Mon AlloCiné
Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" et de son tournage !

Réplique culte!

Lorsque Indiana Jones pénètre dans le temple, avant d'atteindre les ruines de la cité d'Akator, il prononce la phrase "Tout cela ne me dit rien qui vaille" ou "I have bad feeling about this" dans la version originale. Il s'agit de la même réplique qu'il prononce dans le premier film tourné pour la saga Star Wars, en 1977. Luke, Leila et Han Solo sont alors piégés dans le vide ordure de l’Étoile de la Mort. Pour les plus attentifs, cette phrase est récurrente dans tous les épisodes de la saga intergalactique.

Note d'intention

Steven Spielberg : "Harrison m'a appelé un jour et m'a dit : 'Pourquoi ne pas faire un autre de ces films ? Le public est demandeur'. Il n'a pas lâché prise, il a appelé George, l'a amené à réfléchir à sa proposition. Alors, George m'a appelé pour me demander si je partageais cette envie. C'est à Harrison que revient le mérite d'avoir lancé en premier cette idée et à George celui de m'avoir mis en condition de tourner au moins uen de ces histoires. (...) Nous avons inventé Indiana Jones mais il appartient désormais à tout le monde. Nous sommes devenus ses gardiens. Notre travail n'a pas consisté seulement à satisfaire les attentes de ceux qui ont grandi avec lui, mais aussi à révéler Indiana Jones à une nouvelle génération. Ce film est dédié aux fans." Et si les méchants ont changé, "la tradition Indiana Jones a été respectée : vous aurez droit aux cartes du monde, au petit avion circulant autour du globe, à tous ces symboles que nous aimons et que nous ne sacrifierions pour rien au monde. (...) Voir Harrison faire son entrée sur le plateau, saisir son fouet, le faire claquer et l'enrouler en un éclair sur la poitrine d'un méchant est une expérience grisante. Sa rapidité m'a fasciné. A revoir son vieux sac à dos et tous ses accessoires, j'ai ressenti plus que de la nostalgie. J'ai réalisé que nous étions en train de faire revivre à l'écran ce personnage et tout ce qu'il véhicule, d'offrir tout cela à un public qui le connaît depuis toujours et à un autre, qui s'apprête à le découvrir".

Indy - Episode IV

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal est le quatrième volet des aventures du célèbre archéologue, après Les Aventuriers de l'Arche perdue (1981), Indiana Jones et le Temple maudit (1984) et Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989). Parallèlement, une série dérivée de la franchise a vu le jour (Les Aventures du jeune Indiana Jones, 1992-1993), ainsi que plusieurs jeux vidéo (Indiana Jones and The Fate of Atlantis, Indiana Jones et la Machine Infernale, Indiana Jones : Le Tombeau de l'Empereur et LEGO Indiana Jones). A l'origine, Steven Spielberg et George Lucas envisageaient de produire cinq films autour de l'aventurier. Depuis, Georges Lucas semble plutôt voir ce film comme un nouveau départ, un peu à la manière de Star wars : épisode I - La Menace fantôme qui avait lancé la nouvelle trilogie Star Wars. Des rumeurs abondent dans ce sens, certains acteurs ayant apparemment signé pour trois nouveaux films autour du célèbre aventurier. Harrison Ford lui-même n'exclut pas un cinquième film.

19 ans après...

Il aura fallu deux décennies pour voir Indiana Jones reprendre du service. Absent du grand écran depuis La Dernière Croisade en 1989, l'archéologue a vu son retour au cinéma différé maintes fois, en raison notamment des emplois du temps surchargés de Steven Spielberg, Georges Lucas et Harrison Ford (le projet est évoqué depuis... 1997 !), mais également d'un scénario remanié à de nombreuses reprises. Se sont ainsi succédés à l'écriture Jeb Stuart, Jeffrey Boam, M. Night Shyamalan, Stephen Gaghan, Tom Stoppard, Frank Darabont, Jeff Nathanson et finalement David Koepp.

Titres

Avant que George Lucas et Steven Spielberg n'optent pour Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull), plusieurs titres ont été évoqués (et enregistrés auprès de la Motion Pictures Association of America) : Indiana Jones and the City of Gods, Indiana Jones and the Destroyer of Worlds, Indiana Jones and the Fourth Corner of the Earth, Indiana Jones and the Lost City of Gold ou encore Indiana Jones and the Quest for the Covenant.

La légende des crânes de cristal

La légende des crânes de cristal divise la communauté scientifique et les adeptes de paranormal depuis presque un siècle. Des blocs de cristal ou de quartz, taillés avec une extrème précision en forme de crânes humains, ont été retrouvés un peu partout dans le monde au début du XXème siècle, notamment dans les ruines d'un temple de la cité maya de Lubaantun. Problème : les expertises faites à l'époque montrent que les Aztèques ne disposaient pas des outils pour tailler avec tant de précision ces crânes dans des matières si dures. La Crystal Skulls Society International, créée en 1945, se lance alors à la poursuite de tous les crânes : on en retrouve un à Paris, un à Londres, exposés dans des musées ou dans des collections privées... De récentes expertises ont depuis démontré que ces crânes seraient des faux, créés au début du siècle. Mais la légende est lancée : les crânes des cristal auraient été donnés aux anciens peuples par les Atlantes, voire par une civilisation extraterrestre. Au nombre de 12, les crânes seront rassemblés lorsque l'Humanité sera prête. Quand ils seront réunis, l'Empire Aztèque se reconstituera... et Indiana Jones sera de retour !

Une attraction "visionnaire" et des romans prophétiques

Une attraction baptisée "Indiana Jones Adventure: Temple of the Crystal Skull" avait été inaugurée en 2001 au parc Tokyo DisneySea. Par ailleurs, l'auteur Max McCoy avait évoqué la légende des crânes de cristal dans les aventures littéraires de l'archéologue : Indiana Jones and the Philosopher's Stone (1995), Indiana Jones and the Dinosaur Eggs (1996), Indiana Jones and the Hollow Earth (1997) et Indiana Jones and the Secret of the Sphinx (1999). Enfin, George Lucas avait initialement prévu de traiter de ces artefacts dans la troisième saison de la série Les Aventures du jeune Indiana Jones... Saison qui ne verra jamais le jour.

Bienvenue dans les années 50

Alors que certaines rumeurs annonçaient une quête autour de l'Atlantide ou du Jardin d'Eden, la révélation du titre officiel du film, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, a définitivement validé l'orientation de ce nouvel opus vers la science-fiction. Ainsi, comme ils avaient pu le faire dans les trois premiers épisodes -hommages aux serials des années 30-, George Lucas et Steven Spielberg ont souhaité orienter cette quatrième aventure cinématographique vers l'hommage aux bandes SF des années 50. Le titre d'un premier scénario (Indiana Jones and the Saucer Men From Mars), la légende des crânes de cristal et l'apparition furtive d'une inscription "Roswell" dans la première bande-annonce du film laissent d'ailleurs planer l'ombre de petits hommes verts sur le film... L'Arche d'Alliance pourrait également être évoquée, dans la mesure où on retrouve au générique Marion Ravenwood (Karen Allen), héroïne des Aventuriers de l'Arche perdue... auquel fait explicitement référence l'affiche teaser de ce nouvel opus.

Après les Nazis, les Russes

Indy a vieilli, et l'histoire du Royaume du Crâne de Cristal se déroulant durant les années 50, il convenanit de faire évoluer ses ennemis. Exit, donc, les soldats Nazis. Et bienvenue, Guerre Froide oblige, à l'Armée Russe, emmenée par Irina Spalko, alias Cate Blanchett, fan de la saga devant l'éternel. Selon Steven Spielberg, son personnage de méchant préféré parmi tous ceux qui ont croisé la route d'Indy... "Spalko est une femme d'acier que rien n'affecte, une mécanique de précision que rien n'arrête", explique Cate Blanchett. "Jamais un cheveu de travers, pas la moindre trace de boue sur ses bottes après avoir pataugé des heures durant dans la gadoue. Une arme fatale..."

Sa place n'est pas dans un musée

Malgré les critiques et moqueries dûes à son âge "avancé", Harrison Ford s'est soumis à un entraînement (trois heures de gymnastique / jour) et un régime très stricts pour revenir en forme. Ainsi, il a pu réaliser lui-même la plupart de ses cascades, comme au bon vieux temps. Non sans impressionner Steven Spielberg et son équipe.

L'homme au chapeau

Indiana Jones est clairement indissociable de son fouet et de son chapeau fedora. "C'est parfois très difficile de garder le chapeau", explique Harrison Ford sur le site officiel du film. "Mais nous devons avoir une bonne raison pour faire tomber le chapeau : un gag ou un élément narratif important. Mais sinon, Indy ne perd pas son chapeau. Et si je perds le chapeau, nous arrêtons la scène et nous recommençons..." "Nous n'avons pas vraiment modernisé le costume d'Indy", explique le costumier Bernie Pollack. "Si vous regardez les trois précédents films, vous ne verrez quasiment aucune différence au niveau de son look. Du coup, j'avais énormément de pressions vis à vis de George Lucas, Steven Spielberg et Harrison Ford pour parvenir à recréer cette icône. Au final, j'ai travaillé avec Steven Delk, qui a réussi à créer le chapeau parfait, avec le design et le poids parfaits. Quand nous avons fait des screen-tests, Steven était ravi !"

Home Sweet Home

Les fans s'amuseront à scruter avec attention la demeure d'Indiana Jones dans ce film : le chef-décorateur Guy Dyas et son équipe ont pris le soin d'y placer de nombreux artefacts suggérant les multiples aventures vécues par l'archélogue depuis le troisième film. Ils pourront également y voir quelques souvenirs des précédents opus, dont des clichés de ceux qui ont croisé Indy dans ses aventures tels Willie Scott (Kate Capshaw), Sallah (John Rhys-Davies), Marcus Brody (Denholm Elliott) ou bien évidemment le père du héros, Henry Jones Sr. (Sean Connery).

Steven au téléphone

C'est Steven Spielberg qui a annoncé en personne à Karen Allen ses retrouvailles avec Indy. La comédienne ignorait pourtant l'objet de l'appel du cinéaste. Et ce dernier de lui lancer : "C'est officiel. On tourne Indy 4 ! Et devine quoi ? Tu es dedans !"

Un fils pour Indy ?

Le nouveau sidekick d'Indiana Jones dans Le Royaume du Crâne de Cristal n'est autre que Shia LaBeouf, star montante repérée par Steven Spielberg sur Transformers, dont il était l'un des producteurs. Forcément emballé à l'idée de rejoindre cette franchise de légende, le jeune acteur a signé sans même lire le scénario. Il s'est soumis à un entraînement drastique au sabre et au couteau à cran d'arrêt, tout en se musclant pour gagner une petite dizaine de kilos. Si sa filiation éventuelle avec Indy ne sera pas révélée avant la sortie du film, une autre a été dévoilée en même temps que le nom de son personnage : Mutt Williams, hommage au compositeur John Williams qui rempile à la baguette.

"Mutt est un petit gars qui a manqué d'un bon encadrement", explique Shia LaBeouf. "Il a déserté l'école et s'est pris de passion pour les motos et la mécanique. N'ayant jamais vraiment pu communiquer avec les autres, il s'est replié sur lui-même et parle à peine. Entre adolescence et âge adulte, il s'est fabriqué un personnage qui en apparence est très loin de ce qu'il est raiment. (...) Sa quête à lui est de se recréer une famille. D'abord avec Indy, puis avec tous ceux qu'ils rencontreront ensemble et qui resserreront leurs liens. Dans cette atmosphère de folie, chaque coup de poing renforce leur complicité. (...) J'ai su dès la siganture du contrat que j'allais vivre quelques chose d'exceptionnel ! Mais ni les serpents, ni les motos ni les sabres ne m'ont autant impressionné que ma première rencontre avec Harrison en Indiana Jones. Il s'est posé sur le tarmac de la base où nous répétions, est sorti de l'hélico, a fait cinq ou six pas et s'est retourné pour prendre son fouet. A cet instant, je n'ai plus vu Harrison, mais Indiana Jones !" Pour préparer son rôle, Steven Spielberg lui a demandé de visionner Graine de violence, La Fureur de vivre et L'Equipée sauvage.

Blessure

Après avoir survécu sans heurts aux androïdes de I, Robot, aux démons de Constantine et aux robots géants de Transformers, Shia LaBeouf s'est blessé pour la toute première fois de sa carrière sur Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. Malgré un problème musculaire dans la région de la hanche, il poursuivit le tournage, provoquant ainsi de terribles douleurs au niveau de l'aine.

Le fille de Spielberg au générique

Agée de 17 ans au moment du tournage, Sasha Spielberg, fille de Steven Spielberg et Kate Capshaw, fait un caméo dans le film. Elle était auparavant apparue dans Le Terminal et Munich.

Les souvenirs de John Hurt

Nouveau venu dans la saga, John Hurt évoque le tournage du film : "L'expérience Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal a été géniale. Ne serait-ce que Steven Spielberg . Quand vous bossez avec lui, il met en place une telle atmosphère, c'est tellement sympa et enrichissant, que vous avez l'impression d'avoir travaillé avec lui une dizaine de fois auparavant. Or, je n'avais jamais travaillé avec lui, je ne l'avais même jamais rencontré ! Il était tel avec moi que j'avais l'impression de le connaître depuis des années. Et quel réalisateur ! Qu'est-ce qu'on peut dire de plus sur lui ? C'est l'un des tous meilleurs. Sinon, j'adore Harrison Ford. Il était l'un des capitaines du navire. Vous savez, il connaît la saga mieux que n'importe qui et il savait tous nous mettre en confiance. Il est drôle, il est humble, il est charmeur, très classe, et puis il a cette qualité rare de savoir rire de lui-même. Et puis le petit Shia LaBeouf est adorable, très talentueux. Ce tournage était vraiment une expérience très agréable. (...) Nous étions tous comme des gamins sur le tournage ! Et Spielberg était le gamin en chef, il prenait tout avec un enthousiasme de débutant, un enthousiasme très communicatif. C'était vraiment une super expérience, un privilège de faire partie d'une telle aventure. Je suis très flatté que George Lucas et Steven Spielberg aient fait appel à moi !"

Sans Sean Connery

Longtemps espéré par les fans, Sean Connery a finalement décliné l'invitation du tandem Lucas / Spielberg pour reprendre son rôle de Henry Jones Sr. dans cette quatrième aventure. "On m'a posé la question si souvent que j'ai pensé qu'il serait préférable de faire une déclaration officielle. J'y ai longtemps réfléchi, et si quelque chose avait pu me tirer de ma retraite, c'était bien un film d'Indiana Jones. J'adore travailler avec Steven Spielberg et George Lucas, et il va sans dire que c'est un honneur d'avoir Harrison Ford pour fils. Mais finalement, je trouve quand même que la retraite est quelque chose de vachement plus marrant ! J'ai cependant un petit conseil à donner à Junior : demande à ce que les créatures soient numérisées, que les falaises soient petites, et pour l'amour de Dieu, garde ce fouet sur toi à tout moment au cas où tu aies besoin de t'échapper des griffes du coordinateur de cascades ! C'est un casting remarquable, et je ne peux que souhaiter bonne chance à tout le monde ! Je vous retrouve le 22 mai 2008 au cinéma !".

Des absents de marque

Retenu sur le tournage de La Momie 3, le coordinateur des cascades Vic Armstrong, à l'oeuvre sur les trois premières aventures d'Indy, n'a pas pu être de cet Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. John Rhys-Davies, interprète de l'inoubliable Sallah, n'est pas non plus du voyage. Tout comme Kate Capshaw (Willie Scott), Jonathan Ke Quan (Demi-Lune) ou le regretté Denholm Elliott (Marcus Brody). Quant à Pat Roach, le seul acteur (à l'exception d'Harrison Ford) à avoir été des trois précédents opus, il n'est pas non plus de ce nouveau film : il s'est éteint en 2004.

Rumeurs de casting

De nombreux noms prestigieux ont été avancés au fil de la longue gestation du projet : Sandra Bullock, Michelle Yeoh, Calista Flockhart ou Virginia Madsen en "Jones Girl", Natalie Portman en fille d'Indy ou encore Kevin Costner en frère d'Harrison Ford. Steven Spielberg avait également annoncé en 2002 le retour du personnage de Willie Scott (Indiana Jones et le Temple maudit), campé par son épouse à la ville Kate Capshaw.

Leur place est dans un musée

Refusant les orientations numériques de son ami George Lucas, Steven Spielberg a souhaité tourner cette nouvelle aventure comme à l'époque des trois premiers films : effets spéciaux en plateau, cascades "à l'ancienne" et le moins d'images de synthèse possibles (un peu plus de 200 plans, confiés à Pablo Helman et les équipes d'ILM). Remplaçant le vétéran Douglas Slocombe, parti à la retraite, Janusz Kaminski, directeur-photo attitré de Spielberg depuis La Liste de Schindler, a par exemple reçu comme consigne de "copier" le style des trois précédents opus et de mettre de côté sa touche artitique le temps d'un film. Le monteur Michael Kahn a, lui, travaillé sur une ancienne Moviola. Quant à Spielberg, il a fait en sorte de retrouver la "fraîcheur" de ses débuts. Enfin, selon les rumeurs, le film ne sera pas projeté en salles en numérique, mais uniquement sur des projecteurs 35mm. A l'ancienne, quoi...

Un seul serpent, mais un gros !

"La seule faibless d'Indiana est sa peur panique des serpents", rappelle Harrison Ford. "Il nous fallait bien sûr UN reptile dans ce film : un progrès sensible par rapport aux 'Aventuriers', où des centaines de ces bestioles grouillaient au sol dans la scène du temple". Il n'y a donc plus qu'un serpent dans le film, mais de taille : un python géant ! "Une beauté, sauf pour ce pauvre Indy," souligne Steven Spielberg . "Le public ne nous pardonnerait pas si nous avions oublié d'en mettre un".

Affiches

Les posters de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal sont à mettre au crédit de Drew Struzan. Cet artiste américain, considéré par Steven Spielberg comme le plus grand illustrateur pour le cinéma de la deuxième moitié du XXème siècle, avait signé, entre autres, les affiches de la première trilogie Indiana Jones et de la saga Star Wars.

Première photo

Le tout premier cliché officiel de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (voir la photo) fait écho à l'une des photos les plus célèbres des Aventuriers de l'Arche perdue, qui voyait Harrison Ford prendre la même position... 27 ans plus tôt !

Record online

La première bande-annonce du film a été visionnée plus de 200 millions de fois pour sa première semaine en ligne ! Deux versions différentes de ce teaser ont d'ailleurs été dévoilées sur la toile : une version américaine avec la bannière étoilée, et une version internationale sans drapeau made in USA et quelques modifications de plans.

Fuites

Malgré les efforts de Steven Spielberg et George Lucas, les secrets du tournage d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal n'ont cessé d'être dévoilés sur la toile au fil de la production. Fin septembre 2007, Tyler Nelson, un jeune danseur russe figurant, avait ainsi publié sur son site internet des détails du scénario. Malheureusement pour lui, le jeune imprudent n'avait pas pris la peine de cacher son identité, malgré la clause de confidentialité l'obligeant au silence... Lucasfilm l'assignera en justice tandis que Steven Spielberg fera part de son intention de supprimer toutes les scènes où le jeune acteur apparaît à l'écran... Autre fuite, une semaine plus tard, avec le vol d'ordinateurs et de photos de tournage dans les bureaux d'Universal Pictures. Heureusement, le responsable du sacrilège, Roderick Eric Davis, sera arrêté (et condamné à 28 mois de prison) alors qu'il tentait de vendre son butin pour la modique somme de... 2 000 dollars ! Autre fuite, officielle cette fois : la révélation des titres qui composent la BOF signée John Williams, et qui dévoilent dans les grandes lignes aux fans le découpage du film et ses principales séquences (voir le tracklisting).

Dates de tournage

La production de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal a débuté le 18 juin 2007 pour s'achever le 11 octobre 2007. Il est passé par le Nouveau Mexique, New Haven, le Connecticut, Hawaii, Fresno, la Californie et des studios à Los Angeles.

Première à Cannes

Si la sortie (mondiale) du film est prévue le 22 mai 2008 (et la veille en France), le long métrage a eu droit à une Première dans le cadre du 61e Festival de Cannes, le dimanche 18 mai. C'était la première fois que Steven Spielberg foulait les marches cannoises depuis... La Couleur pourpre, présenté hors-compétition en 1986.

Parlons argent !

Malgré un accueil nettement moins favorable que les trois précédents volets, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal a généré plus de 786 millions de recettes mondiales grâce à sa sortie en salles (il s'agit du deuxième plus gros succès de Steven Spielberg réalisateur, après Jurassik Park). A titre de comparaison, Les Aventuriers de l'arche perdue avait fait 389 millions, Indiana Jones et le Temple maudit 333 et Indiana Jones et la Dernière Croisade 474.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • Independence Day : Resurgence (2016)
  • Les Chatouilles (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Un homme pressé (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • Floride (2015)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Overlord (2018)
  • Suspiria (2018)
  • Mauvaises herbes (2017)
  • Les Animaux fantastiques (2016)
  • Fou d'amour (2015)
  • Capharnaüm (2018)
  • Independence Day (1996)
Back to Top