Mon compte
    Juliette Binoche : "Un film féministe qui aime les hommes, ce n'est pas contradictoire !"
    11 mars 2020 à 08:15
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Rencontre avec Juliette Binoche à l'occasion de la sortie ce mercredi de "La Bonne épouse", nouveau film de Martin Provost, avec Yolande Moreau, Noémie Lvovsky et Edouard Baer.

    Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ? 

    Le réalisateur Martin Provost (Séraphine, Sage femme) revient avec La Bonne épouse, comédie dramatique dans laquelle souffle un vent de liberté, de fantaisie, et de modernité avec son propos féministe. Nous avons rencontré Juliette Binoche.

    La Bonne épouse
    La Bonne épouse
    Sortie : 11 mars 2020 | 1h 49min
    De Martin Provost
    Avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edouard Baer, François Berléand
    Presse
    3,4
    Spectateurs
    2,7
    louer ou acheter

    Catherine Frot, Catherine Deneuve, Yolande Moreau... Les femmes de la filmographie de Martin Provost

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Catherine Frot, Catherine Deneuve, Yolande Moreau... Les femmes de la filmographie de Martin Provost
    7 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Didier H
      On pourrait imaginer un tout autre pitch, pour un film au propos feministe. Ce serait une jeune femme, déjà libre, qui collectionnerait les exs, s'en desesperant, cherchant dans toutes les directions - site de rencontre, magazine astrologique, quizz de personnalité, etc. - le moyen de trouver le bon. Qui ne saurait pas quoi faire de sa vie, balottée entre une carriere morose de secretaire d'accueil et une potentielle reorientation en comptabilité, trahissant son ennui avec tous les bulles de diversité lui passant sous la main - la zappette, la souris d'ordinateur, l'androïd. Le twist final ce serait evidement la femme qui, apres avoir abondament chercher la liberté qu'elle etait censée avoir obtenu à sa naissance, en plein dans l'ebulition du feminisme dans les années 60, fini par atterir à la banque, le dernier endroit où elle pensait la trouver, pour enfin comprendre que la femme libre, c'est un chequier. Alors elle a une revelation divine qui lui fait foncer vers le centre ville pour pleinement jouir de sa condition de femme libre, dans les magasins !Qui achete ?
    Voir les commentaires
    Back to Top