Notez des films
Mon AlloCiné
    Délivrance, Zardoz, La Forêt d'émeraude... John Boorman se raconte dans son autobiographie
    Par Corentin Palanchini — 12 oct. 2017 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    John Boorman sort une autobiographie sans langue de bois dans laquelle il évoque sa carrière de réalisateur, scénariste et producteur.

    Marest Editeur

    Cinq fois nommé à l'Oscar, John Boorman signe son autobiographie ! Edité par Marest Editeur, cet ouvrage fait revenir le réalisateur britannique sur sa vie et sa carrière, commencée à ITV et Southern Television, et pour l'instant terminée par le long métrage Queen and Country, sorti en 2014.

    Boorman fut par deux fois salué au festival de Cannes, par deux Prix de la mise en scène décernés à Léo le dernier en 1970 et Le général en 1998, qui offrit son premier rôle principal à Brendan Gleeson.

    Le chapitre sur La Forêt d'émeraude est un des plus passionnants, car Boorman y décrit le déroulé du tournage issu de son propre journal. Il y décrit son voyage au Brésil, qui restera "l'expérience la plus profonde" de son existence. Excalibur ? "J'ai eu la prestigieuse satisfaction de l'avoir réalisé envers et contre tout"Délivrance ? "Je voulais dénoncer comme une illusion le mythe de la régénération par la violence"Le Seigneur des anneaux ? "Par comparaison [avec celle de Peter Jackson], ma conception se ratatine".

    Au terme de 436 passionnantes pages, on en redemanderait, pour notamment détailler encore quelques films sur lesquels le metteur en scène est encore trop économe (Le général ou sa production d'Angel, le premier film de Neil Jordan). Il faut aussi préciser que Boorman avait déjà sorti un ouvrage autobiographique, Adventures of a Suburban Boy, ainsi qu'un journal sur le tournage de La Forêt d'émeraude.

    John Boorman sort également son premier roman, Tapis écarlate, également édité chez Marest.

    Délivrance Bande-annonce VO

     


     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • MickDenfer
      que du bon !
    • Might Guy
      Merci à John Boorman pour Cherie Lunghi et le carmina Burana dans Excalibur... et le body painting sur Uma Thurman dans Where the Heart Is!
    Voir les commentaires
    Back to Top