Notez des films
Mon AlloCiné
    Christine sur France 5 : pourquoi il ne faut pas manquer ce classique de l'épouvante de John Carpenter
    Par Thomas Desroches (@ThomDsrs) — 4 mai 2020 à 10:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Diffusé ce 4 mai, à 20h50, sur France 5, "Christine" de John Carpenter s'intéresse à la passion dévastatrice qui unit un adolescent à sa voiture. Le tout, sur fond de rock'n'roll. Focus sur une romance horrifique et hors du commun.

    D.R.

    1983. L'écrivain Stephen King et le cinéaste John Carpenter ont le vent en poupe. Le premier multiplie les best-sellers et voit ses romans adapter sur grand écran, tandis que le second enchaîne les films, à raison d'un par an. Quand les mondes des deux hommes se rencontrent enfin, cela donne Christine. Adapté d'un nouveau livre de l'auteur, le long-métrage raconte la relation passionnée et destructrice entre un jeune introverti, Arnie Cunningham, et sa voiture. Rouge, élégante, venue d'un autre temps, cette Plymouth Fury de 1958 n'est pas une automobile comme les autres. En plus de faire sombrer ses propriétaires dans la folie, l'engin, aussi vivant qu'un être humain, est une véritable machine à tuer. À défaut d'avoir fait le bonheur de son réalisateur, Christine, diffusé ce lundi 4 mai, à 20h50, sur France 5, continue, des décennies plus tard, de fasciner et d'honorer son statut d'œuvre culte.

    Un projet mal-aimé

    Après avoir signé deux beaux succès en salles, Fog et New York 1997, John Carpenter essuie l'échec critique et commercial de son dernier film, The Thing, sorti en 1982. Viré par les studios Universal, qui le remplacent par Mark L. Lester pour mettre en scène Charlie, le cinéaste se retrouve désemparé. Lorsque le producteur Richard Kobritz l'approche pour Christine, il accepte à contrecœur. Dans une interview pour SFX Magazine, il explique que ce film est le seul qu'il considère avoir fait par obligation, "pour le travail". "Tous les autres sont des projets personnels", précise-t-il. Toujours dans cette entrevue, il se rappelle même de son sentiment de honte lorsqu'il a vu son nom en gros sur l'affiche placardée sur un immense panneau publicitaire.

    Columbia Pictures
    Selon Alexandra Paul, qui incarne Leigh, vingt-et-une Plymouth Fury ont été utilisées pour le film.

    Pourtant, à sa sortie, Christine reçoit un accueil chaleureux, de la part des critiques, mais aussi au box-office. Dans l'Hexagone, en 1984, il frôle même le million d'entrées. Un excellent score pour un film de genre qui ne compte aucune star connue en tête d'affiche. Dans un entretien avec le journaliste Gilles Boulenger en 2001, John Carpenter n'en démord pas et continue de rejeter le long-métrage : "Que les spectateurs le trouvent bon ou mauvais, je sais au fond de moi que je l'ai foiré. J'étais encore blessé par l'échec de The Thing." NonChristine n'est peut-être pas le chef-d'œuvre de sa carrière. Ce n'est pas vraiment effrayant, encore moins sanglant, et on ne retrouve pas l'irrévérence de ses projets précédents. Pourtant, malgré le désamour de son créateur, le film n'a pas volé son succès et en a sous le capot.

    Amour, adolescence et rock'n'roll

    Sa particularité, c'est son mélange des genres. Avant d'être un film d'épouvante, c'est surtout un drame sur un amour toxique et la violence de l'adolescence. Cette violence, c'est celle que vit Arnie, brillamment interprété par Keith Gordon. Frêle et maladroit, il est la cible quotidienne des bourreaux de son lycée. Lorsque son regard va se poser sur Christine, le jeune homme va se métamorphoser. Son style vestimentaire - très intéressant à observer - va changer et sa passivité va laisser place à une brutalité jusqu'ici dissimulée. 

    Comme dans toute relation malsaine, l'un va prendre l'ascendant sur l'autre pour mieux l'isoler et le faire souffrir. Sous l'emprise de sa voiture, l'adolescent objectophile va se couper de sa famille et de ses seuls amis. C'est d'ailleurs à travers leurs points de vue, et non celui du personnage principal, que les spectateurs suivent cette descente aux enfers. Contrairement au livre de Stephen King, qui explique pourquoi le Mal s'est emparé de l'engin, la version de John Carpenter refuse, quant à elle, de donner des éléments de réponses. De quoi renforcer le mystère autour de cette sinistre tragédie.
    Columbia Pictures
    Dans "Christine", un véritable triangle amoureux se forme entre Arnie, Leigh et la voiture.

    Avec son ambiance très pop, Christine symbolise à merveille les années quatre-vingt, des vêtements aux coupes de cheveux, en passant par le rebelle en blouson noir. Depuis, la mode est passée par là, et même si le film peut paraître daté, ces détails lui confèrent une aura unique. Ce qui ne vieillit pas, en revanche, ce sont ses effets spéciaux, toujours aussi impressionnants aujourd'hui, comme en témoigne la séquence culte dans le garage de Darnell. Autre élément intemporel : la bande-originale. Il y a celle composée par John Carpenter, l'une des meilleures de sa carrière, mais aussi celle qui mêle de grands succès du doo-wop (sous-genre musical très populaire dans les années cinquante, NDLR) aux figures du rock'n'roll, comme les Rolling Stones ou The Crickets. Des morceaux qui donnent une voix à la voiture possessive et meurtrière.

    John Carpenter dévoile sa nouvelle réalisation : un clip hommage à son film Christine

    John Carpenter n'aurait sans doute jamais imaginé que le monde se souviendrait de Christine des années plus tard. Pour mesurer son impact, il suffit de se tourner vers les nombreux fan-clubs qui se réunissent à des événements et des projections spéciales pour partager leur passion. Il y a, par exemple, un site internet dédié à l'actualité autour du film et de sa voiture star, ou encore le groupe The Official Christine Car Fan Site, qui rassemble plus de dix mille membres. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'œuvre de Stephen King et de John Carpenter n'est pas encore passée par le case remake. Pas sûr que le concept d'une voiture tueuse puisse attirer un jeune public. En attendant qu'Hollywood prouve le contraire, il est toujours bon de se replonger dans ce classique plus rock qu'il n'y paraît. Attachez vos ceintures.

    Christine
    Christine
    Sortie le 25 janvier 1984 | 1h 50min
    De John Carpenter
    Avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul, Robert Prosky, Harry Dean Stanton
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    3,7
    Voir sur Salto

    Découvrez le teaser de Christine... 

    Christine Teaser VF

     ...et le thème musical composé par John Carpenter :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • The Thing : un nouveau film en préparation
    • Halloween : Michael Myers reviendra dans deux films en 2020 et 2021
    • Cannes 2019 - John Carpenter : "Je fais des films parce que je n'ai pas le choix"
    Commentaires
    • Benjamin F.
      Ce film est génial. L'avantage qu'il soit méconnu et sous-estimé est que pour l'instant il est passé au travers des gouttes du remaster et qu'on peut encore l'apprécier avec son grain d'image vintage.
    • remuslupin33
      Un classique que je peux voir et revoir sans m'en lasser ! La qualification culte n'est pas exagérée dans le cas présent
    • Ringo
      Pour un film fait pour le travail et à contrecoeur John Carpenter malgré le fait qu'il rejette ce film , à fait un chef-d'œuvre !
    • Buckaroo Banzai
      Simplement un chef d'oeuvre.
    Voir les commentaires
    Back to Top