Mon compte
    Nous finirons ensemble, suite des Petits mouchoirs : de quels films Guillaume Canet s'est-il inspiré pour le titre ?
    5 mai 2019 à 08:00
    Laurent Schenck
    Laurent Schenck
    -Superviseur base de données
    Passionné par les films qui traitent de la criminalité au sens large, Laurent Schenck travaille sur la base de données cinéma du site. Ses missions sont les suivantes : la rédaction de biographies et secrets de tournage, l'enrichissement de castings/fiches techniques et la revue de presse.

    A l'occasion de la sortie de la suite des "Petits mouchoirs", focus sur "Nous ne vieillirons pas ensemble" et "Nous irons tous au paradis", deux classiques auxquels Guillaume Canet a voulu rendre hommage en titrant son film "Nous finirons ensemble".

    Si le titre de la suite des Petits mouchoirs, Nous finirons ensemble, met l'accent sur deux thématiques au centre du film, l'amitié et le temps qui passe, il constitue également un clin d'oeil à deux classiques du cinéma français : Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat et Nous irons tous au paradis d'Yves Robert, sortis tous les deux dans les années 1970. 

    2019 Trésor Films - Canéo Films - Europacorp - M6 Films - Les Productions du Trésor - Artémis Productions

    Basé sur un roman relativement autobiographique écrit Maurice Pialat, Nous ne vieillirons pas ensemble est son second long métrage après L'Enfance nue. Le film raconte l'histoire d'un éternel enfant et cinéaste raté (Jean Yanne) qui a une relation tumultueuse avec sa maîtresse (Marlène Jobert). Présenté en compétition au Festival de Cannes de 1972, Nous ne vieillirons pas ensemble permet à son acteur principal de remporter le Prix d'interprétation masculine. Ayant réalisé plus de 1,7 millions d'entrées sur le sol français, le long métrage a par la même occasion révélé Maurice Pialat à un public plus large.

     

    Référence incontournable en matière de film de potes (dont Guillaume Canet s'est inspiré pour Nous finirons ensemble), Nous irons tous au paradis est la suite d'Un éléphant ça trompe énormément sorti un an avant, en 1976. Les deux comédies dramatiques réalisées par Yves Robert suivent quatre amis quarantenaires – notamment leur rapport aux femmes et à l'amitié – incarnés par Jean Rochefort, Claude BrasseurVictor Lanoux et Guy Bedos. En lice pour trois César en 1978 (meilleur film, meilleurs décors et meilleur scénario), le long métrage n'en a remporté aucun, mais a réalisé plus de deux millions d'entrées en France.

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top