Notez des films
Mon AlloCiné
    RoboCop : un nouveau film par le réalisateur de District 9 !
    Par Thomas Imbert — 12 juil. 2018 à 11:20
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Neill Blomkamp, réalisateur de "District 9" et de "Chappie", dirigera "RoboCop Returns", une suite directe au film original de Paul Verhoeven.

    Metro Goldwyn Mayer (MGM)

    On a longtemps parlé de lui pour réaliser le cinquième épisode de la saga Alien, mais c'est à une autre franchise culte de la science-fiction que Neill Blomkamp consacrera finalement son prochain long métrage.

    En effet, le réalisateur de District 9, de Elysium et de Chappie a été choisi pour diriger RoboCop Returns, une suite directe au célèbre film de Paul Verhoeven dans lequel le policier Alex Murphy, mi-homme mi-robot après un grave accident, faisait régner la loi dans les rues de Detroit.

    Ce nouveau long métrage ne prendra en compte ni les deux suites réalisées après le film original ni le remake de 2014, et se basera sur un scénario écrit par Ed Neumeier (Starship Troopers) et Michael Miner à la fin des années 80 pour Robocop 2. Un script qui n'avait finalement pas été retenu à l'époque et qui a récemment été exhumé par l'actualité, ainsi que l'a déclaré Neumeier au site Deadline :

    "Quand Trump était sur le point d'être élu, [le président de la MGM Jon Glickman] m'a appelé et m'a dit : 'As-tu vraiment prédit dans ton scénario de suite qu'une star de télé-réalité se présenterait aux élections et gagnerait ?' C'était le cas. Mike et moi, nous avons donc écrit une ébauche et avons fait passer un entretien dans l'île de la Barbade. Je crois que la seule personne a l'avoir lue était Neill Blomkamp, et nous nous sommes mis au travail."

    Metro Goldwyn Mayer (MGM)

    Le réalisateur sud-africain, lui-même fan du long métrage original et déjà fasciné par la thématique du transhumanisme, ainsi que le prouve sa filmographie, s'est dit passionné par l'histoire qu'il s'apprêtait à raconter :

    "Alors que je prenais de l'âge, l'aspect du film [original] qui résonnait vraiment en moi était l'identité, et la recherche d'identité. Tant que les éléments humains sont là, une bonne histoire peut fonctionner à n'importe quelle période. Elle n'est pas figée à un endroit précis de l'histoire. Ce qui est génial avec Robocop, comme dans les bons westerns, les bons films de SF et les bons drames, c'est l'importance des connexions humaines au service d'une bonne histoire."

    Un court synopsis du film a également été dévoilé : L'anarchie règne et le destin de la ville de Detroit est menacé tandis que RoboCop fait un retour triomphant pour combattre le crime et la corruption.

    En attendant plus d'informations sur RoboCop Returns, (re)découvrez la bande-annonce originale du premier film...

    Robocop Bande-annone VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • BiggerThanLife
      Eh non. ;)
    • sptz
      pas de soucis ;) surprenant que tu n'en ai pas entendue parler avant :)
    • groslala1
      Ca c'est de l'info! Blomkamp est probablement un des seuls réalisateurs susceptible de pondre une suite à Robocop, chef d'oeuvre sans suite ou reboot digne d'être mentionné. Mais la barre sera haute pour succéder au génie de Verhoeven...
    • tueurnain
      C'est marrant moi j'aime bien robocop 2 et Terminator 3 n'est pas si nul (surtout si on compare à robocop 3 et le dernier Terminator).
    • BiggerThanLife
      merci pour l'info
    • BiggerThanLife
      génial !!!!!
    • Rastan
      Avant les réseaux sociaux,les journaux papier existaient et relayait déjà les news outre atlantique,pour ceux que cela intéressait.Et oui ,les navets ,les remakes et suites insipides ont toujours existé.Les 7 mercenaires en sont un bon exemple.Un remake suivi de suites aussi inutiles qu'inintéressantes.Et si le rapport de force a toujours existé entre réal,scénariste et producteur.La révolte de certains,nous ont donné l'Empire contre attaque,Batman le défi ou encore, le dernier en date a ma connaissance,la trilogie du seigneur des anneaux.Carpenter,wes Craven étaient quasiment autonomes.Verhoeven n'attendais pas que la production lui donne le feu vert pour être subversif.Ce ne sont que de maigres exemples,il y en a bien d'autres.L'aventure de P.Jackson a bientôt 20 ans et ,comme je l'ai dit,c'est le dernier en date a ma connaissance a avoir lutté pour son rêve.Et je ne vois pas les producteur comme le grand méchant loup.Il y en a eu des fantastiques.Je constate juste que leur descendance est beaucoup plus frileuse et portée vers la fructuation de leur biens plutôt que sur les choix artistiques.L'autre problème étant qu'une place de cinéma aujourd'hui coute un bras ,deux jambes.Là où avant on pouvaient accepter d'avoir dépensé 20 francs pour avoir vu un navet (ahhh Beowulf).Moi je n'accepte plus de payer 16 euros pour me faire envoyer balader par Monsieur R.Jonhson ,entre autre,sous prétexte qu'il faut renouveler la clientèle...Parce que nous ne sommes plus des spectateurs ,mais de la clientèle.
    • Cuderoy
      y'a moyen de faire un film qui ne renie pas les autres. Des fois, y'a pas moyen parce que l'idée est tellement ancrer dans ton processus créatif que tu ne peux plus l'enlever, c'est là tout le problème. Ou on refuse le projet à Blomkamp parce qu'il ne veut pas du 2 et du 3, et il ne fera sans doute rien du coté de Robocop (ce qui s'est passé pour Alien) car il sera incapable de défaire son idée du film de Verhoeven comme il sera incapable de prendre en compte les Robocop 2 et 3 ; ou alors on lui fait confiance pour sortir un bon film, qui est au final tout ce qui compte. Je choisis la seconde option simplement parce que je détesterais qu'on m'impose la première. Jamais de la vie je n'oserais refaire T1 et T2 pour faire exister mon T3 car il n'est pas basé sur un double reboot mais bien sur 2 films pré-existants auxquels je refuse de toucher tant je les trouve prodigieux. Sans eux, mon T3 n'existe plus dans mon schéma de réflexion, plus aucun symbole n'a de sens, tout s'effondre. Je présume que c'est pareil pour Blomkamp qui se sentirait démuni sans le film de Verhoeven comme pilier de sa vision.Après je suis tout à fait d'accord, le coté correction est nauséabond à 1000%. Mais on a par exemple déjà fait le vrai Vendredi 13 : Chapitre 5, qu'est Jason Lives (le 6 du coup) à la place de la version où le gosse du 4 fini par reprendre le masque après l'attaque d'un copycat (scénario du faux 5). Ça m'empêche pas de prendre ce que je veux dans l'un comme dans l'autre. Là où ça commencerais à me déranger, ça serait de vraiment refaire les films. Imaginons que la Warner disent bon en fait le Justice League que vous avez vu n'est pas le bon, le vrai arrive dans 2 ans et on reprend à la fin de BvS. Là, je pète une durite, et pourtant je n'ai pas beaucoup apprécié Justice League.
    • Ren Holder
      Peut-être, je t'avoue que je surveille pas toutes les sorties. Mais je crois que nos impressions ne sont pas forcément en phase avec les faits. Et la mentalité réal'=gentils vs. studio/producteur=méchant, très peu pour moi.On est loin d'une époque où la collaboration de grands noms suffisaient à attirer des gens au ciné, où plus des gens se déplaçaient en salle et se faisaient leurs propre avis sur un film. Il y a plus de concurrence indirecte (vod, home-cinéma, netflix, jeux-vidéo, etc). A peine un film annoncé, tu retrouve déjà un nombre impressionnant de gens pour dire que c'est le pire film du monde, des gens qui ne vont pas en salle sous prétexte qu'ils ont lu quelques commentaires dans un forum, des gens qui dépensent une énergie ahurissante à dénigrer un film et/ou ceux qui l'ont apprécié, au lieux de soutenir ceux qu'ils ont apprécié...C'était mieux avant (point assez/très subjectif)... Alors on se repasse les mêmes K7 jusqu'à la fin des temps? J'ai aimé It (remake 2017) et Arrival (original), j'ai pas du tout aimé Ghostbusters (remake 2016) et Mother (original). Comme quoi... Les mauvais films ça date pas d'aujourd'hui.Il y a bien plus de films originaux que beaucoup le pensent (Arrival, Driver, Ex-Machina, The Nice Guys, A Quiet Place, Upgrade, Wonder, par ex.). Sauf qu'en général ces films ont/demandent moins de moyens pour être rentabilisés (promo', salles, visionnages, etc.). La prise de risque est donc plus aisée.
    • sptz
      Tu préfères quoi, que Blomkamp nie Robocop 2 et 3 pour faire sa propre suite à l'original ou qu'il remake d'abord l'original pour ensuite avoir le droit de faire sa suite ? Génial, on va se manger un clone du film de Verhoeven et seulement ensuite le film prévu à l'origine. mais attend, c'est pas les deux uniques options qu'ils aient :)il peut faire son propre film original sans obligatoirement le relié au premier film... je préférerais que blomkamp me fasse son film robocop sans spécialement en faire la suite du 1er film, qu'il nous montre sa vision, son robocop, sans nous dire au préalable on efface le 2 et le 3, voici LA vrai suite et non, je ne veux pas non plus un remake, mais un reboot, on prend le héros et on crée une nouvelle saga, histoire, triogie, ce que tu veux, quitte a lui laisser la même origine.... a savoir un flic sauvagement assassiné et mutilé qu'on a transformer en robot flic.donc je ne choisis aucune de tes deux solutions :)tu veux traiter de l'immortalité avec un higlander? donc tu va faire la suite du premier avec lambert et effacer ses 5 suites? nonbond,c'est différents, et malgré ses reboot successif il n'a jamais fait de vrai suite a un de ses film qui n'aurait pas plus au public.Mais je t'avoue comprendre ce que tu me dit, et la création ne devrait pas avoir de limite.... mais la en l'occurrence.... je sais pas, ce coter on corrige les saga déjà existante m'exaspère... je trouve que c'est extrêmement prétentieux, et je préférerais qu'il nous fasse un film sans essayer de le rattacher au films les plus apprécier de leur saga...encore une fois, ou est la limite, va t'on refaire un star wars 8 un jour, un Indy 4, des vrai suite au superman de donner, un vrai alien 3 ou 4, un rai die hard 4 ou 5, des vrai Freddy 3, des vrai halloween 3 (oups autant pour moi ils le font effectivement)...ça me fait penser a des fan film en fait, c'est comme si les fan hardcore et les haters avait e pouvoir d'effacer enfin les films qu'ils n'ont pas aimer, le pouvoir de corriger leur saga culte et d'en faire ce qu'ils voulait en faire....tu me fais un alien avec ripley et hicks? bah tu me prend un autre casting et tu reboot le tout, tu me fais pas une suite direct au 2 avec sigourney Weaver qui a 30ans de plus juste pour faire kiffer les fans... et la on peut même en faire un film qui ce passerait entre le 2 et le 3 .... bref, y'a moyen de faire un film qui ne renie pas les autres, faut juste accepter de ne pas faire de fan service et réfléchir deux seconde, plutôt que de ne pas s'embêter et d'effacer ce qu'on aime pas...
    • Cuderoy
      Je ne demanderais jamais à un scénariste/réalisateur de changer son scénario ou sa mise en scène pour prendre en compte des éléments de films qu'il trouve néfaste à sa vision sous prétexte que ça dérange les spectateurs d'avoir 2 timeline. De la même manière, jamais je ne leur demanderais de faire au préalable des remake/reboot sous prétexte que c'est le seul moyen de se réapproprié la partie de la saga qui les inspire. Tu préfères quoi, que Blomkamp nie Robocop 2 et 3 pour faire sa propre suite à l'original ou qu'il remake d'abord l'original pour ensuite avoir le droit de faire sa suite ? Génial, on va se manger un clone du film de Verhoeven et seulement ensuite le film prévu à l'origine. Effectivement, c'est tellement mieux...On est simplement fasse à des cinéastes qui ont grandi avec des mythes de cinéma et qui n'était pas encore là pour apporter leur pierre à l'édifice. Maintenant qu'ils le peuvent, ils se rattachent à montrer leur vision d'après l’œuvre culte et pas d'après la saga qui en a découlé. Des fois, ça donne des reboots, des fois des remakes, des fois des suites, des fois des versions alternatives, ça dépend de l'inspiration. Encore une fois, certaine saga seront concernés et pas d'autre car elles sont devenues des modèles de sujet à traiter. Et je le sais parce que je suis directement concerné :- Je voulais traiter de l'éternité, j'ai écris un Highlander.- Je voulais traiter de l'Europe, j'ai écris un James Bond.- Je voulais traiter du duel entre le temps cyclique et le temps linéaire, j'ai écris un Terminator.- Je voulais traiter d'un duel avec le Diable, j'ai écris un Doom (4F).- Je voulais traiter d'un parcours de héros, j'ai écris des Spider-Man.- Et si je voulais traiter de la créature au cinéma et du duel épouvante/horreur, j'écrirais un Alien.- Etc, etc.Donc c'est pas étonnant que ça revienne tout le temps en ce moment et qu'on voit de jeunes réals se jeter les pieds devant dans ce genre de mythologie. Maintenant, s'ils ont besoin de nier des éléments pour s'exprimer à 100% sur ces sujets, bah faites donc, en espérant que ça vaille le coup parce que sinon, ça fait effectivement du mal pour pas grand chose (Cf Genisys).
    • sptz
      mais les aliens, dans leur suites, ont quand même pris en compte les anciens films, donc la encore c'est différents, ils ce sont réaproprié le mythe sans pour autant effacer ceux d'avant et même en les prenant en compte, vue que chaque début de film et en quelque sorte la suite direct des événement pour ripley. donc non, ce n'est absolument pas une trahison envers le précédent , je ne suis pas du tout d'accord. même terminator 3, que je déteste également, a pris en compte les deux film qui était avant lui.Moi comme je le vois, ou tu reboot et tu te réapproprie l'œuvre, soit tu fais une suite qui prend le reste en compte, mais jamais au grand jamais tu ne fait une suite parallèle a la suite d'un film que tu a aimé jeune en mettant de coté toute ses suites. Enfin.... pour moi, vue que Hollywood me prouve le contraire.je reprend mon exemple des livres, jamais on ne ferais ça pour des bouquins, je vois pas pourquoi la au cinéma, bah c'est pas grave d'effacer des suites, ou de faire des tome deux alternatif si tu préfére...ou alors on change tout le casting, on garde le scénario prévue et on reboot, comme l'a fait l'excellent fury road.... ou sur le papier c'est plus ou moins une suite du 2 de l'époque, mais ça reste bel et bien un reboot, et un bon reboot, de la saga.
    • Guillaume B.
      Le souci du film, au delà de proposer un bon cocktail d'action violente comme minimum syndical (espérons qu'après le semi échec de l'aseptisé remake les producteurs se lâchent un peu plus côté violence pour celui-ci), va être d'apporter quelque chose de neuf.Et c'est là que j'ai le plus de craintes.Le 1er est une parabole blasphématoire sur une amérique qui se construit ses propres valeurs, sauveurs et sa propre justice via une science au service de l'indvidualisme et de l'argent, où le moteur de la société devient l'ego et la compétition plus que l'altruisme et l'abnégation ou l'envie d'améliorer les choses. Mais que peut proposer Robocop returns? Se moquer de l'extremisme de la société US made in Trump? Ce serait certes un plus (le regard critique du remake étant si léger qu'il en devenait presque imperceptible) mais cela ne sera pas suffisant pour rendre le film nécessaire.Sur la question de Murphy qui cherche son humanité et à trouver sa place, le remake a déjà tenté la chose maladroitement (bien que non sans idée) et je doute qu'ils repartent pour un tour sur le couplet du robot qui revient dans sa famille.Sur la question du super robot qui sauve la ville de la décadence, le 1 a déjà couvert ce qu'il fallait.Ce qu'il faudrait vraiment, c'est peut-être aborder la problématique des tensions raciales (j'aime pas trop le terme mais bon), la perte de confiance de bien des gens, + ou - marginalisés, pour le système policier et judiciaire et oser un film dans lequel la violence efficace de Robocop ne puisse pas enrayer un phénomène plus global où, à l'instar d'une hydre, la criminalité continuera tête après tête coupée à ensanglanter la ville. Mais au delà d'une farce cinglante sur l'amérique trumpiste, hollywood sera-t-il prêt à tenter une réflexion désabusée et sarcastique sur l'échec de la police actuelle à avoir la confiance de tous ceux qui dépendent d'elle pour sa protection?Autre possibilité, réfléchir aux dérives de la privatisation du marché judiciaire (cf le business de la justice moderne avec ses prisons qui deviennent de véritables entreprises utilisant le criminel et le délinquant comme une ressource économique), de la police (esquissé dans le 1, le postulat d'une police vraiment privée pourrait être un prolongement intéressant à la critique du 1, avec les questions que soulève le conflit d'intérêt qu'il peut y avoir à faire des bénéfices dans le cadre de la répression criminelle) dans une époque où les boîtes de mercenaire ont fait de la guerre un véritable business sordidement lucratif. Discuter de la façon dont le capitalisme moderne a fait de la guerre un véritable marché d'opportunités économiques par le biais d'une parabole sur une transformation de la police en milice privée pourrait être un bon moyen de réfléchir à la façon dont la sécurité et la peur de la violence, qu'elle soit criminelle ou terroriste, permet à certains dirigeants de fasciser les outils de la sécurité démocratique. Et là on pourrait retomber dans un discours social résonnant avec Starship troopers, ce qui n'en serait que plus logique.Mais là, je crois que je rêve un peu.Si déjà on a un bon film d'action futuriste, sec et violent, avec un ton politquement incorrect (pas juste qu'au travers d'images sexuelle ou violente ou de vulgarité comme l'amérique moderne y restreint le politiquement incorrect depuis des années), ce sera déjà bien.
    • The Last Action Zero
      Qui d'autre que toi, pouvait arriver à placer une citation de D.Brogniart... Tu es mon idole et un vrai maitre à pensé ;D
    • Samuel V.
      OK j'ai adoré District 9, Elysium c'était déjà moins sympa et bien clichés comme film... Mais alors Chappie... Insupportable a regarder avec les deux Jar Jar binks qu'on a juste envie de savater à coup de pelle.Qui plus est malgré une fin grand guignolesque, Robocop 2 était plutot bon et le sujet de la drogue était bien traité. Bon le 3 pas d'excuses en revanche...
    • tueurnain
      Reste que de nos jours, on a du cinéma de plus en plus formaté, à base de suite, de spin-off et de remake et pourquoi les producteurs changerais leur façon de faire, les gens continuent de se déplacer en masse pour voir du produit réchauffé à tout vas...
    • Mr. Piggy
      une suite au remake de 2014 aurait été plus logique mais c est tout de même une bonne nouvelle et Blomkamp me semble un bon choix .
    • Ren Holder
      Peu de réalisateurs le pouvait déjà à l'époque (voire aucun). Sauf qu'à l'époque on ne faisait/lisait pas le moindre article ou dépêche sur tout ce qui se passe dans les coulisses d'un film, et on était nettement moins informés (et naïfs) sur ce qui se passait derrière les rideaux...Partant de là, facile de fantasmer et idéaliser un passé qu'on finalement pas vraiment connu.
    • seke
      Robocop est un pur produit des années 80. Tout comme il n'avait pas le potentiel d'une saga.
    • Rastan
      En même temps,il a déjà fait un remake de La mouche de Cronenberg avec son District 9.Rien de plus normal que de faire un remake de Robocop.Sauf que,jusqu'a maintenant,Le Verhoeven de la fin des 80's reste indétrônable.A l'instar d'ailleurs de Big John.Si le film a vieilli visuellement,c'est indéniable.On est pas prêt de retrouver cet humour grinçant.Cette critique a peine caricaturale (voir visionnaire) de notre société.A l'heure actuelle ,plus aucun réalisateur n'a les moyens de poser son matériel sur la table et dire...Ce sera comme ça et pas autrement.Une époque révolue....(Bénie ?) rincée par les producteurs actuels pour faire de l'ancien (de bas étages) avec du neuf.
    Voir les commentaires
    Back to Top