L'Homme qui tua Liberty Valance
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   4,0 pour 1 004 notes dont 128 critiques  | 
  • 63 critiques     49%
  • 39 critiques     30%
  • 18 critiques     14%
  • 6 critiques     5%
  • 0 critique     0%
  • 2 critiques     2%

128 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Kloden

17 abonnés | Lire ses 610 critiques |

   3.5 - Bien

Particulier me direz-vous, de découvrir John Ford avec ce que d'aucuns voient comme son film testament, en tout cas la quintessence de son style, d'un minimalisme plein de confiance et de respect pour son sujet et ses personnages, dont il y a peu a discuter. Mais je me suis quand même permis ce manque de cohérence, faisant de The Man Who Shot Liberty Valance mon premier film du grand réalisateur. Tout ceci pour suivre le sillage de The Wild Bunch, film de Sam Peckinpah (postérieur de 6 ans) qui signait lui-aussi la fin de la conquête de l'Ouest et de ses légendes, dans un style nettement plus violent mais à mes yeux moins fin et moins riche. Cette richesse est ici thématique, découlant autant du regard contrit que Ford jette sur l'édification (par la presse, et l'empreinte qu'elle marqua de ces hommes) des légendes américaines que John Wayne personnifie dans leur décadence finale face à un monde nouveau, qui ne leur fera pourtant à aucun moment perdre leur droiture morale et leur sens particulier de l'honneur. Une époque révolue qui laisse place avec grâce à l'Amérique des villes et de l'économie reine, sans que la seconde n'oublie ce qu'elle doive à la première. Le ton est donc à la fois respectueux et mélancolique, concourant sans forcer à la gravité des situations et de leur symbolique. The Man who shot Liberty Valance est aussi une belle esquisse des Pensées de Pascal concernant la justice et la force, et la nécessaire intervention de celle-là pour assurer celle-ci. La naissance d'un état sur des bases imparfaites mais nécessairement légitimes, génératrices d'une forme de fierté que finit par trouver James Stewart (très bon en avocat apportant le changement à un far west qu'il finira par adopter) aux côtés d'un John Wayne toujours charismatique et dépassé comme il faut (en vieux manieur de colt redoutable, droit et inébranlable dans ses convictions) face à un Lee Marvin mémorable (en crapule cynique et brutale, un poil caricaturale au demeurant). L'édifice fonctionne comme il faut, même 56 ans plus tard, quelques enchaînements mis à part. Et sa force tranquille demeure marquante, confirmant de façon troublante à quel point la trajectoire de la conquête de l'Ouest et du genre cinématographique qui l'a mis en images, le western, ont été similaires à pratiquement un siècle de décalage. Voilà qui donne au genre une aura supérieure et absolument stupéfiante, faisant du cinéma une vraie réminiscence de ce qui fut, et à travers la conscience collective, continuera à être à jamais. Beau, et marquant, malgré un vieillissement compréhensible et surtout, l'obstacle personnel de ne pas assez connaître son réalisateur, The Man who shot Liberty Valance demeure un film plein d'humanité et de dignité, pierre angulaire d'un genre dont on ne peut se rendre compte qu'il est bel et bien mort qu'en en ressentant l'apogée.

no_no

2 abonnés | Lire ses 250 critiques |

   4 - Très bien

(Encoooooooore) un western...?? Non bien plus que cela !!


Jean-philippe N.

38 abonnés | Lire ses 782 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Avec cette œuvre magistrale et métaphorique, John Ford démontre comment la grande Amérique s'est bâtie sur des mensonges, ou, pour dire la chose de manière plus nuancée, des impostures. L'amertume de Ford est communicative, laissant un sentiment de malaise à la fin de ce film, probablement l'un de ses meilleurs...

Maax_29

18 abonnés | Lire ses 79 critiques |

   4.5 - Excellent

Western grandiose, qui a certes vieilli, mais qui reste dans la lignée des meilleurs John Ford. Il faut voir a quel point ce film à inspiré Tarentino pour la réalisation de Django Unchained. Le film traite de la justice et de la naissance de la démocratie dans le far west Américain, à une époque ou les règlements de compte se faisaient à grand coup de fusils. Dans ce fouillis débarque un homme de droit, qui compte faire régner la loi dans un village terrorisé par une horde de bandits.

landofshit0

41 abonnés | Lire ses 1327 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Un superbe western qui fait non seulement parti des classiques du genre,mais qui est le point culminant du cinéma de Ford. Tout les éléments présents dans le cinéma du réalisateur se retrouvent ici,c'est drôle,noir et profondément humain. Les personnages sont comme toujours ce qui donne l’intérêt des films de Ford et ici ils sont parfaitement écrit et mis en scène. Si il n'y avait qu'un film à voir de Ford ce serait sans nul doute celui-ci.

Docteur Jivago

89 abonnés | Lire ses 1042 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

"Quand la légende rejoint la réalité, on publie la légende" Cette conclusion de John Ford résume pas mal de chose, avec ce chef d'œuvre crépusculaire il nous livre sa version des "légendes de l'ouest" et plus précisément sur celle de l'homme qui tua Liberty Valence. Un avocat endosse le mérite d'avoir tué un abject hors-la-loi, puis va mener une brillante carrière politique pendant que le véritable héro mourra dans la misère et l'alcool. C'est sur son enterrement que le film s'ouvre. Le noir et blanc est sublime, et la mise en scène de John Ford l'est tout autant et il évite toute mièvrerie mal venue. Le scénario est très bien écrit et construit, on est captivé de bout en bout par ce western lent et sublime. James Stewart et John Wayne sont grandiose, comme souvent, Vera Miles est charmante et Lee Marvin est impeccable. John Ford jette un regard froid et cynique sur la construction de son pays, et il en découle un chef d'œuvre.

cine-koi-none

1 abonné | Lire ses 174 critiques |

   4 - Très bien

Revu ce week-end avec mes deux fils de 7 et 14 ans (pour leur montrer qu'il y a un cinéma américain ailleurs que chez Walt Disney et loin des Hobbits), cet antépénultième film de John Ford est vraiment l'une des œuvres majeures d'un réalisateur prolifique, moins au sommet de son art qu'au crépuscule de sa vie. L'Homme qui tua Liberty Valance est donc un vrai et beau western mais aussi un film de transition et de contrastes, loin des grands espaces et des beaux espoirs de la conquête de l'ouest. Significativement, le héros n'est qu'un rôle secondaire, mais qui détermine le destin des principaux protagonistes. Le film est aussi une leçon d'histoire sans concession, une réflexion sur la presse et le journalisme militant, et une étude de mœurs puissante, où une femme, comme souvent chez Ford, cristallise et conditionne l'avenir masculin. Ce film est à la fois un classique et un western précurseur, dans lequel puiseront Sam Peckinpah, Sergio Leone voire Quentin Tarentino. On savait son Django truffait de références, mais L'Homme qui tua Liberty Valance me semble être LA source de l'inspiration tarantinesque. Jeter un œil au rôle de Peabody joué par le génial Edmond O'Brien... Une œuvre philosophique et mélancolique.

Samuel G.

5 abonnés | Lire ses 366 critiques |

   2 - Pas terrible

Mouai bof... Ce n'est pas le meilleur western que j'ai pu voir, et encore moins le meilleur film pour John Wayne. Je préfère de loin "Rio Bravo".

Angela Ki La

26 abonnés | Lire ses 587 critiques |

   4.5 - Excellent

Est-ce un drame ou un western ? Je pencherais pour la première solution, bien que le drame en question soit maquillé en western. C’est là tout le talent de Ford, qui enrichit son propos à chaque film, tout en gardant apparemment la même forme, et les mêmes ingrédients ; on appelle ça le style baby ! Et sans son talent, le style devient une belle coquille vide. C’est un western, en effet, bien qu’il n’y ait pas d’indiens, pas de course poursuite, un seul duel, une diligence…C’est avant tout une réflexion politique sur le destin de la jeune démocratie américaine, entre l’est idéalisme, incarné par l’avocat James Stewart, et l’ouest sauvage, John Wayne et Lee Marvin. On voit bien lorsqu’une fois Liberty liquidé, et que tout le monde pense que le film est finit, on relance sur une primaire aux élections locales, avec force panache et pittoresque, un peu comme à l’assemblée nationale. C’est réglé comme une partition d’orchestre avec des acteurs dans leur élément, et les habituelles touches d’humour bien placées, notamment la scène des cowboys qui retournent à l’école apprendre leur B à BA, et réciter presque par cœur les premières phrases de la constitution américaine. Des personnages plus complexes qu’il n’y paraît, et un double flash-back surprenant qui pose un doute sur l’identité de celui qui a réellement tué Valence. Pour ceux qui pensent que le genre western est creux, le genre de film avec des cowboys qui se tirent dessus dans des saloons, qu’il n’y a rien à retirer dedans, ce film est pour vous, pour vous faire changer d’avis. C’est le nouveau western ? Peut-être…

Samuel S.

1 abonné | Lire ses 398 critiques |

   2 - Pas terrible

Mouai bof... Ce n'est pas le meilleur western que j'ai pu voir, et encore moins le meilleur film pour John Wayne. Je préfère de loin "Rio Bravo".

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
L'Homme qui tua Liberty Valance Bande-annonce VO
1 527 vues
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné