Mon compte
    3 extraits de The Jane Doe Identity : Brian Cox et Emile Hirsch piégés par une entité surnaturelle
    31 mai 2017 à 05:30
    Laurent Schenck
    Laurent Schenck
    -Superviseur base de données
    Passionné par les films qui traitent de la criminalité au sens large, Laurent Schenck travaille sur la base de données cinéma du site. Ses missions sont les suivantes : la rédaction de biographies et secrets de tournage, l'enrichissement de castings/fiches techniques et la revue de presse.

    Découvrez trois extraits de "The Jane Doe Identity", un film d'épouvante réunissant Emile Hirsch et Brian Cox dans la peau de deux médecins légistes confrontés à une entité surnaturelle.

    The Jane Doe Identity de André Øvredal

    Avec Emile Hirsch, Brian Cox, Ophelia Lovibond...

    De quoi ça parle ? Quand la police leur amène le corps immaculé d’une Jane Doe (expression désignant une femme dont on ignore l’identité), Tommy Tilden et son fils, médecins-légistes, pensent que l’autopsie ne sera qu’une simple formalité. Au fur et à mesure de la nuit, ils ne cessent de découvrir des choses étranges et inquiétantes à l’intérieur du corps de la défunte. Alors qu’ils commencent à assembler les pièces d’un mystérieux puzzle, une force surnaturelle fait son apparition dans le crématorium...

    LA NAISSANCE DU PROJET

    C'est dans un restaurant indien de Los Angeles que les scénaristes Ian B. Goldberg et Richard Naing ont rencontré le producteur Eric Garcia pour lui soumettre l'idée du film. Ce dernier se rappelle : "Ils ont commencé par me résumer l'histoire en quelques phrases. Quand on leur amène un cadavre, deux médecins-légistes, un père et son fils, se mettent à pratiquer une autopsie. Dès lors, des phénomènes étranges et inquiétants se produisent dans la morgue."

     

    INSPIRATIONS PRESTIGIEUSES

    Durant la phase d'écriture du film, Ian B. Goldberg et Richard Naing se sont inspirés des oeuvres claustrophobes de Roman Polanski à l'image de Le Couteau dans l'eau et Répulsion. Côté aspect visuel de The Jane Doe Identity, André Øvredal revendique avoir eu pour modèle Seven de David Fincher, "un thriller extrêmement vraisemblable", selon lui.

     

    TOURNAGE DANS UN ENTREPOT

    L'équipe de tournage n'a pas tourné dans une véritable morgue mais au sein d'un entrepôt de plus de 2000 mètres carrés à l'est de Londres, qui pour l'occasion a été transformé en morgue. Le chef décorateur Matt Gant explique : "Il y avait tellement de scènes inhabituelles et d'effets spéciaux à prendre en compte qu'il aurait été difficile de tourner en décors naturels."

     

    FAIRE SEMBLANT D'ETRE MORTE

    Olwen Catherine Kelly incarne Jane Doe, un rôle nécessitant de rester allongé pendant des heures. Pour se préparer à cela, la comédienne a suivi des cours de yoga et de méditation. Elle se souvient : "Je me suis entraînée à la respiration superficielle un peu avant le tournage car on m'avait dit que c'était le meilleur moyen de faire semblant d'être mort. Mais la plupart du temps, je respirais en fonction des prothèses et de ma posture."

    Voir tous les secrets de tournage de "The Jane Doe Identity"

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Sicyons
      Je n'attends pas grand chose de ce film même si ce pourrait être une bonne surprise. Par contre j'aime beaucoup Brian Cox. Il me fait penser à Albert Finney.
    • Lenoxiduds
      Déjà vu et il est pas mal du tout !
    Voir les commentaires
    Back to Top