissime !
    vivien-b
    vivien-b

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 183 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2011
    La Cité De Dieu est une favela située à Rio De Janeiro au Brésil, où s'est déroulé conquêtes ultra-violentes de territoires, trafics de drogues ou encore guerre de gangs. Sur le sujet était déjà sorti un livre, dont ce film peut être considéré comme l'adaptation car suivant à peu près le même schéma de narration, à savoir l'étendue des événements importants de l'histoire à travers le portrait d'une petite vingtaines de personnages (trois cent dans le livre), dressés dans le film avec tout de même un fil rouge constant et sous une voix-off très appréciable du personne principal qui magnifie la qualité de la réalisation, qui est elle moderne, arrive à faire sortir le film des sentiers du documentaire et on suit sans relâche l'histoire de cette Cité (qui porte assez mal son nom dans les circonstances que nous montrent sans cesse le film (ces circonstances oscillant très souvent entre meurtres et violences extrèmes)) dominées par des voyous en tout genre qui n'ont comme seul point commun leur brutalité extrèmement violente. Car, et c'est bien quelque chose qu'il faut avertir (même si je pense que si vous avez lu ma critique jusque là vous devez sérieusement comprendre pourquoi), s'il y a bien quelque chose de prépondérant dans le film, c'est la violence, qu'elle soit implicite ou graphique, même si elle commence à devenir souvent explicites après la prise du pouvoir de Pékinio, personnage très important dans l'histoire. Et puisqu'on en vient aux personnages, autant vous rassurer : il y a bien un personnage central, Fusée, qui est d'ailleurs la voix-off qu'on entendra durant le film, et même si c'est surement celui-la qui a le plus de personnalité (et le plus de moralité aussi) et auquel on s'attache le plus facilement, normal après tout parce qu'il est un des seuls à essayer de ne pas s'empièter dans des affaires trop sales, mais les autres personnages sont tout aussi intéressants par le fait qu'ils ont presque tous une histoire, et on arrive (pour certains bien plus que d'autres bien entendu) à presque leur éprouver de la sympathie. L'autre force du film, c'est un réalisme poignant qui fait quasi-documentaire, et rend encore plus intense les scènes d'ultra-violence (encore une fois, âmes sensibles s'abstenir (un avertissement qui devient routinier)), car on sait que cette violence, autant chez les enfants que chez les grands voyous est réelle (ou du moins l'était à ce point vers les années 70/80, sachant qu'heureusement aujourd'hui on peut marcher trentes mètres au Brésil sans voir un cadavre par terre), et peut-être même pire dans cette dure réalité qu'illustre le film. Au niveau des acteurs, tous inconnus du grand public, ils servent bien la dureté du film en même temps que ses quelques petits moments joyeux où on sait que le personnage principal peut s'en sortir et qu'il peut avoir une belle vie à hors de ce territoire de violence et d'argent facile. D'ailleurs, au niveau des mélanges des genres, on vogue entre un documentaire très réaliste et bercé par une violence sans retenue, un drame éprouvant et intense, un film sur le destin d'un homme avec un point de vue sur le monde bloqué dans un cercle vicieux dont il ne pourra peut-être pas sortir ("Dans La Cité De Dieu, tu restes, tu crèves, tu pars, tu crèves"), et même sur un thriller à la Scorsese avec lequel il partage la même violence crue, l'ambiance malsaine des débuts et surtout un véritable effort dans la narration, sans laquelle La Cité De Dieu serait devenu au fil du temps un simple documentaire que personne n'oserait voir à cause de sa violence et de sa crudité et n'aurait pas eu sa renommée (et son succès puisqu'il s'agit du film le plus vu au Brésil (nous avons Titanic, film grand publicet qui prône l'émotion, ils ont La Cité De Dieu, film interdit aux moins de 16 ans sans concession qui prône la crudité...)) qu'il mérite amplement puisque La Cité De Dieu est surement le meilleur film brésilien des années 2000 (en même temps direz-vous que c'est le seul film Brésilien des années 2000 que j'ai vu, ce qui n'est pas faux...). Conclusion : Cru, réaliste, poignant, captivant, éprouvant, violent, mais qui ne manque pas de travailler des personnages, des situations, un scénario, une photographie, bref, du culte pur et très dur.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 856 critiques

    4,5
    Publiée le 3 juillet 2012
    On en ressort sonné, comme si Fernando Meirelles nous avez balancé une claque en pleine gueule! Dans un style propre à celui de Scorsese, le réalisateur nous décrit, nous plonge au cœur de la pire favelas de Rio, "La cité de Dieu". Sans tombé dans le mélo mais en restant toujours très réaliste Meirelles filme misère et violence, le tout sous-poudré d'humour. Plus qu'un film, un témoignage, des plus alarmant sur la situation de population brésilienne et particulièrement celle vivant dans les favelas.
    Legid
    Legid

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 391 critiques

    4,0
    Publiée le 16 mars 2013
    Un voyage captivant au sein des favelas de Rio de Janeiro, milieu où les gangsters sont des enfants et où le plus fort est celui qui aura tué tous ces adversaires avant que lui même ne se fasse tuer. La réalisation de Fernando Merelles donne un vrai dynamisme au film par une caméra à l'épaule (procédé que je n'aime pas habituellement) judicieusement utilisée et par un montage parfois clipesque mais efficace. L'interprétation des acteurs, probablement non professionnels pour la plupart, est excellente et donne une vrai crédibilité à cette histoire tirée de faits réels. Certains reprocheront une violence trop présente mais malheureusement nécessaire pour dépeindre la réalité de la vie dans ces favelas, vie ou règnent les caïds, trafiquants de drogues et truands en tout genre. Pour le coup, l'affiche ne ment pas, le film est une vraie claque !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top