Notez des films
Mon AlloCiné
    Coronavirus : quelles séries US prévoient d'intégrer la pandémie dans leurs intrigues ?
    Par Julia Fernandez — 14 mai 2020 à 16:15
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A Hollywood, les scénaristes tentent de résoudre le casse-tête que représente l'intégration de la pandémie dans les futures séries, d'autant plus lorsque son évolution semble aussi imprévisible.

    Si on sait déjà qu'en France, Les Mystères de l'amour sera la première série à intégrer le coronavirus à ses intrigues, le sujet fait actuellement débat parmi les showrunners américains. Le Hollywood Reporter a interrogé plusieurs d'entres eux car, contrairement au secteur de la production, les scénaristes n'ont pas interrompu leurs travaux. Tandis qu'à l'heure actuelle, il est impossible de savoir à quel moment les tournages reprendront aux Etats-Unis, ni où en sera la présence du virus lorsque les nouvelles séries et saisons inédites seront diffusées, une question se pose pour l'ensemble des créateurs : dans un pays où les fictions ont pour habitude de refléter le réel de manière quasi-instantané, comment intégrer une pandémie dont on ignore encore l'issue et les conséquences définitives ?

    "[Les scénarios actuels] ne ressemblent plus au monde dans lequel nous vivons"

    Pour Kenya Barris, créateur de la sitcom Grown-ish (spinoff de la série Black-ish sur Hulu), le dernier point de comparaison en termes d'impact aussi grand sur les fictions américaines remont au 11 septembre. Mais les attentats ont eu une chronologie, avec un début et une fin, contrairement à ce que le monde traverse aujourd'hui. "Nous sommes encore bien au milieu de tout ça", déclare-t-il. Grown-ish, qui suit les aventures de l'aînée de la famille Johnson à l'université, est la seule des séries créées par Barris qui devrait pour le moment intégrer la pandémie - la question reste de savoir comment pour les scénaristes, alors qu'on ignore si les campus américains réouvriront cet automne. "On se dit : est-ce qu'on doit faire commencer l'année aux personnages à la cool comme si de rien était, puis en montrant les jeunes étudier en ligne, au risque de passer pour des scénaristes insensibles à la réalité ?" Le showrunner prédit qu'au moment de la reprise des productions à l'arrêt, qui ont laissé de nombreuses séries en hiatus, beaucoup de scripts vont devoir être revus et corrigés, car "ils ne correspondent plus au monde dans lequel nous vivons désormais."

    La question ne se pose pas pour les séries de SF, fantasy ou bien de super-héros, situées dans des univers alternatifs; mais pour des séries comme Grown-ish ou You, qui se déroulent dans le monde contemporain, il paraît évident de maintenir un certain degré de réalisme. Les scénaristes envisagent alors plusieurs solutions : commencer les prochaines saisons avant la pandémie et montrer l'arrivée du virus en cours de route afin de se laisser une marge de manoeuvre créative, ou bien situer les prochains événements après la crise sanitaire, et par conséquent de traiter l'issue du COVID-19 selon leurs propres termes.

    Pour You, la décision a ainsi été prise de situer le déroulement de la pandémie dans le laps de temps écoulé entre la deuxième et la troisième saison, à venir courant 2021. "On crée un pacte avec le public, dans lequel on doit traiter des choses de la vie réelle. Certes, il y a toujours des échappatoires au réel dans le divertissement, mais en même temps, la clé du succès de ce genre de séries est de trouver un moyen de raconter ce que le monde traverse, et pour le public d'y sentir une forme de connection" explique Greg Berlanti, le showrunner du thriller produit par Netflix.

    Impératif de rester ancré dans la réalité...

    Pour les showrunners Robert et Michelle King, le risque de "faire comme tout le monde" dans le traitement de la pandémie est une vraie source de préoccupation alors qu'ils s'attellent à la préparation de la prochaine saison d'Evil sur CBS, avant de reprendre les rennes de leur drama judiciaire The Good Fight pour la chaîne en all access. "Ce qui semble probable c'est que peu importe le moment où nos séries seront diffusées, le public sera en train de subir les conséquences économiques [de la pandémie]", explique Michelle King. "J'espère que nous pourrons au moins aborder cela. Je ne sais pas si ce sera une trame de fond ou bien une intrigue principale, mais les personnages, comme tout le monde, vont traverser un marasme économique et en récession"Un constat partagé par John Wells, showrunner de la série Shameless diffusée sur Showtime. Au point d'inciter celui-ci à réécrire l'épisode final de cette comédie dramatique centrée sur une famille de la classe ouvrière, dont la onzième et dernière saison est actuellement en production. "C'est impossible de faire une comédie satirique sur les travailleurs précaires sans parler de ce qui s'est passé et de ce qui va arriver à cette communauté", explique-t-il. Dans cet ultime épisode, nous verrons donc plusieurs membres de la famille Gallagher contracter le COVID-19 et en ressentir les répercussions. "Bien sûr", précise-t-il, "le challenge sera de rendre la situation comique, car il n'y a pas grand chose de drôle là-dedans."

    Pour les responsables des chaînes de télévision qui produisent les séries, la décision d'intégrer la pandémie sur le plan créatif était tout aussi évidente. Tim Minear, qui supervise au sein de la Fox la série 9-1-1 et son spinoff, 9-1-1: Lone Star, centrées sur les groupes d'urgentistes, pompiers et forces de police et les pressions auxquelles leurs équipes doivent faire face sur le terrain, renchérit : "Si nous prétendions que [ces séries] se déroulent dans un univers alternatif où ce truc ne serait pas arrivé, nous serions totalement hors-de-propos.

    .... face à la nécessité de s'évader à travers la fiction

    Ce constat n'est en revanche pas unanime dans l'industrie. Ryan Murphy, créateur des séries Hollywood et The Politician sur Netflix ou encore de l'anthologie American Horror Story sur AMC, préfère éviter le sujet. "A titre personnel, je préfère me focaliser sur des choses porteuses d'espoir, de beauté et de romance - l'opposé exact des ténèbres que nous traversons" déclare-t-il, présentant le tout comme une "forme d'échappatoire." Peu de chances donc de voir une nouvelle saison d'American Horror Story avec une pandémie en toile de fond...

    David Mandel, créateur de la comédie politico-satirique Veep, est encore plus catégorique. "Je ne veux pas être assis devant ma télé en quarantaine et regarder une série qui parle de quarantaine." Un sentiment partagé par Matt Hubbard, scénariste de la série 30 Rock, qui s'est fendu d'un tweet sans équivoque adressé aux scénaristes hollywoodiens.

    "Personne ne va regarder une série qui montre un rencard sur Zoom (l'appli de visioconférence la plus utilisé aux Etats-Unis pendant la quarantaine, ndlr) lorsque tout sera fini. N'écrivez pas ça, restez forts."

    Mais qu'en est-il des nouvelles séries dont la mise en production a été stoppée au début de la pandémie ? Wanda Sykes, créatrice et star de la future série The Upshaws pour Netflix, a décidé par sécurité de s'en tenir aux intrigues pitchées à la plateforme de streaming avant la crise sanitaire. De son propre aveu, elle ne saurait comment intégrer le COVID-19 à des arcs narratifs déjà développés et aboutis pour les personnages. "S'ils sont préoccupés par une relation amoureuse alors qu'un virus mortel circule, cela risque de sembler insignifiant", résume-t-elle. J.J. Philbin, la créatrice de la sitcom familiale Single Parents pour la chaîne ABC, résume toute la difficulté de la situation : le choix de coller au réel ne risque-t-il pas de lasser le spectateur souhaitant s'évader d'un quotidien anxiogène par la fiction ? "Tout ce que j'en sais, c'est que [les dirigeants d'ABC] peuvent très bien me dire que la série est sensée être un échappatoire, et la dernière chose que veulent voir les familles en allumant leur télé et en cherchant à faire une pause soit de nouvelles histoires centrées sur la pandémie. Et ils ont peut-être raison", conclut-elle.

    Coronavirus, séries, chaînes et plateformes : quels impacts sur les tournages, les diffusions et les nouveautés à venir ?

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Seb
      L'exemple qui me vient c'est le 11 Septembre 2001 , un évènement de cette ampleur , surtout pour les USA, se doit d'être évoqué pour que justement les séries se voulant réalistes conservent des points d'ancrage à notre monde :)
    • JackFreeman
      La question est surtout de savoir à quoi ressemblera une série tournée en respectant les règles de distanciations. Que les scénarios intègrent ou pas le coronavirus, on en verra les répercussions à l'écran.
    • Big Mac S.
      C'est de la reconstitution du présent ^^ Ce sont des fictions mais qui se veulent réalistes, qui se passent dans notre monde. Donc si notre monde change radicalement, ça aura forcément un impact sur certaines séries. Comme lorsque les téléphones portables (ou n'importe quelle révolution technologique) ont commencé à apparaître dans les films par exemple. Ça veut pas dire qu'ils vont forcément abordé le sujet directement mais juste que si les persos vont dans la rue et que l'action est censée se passer en mai 2020, bah les gens auront des masques.
    • Might Guy
      Force est de constater qu'il y en a un qui a devancé pas mal de ses concurrents en mettant en scène une pandémie et le chaos sanitaire que cela provoquait, même si le scénario en question n'est pas ce qu'il a fait de mieux: Chris Carter et le final de la saison 10 de x-files, en 2016.
    • Joanny
      je ne comprends pas cette interrogation. Il a toujours été établi dès le départ que les séries sont des fictions, alors pourquoi devraient-on y inclure le Coronavirus d'office alors que c'est hors de propos ? Si ça peut servir l'histoire, pourquoi pas, mais l'exemple de You me semble par exemple très malvenu.Je sais qu'il s'agit d'une situation sans précédent et d'un évènement qui a touché le monde entier (du coup, je ne trouve pas de contre exemple pour appuyer mes dires) mais contrairement à ce que laisse entendre l'article, inclure le virus dans toutes les séries supposées réalistes ne me paraît pas utile.
    Voir les commentaires
    Back to Top