Notez des films
Mon AlloCiné
    Star Wars : la nouvelle trilogie de George Lucas serait revenue sur les origines de la Force
    Par Clément Cusseau (@ClayMancuso) — 15 juin 2018 à 11:40
    FBwhatsapp facebook Tweet

    George Lucas est revenu dans la série documentaire "Story of Science Fiction" sur l'histoire qu'il aurait voulu développer dans les épisodes 7, 8 et 9 de "Star Wars" s'il n'avait pas cédé les droits de la franchise à Disney.

    AMC
    A quoi aurait ressemblé la troisième trilogie de Star Wars si elle avait conçue par George Lucas ? Longtemps attendue par les fans, cette dernière a finalement été amorcée en 2015 avec Le Réveil de la Force, premier film réalisé depuis le rachat de Lucasfilm par les studios Disney le 30 octobre 2012.

    Depuis, de nombreux projets ont été mis en chantier, avec la sortie d'une suite officielle de la trilogie originale, de deux spin-offs (Rogue One et Solo), l'annonce d'une nouvelle trilogie signée Rian Johnson et d'une série de films conçus par David Benioff et D.B. Weiss (les créateurs de Game of Thrones) ou encore d'une série en prises de vues réelles supervisée par Jon Favreau. Quant à l'Episode IX, attendu pour le 18 décembre 2019, il sera prochainement mis en scène par J.J. Abrams.

    Dans l'actuelle trilogie, les héros du passé ont laissé place à de nouveaux personnages chargés de poursuivre les aventures de la Force : Rey a été formée par Luke Skywalker à l'art Jedi, tandis que Kylo Ren (alias Ben Solo, le fils de la princesse Leia et du contrebandier Han Solo) a rejoint le côté obscur pour continuer le chemin tracé par son grand-père Dark Vador.

    Star Wars : une nouvelle trilogie, la série live… On fait le point sur tous les projets en cours

    Guère impliqué dans le développement de ces films, George Lucas n'a jamais caché que l'histoire qu'il avait en tête était complètement différente, mais n'avait jusqu'ici jamais abordé en détails sa propre vision de cette trilogie conclusive. Et c'est finalement dans la série documentaire Story of Science Fiction de James Cameron que le cinéaste a levé le voile sur son intrigue, révélant à cette occasion que sa trilogie se serait intéressée aux origines de la Force. Voici ses propos :

    "Tout le monde a détesté La Menace Fantôme à partir du moment où nous avons abordé les midi-chloriens (ndlr : micro-organismes permettant à certaines personnes de faire corps avec la Force). Une partie du film aborde ces relations symbiotiques, qui prouvent que nous ne sommes pas responsables, mais qu'il y a un écosystème derrière tout cela. Les trois prochains films Star Wars auraient été centrés sur ce monde microbiotique. Il existe un monde peuplé de créatures qui opère à un niveau différent du nôtre. Je les appelle les Whills. Et les Whills sont ceux qui contrôlent véritablement l'univers en nourrissant la Force."

    Encore touché par les critiques adressées à sa prélogie (qui ont pu avoir un impact sur sa décision de céder les droits de la franchise à Disney), George Lucas a également confié à son collègue James Cameron que "de nombreux fans auraient détesté, comme ils ont détesté La Menace Fantôme, mais au moins l’histoire aurait été racontée depuis le début jusqu’à la fin."

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Polterbrick
      Je t'en remercie ! Housecoat a tendance à devenir agaçant quand il s'agit de Star Wars tant il veut toujours avoir raison et ce même quand on lui montre clairement que ce n'est pas le cas.
    • Sicyons
      Tout à fait.
    • shield
      Chacun ses goûts
    • Sicyons
      Bah non. Le jedï sont d'une incroyable passivité, et le seul traitement appliqué à la Force est la scène sur les Midichloriens. Autant dire qu'à côté de la dimension spirituelle qui lui est redonné dans les derniers films, il n'y a pas photo. De toutes façons c'est l'ensemble de la prélogie qui a été traitée avec une superficialité sans nom.On peut reprocher beaucoup de choses aux nouveaux films, mais pas d'avoir su respecter et tenter de faire évoluer la mythologie des Jedïs et de la Force. Mais même ça ça n'a pas plu aux haters qui malgré ça trouvent le moyen de reproche à ces films leur manque d'audace. La mauvaise foi et la cohérence ne vont jamais ensemble.
    • shield
      Quand je lis que la prélogie de Lucas ne parle pas ou très peu des jedi et de la force, je ne suis pas d'accord donc pour moi on a pas vu les films de la même façon. Qu'on aime pas cette trilogie, je peux comprendre mais dire qu'elle ne parle pas ou peu de la force et des jedi, là non.
    • spielbergismygod
      Si tu veux mon avis, et même si tu ne le veux pas, ton commentaire était on ne peut plus pertinent, juste et concis. Il n'y avait pas besoin d'en rajouter des tartines après. Assume d'avoir raison ;-)
    • Sicyons
      J'en suis désolé pour toi. Mais ton ophtalmo doit être content ;) .
    • shield
      Pareil pour moi, je rajoute même que c'est devenu des films banales, plus d'attente.
    • shield
      On a pas vu les mêmes films alors.
    • shield
      Voilà lui même le dit, cette nouvelle trilogie aurait été bien différente et elle nous aurait proposé quelque chose d'inédit et pas un réchauffé. Par contre quand il dit que tous le monde a détesté la menace fantôme, ce n'est pas vrai car j'ai adoré ce film et beaucoup de monde aussi. D'ailleurs sa deuxième trilogie est très bonne avec un sacrée final qui se nomme la revanche des siths. Dommage d'avoir vendu ton bébé Lucas.
    • Polterbrick
      En effet la décrépitude de l'Ordre méritait d'être davantage travaillée, je ne dirais pas le contraire. J'aime assez ton idée du test exclusif au Conseil face à un Qui-Gon plus instinctif. Mais la prélogie ne fait pas dans la finesse, c'est un reproche qu'on peut lui faire. Quand bien même, j'ai l'impression que tu es maintenant d'accord pour dire que cette quantification des midi-chloriens n'est pas foncièrement une erreur, qu'elle a sa place malgré le fait qu'elle soit mal exploitée. Concernant la prophétie je ne serais pas aussi catégorique que toi, je ne vois même pas d'ailleurs en quoi elle dénature à ce point la suite de l'histoire. C'est peut-être parce que tu restes fixé sur ta représentation d'un surhomme comme élu. Je maintiens que ce n'est pas acquis. Partir du principe qu'il soit plus fort que Yoda car plus chargé en midi-chloriens ça reste grossièrement interprétatif. Qui plus est, on peut faire écho à notre conversation concernant le dosage : peut-on vraiment se fier à un tel procédé ? Après tout, un taux d’hémoglobine inférieur aux seuils retenus ne fait pas forcément de toi un sujet anémique.
    • Netsuko T.
      Heureusement que Disney ESt partie sur quelque chose de bien plus intéressant surtout grâce à SW8.Je ne pense que pas que j'aurais eu l'énergie de ma taper une deuxième immondice comme la prélogie. les gens ont détesté la menace fantôme Les ténèbres ont détesté la prelogie dans son intégralité, le bashing a été tellement énorme qu'il a dû revendre son œuvre à plus compétent heureusement ...
    • HBZER
      Pourtant c'était quelque chose de nécessaire. Tout le monde est connecté à la force mais tout le monde ne peut pas l'utiliser s'il n'a pas suffisamment de Midi-Chloriens. S'ils n'existaient pas, tout le monde pourrait utiliser la force comme bon lui semble, ce qui ferait un gros bordel.Les Midi-Chloriens ou les Whills ont senti la force désequilibrée et ont donc créé un être pour qu'elle retrouve son équilibre.L'aspect spirituel existe toujours car il faut ressentir cette force, se concentrer pour être capable de l'utiliser et ça reste l'apprentissage d'une vie.La croyance existe toujours également. On est certain qu'il peut devenir un puissant jedi mais on ne sait pas s'il va le devenir, s'il sera capable de gérer cette force.
    • Housecoat
      J'ai seulement complété ce que j'avais déjà dit pour enrichir mon com. Mon interprétation forme un tout.Si Lucas voulait nous faire comprendre la décadence, le mieux aurait été de mettre une opposition au sein du film lui-même pour réellement nous faire ressentir cette décadence (combien d'interprétation et de comparaisons par rapport à la première trilogie nous avons dû faire pour qu'on comprenne que c'est ce que Lucas voulait nous dire avec la chute des Jedi qui n'arrivent que dans l'Episode III ?). On peut partir du principe que c'est une erreur de Lucas vu que ce dernier ne croit pas aux messages que délivrait L'Empire contre-attaque (rien que le fait qu'il voulait continuer à exploiter cette idée dans une nouvelle trilogie en est la preuve).J'ai mon idée de comment cela aurait été mieux retranscrit, Qui-Gon est un adepte de la vieille école de la Force, plus spirituelle et plus proche de la croyance que l'on nous dévoile dans la Trilogie Originale contrairement aux autres Jedi qui eux sont devenus adeptes de la Force quantifiable avec les Midi-Chloriens (comme une opposition entre les Catholiques et les Protestants qui sont tous des Chrétiens). Pourquoi ne pas faire que Qui-Gon ressente spirituellement le flux incroyable du potentiel d'Anakin mais que ce soit le Conseil Jedi par la suite sur Coruscant qui lui fasse passer le test des Midi-Chloriens à l'encontre de ce que voulait Qui-Gon ? Même mieux, que le test ne dévoile rien d'exceptionnel en Anakin mais que Qui-Gon fidèle à son instinct et ses convictions d'une Force inspirante et non pas pragmatique continuerait de croire en lui pour en faire un Jedi surpuissant par lui-même (et bien sûr on retire l'idée de la Prophétie qui ne sert à rien et dénature la suite des événements). Cela aurait tout dit sans contredire la Trilogie Originale: la décadence des Jedi qui ne croient plus en une Force vivante dont la fin serait méritée et l'inspiration de la persévérance qu'enseignait fondamentalement la Force vis-à-vis du spectateur.Dès l'instant où l'on nous dit clairement qu'Anakin a un taux de Midi-Chloriens supérieur à celui de Yoda, on part du principe qu'il est censé faire des choses extraordinaires ou en tout cas plus grandioses que ce que Yoda nous a montré dans L'Empire contre-attaque. Donc si, qualitativement parlant, c'est ce qui était établit. Je me demande même si ce n'est pas ça qui fait que le public considère Rey comme étant cheaté, parce qu'elle nous donne vraiment l'impression de réussir de véritables exploits (même plus grands qu'Anakin) mais qu'elle n'a pas l'excuse d'être le messie contrairement à Anakin qui n'a rien fait de significatif en termes de compétences liés à la Force.
    • Polterbrick
      J’ai l’impression que mon premier commentaire est tombé dans l’oreille d’un sourd :)Ok, j’ai compris où tu voulais en venir avec ta comparaison avec la religion. Mais tu ne perçois pas l’ensemble de la bonne manière.Tu te plains que la preuve scientifique étouffe le mysticisme, mais c’est là tout l’intérêt de la manœuvre. Il ne faut pas oublier qu’on est la face au crépuscule de l’Ordre, une élite paralysée, qui s’est égarée, qui a perdu du vue ses principes et ses valeurs. Je vais me répéter mais le fait que les Jedi interprète la prophétie sur la base d’un simple dosage sanguin est là pour souligner cette aliénation de l’Ordre, l’effacement de la spiritualité de la Force qui laisse place à une pseudo rigueur scientifique. Bien sûr que donner une valeur quantifiable à la Force est une erreur, mais ce n'est pas celle de Lucas, c'est celle des Jedi.Tu t’étonnes qu’Anakin ne fasse rien d’incroyable, rien qu’un autre Jedi ne puisse faire ! Mais pourquoi devrait-il obligatoirement être exceptionnel ? Etre l’Elu ne fait pas forcément de toi quelqu'un de supérieur qualitativement parlant. Etre l’Elu cela veut simplement dire être né pour accomplir un acte et c’est tout. Prend Harry Potter, lui aussi est un élu, pourtant il n’a rien d’extraordinaire par rapport aux autres élèves de Poudlard, on peut même dire qu’il n’est pas dans le haut du panier. L’Elu est une victime du destin, il doit accomplir sa tâche qu’il le veuille ou non, peu importe que ce soit un péquenaud cul-de-jatte aveugle, d'une manière ou d'une autre ce sera fait, même inconsciemment (comme c’est le cas pour Anakin).
    • Alpha W
      Ça peut toujours se faire, mais quoi qu'il arrive ce sera mieux que la suite actuelle qui est complètement ratée et qu'on qualifiera de nanar d'ici peu
    • willou05
      Carrément d’accord 👍
    • Housecoat
      Je l'ai dit au début de mon paragraphe, le problème n'est pas le fait qu'il y ait des microbes (juste évoquer ça suffisait à montrer une connaissance plus approfondie), c'est le fait que Lucas leur donne une valeur quantifiable à la façon d'un détecteur de Dragon Ball Z. Cela n'était pas nécessaire. Prends la scène où Shmi Skywalker révèle à Qui-Gon Jinn qu'Anakin n'a pas de père, si nous n'avions pas eu connaissance de ce taux de 20 000 juste avant, le doute nous aurait envahit car nous n'avions que le nom connu d'Anakin comme information, le spectateur se serait posé plusieurs questions, cela aurait entretenu le mystère, le mysticisme jusqu'à la course de module où l'on aurait assisté avec surprise et investissement à son premier exploit. En nous révélant une preuve scientifiquement tangible qu'Anakin est exceptionnel, cela retire l’intéressement que le personnage peut procurer par ses dits exploits (qui à l'exception de la course de modules, sont loin d'êtres vraiment incroyables dans toute la Prélogie, tout ce qu'Anakin réussit, un autre Jedi l'aurait accompli). C'est plus un problème vis-à-vis du spectateur que des personnages car de cette façon, Lucas ne met pas à l'épreuve les croyances de son public, il lui tient la main sans lui permettre de se projeter. C'est la base de toute les fictions, le héros doit prouver sa valeur par lui-même, elle ne doit pas être vainement expliquée pour nous convaincre. C'est une erreur d'autant plus dommageable dans Star Wars dont la principale force motrice était la capacité à faire imaginer son public pour lui permettre de s'immerger dans son univers. L'épreuve du X-Wing que Yoda enseigne à Luke visant à anéantir les limites de son imagination veut tout dire, il n'y a aucune limite. Avec les Midi-Chloriens, Lucas donne une limite, il n'enrichit pas son univers, il le restreint.Certes la Force peut représenter une preuve puisque tu la vois à travers tes yeux d'homme ordinaire mais dans le contexte des Jedi, la Force est devenue quelque chose de commune. Ils suivent un dogme qui n'a visiblement pas évolué depuis des siècles (voir peut-être un millénaire, l'âge de la République). L'arrivée d'un messie devrait donc être une mise à l'épreuve de leur dogme actuel pour qu'elle éclate provoquant leur anéantissement. Or, même le Conseil Jedi ne semble pas impressionné par Anakin alors qu'ils ont clairement affaire à un événement qui devrait remettre en question leur croyance (ça je le mets plus sur la mauvaise direction artistique de Lucas de vouloir créer artificiellement un foreshadowing angoissant sur le sort futur d'Anakin alors qu'il aurait été plus pertinent sur le plan dramaturgique de les montrer ne pas se méfier de lui ou même être étonné par ses capacités, ça aurait déjà justifié le fait qu'ils le prennent dans l'Ordre malgré son âge car globalement, il n'accomplit rien dans la Prélogie qui les touche).La base de toute religion c'est la croyance justement, pas la certitude. Si nous savions que Dieu existait, il n'y aurait plus aucune mise-à-l'épreuve, la religion perdrait tout son sens, la foi n'aurait pas lieu d'être, on ne ferait que suivre des préceptes dictés. C'est cette incertitude qui nous pousse à donner un sens à la vie que nous menons.Tu est libre de ne pas me croire sur cette idée mais dans le cas de la Prélogie l'effet se ressent, aucune magie ne s'en dégage, aucun plaisir à suivre une histoire dont la trame s'en retrouve encore plus télécommandée par une prophétie sortie de nulle part. Tout est froid et sans vie.
    • Polterbrick
      Ta comparaison avec la religion et Dieu ne tient pas. Comme tu le dis, on a aucune preuve de l’existence d'un grand manitou suprême, or ce n'est pas le cas de la Force. On voit tout de même des mecs en toge faire des bonds de trois mètres, influer sur les esprits ou faire léviter des objets : on peut donc dire qu'on a une preuve tangible de son existence. La Force n'est pas une religion, elle existe. De là, rien d'étonnant à ce qu'on puisse la quantifier.Concernant le fait que Qui-Gon aurait du privilégier le ressenti par rapport au dosage sanguin, je pense qu'on touche là à quelque chose d'essentiel. J'y vois un des signes de la décadence de l'Ordre Jedi : la communion avec la Force, doctrine de l'Ordre Jedi, est pervertie par un intermédiaire technologique (il y a peut-être là un parallèle à faire avec notre monde). Une prophétie ancestrale est interprétée sur la base d'une vulgaire valeur numérique, les types ont perdu de vue le mysticisme de la Force. Et, à mon sens, ça participe à l'idée que la prophétie aura pu être mal interprétée et qu'Anakin n'est peut-être pas l'élu.
    • Housecoat
      La Force ? Un objet de convoitise social ? Le regard sur la Force a toujours été divers chez différent personnages dans toute la saga. Si on parle de convoitise de façon péjorative, alors c'est à la Prélogie qu'il faut le reprocher où la maîtrise de la puissance absolue est la quête principale d'Anakin. Dans la Postlogie, Rey ne fait qu'accepter la puissance qui lui a été transmise malgré-elle et Kylo Ren aurait certainement voulu ne jamais l'avoir au vu de tout le poids qu'il a sur ses épaules en tant que membre de la dynastie Skywalker. A moins que j'interprète mal ce que tu dis.Dans la diégèse d'Un Nouvel Espoir, oui Luke est bien le fils d'un Jedi mais c'est tout. Le spectateur ignore qui est Anakin Skywalker et Ben Kenobi se contente de dire qu'un autre Jedi nommé Vador s'est retourné contre lui. Aucune échelle de puissance n'est donné et rien sur une soi-disant prophétie ou un élu. Si diégètiquement Luke est bien le fils de quelqu'un, symboliquement le spectateur qui s'immerge dans l'univers n'en a pas conscience et s'identifie à lui comme un paysan lambda qui rêve comme lui d'aventures exceptionnelles. Et même dans L'Empire contre-attaque, on apprend juste que Vador, mais c'est tout, il n'y a aucune échelle de puissance. Ce n'est qu'à partir du Retour du Jedi (au moment donc où George Lucas a repris le contrôle de la saga) que l'on nous révèle que la famille Skywalker est exceptionnelle (ce qui entache déjà tout le concept des deux précédents films). Tout l'apprentissage que Luke suit, le spectateur le suit aussi. L'identification à Luke est un voyage héroïque inspirant. Le voyage de Rey (et celui de Kylo j'ai envie de dire) suit le même principe.L'avancée de Rey n'est pas incohérente et elle est constamment mise en danger. Et contrairement à Luke (qui ironiquement ignorait tout des Jedi alors qu'il avait l'un d'eux pour voisin), Rey connaît les Jedi, elle a été bercée par leur histoire, elle les prenait pour des mythes jusqu'à ce que son contact avec le sabre de Luke et Kylo Ren lui apprenne que toute la magie qu'elle a connue n'était pas du flan. Dès l'instant où elle réussit à repousser Kylo Ren, c'est un déclic qui se produit (le fameux Réveil de la Force). Le contrôle de l'esprit d'ailleurs, elle doit s'y prendre à trois fois pour y arriver et qui plus est sur un stormtrooper du Premier Ordre, des soldats dont il a été expliqué qu'ils sont endoctrinés dès le berceau et dont l'un d'eux était assez fanatique pour crier à Finn qu'il est un traître et l'affronter en duel au corps-à-corps alors qu'il avait l'avantage avec un blaster. Des faibles d'esprits comme eux, même des novices dans la Force devraient réussir à les influencer sans trop de soucis. En fait, elle a même affronté beaucoup plus d'épreuves que Luke n'en a connu dans Un Nouvel Espoir.Au contraire, le fait de révéler que Rey n'est personne est une bonne chose. Et l'idée que tout le monde peut être un héros, c'est quelque chose qui s'est perdu avec la Prélogie quand George Lucas a trahit cette idée avec la prophétie et l'élu. Que Han le soit devenu entre-temps dans la Trilogie Originale n'est pas important vu que dans Le Réveil de la Force, il n'en est plus un, c'est en se sacrifiant qu'il en redevient un (Han Solo n'est d'ailleurs pas du tout le personnage type qui a été conçu pour qu'on s'identifie à lui vu qu'il correspondait autrefois à l'archétype du héros de western).C'est au contraire en déconstruisant le passé que la Postlogie renoue avec. Inutile de s'accrocher avec le passé textuelle, c'est avec le fond qu'il faut s'accorder, l'apprentissage du passé (surtout des erreurs dont l'apprentissage est la motrice de l'évolution des personnages de la Postlogie). Si on veut parler de déconstruction, et dans le mauvais sens du terme, c'est à la Prélogie qu'il faut le reprocher qui lui n'a pas cessé de placer des limites à tout ce que la Trilogie Originale a faite, et ce pour les mauvaises raisons. En plaçant l'histoire dans l'optique de la déconstruction du passé, Rian Johnson fait non-seulement une mise-en-abyme du public de la saga qui doit accepter que le passé est passé, mais en plus il conçoit une nouvelle façon de voir nos héros à travers le renouveau de l'utilisation méta de la Force vers le spectateur comme l'avait fait la Trilogie Originale. On en a traité de génie pour moins que ça. Star Wars Episode VIII, et oserai-je même dire toute la Postlogie et la Trilogie Originale, c'est littéralement de la méta-fiction.
    Voir les commentaires
    Back to Top