Mon compte
    La Flamme sur Canal+ : que vaut la parodie de téléréalité déjantée avec Jonathan Cohen ?
    12 oct. 2020 à 09:30
    Maximilien Pierrette
    Maximilien Pierrette
    -Journaliste cinéma
    Tombé dans le cinéma quand il était petit, et devenu accro aux séries, il fait ses propres cascades et navigue entre époques et genres, de la SF à la comédie (musicale ou non) en passant par le fantastique et l’animation. Il décortique aussi l’actu geek et héroïque dans l’émission FanZone.

    Inspirée de la série américaine "Burning Love", produite par Ben Stiller, "La Flamme" débute ce lundi 12 octobre sur Canal+. Mais que vaut cette parodie de téléréalité portée par Jonathan Cohen et un casting XXL ?

    Canal+
    ÇA PARLE DE QUOI ?

    Dans cette saison de La Flamme, le cœur à prendre est celui de Marc, pilote de ligne. La vie lui a tout donné... sauf une copilote. Pendant 9 semaines, dans une sublime villa, 13 femmes vont s’affronter pour le séduire et tenter d’allumer en lui... La Flamme. Alors, armez les toboggans, vérifiez la porte opposée... Marc va emmener ses prétendantes au 7ème ciel !

    La Flamme
    La Flamme
    Sortie le 12 octobre 2020 | 26min
    Série : La Flamme
    Avec Jonathan Cohen, Géraldine Nakache, Ana Girardot, Adèle Exarchopoulos, Géraldine Nakache
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    3,4
    Voir via MyCanal

    "La Flamme" crée par Jonathan CohenJérémie GalanFlorent Bernard - Diffusée sur Canal+ à partir du 12 octobre et pendant 3 semaines - Épisodes vus : 9 sur 

    ÇA RESSEMBLE A QUOI ?
    La Flamme - saison 1 Bande-annonce VF
    C'EST AVEC QUI ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Jonathan Cohen ? Révélé par Les Invincibles, il est partout depuis son explosion grâce au personnage de Serge le mytho, avec une préférence très marquée pour la comédie. Vu récemment dans Énorme, Forte, Tout simplement noirTerrible jungle et la saison 2 de Family Business, il est aujourd'hui le créateur et la tête d'affiche de La Flamme, parodie de téléréalité inspirée de la série Burning Love, produite par Ben Stiller.

    Dans la peau de Marc, cœur à prendre de l'émission, il fait face à un parterre de candidates pour le moins impressionnant : Géraldine Nakache, Leïla Bekhti, Doria Tillier, Laure Calamy, Ana Girardot, Camille ChamouxFlorence Foresti ou encore Adèle Exarchopoulos, qui nous offre un bel aperçu de son potentiel comique en attendant sa performance dans Mandibules. Ajoutez des guests tels que Pierre NineyFrançois Civil et quelques surprises, en plus du présentateur incarné par Vincent Dedienne, et vous obtenez, de loin, le plus beau casting français de 2020.

    ÇA VAUT LE COUP-D'ŒIL ?

    N'y allons pas par quatre chemins : La Flamme compte parmi ce que vous verrez de plus drôle en 2020, cinéma et séries confondus. Et pourtant, cette parodie des émissions de téléréalité sur fond de rencontres amoureuses n'aurait pu tenir la route que le temps d'un épisode, voire d'une simple bande-annonce. Tourner en dérision un programme qui paraît déjà ridicule peut en effet vite tourner à la fausse bonne idée. Mais non, et attendez-vous à rire du début à la fin, tout en étant pris par le suspense au moment des éliminations de candidates. Car le show mélange premier et second degré, et s'empare des codes visuels et narratifs de ce dont il se moque, en les poussant parfois à l'extrême : confessions face caméra, activités avec un rendez-vous galant à la clé, débrief entre Marc et le présentateur, dilemmes cornéliens, surprises en tous genres…

    Mais pas besoin d'être un inconditionnel de certaines émissions de téléréalité pour apprécier la manière dont La Flamme en récupère les ingrédients, car la série comique s'appuie moins sur des références précises que sur des codes que tout le monde connaît, pour bâtir son propre univers sur lequel règne Jonathan Cohen. Après avoir volé un paquet de scènes à droite à gauche, dans des rôles secondaires, il continue de faire le show en tant que tête d'affiche et ressemble par moments à une véritable tornade comique qui emporte tout sur son passage. N'ayant pas peur du ridicule lorsqu'il s'agit, par exemple, de se donner à 200% dans un déguisement de rasta, il parvient quand même à rendre son personnage de Marc attachant malgré sa bêtise évidente, et rappelle parfois le Michael Scott de The Office, modèle évident des auteurs de la série dans la façon de manier le rire et la gêne, tout en prenant soin de leurs protagonistes. Au pluriel.

    Canal+
    Qui réussira à conquérir le coeur de Marc ? Et qui se cache dans la tenue de panda ?

    Si l'on pouvait redouter un one-man-show de Jonathan Cohen, qui reste quand même le centre de l'attention, ses partenaires ne sont pas en reste, et notamment les treize candidates chargées de le séduire, toutes définies par une caractéristique physique et/ou comportementale : Alexandra la psychopathe, Valérie l'hyper émotive, Emilie la non-voyante, Anne l'intelligente mal-aimée, Chataléré l'exhibitionniste... A l'écran, cela fait beaucoup de monde et le téléspectateur pourra se sentir un peu perdu pendant les deux premiers épisodes, avant que le casting ne se réduise au gré des éliminations. Mais chacune a droit à son moment pour briller tandis que les scénaristes jouent la carte du comique de répétition avec des gags et situations qui reviennent de façon récurrente et plus ou moins discrète. Il faut d'ailleurs reconnaître que la finesse n'est pas toujours de mise, mais La Flamme suit l'adage "Plus c'est c***, plus c'est bon". Et c'est souvent très c***.

    Portée par un casting impeccable, qui s'amuse avec un plaisir évident et communicatif, la série gagne en force sur la durée, lorsque les épisodes deviennent un peu plus fous et moins prévisibles, avec quelques glissements vers l'absurde, jusqu'à un dénouement inattendu. Que les candidates peinent à sortir des archétypes grâce auxquels elles nous sont présentées n'est, au final, pas très grave car cela colle avec les émissions de téléréalité dans lesquelles les participants restent dans leurs personnages respectifs, même caricaturaux. Grâce à une écriture soignée et efficace, les talents sont bien utilisés et les différents duos que chacune créé avec Marc sont très réussis. Comme dans une vraie émission de téléréalité, on en vient même à se prêter au jeu et à choisir notre favorite entre deux éclats de rire. La Flamme risque d'enflammer vos soirées et conversations autour de la machine à café pendant les trois semaines de sa diffusion. Et plus si affinités. Culte en vue ?

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • ouadou
      vous etes bien tolérant et fayot... culte ?? c raté , surjoué, hyper prévisible et interminable grosse déception
    Voir les commentaires
    Back to Top