Mon Allociné
Deep End
facebookTweet
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Deep End
Date de reprise 13 juillet 2011
Date de sortie décembre 1971 (1h 30min)
Avec Jane Asher, John Moulder-Brown, Karl Michael Vogler plus
Genres Drame, Comédie, Romance
Nationalités Britannique, Ouest-allemand
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 4,9 7 critiques
Spectateurs 3,9548 notes dont 84 critiques

Synopsis et détails

Mike vient de sortir du collège et trouve un emploi dans un établissement de bains londonien. Susan, son homologue féminin, arrondit ses fins de mois en proposant ses charmes à la clientèle masculine. Amoureux jaloux de la jeune femme, Mike devient encombrant.
Distributeur -
Récompense 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 1970
Date de sortie DVD 28/11/2011
Date de sortie Blu-ray 28/11/2011
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 15 anecdotes
Budget -
Date de reprise 13/07/2011
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 39 293

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Deep End en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Deep End
Haute définition
VF - VOST
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
  • Louer (2.99 €)
Deep End
Haute définition
VOSTFR
Ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
  • Louer (2.99 €)
  • Louer (3.99 €)
  • Louer (2.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Deep End - Édition Collector (DVD)
Date de sortie : lundi 28 novembre 2011
neuf à partir de 7.84 €
Deep End - Édition Collector (Blu-ray)
Date de sortie : lundi 28 novembre 2011
neuf à partir de 15.69 €
<strong>Deep End</strong> Bande-annonce VO 1:22

Acteurs et actrices

Jane Asher
Jane Asher
Rôle : Susan
John Moulder-Brown
John Moulder-Brown
Rôle : Mike
Karl Michael Vogler
Karl Michael Vogler
Rôle : Le professeur de sport
Christopher Sandford
Christopher Sandford
Rôle : Chris
Casting complet et équipe technique

Critique Presse

  • Le Nouvel Observateur
  • Excessif
  • Critikat.com
  • Première
  • Les Inrockuptibles
  • Marianne
  • Télérama
7 articles de presse

Critiques Spectateurs

puce6386
Critique positive la plus utile

par puce6386, le 07/05/2015

3,5Bien

Un drame, typique des films anglo-saxons des années 1960, tourné en plein boom du Swinging London, qui met en avant la libération... Lire la suite

Axel Delépine
Critique négative la plus utile

par Axel Delépine, le 14/02/2013

1,0Très mauvais

Un ennuie profond ! Deep End nous présente la vie "palpitante" d'un adolescent de 15 ans. L'idée de départ est déjà mauvaise,... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
25% 21 critiques 26% 22 critiques 33% 28 critiques 8% 7 critiques 6% 5 critiques 1% 1 critique
84 Critiques Spectateurs

Photo

Secrets de tournage

Et de 6!

A sa sortie en 1971, Deep End était le sixième film de Jerzy Skolimowski.

Genèse

Jerzy Skolimowski nous raconte la genèse de Deep End : "Nous étions en 1969. Je venais de terminer, à Rome, le tournage de mon plus mauvais film: Les Aventures du brigadier Gérard. La postproduction de ce film avait lieu à Londres. Je louais un appartement à Kensington, au 73 Cornwall Garden. Au bout de quelques semaines passées à Londres, j’ai commencé à envisager Deep End. On m’a raconté une histoire vraie à propos de quelqu’un qui avait perdu un diamant dans la neige et qui avait dû faire fondre la neige pour le récupérer. Ce petit épisode possédait un certain potentiel. En quelques jours, j’avais écrit une dizaine de pages de notes, tout en polonais. À l’époque, je ne parlais pratiquement pas anglais, mais je suivais des cours auprès d’une jeune Polonaise installée à Londres et qui m’apprenait les bases de la langue. Elle m’a aidé à traduire mes notes et à les mettre en forme comme un scénario. Avec ces quelques pages, je suis allé voir un producteur américain relativement connu, Judd Bernard, qui avait fait de très bons films et vivait à Londres. Judd Bernard a lu le scénario devant moi et l’a trouvé très bon."
15 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1970, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1970.

Commentaires

  • Blaste

    Aucun topic pour ce film sublime ? :o :??: Pas forcément pour en faire une critique, mais y a quand même de quoi bander dur devant ce film : l'utilisation significative des décors, des couleurs, et des lumières, un montage hallucinant (rrrrraaaah les inserts... :love2: ), un dynamisme à la Blow Up mais avec plus de stéroïdes, une thématique de l'eau (liquide et solide) assez bien réfléchie, idem pour le sujet de l'adolescence... Vraiment incroyable comme film, il mérite d'avoir son forum. :p

  • Szerelem

    Si on nous épargne les éternels clichés des premiers amours adolescents, se peut effectivement être un chef d'oeuvre, j'aimerai le voir pour vérifier par moi même !

  • Megazorg3000

    Film trop peu connu mais magnifiquement réalisé : photographie impeccable, jeux d'acteurs très bon.
    On ne tombe pas dans une histoire sentimentale adolescente barbante, bien au contraire!

  • jachjonson

    Genial. Je l'ai vu au ciné il y a environ 1 mois. Le film n'a pas vieilli. L'actrice principale est sublime et le jeux des acteurs fonctionne parfaitement. J'ai eu l'impression d'être plongé dans les 60's. A voir

  • beautifulfreak

    Le film a très bien vieilli mais malgré ses qualités je le trouve surestimé (quand je lis toutes les critiques positives). Je n'ai pas été "remué" comme je l'aurais souhaité.

  • Henri Mesquida

    Pour les chefs d'oeuvres de l'époque il n'y a pas qu'antonioni .

    Un jeune garçon timide devient employé dans des bains publics de l’East End londonien. Chargé d’assister les client(e)s, il découvre un univers clos où la promiscuité et la nudité humide des corps sont propices à divers échanges et trafics pas très éloignés de la prostitution.
    :" Le film enfin restauré avec ses rutilantes couleurs pop venant balafrer la grisaille londonienne est un chef-d’œuvre de mélancolie et de cruauté, ancêtre pas si lointain des teen-movies sensibles signés Gus Van Sant dans son exploration empathique des émois définitifs de l’adolescence.
    C’est un film de peintre (ce que le réalisateur deviendra lorsqu’il cessera de mettre en scène pendant dix-sept ans), de poète (ce qu’il avait été avant de faire des films) mais aussi de boxeur, autre activité du cinéaste dans sa jeunesse, qui a maintenu dans tous ses films une violence incisive, une précision du geste et une énergie virile qui n’appartiennent qu’à lui."(les inrocks)

  • nolan35

    3.5/5

    Deep End est un très bon film sur le parcours initiatique du jeune Mike (très bon John Moulder-Brown) dans les années 70 qui bizarrement n'a pas beaucoup vieilli et confronte le spectateur (à travers Mike) à la dure réalité de l'époque, charnière pour la génération adolescente et propose une esthétique très soignée, faisant presque l'objet d'oeuvre d'art expérimentale dans la dernière séquence magnifique concluant d'une superbe manière le long-métrage de Skolimowski. Mais c'est avant tout l'histoire d'un jeune naïf qui va tomber amoureux d'une jeune femme ambiguë collectionnant les conquêtes avec rémunération ou pas joué par la très belle Jane Asher, peu à peu on va voir la relation entre Susan et Mike évolué mais surtout c'est la mentalité de l'adolescent qui va changer en tout point. Et c'est cette excellente écriture des personnages et de leurs aventures qui font que l'on suit le film avec beaucoup d'intérêt même si la naïveté de Mike nous empêche de nous identifier à lui. Cela reste très bon grâce au parfait mélange entre fond et forme et trouve un intérêt par rapport à sa sortie en 1970 (passé inaperçu à l'époque) : il permet de confronter deux époques totalement différentes et renforce certains passages immoraux (mais pas assez "choquants").
    Avec Deep End, on ne peut pas dire que Jerzy Skolimowski avait touché le fond, loin de là.

Voir les commentaires